Bataille de Tertry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Tertry
Informations générales
Date juin 687
Lieu Près de Tertry
Sud de Péronne
Issue Victoire de Pépin de Herstal
Belligérants
Austrasie Neustrie
Commandants
Pépin de Herstal Berchaire, maire du palais du roi Thierry III
Coordonnées 49° 51′ 47″ N 3° 04′ 14″ E / 49.8631, 3.0706 ()49° 51′ 47″ Nord 3° 04′ 14″ Est / 49.8631, 3.0706 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Tertry.

Géolocalisation sur la carte : Picardie

(Voir situation sur carte : Picardie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Tertry.

La bataille de Tertry en juin 687 dans le cadre des luttes de clans francs (les Faida germaniques) vit la victoire de l'Austrasie sur la Neustrie.

La Gaule franque au VIIe siècle[modifier | modifier le code]

En 511, les Francs sous Clovis Ier avaient conquis presque toute la Gaule, sauf la Bretagne, la Provence, la Burgondie (la Bourgogne et la vallée du Rhône) et la Septimanie (Languedoc). Les fils de Clovis prirent la Burgondie mais luttèrent entre eux ainsi que les générations suivantes, créant 200 ans de chaos et guerres internes. Leur pouvoir faiblit et le pouvoir effectif finit par revenir aux "maires du palais", les rois n'ayant qu'un rôle symbolique.

La Gaule franque était alors divisée en deux royaumes rivaux qui furent souvent en guerre, l'Austrasie au nord-est, capitale Metz, contrôlée par Pépin de Herstal et la Neustrie à l'ouest, capitale Paris et Soissons, sous les ordres de Berchaire, maire du palais du roi mérovingien Thierry III.

Ébroïn était maire du palais de Neustrie en 679 et Pépin de Herstal celui de l'Austrasie. L'Austrasie avait pris un roi sans l'accord d'Ébroïn qui entra en guerre contre eux au nom de Dagobert II.

Pépin de Herstal fut d'abord en difficulté (battu à Laon en 680 puis à Namur).

En 687, Pépin franchit le fleuve Somme et les marais de l'Omignon pour affronter et vaincre les troupes de Berchaire près de Tertry.

Conséquences[modifier | modifier le code]

  • Pépin de Herstal n'osa pas s'emparer de la couronne. Il laissa donc le roi de Neustrie qu'il venait de battre sur le trône et prit les titres de Dux et Princeps Francorum - duc et prince des Francs. Les Pippinides prirent ainsi le pouvoir 64 ans avant de pouvoir s’emparer de la couronne.
  • Selon Ferdinand Lot, la bataille de Tertry a eu "une portée considérable, une signification durable". Elle marqua un renversement de tendance dans le conflit qui opposait la Neustrie à l'Austrasie. La victoire changea de camp, depuis Tertry, l'Austrasie ne fut plus jamais vaincue. La victoire de Pépin de Herstal marqua donc le tournant qui prépara l'avènement des carolingiens[1].

Lieu de mémoire[modifier | modifier le code]

  • En 1987, un monument rappelant la Bataille de Tertry fut inauguré devant l'église du village. Il se compose de trois blocs de pierres symbolisant les trois royaumes francs de l'époque (Austrasie, Burgondie et Neustrie); une pierre ronde devant le monument porte cette simple inscription Tertry 687.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ferdinand Lot, La Fin du monde antique et le début du Moyen Age, 1927, réédition, 1968.
  • Patrick Perrin et Charlotte Defer, La Neustrie, Les Pays du Nord de la Loire de Dagobert à Charles le Chauve (VIIe-IXe siècles, 1985
  • Robert Embry, La Bataille de Tertry, 687, Péronne, Société archéologique de la région de Péronne, 1987 (ISBN 2 - 906 996 - 00 - 9)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Embry, La Bataille de Terty, 687, Péronne, Société archéologique de la région de Péronne, 1987 (ISBN 2 - 906 996 - 00 - 9)