Jonas de Bobbio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jonas de Bobbio (ou Jonas de Suse, né vers 600 à Suse (Piémont); † après 659) est un moine bénédictin et un hagiographe du VII° siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il rejoignit en 618 le monastère de Bobbio fondé par Colomban de Luxeuil alors en disgrâce en Burgondie. Là, compte tenu de ses connaissances littéraires, rares pour l'époque, il devint secrétaire des abbés Atalla († 626) et Bertolphe († 639), deux proches collaborateurs du fondateur. En 628 il accompagna Bertolphe à Rome. Ce dernier le chargea d'écrire la biographie de saint Colomban, qui nous est parvenue sous ce simple titre : Vita Columbani.

Il partit certainement pour les Gaules à son retour, car sa biographie de l'abbé Eustache de Luxeuil (mort en 629), témoigne qu'il le connaissait personnellement.

Appelé par Amand de Maastricht pour le seconder dans sa tâche d'évangélisation de l'Austrasie, il rédigea une Hagiographie de Vaast d'Arras, le premier évêque franc d’Arras. C'est pour respecter une promesse faite aux moines de Bobbio lors d'une visite à l’abbaye en 639, il composa entre 640 et 643 son chef d’œuvre, la Vie de Columban.

En 659, lorsque la reine Bathilde l'envoie en mission à Chalon-sur-Saône, les chroniques lui donnent le titre d’abbé sans autre précision. Au cours de cette mission il séjourna quelques jours à l’Abbaye Saint-Jean-de-Réome (aujourd'hui Moutiers-Saint-Jean) dans le diocèse de Langres. Là encore, à la demande des moines qui le recevaient, il écrivit une hagiographie de leur patron.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Jonas composa encore les biographies des abbés Attala et Bertolphe de Bobbio, d’Eustache de Luxeuil, et de l’abbesse Fare d’Évoriac. Bède le vénérable a compilé ces vies dans son Histoire Ecclesiastique, et Flodoard a mis la vie de Saint Columban en hexamètres latins. Sa « Vie de Sainte Fare » est surtout un récit des miracles accomplis par cette abesse à Évoriac, mais l'art de Jonas réussit à ménager quelques précieux indices historiques sur la vie de l'époque.

Hormis la Vie de Vaast, les œuvres de Jonas ot été publiées dans la Patrologie Latine LXXXVII, 1011–88; une édition améliorée a été donnée par Krusch, Monumenta Germaniae Historica, vol. III, Hanovre, coll. « Script. Rer. Mer. »,‎ 1896 et 1902, p. 406-13, 505-17; vol. IV, p. 61-152.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]