Cholestérol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cholestérol
Structure du cholestérol
Structure du cholestérol
Identification
Nom IUPAC 10, 13-diméthyl-17-(6-méthylheptan-2-yl)-2, 3, 4, 7, 8, 9, 11, 12, 14, 15, 16, 17-dodécahydro-1H-cyclopenta[a]phénanthrén-3-ol
No CAS 57-88-5
No EINECS 200-353-2
DrugBank DB04540
PubChem 5997
SMILES
InChI
Apparence solide blanc
Propriétés chimiques
Formule brute C27H46O  [Isomères]
Masse molaire[1] 386,6535 ± 0,0251 g/mol
C 83,87 %, H 11,99 %, O 4,14 %,
Propriétés physiques
fusion 147 à 150 °C [2]
ébullition 360 °C (décomposition) [2]
Solubilité pratiquement insoluble (eau)[2]
Masse volumique 1,07 g·cm-3 (20 °C) [2]
Point d’éclair 250 °C [2]
Cristallographie
Classe cristalline ou groupe d’espace P1 [3]
Paramètres de maille a = 27,565 Å

b = 38,624 Å
c = 10,748 Å
α = 93,49 °
β = 90,90 °
γ = 117,15 °

Z = 1 [3]
Volume 10 151,15 Å3 [3]
Densité théorique 0,063 [3]
Précautions
Classification du CIRC
Groupe 3 : Inclassable quant à sa cancérogénicité pour l'Homme[4]
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le cholestérol est un lipide de la famille des stérols qui joue un rôle central dans de nombreux processus biochimiques. Le cholestérol tire son nom du grec ancien chole- (bile) et de stereos (solide), car il fut découvert sous forme solide dans les calculs biliaires en 1758 par François Poulletier de La Salle. Mais ce n'est qu'en 1814 que le chimiste français Eugène Chevreul lui donna le nom de cholestérine.

Le mot « cholestérol » désigne une molécule unique. Ce qui signifie que les termes de « bon » et « mauvais cholestérol » ne servent pas à désigner deux molécules différentes, mais font référence aux HDL et LDL, les transporteurs du cholestérol dans le sang. Voir en particulier la teneur en cholestérol dans l'alimentation.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le cholestérol est découvert sous forme solide dans les calculs biliaires en 1758 par François Poulletier de La Salle[5].

Le nutritionniste américain Ancel Keys réalise après la Seconde Guerre mondiale l'étude des 7 pays (en)[6], étude épidémiologique sur plusieurs décennies qui met en évidence une corrélation[7] entre le taux de cholestérol sanguin et les accidents cardiovasculaires. Ces résultats lui font émettre l'« hypothèse lipidique » selon laquelle le cholestérol est le facteur de risque majeur responsable de la forte mortalité cardio-vasculaire mais cette étude souffre de biais de comparaison ou des confondeurs[8].

À la suite de cette étude longitudinale, des essais cliniques sont menés sur des populations d'anciens combattants américains mis au régime hypocholestérolémiant mais ces tentatives n'ont pas d’impact significatif sur leur mortalité, l'« hypothèse lipidique » n'est pas validée[9].

En 1954, le chercheur français Jean Cottet réalise que des ouvriers agricoles intoxiqués par le pesticide qu'ils répandent dans les champs ont un taux de cholestérol qui s'est effondré. Un de ses amis chimiste de l’Imperial Chemical Industries (Michael Oliver) synthétise un médicament dérivé de ce pesticide, le clofibrate. Le test de cette molécule sur des rats puis des patients confirme son effet hypolipémiant[10]. L’Organisation mondiale de la santé réalise un essai clinique sur 15 000 européens pour évaluer l’effet du clofibrate sur la prévention de l’infarctus mais cette étude est négative, l'essai devant même être arrêté prématurément, le groupe sous clofibrate ayant une prévalence plus élevée que le groupe sous placebo[11].

Malgré cette étude réfutant le lien entre baisse du cholestérol et surmortalité, une famille de molécules médicamenteuses hypolipémiantes dérivées de ce médicament est lancée, les fibrates.

Dans les années 1990, deux études sur la simvastatine[12] et la pravastatine[13] montrent leur effet de prévention sur des hommes ayant un taux de cholestérol élevé. Certains[14],[15] soulignent que les recommandations[16] tendant à viser un taux optimal de cholestérol (plus particulièrement sa fraction LDL), ne sont en fait étayées par aucune étude, ces dernières ayant toujours été faites à des doses fixes de statines quel que soit le taux initial de cholestérol, la baisse de ce dernier n'étant pas un objectif. Il semble que les statines ont un effet de prévention vasculaire mais sans lien avec le taux de cholestérol[17].

Structure[modifier | modifier le code]

Numérotation du cholestérol.

La molécule de cholestérol comprend quatre cycles carbonés noté A,B,C et D (noyau cyclopentano-perhydro-phénanthrénique), 8 carbones asymétriques (les carbones 3, 8, 9, 10, 13, 14, 17 et 20), ce qui fait 28 soit 256 stéréoisomères dont un seul existe : le 3β-ol lévogyre. Le cholestérol possède un groupe hydroxyle -OH sur le carbone 3 (C3). Ce groupe chimique constitue la tête polaire. Ce groupement R-OH constitue donc la partie hydrophile du cholestérol. La fonction OH du cholestérol peut être estérifiée par un acide gras qui rend la molécule totalement insoluble dans l'eau.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le cholestérol est présent sous forme de stérides (cholestérol estérifié) dans la plupart des tissus des vertébrés, et en particulier le foie, le cerveau, et la moelle épinière.

Rôle[modifier | modifier le code]

C'est un composant majeur des membranes cellulaires animales qui contribue à leur stabilité et au maintien de leurs structures en s'intercalant entre les phospholipides (formant la bicouche de la membrane).

Il rigidifie la membrane car il empêche sa gélification en évitant la cristallisation des acides gras, et diminue la perméabilité membranaire aux molécules hydrosolubles.

Il a un rôle de « tampon thermique » : à 37°, il limite le mouvement des phospholipides, donc la fluidité membranaire diminue ; à des températures plus basses, il empêche l'entassement des phospholipides.

Dans la membrane, il permet la formation de radeaux lipidiques, zone essentielle à l'ancrage de protéines fonctionnelles.

Dans les neurones, il permet la synthèse des neurotransmetteurs par exocytose et donc la propagation de l'influx nerveux.

Le métabolisme du cholestérol est également précurseur de nombreuses molécules :

Métabolisme[modifier | modifier le code]

Synthèse[modifier | modifier le code]

La synthèse du cholestérol par la voie de l'hydroxymethyl-coenzyme A réductase.

La synthèse du cholestérol se fait dans le cytoplasme des cellules du foie et de l'intestin principalement. La synthèse débute par la condensation de trois molécules d'acétate (=3×2 carbones) en hydroxy-méthyl-glutarate (ou HMG = 1×6 carbones). Cette synthèse est effectuée par l'hydroxyméthylglutaryl-Coenzyme A reductase (ou HMGCoA reductase), une enzyme, en présence de coenzyme A, un cofacteur d'enzyme. L'hydroxy-méthyl-glutarate est ensuite réduit en mévalonate (=1×6 carbones). Cette étape est régulée par les statines. Le mévalonate est ensuite décarboxylé en isoprènoïdes à 5 carbones (l'isopentényl pyrophosphate et le diméthylallyl pyrophosphate). La condensation de six molécules d’isoprènoïdes aboutit finalement au squalène (6×5=30 carbones). Enfin, le squalène subit l’action de la squalène cyclase qui crée les cycles du cholestérol à partir des insaturations présentes dans le squalène.

Régulation[modifier | modifier le code]

Une partie du cholestérol peut ne pas être absorbée lors de la digestion. Par exemple, une bactérie intestinale présente chez l'homme transforme le cholestérol en coprostanol, stable et non absorbable et donc éliminée dans les selles[18]. Plus on mange de cholestérol et moins notre corps en absorbe, en pourcentage. C'est un premier niveau de régulation. Exemples : si vous mangez 400 mg de cholestérol, votre organisme l'absorbe à 40 %. Si vous en mangez 800 mg, votre organisme l'absorbe à 20 %.

Concernant le cholestérol absorbé ou produit par l'organisme, il existe trois niveaux de régulation du cholestérol, le but étant de diminuer le taux de cholestérol de la cellule quand il est en excès :

  • Le cholestérol libre dans la cellule inhibe la production de ses propres récepteurs membranaires LDLR. Pour ce faire, il inhibe la transcription du gène qui code les LDLR. Par conséquent, le flux entrant de cholestérol dans la cellule est diminué.
  • Le cholestérol libre inhibe la HMG-coA réductase, ce qui empêche la poursuite de la réaction de synthèse du cholestérol.
  • Enfin, le cholestérol libre stimule l’acyl transférase (ACAT), enzyme catalysant son estérification en stéride. Ceci favorise le stockage du cholestérol libre.

La synthèse de mévalonate, deuxième étape de la synthèse du cholestérol, est très régulée par le métabolisme. L'activité de l'HMG-CoA réductase, enzyme catalysant cette synthèse, est diminuée lorsque l'apport alimentaire en cholestérol est élevé ou par des médicaments de la famille des statines. Dans le cas d'une alimentation équilibrée, la proportion de cholestérol d'origine endogène est estimée entre 50 %[19] et 80 %[20] selon les auteurs (environ 700 mg/j), le reste du cholestérol étant d'origine alimentaire (entre 50 % et 20 % donc). L'augmentation des apports en cholestérol d'origine alimentaire inhibe la synthèse du cholestérol d'origine endogène.

À partir des éléments précédents, on peut dire que le cholestérol alimentaire influe très peu sur la cholestérolémie[21].

Dégradation[modifier | modifier le code]

Le cholestérol est dégradé dans le foie en acides biliaires (dont l'acide chénodésoxycholique) par la 7-α-hydroxylase. La colestyramine[22], un médicament utilisé pour traiter l'hypercholestérolémie, diminue l'absorption intestinale des acides biliaires, et par conséquent leur concentration dans les cellules hépatiques. Ceci entraîne une activation de la 7-α-hydroxylase favorisant la dégradation du cholestérol.

Transport du cholestérol dans le sang : LDL, VLDL et HDL[modifier | modifier le code]

En tant que composé hydrophobe, le cholestérol n'est pas soluble dans le sang. C'est pourquoi il est assimilé à une graisse, alors que c'est un stérol. Son transport est assuré par différents types de lipoprotéines :

  • Les lipoprotéines à basse densité (ou LDL : Low Density Lipoprotein) transportent le cholestérol (ainsi que des triglycérides et des vitamines liposolubles) des lieux de sécrétion vers les cellules de l'organisme. Ces cellules expriment des récepteurs à leur surface pour indiquer leur besoin en cholestérol (ou autres substances).

Hypothèse du « mauvais » cholestérol : des taux importants de LDL conduiraient au dépôt de cholestérol sur les parois des artères (les récepteurs à LDL du foie et des tissus sont en effet très sensibles : au moindre changement biochimique d'une LDL, du fait d'une oxydation, d'une glycation ou d'une dégradation liée à la fumée de cigarette ou à d'autres facteurs comme le sucre, les lipoprotéines transportant le cholestérol ne seraient plus reconnues, et seraient donc phagocytées, puis formeraient un dépôt) sous forme de plaque d'athérome, ce qui pourrait accroître le risque de maladies cardiovasculaires et leur vaut le nom de « mauvais » cholestérol.

Cette hypothèse est une simplification de la réalité complexe des lipoprotéines. Ces différents transporteurs ne sont ni « bons », ni « mauvais » et s'échangent entre eux du cholestérol, ce qui fait qu'il n'y a pas de frontière réelle entre ces particules dans la réalité. Seul l'esprit humain essaie de classer ce qui forme un continuum de transporteurs de tailles diverses en des ensembles figés. Il existe d'ailleurs, selon la classification, différentes lipoprotéines à basse densité (LDL1, 2 et 3) et les plus dangereuses, selon le modèle actuel, sont les plus petites et les plus denses (LDL3). Ce serait les plus athérogènes[23],[24].

  • Les lipoprotéines à haute densité (ou HDL : High Density Lipoprotein) déchargent les artères et les tissus extrahépatiques du cholestérol oxydé, et le ramènent vers le foie où il est dégradé ; on parle alors de « bon » cholestérol, même si cela désigne un cholestérol usé et qui va être recyclé ;
  • Les chylomicrons, ces lipoprotéines assurent le transport des lipides (cholestérol inclus) de l'intestin vers les autres tissus ;

la classification tient également compte des Apo lipoprotéines : ApoA en relation avec les HDL, ApoB en relation avec les LDL. ApoE. on dose également la lipoprotéine(a) pour évaluer le risque vasculaire. son rôle athérogène découle de sa capacité à se lier fortement à la paroi artérielle. L'augmentation du risque d'athérosclérose est proportionnelle à la concentration circulante de Lipoprotéine(a)[25].

Teneur en cholestérol dans l'alimentation[modifier | modifier le code]

[réf. nécessaire]
Aliment Teneur en cholestérol
(mg/100 g)
Aliment Teneur en cholestérol
(mg/100 g)
cervelle de veau 2200 ris de veau 225
jaune d'œuf 1 560 crème 124
rognons de mouton ou de veau 380 poulet 90 à 100
rognons de porc 365 fromage 50 à 100
foie de porc 340 veau 84
foie de veau 314 merlan 77
foie de bœuf 265 bœuf 67
beurre 260 poisson 60 à 70

Ces teneurs en cholestérol alimentaire sont à compléter et relativiser par[26] :

  • les teneurs en acides gras saturés (pouvant augmenter les taux en LDL) et insaturés trans (pouvant augmenter les taux en LDL et baisser les taux en HDL)
  • les teneurs en acides gras mono-insaturés et poly-insaturés.
  • L'apport alimentaire d'anti-oxydants (p.ex. vitamine E, vitamine C, β-carotène) pouvant limiter l'accumulation des LDL dans la paroi artérielle.

Le tableau montre que toutes les viandes, mêmes maigres (abats, poulet, etc.) sont sources de cholestérol, en particulier les abats[27].

Le cholestérol présent dans les VLDL et LDL provient en effet des tissus (où il est excédentaire) qui l'ont synthétisé, et nullement des chylomicrons (structure de transport des lipides provenant de l'intestin). Limiter les apports alimentaires de cholestérol, ou son absorption au niveau de l'intestin (au travers de l'absorption intensive de phytostérols, par exemple), pour un individu ne souffrant pas d'hypercholestérolémie familiale, n'a par conséquent que peu d'effet prévention-santé.

Anomalies du dosage sanguin chez l'être humain[modifier | modifier le code]

Le dosage du cholestérol sanguin se fait de manière traditionnelle chez un patient à jeun mais son taux global ainsi que sa fraction HDL ne sont pas modifiés de manière importante par le jeûne[28].

Hypercholestérolémie et athérosclérose[modifier | modifier le code]

Article détaillé : hypercholestérolémie.

Dès le début du XXe siècle, les travaux d’Anitschkow et Chalatow avaient permis de mettre en évidence un rôle du cholestérol dans l’athérosclérose expérimentale chez le lapin, en le nourrissant de graisses animales[29]. Aujourd'hui, plusieurs études proposent que l’athérosclérose soit une maladie inflammatoire[30],[31] et qu'un marqueur de cette maladie soit probablement le cholestérol associé aux LDL après oxydation[32]. Parallèlement, plusieurs études ont mis en évidence un lien entre hypercholestérolémie et présence d’une réaction inflammatoire dans le tissu vasculaire[33],[34].

L'épidémiologie a montré une corrélation entre taux de cholestérol sanguin et risque de survenue de maladies cardio-vasculaires. Ce taux est inclus dans plusieurs méthodes de calcul de ce risque (« échelle de risque »)[35] mais pas dans toutes[36].

Le troisième argument en faisant un facteur de risque cardio-vasculaire est l'existence d'essais cliniques de prévention primaire et secondaire chez les sujets hypercholestérolémiques qui ont démontré qu’il était possible de réduire la fréquence des cardiopathies ischémiques en diminuant le cholestérol associé au LDL à l’aide de statines[37]. Cependant d'autres études qui ont diminué le taux de cholestérol n'ont cependant pas montré de réduction de la mortalité globale (étude Helsinki avec le gemfibrozil, étude indépendante ALLHAT, étude LRC-CPPT, étude AFCAPS/TexCAPS) ou ont augmenté la mortalité globale (étude OMS-WHO avec le clofibrate, étude ILLUMINATE avec le torcetrapib[38]). De plus, les statines sont efficaces, quel que soit le niveau de cholestérol initial, et le niveau du cholestérol n'entre pas dans les critères d'entrée de la plupart des études[39]. Les statines jouant manifestement sur d'autres facteurs, se pose la question de savoir si le bénéfice est uniquement dû à la baisse du cholestérol. Quelques chercheurs, comme Michel de Lorgeril[40] et Uffe Ravnskov[41], ont ainsi remis en question « l'hypothèse lipidique » d'Ancel Keys, selon laquelle l'excès de consommation de graisses saturées et le cholestérol seraient les principaux responsables des maladies cardio-vasculaires[42].

D'autres facteurs influencent cependant le risque vasculaire, et jouent sur le taux de cholestérol. Ils rendent les données difficiles à interpréter : ainsi, l'activité physique régulière, l'alcool (à faible dose) et les œstrogènes pourraient contribuer à augmenter le taux de HDL, limitant le taux de cholestérol sanguin et améliorant la protection vasculaire[réf. nécessaire].
Inversement, le tabac, l'obésité et l'inactivité diminuent le taux de HDL sanguin, augmentant le risque cardio-vasculaire[réf. nécessaire].

Du point du vue diététique : Les éléments a priori importants de ce point de vue, sur lesquels le régime peut jouer, sont les lipides et les glucides.

  • Dans les années 1950-1960, l'américain Ancel Keys développe « l'hypothèse lipidique » faisant un lien statistique (de corrélation) entre le taux de cholestérol sanguin et le risque de maladie cardio-vasculaire[43],[44].
  • Une diminution des graisses animales est souhaitable : Parmi les régimes testés, le régime méditerranéen abaisse effectivement le cholestérol et diminue le risque cardiaque, mais ces régimes jouent aussi sur d'autres facteurs (obésité, diabète...)[45].
  • Le régime Low-carb est contre-productif : Les régimes uniquement pauvres en sucres (dits « low-carb [46]») semblent inefficaces à moyen et long terme, et dangereux ; ils augmentent le cholestérol et le risque cardiovasculaire selon une étude suédoise[47] longue (25 ans), lancée en 1986 au nord de la Suède dans une région au risque cardiovasculaire élevé (comté de Västerbotten).
    Cette étude est associée à un programme anti-obésité qui a permis dans un premier temps de diminuer les apports lipidiques moyens. Mais cette diminution a été suivie d'une stagnation (1992 à 2002) et d'une réaugmentation (jusqu'à un dépassement du niveau de 1986)[47]. Par contre la consommation de sucres a fortement baissé (après une hausse observée jusqu'en 1992), ce qui traduit selon les auteurs une appropriation par la population des régimes très médiatisés «low-carb» qui promeuvent de manger autant de lipides et protéines qu'on le souhaite mais en réduisant drastiquement l'apport en sucres. Ces régimes « low-carb » ont en fait augmenté la cholestérolémie moyenne (qui avait chuté au début du programme quand la consommation de lipides diminuait[47]. Le poids moyen des habitants a en outre continué à augmenter de 1986 à 2012, malgré une perte effective mais provisoire de poids en début de régime[47]. Et la consommation de vin qui a (dans le panel suivi) augmenté de 1986 à 2010 (au détriment des alcools fort, avec augmentation parallèle mais moindre de la consommation de bière, uniquement chez les hommes) ne semble avoir eu aucun effet (chez l'homme ou la femme) sur la cholestérolémie ni sur le risque cardiovasculaire [48]. En outre la cholestérolémie augmente depuis les années 2000 malgré une augmentation significative de médicaments visant à la faire diminuer[49].

Défaut de synthèse[modifier | modifier le code]

Prix Nobel concernant le cholestérol[modifier | modifier le code]

L'étude de cette molécule a souvent été récompensée par des prix Nobel :

  • en 1964, Konrad Bloch et Feodor Lynen reçurent le prix Nobel de médecine pour « leur découverte concernant le mécanisme de régulation des métabolismes du cholestérol et des acides gras »[50] ;
  • en 1965, Robert Burns Woodward reçut le prix Nobel de chimie pour « ses exceptionnelles réalisations dans l'art de la synthèse organique »[51]. Il a été le premier à réaliser la synthèse chimique du cholestérol et de la cortisone en 1951 ;
  • en 1985, Michael S. Brown et Joseph L. Goldstein reçurent le prix Nobel de médecine pour « leur découverte portant sur la régulation du métabolisme du cholestérol »[52].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a, b, c, d et e Entrée de « Cholesterol » dans la base de données de produits chimiques GESTIS de la IFA (organisme allemand responsable de la sécurité et de la santé au travail) (allemand, anglais), accès le 24 juin 2009 (JavaScript nécessaire)
  3. a, b, c et d « Cholesterol », sur www.reciprocalnet.org (consulté le 12 décembre 2009)
  4. IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, « Evaluations Globales de la Cancérogénicité pour l'Homme, Groupe 3 : Inclassables quant à leur cancérogénicité pour l'Homme », sur http://monographs.iarc.fr, CIRC,‎ 16 janvier 2009 (consulté le 22 août 2009)
  5. Karl Feltgen ; Le Cholestérol : 1758-1913. Essai historique sur l'intérêt qu'il a suscité en médecine depuis sa découverte au milieu du XVIIIe jusqu'à l'aube du XXe siècle ; Thèse Médecine ; Rouen ; 1993. [1]
  6. (en) Ancel Keys, « Coronary heart disease in seven countries », Circulation, no 41,‎ 1970, p. 1-211
  7. Ce lien statistique ne signifie pas causalité.
  8. (en) Stefan Hofvendahl, « Coronary Heart Disease in Seven Countries. Edited by Ancel Keys, Ph.D. », Acta Medica Scandinavica, vol. 190, no 1-6,‎ 12 janvier 1971, p. 464-464 (DOI 10.1111/j.0954-6820.1971.tb07460.x)
  9. (en) Uffe Ravnskov, The Cholesterol Myths : Exposing the Fallacy that Saturated Fat and Cholesterol Cause Heart Disease, Newtrends Publishing,‎ 2000, p. 320
  10. (en) Michael Oliver, « The clofibrate saga : a retrospective commentary », British Journal of Clinical Pharmacology, vol. 74, no 6,‎ décembre 2012, p. 907-910 (DOI 10.1111/j.1365-2125.2012.04282.x)
  11. (en) « WHO cooperative trial on primary prevention of ischaemic heart disease with clofibrate to lower serum cholesterol : final mortality follow-up. Report of the Committee of Principal Investigators », Lancet, vol. 2, no 8403,‎ septembre 1984, p. 600–604
  12. (en)Scandinavian Simvastatin Survival Study Group. Randomised trial of cholesterol lowering in 4 444 patients with coronary heart disease : the Scandinavian Simvastatin Survival Study (4S), Lancet, 1994;344:1383-1389
  13. (en) Shepherd J, Cobbe SM, Ford I, Isles CG, Lorimer AR, MacFarlane PW, McKillop JH, Packard CJ, « Prevention of coronary heart disease with pravastatin in men with hypercholesterolemia. West of Scotland Coronary Prevention Study Group », The New England Journal of Medicine, no 333,‎ 1995, p. 1301-1307
  14. (en)Donner-Banzhoff N, Sönnichsen A, Strategies for prescribing statins, BMJ, 2008;336:288-289
  15. (en) M. de Lorgeril, P. Salen, J.-L. Martin, I. Monjaud, J. Delaye et N. Mamelle, « Mediterranean Diet, Traditional Risk Factors, and the Rate of Cardiovascular Complications After Myocardial Infarction : Final Report of the Lyon Diet Heart Study », Circulation, vol. 99, no 6,‎ 1999, p. 779-785 (DOI 10.1161/01.CIR.99.6.779)
  16. (en)Executive summary of the third report of the National Cholesterol Education Program (NCEP) expert panel on detection, evaluation, and treatment of high blood cholesterol in adults (adult treatment panel III), JAMA, 2001;285:2486-97
  17. Dominique Dupagne, émission La Tête au carré sur France Inter, 22 février 2013
  18. Bactérie trouvée par des chercheurs de Jouy-en-Josas. Gérard P., Lepercq P., Leclerc M., Gavini F., Raibaud P., Juste C. Bacteroides sp. Strain D8, the First Cholesterol-Reducing Bacterium Isolated from Human Feces. Applied and Environmental Microbiology, 73:5742-5749, 2007.
  19. Biochimie de Harper, 25e édition, De Boeck édition, 2002, chapitre 28
  20. Biochimie et biologie moléculaire, Omniscience édition, 2006, chapitre 19
  21. EUFIC : Conseil Européen de l'Information sur l'Alimentation
  22. Banque de Données Automatisée sur les Médicaments : « Colestyramine », mise à jour du 13 octobre 2000
  23. http://www.jle.com/en/revues/medecine/mte/e-docs/00/02/E6/3E/article.phtml
  24. http://archive-ouverte.unige.ch/downloader/vital/pdf/tmp/3bfulh529jlitbkg99aabf8t20/out.pdf
  25. http://www.admp.fr/aide-decision-medicale/424/dosage-de-la-lp-a-1ere-determination-biochimie-.htm
  26. www.objectif-equilibre-sante.info, « Diététique préventive cardio-vasculaire », au 14 novembre 2006
  27. http://www.uvp5.univ-paris5.fr/campus-nutrition/cycle1/Poly/0800fra.asp
  28. Third Report of the National Cholesterol Education Program (NCEP) Expert Panel on Detection, Evaluation, and Treatment of High Blood Cholesterol in Adults (Adult Treatment Panel III) final report, Circulation, 2002;106:3143–3421 (p. 3170)
  29. (de) (en) Anitschkow N., Chalatow S., « On experimental cholesterin steatosis and its significance in the origin of some pathological processes », Centralblatt fur Allgemeine Pathologie und Pathologische Anatomie, vol. 24:1–9, 1913 (trad. dans Arteriosclerosis, vol. 3:178–182, 1983.
  30. (en) Davies M.J., « Stability and instability : Two faces of coronary atherosclerosis », Circulation, vol. 94:2013-2020, 1996.
  31. (en) Ross R., « Atherosclerosis-an inflammatory disease », N. Engl. J. Med., vol. 340:115-126, 1999.
  32. (en) Steinberg D., Parthasarathy S., Carew T.E., Khoo J.C., Witztum J.L., « Beyond cholesterol. Modifications of low-density lipoprotein that increase its atherogenicity », N. Engl. J. Med., vol. 320:915-924, 1989
  33. (en) Liao E., Andalibi A., Qiao J.H., Allayee H., Fogelman A.M., Lusis A.J., « Genetic evidence for a common pathway mediating oxidative stress, inflammatory gene induction, and aortic fatty streak formation in mice », J. Clin. Invest., vol. 94:877-884, 1994.
  34. (en) Young S.G., « Parthasarathy S.- Why are low-density lipoproteins atherogenic ? », West. J. Med., vol. 160:153-164, 1994.
  35. Conroy RM, Pyörälä K, Fitzgerald AP et Als. the SCORE project group, Estimation of ten-year risk of fatal cardiovascular disease in Europe : the SCORE project, Eur Heart J, 2003;24:987-1003
  36. Gaziano TA, Young CR, Fitzmaurice G, Atwood S, Gaziano JM, Laboratory-based versus non-laboratory-based method for assessment of cardiovascular disease risk : the NHANES I Follow-up Study cohort, Lancet, 2008;371:923-931
  37. (en) Steinberg D., Gotto A.M. Jr., « Preventing coronary artery disease by lowering cholesterol levels : fifty years from bench to bedside », JAMA, vol. 282:2043-2050, 1999.
  38. http://www.theheart.org/article/758713.do
  39. Donner-Banzhoff N, Sönnichsen A, Strategies for prescribing statins, BMJ, 2008;336:288-289
  40. Michel de Lorgeril, 2008, Cholestérol, mensonges et propagande - ISBN 978-2-916878-17-1 - Thierry Souccar Éditions
  41. The Cholesterol Myths : Exposing the Fallacy that Saturated Fat and Cholesterol Cause Heart Disease / Ravnskov, Uffe (ISBN 0-9670897-0-0)
  42. (de) (fr) Gebbers J.L. (trad. Legoy M.), « Le cholestérol n'a rien à voir avec le développement de l'athérosclérose », Ars Medici, Vol. 9(98): S564-569
  43. (en) Keys A., Taylor H.L., Blackburn H., Brozek J., Anderson J.T., Simonson E., « Coronary heart disease among Minnesota business and professional men followed 15 years », Circulation, vol. 28:381-95, 1963.
  44. (en) Keys A., « Seven countries : a multivariate analysis of death and coronary heart disease », Harvard University Press, London, 1980.
  45. Kastorini CM, Milionis HJ, Esposito K et Als. The Effect of Mediterranean Diet on Metabolic Syndrome and its Components : A Meta-Analysis of 50 Studies and 534,906 Individuals, J Am Coll Cardiol, 2011 57: 1299-1313
  46. Régimes dits « Low carbohydrate high-fat » ou « LCHF » pour les anglophones
  47. a, b, c et d Romain Loury, Cholestérol: les régimes «low-carb» démasqués Journal de l'environnement, 20 juin 2012, article relatif à une étude : Associations among 25-year trends in diet, cholesterol and BMI from 140,000 observations in men and women in Northern Sweden ; publiée dans « Nutrition Journal » 2012, 11:40 doi:10.1186/1475-2891-11-40 et notamment suivie par l'université d'Umea, ISSN 1475-2891, URL, 27 pp.
  48. voir figure 6 associée à la première présentation de l'étude déjà citée
  49. voir figure 7 associée à la première présentation de l'étude déjà citée
  50. (en) nobelprize.org, « The Nobel Prize in Physiology or Medicine 1964 »
  51. (en) nobelprize.org, « The Nobel Prize in Chemistry 1965 »
  52. (en) nobelprize.org, « The Nobel Prize in Physiology or Medicine 1985 »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Drs Philippe Even, Bernard Debré. La Vérité sur le Cholestérol (ED. Cherche-midi 2013)
  • Dr Michel de Lorgeril. Cholestérol, Mensonges et Propagande (Thierry Souccar Éditions 2013)
  • Nouvelle Société Française d’Athérosclérose, « Athérosclérose:physiopathologie ».
  • (en) Center for Disease Control and Prevention, « Ancel Keys, Ph.D. », Morbidity and Mortality Weekly Report, vol. 48 (30):651, 1999.
  • [PDF] Poulletier de la salle et la découverte du cholestérol par le Dr Feltgen, Groupe d'histoire des Hôpitaux de Rouen