Gonadotrophine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les gonadotrophines ou gonadotropines sont des hormones glycoprotéiques complexes agissant sur les fonctions des gonades (ovaires et testicules). Deux de ces hormones sont sécrétées chez tous les vertébrés par l'hypophyse antérieure:

Chez seulement deux groupes de mammifères, primates et équidés, il existe également une gonadotrophine chorionique (sécrétée par le placenta) :

Structure[modifier | modifier le code]

Les gonadotropines sont formées de deux sous-unités glycoprotéiques alpha et beta associées de manière non-covalente (structure quaternaire). Cette association est indispensable pour que ces hormones soient actives. La sous-unité alpha est, chez une espèce donnée, commune à la LH, à la FSH, à la TSH (hormone thyréo-stimulante) ainsi, si présente, qu'à la gonadotrophine chorionique. Chaque sous-unité beta est, par contre, spécifique de chaque hormone glycoprotéique.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Les gonadotrophines jouent un rôle central dans la régulation de la reproduction chez tous les vertébrés. Elles agissent sur les cellules somatiques des gonades qui possèdent des récepteurs membranaires spécifiques pour elles. Par leurs actions sur ces cellules somatiques, les gonadotropines contrôlent la gamétogénèse tant chez les mâles (spermatogénèse) que chez les femelles (folliculogénèse). Les gonadotropines LH et FSH sont produites dans les cellules gonadotropes de l'adénohypophyse. Leur synthèse et leur libération est sous le contrôle de la neurohormone GnRH (Gonadotropin Releasing Hormone), produite elle dans l'hypothalamus par des neurones à fonction endocrine.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Combarnous Y et Volland P (1997) : Les gonadotropines. (INRA Editions)

Combarnous Y (1998): Les hormones Que sais-je ? n°63 (PUF)