Orléanais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Orléanais

IXe siècle1790

Drapeau Blason
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

La province de l'Orléanais.

Informations générales
Statut Province du royaume de France
Capitale Orléans
Histoire et événements
IXe siècle Premier comte attesté : Adrien d'Orléans.
1344 L'Orléanais est érigé en duché.
1498 Louis XII rattache l'Orléanais au domaine royal.
1790 Suppression de la province de l'Orléanais.
Comtes
(1er) v. 760 - 821 Adrien d'Orléans
(Der) 956-987 Hugues Capet
Ducs en apanage
(1er) 1336-1375 Philippe
(Der) 1785-1790 Louis-Philippe II
(le titre demeure porté après la Révolution)

Entités précédentes :

Entités suivantes :

L’Orléanais est une région historique et culturelle française, correspondant à une ancienne province et dont la capitale est Orléans. L'Orléanais a aussi constitué un comté puis un duché.

La province a regroupé de nombreuses régions différentes, comme la Beauce, la Puisaye, la Sologne, le Gâtinais, le Blaisois et le Vendômois, et elle se trouve aujourd'hui répartie sur plusieurs départements. Elle correspond à la majeure partie du Loiret et du Loir-et-Cher, et s'étend aussi sur le Cher, l'Yonne, l'Eure-et-Loir, l'Essonne, la Seine-et-Marne, l'Indre-et-Loire, les Yvelines et la Sarthe. Elle forme par ailleurs une grande partie de la région Centre, et se trouve aussi répartie sur la Bourgogne, l'Île-de-France et les Pays de la Loire.

L'Orléanais regroupe de nombreuses villes, comme Orléans, sa capitale historique, mais aussi Blois, Étampes, Chartres, Rambouillet, Romorantin-Lanthenay, Montargis, Vendôme, Gien ou Châteaudun.

L'Orléanais est apparu au IXe siècle et Hugues Capet a été le dernier comte héréditaire d'Orléans. Par la suite, le titre fut donné en apanage aux fils cadets des rois de France. Érigée en duché en 1344, la province entre dans le domaine royal en 1498. Elle est finalement disloquée en 1790 lors de la création des départements.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Orléanais s'étend sur une partie du territoire de l'ancienne province romaine de la Gaule lyonnaise.

Comme pour toutes les anciennes provinces françaises, la précision des contours de l'Orléanais reste floue notamment en raison de la coexistence de plusieurs systèmes de découpages territoriaux sous l'Ancien Régime. En effet, les diocèses, les pays d'élection, les gouvernements ou encore les sénéchaussées n'avaient pas les mêmes limites et pouvaient se chevaucher. Enfin, le contour des provinces pouvait changer dans le temps. Certains géographes ont largement critiqué l'idée de provinces et d'identité provinciale, niant parfois que le mot recouvre quelque réalité tangible. De fait, les multiples listes et cartes dénombrant les provinces de France ne sont ni parfaitement superposables ni exactement comparables. Dans le cas de l'Orléanais, le Gâtinais est l'exemple le plus marquant, car il dépendait de la généralité d'Orléans, mais du gouvernement d'Île de France. Son appartenance à telle ou telle province est donc difficile à établir.

L'Orléanais couvre la majeure partie du Loiret et du Loir-et-Cher, à l'exception de quelques communes qui faisaient partie de provinces voisines, comme le Berry ou le Perche. Il couvre aussi un tiers de l'Eure-et-Loir, une partie de l'Yonne, autour de la Puisaye, le sud de l'Essonne, ainsi que des communes des Yvelines, de la Seine-et-Marne, de l'Indre-et-Loire et la Sarthe. Du point de vue des régions modernes, il couvre l'est et le nord de la région Centre ainsi que le nord ouest de la Bourgogne et le sud de l'Île-de-France. Les quelques communes sarthoises font quant à elles partie des Pays de la Loire. L'Orléanais est enfin, avec le Berry et la Touraine, l'une des trois principales provinces historiques de l'actuelle région Centre.

L'Orléanais présente les paysages variés des régions naturelles de la Beauce, du Blaisois, de la forêt d'Orléans, du Gâtinais, du Giennois, de la Puisaye, de la Sologne, du Val de Loire, du Vendômois et du Bas-Vendômois.

L'Orléanais dans ses limites du XVIIIe siècle et les communes et départements actuels[1]

Histoire[modifier | modifier le code]

La province constitua un duché sous le contrôle de la famille d'Orléans.

Administration[modifier | modifier le code]

Le territoire de l'Orléanais recoupe en totalité ou partiellement ceux des provinces ecclésiastiques des archevêchés de Sens et de Paris, de la province fiscale de l'ancien régime de la généralité d'Orléans et du domaine royal français.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte réalisée d'après : Gouvernement général d'Orléanois, où se trouvent l'Orleanois propre, le Blaisois, le Gatinois, et la Beauce, qui comprend le Vendomois, le Dunois, et le pays chartrain, Robert de Vaugondy, 1753 ; Carte de la Beauce, du Gâtinois, de la Sologne et pays voisins compris dans la Généralité d'Orléans, Guillaume Delisle, 1718.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M.V.P Philipon de la Madelaine, L'Orléanais, histoire des ducs et du duché d'Orléans : comprenant l'histoire et la description de la Beauce, du Pays Chartrain, du Blésois, du Vendômois, du Gâtinais, du Perche et de ce qui constituait l'ancienne généralité d'Orléaans, Paris, Mallet,‎ 1845, 475 p. (lire en ligne)
  • C. de Vassal, Nobiliaire de l'Orléanais, Orléans, H. Herbuison,‎ 1863 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]