Xavier Barachet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Xavier Barachet
{{#if:
Image illustrative de l'article Xavier Barachet
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 19 novembre 1988 (25 ans)
Lieu Nice[1]
Taille 1,96 m (6 5)[2]
Poids 95 kg (209 lb) [2]
Poste Arrière Droit
Surnom(s) Barach, Xav'
Situation en club
Club actuel Drapeau : France Saint-Raphaël VHB
Parcours junior
Saisons Club
1997-2006 Drapeau : France Cavigal Nice Sports
Parcours professionnel *
Saisons Club M. (B.)
2006-2012 Drapeau : France Chambéry SH
2012-2013 Drapeau : Espagne BM Atlético de Madrid
2013-2014 Drapeau : France Saint-Raphaël VHB
à p. de 2014 Drapeau : France Paris Saint-Germain
Sélections en équipe nationale **
Année(s) Équipe M. (B.)
2005-2008 Drapeau : France France junior
dep. 2009 Drapeau : France France 63 (125)[2]
* Matchs joués et buts marqués dans chaque club
comptant pour le championnat national
et les compétitions nationales et continentales.
** Matchs joués et buts marqués pour l'équipe
nationale en match officiel.

Xavier Barachet est un joueur de handball français né le 19 novembre 1988 à Nice. Il évolue au poste d'arrière droit en équipe de France et au club de Saint-Raphaël Var Handball auquel il est prêté par le Paris Saint-Germain Handball pour la saison 2013-2014.

Il est champion olympique 2012, double champion du monde 2009 et 2011 et champion d'Europe 2010.

Biographie[modifier | modifier le code]

Parcours en club[modifier | modifier le code]

Après avoir débuté au Cavigal Nice Sports avec un certain William Accambray, il rejoint à près de 18 ans le centre de formation du Chambéry Savoie Handball en 2006. Sous le houlette de Philippe Gardent, il s'impose peu à peu dans l'équipe savoyarde sur son poste d'arrière droit.

En novembre 2009, il signe pour quatre ans au BM Ciudad Real à compter de la saison 2011-2012[3]. Il est finalement prêté une saison supplémentaire au club qui l'a révélé, Chambéry[4], et ne rejoint donc le club espagnol qu'à l'été 2012[5]. Entre temps, il est élu à deux reprises meilleur arrière droit du Championnat de France, en 2011 et en 2012.

Xavier Barachet sous le maillot du BM Atlético de Madrid en 2012 face au THW Kiel de Thierry Omeyer.

Alors qu'il avait signé en 2009 parmi l'un des tous meilleurs clubs d'Europe, il rejoint finalement en 2012 un club en proie à de très importants problèmes financiers qui ont conduit le club à devenir BM Atlético de Madrid, perdant au passage des joueurs comme Luc Abalo, Didier Dinart, Alberto Entrerríos, Chema Rodríguez ou encore Arpad Šterbik. Si le projet sportif tient toujours la route -- l'équipe remporte la Coupe d'Espagne et termine vice-champion -- le bilan de Barachet est plus mitigé, son entraineur, Talant Dujshebaev, lui préférant le plus souvent Kiril Lazarov. Si un temps d'adaptation est toujours nécessaire, Barachet est surtout handicapé par une blessure à l'épaule gauche qu'il traine depuis les JO de Londres et se fait finalement opérer fin mars 2013[6]. Il ne rejouera finalement plus en Espagne, car à début juillet, son club, le BM Atlético de Madrid, dépose le bilan. Barachet se retrouve alors sans contrat et libre de s'engager où il veut.

Le 25 juillet 2013, il signe pour quatre ans avec le Paris Saint-Germain Handball mais le joueur est prêté à Saint-Raphaël pour une année. Dans le Var, il se remet doucement de son opération et effectue son retour en championnat de France fin octobre[7].

Parcours en équipe de France[modifier | modifier le code]

Évoluant au poste d'arrière droit au club de Chambéry, le sélectionneur français Claude Onesta lui offre sa première sélection avec l'équipe de France lors du tournoi de Paris-Bercy, tournoi préparatoire pour le championnat du monde disputé en Croatie. Il fait ses débuts face à l'Algérie.

Claude Onesta le sélectionne dans le groupe qui se rend en Croatie. Cette sélection est surtout là pour que le joueur appréhende le très haut niveau international et faciliter son intégration au sein d'un groupe bien aguerri. Il présente également l'avantage d'évoluer sur un poste, arrière droit, où les candidats à pouvoir postuler en équipe de France ne sont pas nombreux, le poste étant occupé lors du championnat du monde par Jérôme Fernandez, qui, étant droitier, évolue normalement sur le poste d'arrière gauche. Pour les deux dernières rencontres du mondial, il retrouve les tribunes, Claude Onesta ayant fait appel à Joël Abati pour pallier la blessure de Didier Dinart.

Le titre européen 2010 lui laisse un goût amer : il ne dispute que deux rencontres pour un total de 1 minute 37[8].

Lors du Mondial 2011, il occupe le poste d'arrière droit avec Sébastien Bosquet. Ses bons débuts, trois buts et cinq passes face à la Tunisie et la blessure de Sébastien Bosquet lors du deuxième match contre le Bahreïn, accentuent son importance au sein des Bleus. Toutefois, lors de la dernière rencontre du premier tour, face aux Espagnols, il se blesse en fin de rencontre en marchant sur le pied d'un adversaire ce qui lui occasionne une entorse de la cheville[9]. Il fait son retour dans la compétition lors du dernier match du tour principal face à l'Islande, rencontre où il marque six buts et délivre deux passes. Lors de la demi-finale disputée face à la Suède, qui évolue à domicile, il inscrit deux buts (sur 3 tirs) et réalise deux passes décisives. La France remporte le match sur le score de 29 à 26 et se qualifie pour sa quatrième finale consécutive dans une compétition majeure après les trois titres olympiques, mondiaux et européens. Lors de cette finale, disputée face au Danemark, il inscrit trois buts[10]. La France remporte la rencontre 37 à 35 après une prolongation et ainsi son quatrième titre en l'espace de trois ans, le troisième pour Barachet.

En 2012, après un championnat d'Europe terminé à la 11e place, alors que de nombreux journalistes annoncent cette échec comme le signe précurseur du déclin de l'équipe de France, celle-ci s'impose aux Jeux olympiques 2012 de Londres, conservant son titre acquis 4 ans plus tôt. À 23 ans, Barachet a donc déjà un titre dans chacune des 3 compétitions majeures.

Xavier Barachet (à droite) avec Jérôme Fernandez au défilé des médaillés français des JO 2012.

Quant au Mondial 2013, Barachet, qui traine une blessure à l'épaule depuis plusieurs mois, ne peut pas donner le meilleur de lui-même et la France termine à la 6e place.

S'il a repris la compétition avec son club de Saint-Raphaël fin octobre 2013, il ne retrouve pas immédiatement la plénitude de ses moyens et ne participe donc pas à l'Euro 2014. Il retrouve toutefois les bleus à l'occasion de la troisième étape de la Golden League 2013-2014, finalement remporté par la France.

Clubs[modifier | modifier le code]

Équipe de France[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Compétitions nationales

Équipe de France[modifier | modifier le code]

Récompenses individuelles[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Profil de Xavier Barachet », sur http://twitter.com (consulté le 24 janvier 2014)
  2. a, b et c « Profil sur le site des Experts », sur Site officiel de l'équipe de France (consulté le 14 avril 2014)
  3. « 2011 : Direction Ciudad pour Xavier Barachet »,‎ 28 novembre 2009 (consulté le 1er mars 2013)
  4. « Xavier Barachet un an de plus à Chambéry ! »,‎ 12 janvier 2011 (consulté le 1er mars 2013)
  5. « Au revoir, Chambéry ! », sur handzone.net,‎ 28 mai 2012 (consulté le 31 octobre 2013).
  6. « Barachet opéré de l'épaule gauche », sur sport24.com,‎ 20 mars 2013 (consulté le 31 octobre 2013).
  7. « Barachet de retour après sept mois d’arrêt », sur liberation.fr,‎ 18 octobre 2013 (consulté le 31 octobre 2013).
  8. (en) « 9th Men's European handball Championship », sur sportresult.com (consulté le 29 janvier 2011)
  9. « Barachet, à droite du nouveau », sur lequipe.fr, l'Équipe,‎ 24 janvier 2011 (consulté le 29 janvier 2011)
  10. (en) « Match report FRA 37-35 DEN »,‎ 30 janvier 2011 (consulté le 30 janvier 2011)
  11. « Récompenses à la Nuit du Handball », sur handzone.net,‎ 1er juin 2012 (consulté le 4 juin 2012)
  12. « Décret du 31 décembre 2012 portant nomination », Journal officiel du 31 décembre 2012 (consulté le 1er mars 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :