Guillaume Gille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guillaume Gille
{{#if:
Image illustrative de l'article Guillaume Gille
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 12 juillet 1976 (38 ans)
Lieu Valence
Taille 1,92 m (6 4)
Poste demi-centre
Surnom(s) Gino
Situation en club
Club actuel fin de carrière
Parcours professionnel *
Saisons Club M. (B.)
1984-1996 Drapeau : France Handball Club Loriol
1996-2001 Drapeau : France SO Chambéry
2001-2002 Drapeau : France Chambéry SH
2002-2012 Drapeau : Allemagne HSV Hambourg
2012-2014 Drapeau : France Chambéry SH
Sélections en équipe nationale **
Année(s) Équipe M. (B.)
1996-2012 Drapeau : France France 308 (678)
* Matchs joués et buts marqués dans chaque club
comptant pour le championnat national
et les compétitions nationales et continentales.
** Matchs joués et buts marqués pour l'équipe
nationale en match officiel.

Guillaume Gille, né le 12 juillet 1976 à Valence, est ancien un handballeur international français évoluant au poste de demi-centre. Avec l'équipe de France, il est double champion olympique, double champion du monde et double champion d'Europe. Il est le frère aîné de Bertrand et de Benjamin, tous deux également handballeurs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Parcours en club[modifier | modifier le code]

Guillaume avec son frère Bertrand sous le maillot du HSV Hambourg en 2007.
Guillaume Gille sous le maillot du HSV Hambourg.

Le parcours de « Gino » ne peut être dissocié de celui de son frère Bertrand. Tous deux ont débuté leurs carrières au club du HBC Loriol, puis ont rejoint en 1996 le Stade Olympique de Chambéry avec lequel ils remportent un titre de champion de France en 2001 et une Coupe de la Ligue en 2002. Cette même année, Guillaume et Bertrand rejoignent l'Allemagne et le HSV Hambourg où ils remportent une Coupe des coupes en 2007, un titre de champion d'Allemagne en 2011 et deux Coupes d'Allemagne.

En 2012, après 10 saisons en Allemagne, Guillaume et Bertrand reviennent tous les deux au Chambéry SH[1], reformant avec leur frère cadet Benjamin le trio qui avait conduit Chambery à son seul et unique titre de champion de France en 2001. Ensemble, ils parviennent à remporter le premier trophée du club depuis 11 ans, le Trophée des champions 2013. Pressenti pour devenir entraineur du club à la fin de sa carrière, il tient le double rôle de joueur et d'entraineur adjoint de Mario Cavalli. Finalement, en 2014, alors que Guillaume a mis un terme à sa carrière à l'issue de la finale de Coupe de France 2014[2],[3], Cavalli est confirmé à la tête du club et éventuelle reconversion au sein du club savoyard ne sont plus à l’ordre du jour[4]. Un temps pressenti pour entraîner Toulouse[5], il préfère finalement refuser l'offre afin de se réenraciner avec sa famille en Savoie après 10 ans en Allemagne[6].

Parcours en équipe de France[modifier | modifier le code]

Guillaume Gille sous le maillot de l'équipe de France.

Le 26 novembre 1996, il revêt pour la première fois le maillot de l'équipe de France, championne du monde, face à la RF Yougoslavie[2]. En fait, suite à l'échec des JO d'Atlanta en 1996, Daniel Costantini a écarté quelques anciens « Barjots » pour laisser la place à des jeunes comme Guillaume Gille qui saura saisir sa chance puisque, hormis pour cause de blessure, il participera ensuite à toutes les campagnes internationales de l'équipe de France jusqu'en 2012, au terme d'un second titre olympique. Un des piliers de la réussite des Bleus, il cumule ainsi 308 sélections et 678 buts marqués.

Pour sa première compétition officielle, il remporte ainsi une médaille de bronze au Championnat du monde 1997. Après une 7e place à l'Euro 98 puis une 6e place au Mondial 99, Guillaume participe à ses premiers Jeux olympiques[7] à Sydney où la France termine une nouvelle fois à la 6e place.

En 2001, la consécration arrive avec son premier titre lors du Championnat du monde 2001 en France. Victime d'une déchirure du tendon d'Achille en septembre 2002[8], il ne peut défendre son titre au Mondial 2003 au Portugal. Pour son retour en 2004, le succès ne sera pas au rendez-vous puisque les bleus terminent 6e de l'Euro 2004 puis 5e des JO d'Athènes. L'année suivante, Guillaume Gille remporte sa troisième médaille internationale, le bronze lors du Championnat du monde 2005 en Tunisie. En 2004, après 6 éditions et autant de désillusions, l'équipe de France réussit enfin un Championnat d'Europe et de la plus belle des manières puisque Guillaume et les « Costauds » remportent la médaille d'or de l'Euro 2006.

Dès lors, la malédiction est rompue et, revanchards après la cruelle défaite en demi-finale du Championnat du monde 2007 en Allemagne, Guillaume et les Bleus ne laisseront plus que des miettes à leurs adversaires : la consécration avec le titre de champion olympique en 2008, un deuxième titre de champion du monde en 2009 (Guillaume est auteur de très bon matchs[9], notamment en demi-finale face au Danemark où il a réussi à compenser l'absence de Didier Dinart en défense et être très performant en attaque), de nouveau champion d'Europe en 2010 et enfin un second titre olympique en 2012, Guillaume ayant dû déclarer forfait pour le mondial 2011 suite à une blessure musculaire[10].

En 2012, il met fin à sa riche carrière internationale sous le maillot bleu[11],[12], un mois après son deuxième titre olympique.

Équipe de France[modifier | modifier le code]

  • Première sélection : 26 novembre 1996 contre la Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie
  • Sélections en équipe de France : 308
  • Buts en équipe de France : 678

Clubs successifs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En équipe de France[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[7]
Championnats du monde
Championnats d'Europe

En club[modifier | modifier le code]

Compétitions internationales
Compétitions nationales
Accessits

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Guillaume et Bertrand Gille rentrent à Chambéry », sur Handzone.net,‎ 17 février 2012 (consulté le 14 juin 2014)
  2. a et b « Guillaume Gille : "Il me reste tout un tas d'incroyables souvenirs" », sur sport365.fr,‎ 27 mai 2014 (consulté le 14 juin 2014)
  3. « Handball : Les adieux de Guillaume Gille et Cyril Dumoulin », sur Chaine Youtube de TV8 Mont-Blanc,‎ 26 mai 2014 (consulté le 14 juin 2014)
  4. « Mario Cavalli rempile à Chambéry, Guillaume Gille non », sur Handzone.net,‎ 24 avril 2014 (consulté le 14 juin 2014)
  5. « Dallard : «Guillaume Gille, le choix n° 1» », sur ladepeche.fr,‎ 14 mai 2014 (consulté le 14 juin 2014)
  6. « Toulouse : Guillaume Gille ne viendra pas sur le banc », sur sport365.fr,‎ 25 mai 2014 (consulté le 14 juin 2014)
  7. a et b « Profil olympique de Guillaume Gille », sur Sports-Reference.com (consulté le 14 juin 2014)
  8. « Guillaume Gille gravement blessé », sur Handzone.net,‎ 11 septembre 2002 (consulté le 14 juin 2014)
  9. « La France en finale contre la Croatie », sur ladepeche.fr,‎ 31 janvier 2009 (consulté le 14 juin 2014)
  10. « G.Gille forfait pour le Mondial », sur sport365.fr,‎ 31 décembre 2010 (consulté le 14 juin 2014)
  11. « "Gino" tire sa révérence internationale », sur Handzone.net,‎ 27 septembre 2012 (consulté le 14 juin 2014)
  12. « Guillaume Gille, un Costaud devenu Expert (Diaporama) », sur sport365.fr,‎ 27 septembre 2012 (consulté le 14 juin 2014)
  13. « Décret du 14 mars 2001 portant nomination », Journal officiel du 15 mars 2001 (consulté en 1er mars 2013)
  14. « Décret du 14 novembre 2008 portant promotion et nomination », Journal officiel du 15 novembre 2008 (consulté en 1er mars 2013)
  15. « Décret du 31 décembre 2012 portant promotion et nomination - Promotion spéciale des Jeux olympiques de Londres 2012 », Journal officiel du 1er janvier 2013 (consulté en 1er mars 2013)

Sur les autres projets Wikimedia :