Prépuce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le prépuce est le repli circulaire de peau mobile et coulissant qui couvre plus ou moins le gland du pénis à l’état de flaccidité, et qui se rétracte en érection. Son ablation, la circoncision, est une intervention chirurgicale parmi les plus fréquentes.

Anatomie humaine[modifier | modifier le code]

Pénis flasque avec prépuce rétracté à gauche, et recouvrant à droite.

Le prépuce est un repli cylindrique de peau qui présente sur la face externe un épithélium kératinisé et sur sa face interne, qui est en contact avec le gland, un épithélium non kératinisé. Le prépuce est relié au reste du pénis sur toute la circonférence postérieure par le sillon balano-préputial qui épouse par sa forme la couronne du gland. Sur la face inférieure du gland, un repli de forme triangulaire, le frein, le relie au prépuce. La circonférence antérieure du prépuce correspond au bord libre, c'est l'orifice ou anneau préputial.

Chez l’enfant, le gland est initialement toujours recouvert du prépuce, en raison d'adhérences, qui par la suite disparaissent progressivement. Chez l’adulte et l'adolescent, lors de l'érection, le prépuce glisse sous l’effet d’une traction mécanique, jusqu’à sa rétraction complète derrière la couronne du gland (niveau où le gland à le plus large diamètre) qui est alors entièrement exposé.

Dans l’espace entre le prépuce et le gland peut se déposer une substance blanchâtre, le smegma. Les glandes préputiales sont des glandes exocrines productrices de phéromones et situées à proximité des organes génitaux de divers mammifères. Leur existence ou fonctionnalité est discutée chez l'homme.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Pénis en érection avec prépuce recouvrant à gauche, rétracté à droite.

Fonction protectrice[modifier | modifier le code]

Lorsque le pénis est à l’état de repos, le gland, principale zone érogène, est relativement protégé des frottements externes (sous-vêtements, etc.) et du dessèchement, l’urine et le smegma hydratant le gland.

Fonction sensorielle[modifier | modifier le code]

Appartenant au pénis, le prépuce constitue une zone érogène[1],[2]. Comme toute autre portion de la peau, le prépuce dispose de récepteurs sensoriels encapsulés[3], à l'image de corpuscules de Meissner[4], de Krause[5], de Ruffini[6], de Pacini[7]. Il contient entre 10 000 et 20 000 terminaisons nerveuses[6],[8],[9],[10],[11],[12], avec une densité approximative de 100 par cm2[6]. La densité la plus élevée de récepteurs se trouverait au niveau de la bande striée, une partie de la face interne du prépuce[4]. Une étude évoque la possibilité que le prépuce constitue la zone la plus sensible du pénis au toucher[13].

Fonction mécanique[modifier | modifier le code]

Lorsque se produit une érection, le prépuce déplié fournit une réserve de peau qui compense l’allongement du sexe masculin tout en lui permettant de conserver un manchon mobile qui facilite les mouvements de va-et-vient liés à l’activité sexuelle : en transformant les mouvements relatifs de translations entre le pénis et le corps qui l’entoure en enroulements et déroulements du prépuce sur le gland du pénis, ce manchon mobile limite les frottements.

Anatomie comparée[modifier | modifier le code]

Parmi les primates, l'innervation du prépuce humain constituerait une particularité. Une étude d'anatomie comparée a ainsi montré que, comparativement à l'homme, le prépuce du macaque rhésus contient moins de récepteurs encapsulés, ce qui suggère, aux yeux des chercheurs de l'étude, un processus d'évolution propre à l'homme[14].

Pathologie[modifier | modifier le code]

Pénis en érection avec phimosis.

Le phimosis est l’incapacité de rétraction du prépuce derrière le gland. Le paraphimosis est l’état où le prépuce est bloqué derrière le gland et ne peut pas revenir à sa position normale à l’état de flaccidité. Ces deux cas sont dus à un anneau préputial trop petit.

La non-rétractabilité du prépuce et l’adhésion du gland au prépuce sont des conditions fréquemment observées chez l’enfant. L’âge auquel le phimosis devient problématique est sujet à caution et son évaluation est à la discrétion du médecin. Certaines études parlent d’une normalité jusqu’à l’âge de 5 ans, d’autres estiment la limite à 10 ans[15], d’autres encore la placent à l’âge des premières relations sexuelles[16]. De fait, le phimosis physiologique se présente lorsque, lors de l’érection, l’enfant éprouve une douleur à cause de l’étroitesse de son prépuce. Seuls 1 % des garçons de 14 ans ne pourraient pas rétracter leur prépuce[17]. Certaines études montrent que cette prévalence serait augmentée par les pratiques de décalottage forcé du prépuce des enfants mises en œuvre par des parents ou des médecins[18].

Lorsque le phimosis de l’adolescent persiste chez l’adulte, il existe pour le corriger des alternatives à la circoncision. Elles consistent à élargir son ouverture afin de faciliter sa rétraction derrière le gland, au moyen de la chirurgie (plastie du prépuce) ou de manipulations : expansion progressive des tissus formant l’anneau préputial lorsque soumis à un étirement modéré et prolongé ou répété. Mis à part ces méthodes manuelles, une autre alternative est la préputioplastie, intervention chirurgicale consistant à pratiquer une ou plusieurs incisions afin de simplement élargir le prépuce.

Circoncision[modifier | modifier le code]

Article détaillé : circoncision.

La circoncision consiste, dans sa forme la plus répandue, en l’ablation totale ou partielle du prépuce, laissant ainsi le gland du pénis à découvert. Cette pratique sociale, qui existe depuis l’Antiquité, concernerait en 2009 selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 30 % de la population masculine mondiale, soit 660 millions d’hommes[19].

La circoncision est largement pratiquée pour des raisons culturelles, qu'elles soient religieuses (dans le judaïsme et l’islam en particulier) ou non (dans le monde anglo-saxon). Depuis 2007, en Afrique subsaharienne, il existe des campagnes de circoncision volontaire initiées par l’OMS, dans le but de prévenir la transmission du SIDA.

Autres croyances et pratiques culturelles[modifier | modifier le code]

Religion[modifier | modifier le code]

Le Saint Prépuce[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saint Prépuce.

Le Saint Prépuce est une relique du prépuce de Jésus de Nazareth qui selon la tradition a été circoncis comme tous les Juifs à 8 jours (le premier janvier). Plusieurs lieux de culte de l’Occident chrétien croient le détenir à partir du Moyen Âge.

Sémantique[modifier | modifier le code]

Dans le langage du Nouveau Testament, de même que le mot Circoncision (en grec péritomè) désigne par synecdoque le monde juif, de même le mot Prépuce (en grec akrobustia) désigne très crûment le monde non-juif. C’est-à-dire qu’il était utilisé par les Juifs de langue grecque pour désigner les non-juifs, dont une autre désignation technique était : les nations ; aujourd’hui encore, en hébreu, goim, d’où le singulier goy. Ainsi par exemple dans la lettre de Paul aux Éphésiens (II, 11) : « vous les nations (non juifs) qu’on appelle le Prépuce. » Cependant, dans la plupart des versions modernes de ces textes, cette façon de parler très crue est censurée et tournée par des mots abstraits tels que incirconcision.

Utilisation[modifier | modifier le code]

En Afrique centrale, les Dìì du Nord-Cameroun le réduisent en poudre pour constituer une potion aux vertus censément fortifiantes, où entrent d’autres ingrédients, comme par exemple le cœur de lion, bue durant la cérémonie de circoncision, transmettant la virilité d’une génération d’hommes circoncis à l’autre[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) R.K. Winkelmann, The Erogenous Zones: Their nerve supply and significance. Proceedings of the staff meetings of the Mayo Clinic, 1959, Vol. 34.2 , p. 39-47
  2. (en) Gregory J. Boyle, J. Steven Svoboda, Ronald Goldman, Ephrem Fernandez « Male circumcision : pain, trauma, and psychosexual sequelae » Journal of Health Psychology 2002;7(3):329-43.
  3. CJ. Cold, KA. McGrath, Anatomy and histology of the penile and clitoral prepuce in primates, Male and Female Circumcision, Denniston GC, Hodges FM, Milos MF eds. Kluwer Academic/Plenum Publishers, New York, 1999, p. 19-29.
  4. a et b (en) J.R. Taylor et al. « The prepuce: specialized mucosa of the penis and its loss to circumcision » British Journal of Urology 1996;77:291-295.
  5. (de) AS Dogiel, Die Nervenendigungen in der Haut der ausseren Genitalorgane des Menschen, Archiv fur Mikroskopische Anatomie 1893, 41, pp. 585-612.
  6. a, b et c (en) H. C. Bazett et al. Depth, « Distribution and Probable Identification in the Prepuce of Sensory End-Organs Concerned in Sensations of Temperature and Touch; Thermometric Conductivity » Archives of Neurology and Psychiatry 1932; 27:489-517.
  7. (de) D. Ohmori « Über die Entwicklung der Innervation der Genitalapparate als peripheren Aufnahmeapperat der Genitalen Reflexe » Zeitschrift fur Anatomie und Entwicklungsgeschichte 1924;70(1):347-410.
  8. (en) Frederick Mansfield Hodges, Marilyn Fayre Milos, Genital Autonomy : Protecting Personal Choice, New-York, Springer, 2010, p. 75.
  9. (en) Terri Hamilton, Skin, Flutes & Velvet Gloves : A Collection of Facts and Fancies, Legends and Oddities About the Body's Private Parts, New York, Macmillan, 2007, p. 236.
  10. (en) Sami Awad Aldeeb Abu-Sahlieh, Male & female circumcision : among Jews, Christians and Muslims : religious, medical, social and legal debate, Warren Center, Shangri-La Publications, 2001, p. 160.
  11. (en) Jamuna Carroll, Do Children Have Rights ?, Farmington Hills, Greenhaven Press, 2005, p. 95.
  12. (en) Peggy O'Mara, Jane McConnell, Natural Family Living:The Mothering Magazine Guide to Parenting, New-York, Pocket Books, 2000, p. 70.
  13. (en) Sorrells et al. « Fine-touch pressure thresholds in the adult penis » British Journal of Urology International 2007;99(4):864–9.
  14. (en) CJ. Cold, KA. McGrath, Anatomy and histology of the penile and clitoral prepuce in primates, Male and Female Circumcision, Denniston GC, Hodges FM, Milos MF eds. Kluwer Academic/Plenum Publishers, New York, 1999, p. 19-29.
  15. (en) THE SEPARATION OF THE PREPUCE IN THE HUMAN PENIS, Glenn A. Deibert, The Daniel Baugh Institute of Anatomy, Jefferson Medical College.
  16. Touche pas à mon prépuce !!!, Martin Wrinckler, médecin généraliste.
  17. (en) Treatment of phimosis with topical steroidsand foreskin anatomy, Tatiana C. Marques, Francisco J.B. Sampaio, Luciano A. Favorito, Urogenital Research Unit, State University of Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, RJ, Brazil.
  18. Ne touchez plus au prépuce de l’enfant, Dr Aldo Naouri, pédiatre (Paris).
  19. (en)Male circumcision Global trends and determinants of prevalence, safety and acceptability[PDF], Document de l’OMS, publié en 2009.
  20. Jean-Claude Muller, « Les deux fois circoncis et les presque excisées. Le cas des Dìì de l’Adamaoua (Nord Cameroun) », Cahiers d’études africaines, Année 1993, Volume 33, Numéro 132, p. 534.