Ambrym

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ambrym
Image satellite d’Ambrym avec son volcan en éruption (couleurs artificielles en rouge).
Image satellite d’Ambrym avec son volcan en éruption (couleurs artificielles en rouge).
Géographie
Pays Vanuatu Vanuatu
Archipel Vanuatu
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 16° 15′ 00″ S 168° 07′ 00″ E / -16.25, 168.116667 ()16° 15′ 00″ S 168° 07′ 00″ E / -16.25, 168.116667 ()  
Superficie 677,7 km2
Côtes 125,8 km
Point culminant non nommé (1 334 m)
Géologie
Géologie Île volcanique
Type Volcan rouge
Activité En éruption
Dernière éruption Depuis le 23 mai 2008
Code 0507-04=
Observatoire Aucun
Administration
Province Malampa
Démographie
Population 7 275 hab. (2009)
Densité 10,73 hab./km2
Autres informations
Fuseau horaire UTC+11

Géolocalisation sur la carte : Vanuatu

(Voir situation sur carte : Vanuatu)
Ambrym
Ambrym
Îles du Vanuatu

Ambrym (ou Ambrim[1]) est une île de l’archipel du Vanuatu dans l’océan Pacifique Sud. Elle est habituellement subdivisée en trois régions : le Nord, l’Ouest et le Sud-Est. Il s’agit d’une île volcanique, comprenant deux cratères du nom de Marum et Benbow, accessible depuis l’Ouest ou le Nord, depuis le village de Ranvetlam.

Découverte en 1768 par Bougainville, elle a été nommée ainsi par le Capitaine James Cook, qui y a jeté l'ancre en 1774. Ce nom signifie "il y a des ignames ici" ("ham rim" dans la langue Ranon[2]).Ambrym est un grand volcan basaltique avec une caldeira de 12 km de largeur. C'est non seulement l’un des volcans les plus en activité du Vanuatu, mais aussi dans le monde. La caldeira d'Ambrym est un paysage semblable à une large et impressionnante terre lunaire, contenant une plaine de cendre, coupée par d’innombrables ravines formées par l'érosion et abritant plusieurs cratères actifs et des coulées de lave récentes. On pense que la caldeira a pu se former durant une phase éruptive majeure associée à une importante éruption plinienne accompagnée par des coulées pyroclastiques de composition de dacite, il y a environ 1900 ans. L'activité post-caldérique s’est concentrée à l’intérieur de l’immense cratère autour de deux conduits éruptifs principaux, qui sont devenus des grands cônes volcaniques complexes contenant plusieurs cratères, appelés Marum et Benbow. Souvent, autant le Marum que le Benbow (et bien d'autres cratères également) contiennent des petits lacs de lave incandescents, qui entrent en éruption et vomissent de de temps en temps des coulées de lave sur le plancher de la caldeira, qui parfois quittent même la caldeira en empruntant les ravines d'érosion. Les éruptions post-caldeiriques ont aussi formé une série de cônes de scorie et maars le long d'un système de fissure orienté ENE-WSW. Les éruptions se sont apparemment déroulées presque annuellement pendant les temps historiques, toutes issues des cônes à l’intérieur de la caldeira ou d’évents latéraux sur les flancs. Cependant, de 1850 à 1950, le rapport d’activité a été surtout limité aux éruptions extra-caldeiriques, qui auraient affecté des populations locales. De temps en temps, des éruptions explosives à caractère hydromagmatique proviennent des cratères, à cause de l'interaction du magma et de l’eau. De telles éruptions produisent des grands nuages de cendre et peuvent causer de sérieux problèmes de santé pour la population locale autant sur le plan respiratoire que sur la contamination des nappes souterraines par les cendres fines.

Géographie[modifier | modifier le code]

De la lave dans le cratère Marum.

Ambrym a une superficie de 677,7 km2[3] et est située entre les îles Pentecôte, Malekula et Paama. Les principaux villages de l’île sont Fanla, Newha, Olal, Craig Cove, Lalinda et Baiap.

Le volcan d’Ambrym, qui culmine à 1 334 m, est en éruption depuis le 23 mai 2008[4],[5].

Population[modifier | modifier le code]

La population d’Ambrym (7 275 habitants en 2009[6]), comme celle du Vanuatu, est mélanésienne. La vie y est très simple, sans eau courante (pour la majorité des lieux) et sans électricité. La tradition y est présente bien que l’avènement récent de différents mouvements religieux amplifie un certain désintérêt pour les valeurs coutumières et ancestrales.

Les habitants d’Ambrym parlent cinq langues vernaculaires : ambrym du Nord, ambrym du Sud-Est, dakaka, lonwolwol et port-vato[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Ambrim: Vanuatu, nom, coordonnées géographiques, carte », Geomondiale.fr: noms géographiques (consulté le 11 octobre 2012)
  2. (en) « Ambrim », Destination Vanuatu, South Pacific (consulté en 2011-07-29)
  3. (en) « Îles du Vanuatu » (consulté le 17 septembre 2011)
  4. (en) « Ambrym — Eruptive history », Global Volcanism Program (consulté le 17 septembre 2011)
  5. (en) « Ambrym Volcano, Vanuatu », Countries of the World (consulté en 2011-07-29)
  6. (en) « 2009 National Population and Housing Census », Vanuatu National Statistics Office,‎ 2009 (consulté le 17 septembre 2011), p. 13
  7. (en) « Languages of Vanuatu », SIL International (consulté le 17 septembre 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :