Sur la route de Madison

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sur la route de Madison

Titre original The Bridges of Madison County
Réalisation Clint Eastwood
Scénario Richard LaGravenese
Acteurs principaux
Sociétés de production Amblin Entertainment
Malpaso Productions
Warner Bros.
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Sortie 1995
Durée 135 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Sur la route de Madison (The Bridges of Madison County) est un film américain réalisé par Clint Eastwood, sorti en 1995. Il adapte, sous le même titre, le best-seller de Robert James Waller, paru en 1992.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Francesca Johnson semble vivre une vie de famille sans heurt. Un jour de l'été 1965, alors que son mari et ses enfants sont partis à une foire dans l'Illinois, le photographe Robert Kincaid lui demande sa route. Elle le guide à travers les ponts couverts du comté de Madison qu'il est chargé de photographier pour National Geographic. Un amour s'ensuit et les quatre jours qu'ils passent ensemble marqueront leurs vies, comme le découvrent les enfants de Francesca après la mort de leur mère.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Sortie[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Il a été très bien reçu par la critique, recueillant 90 % de critiques positives, avec un score moyen de 7,2/10 et sur la base de 39 critiques collectées, sur le site internet Rotten Tomatoes[2]. Il obtient un score de 66/100, sur la base de 21 critiques, sur Metacritic[3]. Les Cahiers du cinéma le classe au 4e rang de leur liste des meilleurs films de 1995[4].

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film a rapporté 182 016 617 $ au box-office mondial (dont 71 516 617 $ aux États-Unis)[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, cette liste provient d'informations de l'Internet Movie Database[6].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Italienne de la côte Adriatique et « épouse de guerre », Francesca s'est retrouvée avec son mari, chez lui, en épouse et mère de famille dans un milieu culturel très différent du sien, au milieu de nulle part dans le plat pays de l'Iowa, où les plus proches voisins de la ferme se trouvent à des dizaines de kilomètres. C'est l'enfermement physique dans une ferme au milieu de nulle part, social, comme épouse et mère, et culturel où Robert est l'ouverture et l'union au monde. Robert qui représente une autre vie et une autre culture que celle des foires agricoles et autres comices.

Avant de partir, Robert demande à Francesca de prendre ses affaires et venir avec lui. Après beaucoup de réflexions, elle lui dit que ce ne serait pas bien, que sa famille lui manquerait, que ce départ les blesserait et qu’ils pourraient ne plus s’aimer si elle allait avec Robert. La solution de Francesca est le sacrifice. Elle et Robert continuent à s’aimer et si elle devient libre par la mort de son mari, elle rejoindrait Robert, sinon ils ne font qu’espérer et attendre mutuellement.

Alors, elle demande dans son testament à ses enfants d’incinérer son corps après sa mort et d'en disperser les cendres au pont couvert Roseman, là où elle a vécu un grand amour romantique avec Robert, parce qu’elle a donné sa vie à sa famille et veut donner maintenant ce qui reste à Robert qui est déjà mort et dont les cendres ont été dispersées à cet endroit. Elle veut donner un bon exemple à ses enfants en restant dans la famille jusqu’à la mort de son mari ; elle renonce à son bonheur personnel de peur de donner à ses enfants adolescents un mauvais modèle. Veuve et libre, Francesca n’a pas pu reprendre contact avec Robert par courrier.

Le martyr de Francesca et de Robert est la rédemption sociale pour une brève et profonde rencontre amoureuse où ils ne peuvent se rejoindre qu’à leur mort au pont couvert Roseman, là où ils ont vécu intensément leur amour romantique, en contraste à l’amour conjugal. Malgré le sacrifice de Francesca, son fils lui reproche cette rencontre amoureuse adultérine, alors que sa fille est plus attentive et empathique. C'est paradoxalement la lecture de son témoignage qui fournira à ses enfants le meilleur « modèle » : son fils décide de redonner vie à son couple et sa fille de se séparer de son mari avec qui elle est malheureuse. Leurs malheurs respectifs venaient du modèle que leur avait donné leur mère et qu'ils s'efforçaient de suivre.

Ce qui rend si spécial l’amour de Francesca et de Robert est qu’il soit si durable en profondeur, alors qu'il n'a physiquement duré que quatre jours.

Le débat social est dans l’enfermement conjugal de la femme comme épouse et mère et le débat philosophique est dans l’amour romantique qui se dégrade avec le temps dans l’amour conjugal par le confort et l’indifférence que craint déjà Francesca en partant avec Robert. Le débat psychologique est dans le désir et l'intérêt qui s'éteignent avec l'accomplissement et la satisfaction.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]