Bérenger II de Neustrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bérenger, mort en 896, fut comte de Bayeux et marquis de Neustrie de 886 à 896

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était issu d'une famille de la noblesse carolingienne installée en Francie orientale. En 886, à la mort du marquis Henri, tué au siège de Paris, l'empereur Charles le Gros, qui avait réussi à réunir les morceaux de l'empire de Charlemagne, le chargea de la marche de Neustrie pour la défendre contre les Normands.

Il intervient effectivement contre les raids normands à plusieurs reprises, et principalement dans les régions du Mans et de Bayeux. Une charte de 892 le montre comme un égal de Robert, le titulaire de l'autre marche de Neustrie.

Famille[modifier | modifier le code]

Certitudes[modifier | modifier le code]

Sa famille est mal connue. Les faits certains ou quasi-certains le concernant sont :

  • Une théorie lui donne une fille Poppa, dite de Bayeux, qui fut enlevée par les Normands vers 892 et mariée à un de leur chef, Rollon, le futur comte de Rouen. Ils seront les ancêtres de la maison ducale de Normandie.
  • Ce nom de Poppa est à rapprocher du comte de Grabfeld Poppon II, duc germanique de la famille des Popponiens, et frère du marquis Henri, le prédécesseur de Bérenger. On considère que Bérenger est soit un fils, soit un gendre d'Henri.
  • le chroniqueur Dudon de Saint-Quentin présente le comte Bernard de Senlis[réf. nécessaire] comme l'oncle maternel de Guillaume Longue-Épée, fils de Rollon et de Poppa.

De ces différents faits, deux hypothèses ont été émises :

Hypothèse 1 : Bérenger est gendre d'Henri[modifier | modifier le code]

Dans ce cas, pour expliquer son prénom, ainsi que le choix de sa personne pour le marquisat de Neustrie, il serait petit-fils de Gebhard de Lahngau, et donc fils ou neveu de Bérenger, qui fut brièvement marquis de Neustrie. Son épouse est donc une fille d'Henri, marquis de Neustrie, et d'Ingeltrude de Frioul.

Cette hypothèse, la plus ancienne, pose le problème de la parenté entre Guillaume Longue-Épée et Bernard de Senlis, car ce dernier est par ailleurs présenté comme un fils de Guy de Senlis, et sa mère est probablement issue de la maison de Vermandois. Il ne possède en fait qu'un lien de parenté lointain (cousin issu de germain) avec Poppa. L'explication donnée est que Berenger, accaparé par ses fonctions de défenses contre les Normands, l'a confié à ses parents les comtes de Senlis, qui l'auraient élevé dans leur foyer.


 
 
 
 
 
 
Louis le Pieux
empereur
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Gisèle
x Évrard
marq.Frioul
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Gebhard
de Lahngau
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bérenger Ier
empereur
 
Pépin
comte
 
Heilwig
x Hucbald
 
Ingeltrude
 
Henri
m. Neustrie
 
Poppo II
cte Grabfeld
 
Udo
marq Neustrie
 
Bérenger
marq.Neustrie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
(Adèle)
 
(Guy)
cte Senlis
 
 
 
(Adalinde)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Berenger
marq.Neustrie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bernard
cte Senlis
 
 
 
 
 
Poppa
x Rollon
cte Rouen
 
Ne
 
Wendigarde
x Udalrich
cte Linzgau
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Juhel Bérenger
cte Rennes
 
Bérenger
cte Thurgau
 
Burkhard
ab.Saint-Gall

Hypothèse 2 : Bérenger est fils d'Henri[modifier | modifier le code]

Dernièrement, une autre hypothèse a été énoncée, partant du principe que le prénom Bérenger était porté par Bérenger Ier, roi d'Italie, empereur, et beau-frère du marquis Henri, Bérenger serait alors fils du marquis Henri et d'Ingeltrude de Frioul, sœur de Bérenger Ier, et aurait alors simplement succédé à son père dans ses honores. De ce fait, rien n'empêche de proposer la mère de Poppa comme issue de la maison de Vermandois, mariée en première noces à Bérenger et en secondes noces à Guy, comte de Senlis.


 
 
 
 
 
 
Louis le Pieux
empereur
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Gisèle
x Évrard
marq.Frioul
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bérenger Ier
empereur
 
Heilwig
x Hucbald
 
Pépin
comte
 
Ingeltrude
 
Henri
m. Neustrie
 
Poppo II
cte Grabfeld
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
(Guy)
cte Senlis
 
(Adèle)
 
 
 
 
Berenger
marq.Neustrie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bernard
cte Senlis
 
Poppa
x Rollon
cte Rouen
 
Ne
 
Wendigarde
x Udalrich
cte Linzgau
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Juhel Bérenger
cte Rennes
 
Bérenger
cte Thurgau
 
Burkhard
ab.Saint-Gall

Enfants[modifier | modifier le code]

De son épouse inconnue (certains proposent les prénoms de Cunégonde ou Adèle pour des raisons onomastiques), il eut :

  • de manière certaine Poppa de Bayeux, enlevée puis mariée more danico à Rollon.
  • probablement une fille mariée à un comte de Rennes, et mère de Juhel Bérenger, comte de Rennes
  • probablement Wendigarde, mariée à Udalrich, comte de Linzgau et de Thurgau, mère de Bérenger, comte de Thurgau, et de Burkhard, abbé de Saint-Gall.

Source[modifier | modifier le code]

Onomastique et Parenté dans l'Occident médiéval, Oxford, Linacre College, Unit for Prosopographical Research, coll. « Prosopographica et Genealogica »,‎ 2000, 310 p. (ISBN 1-900934-01-9), contenant, entre autres, les trois communications suivantes :