Francs saliens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saliens.
Ce paysage contemporain composé d'un marais saumâtre entouré d'une épaisse ripisylve pourrait peut-être donner une idée de l'aspect du territoire des premiers saliens des littoraux.

Les Saliens sont les membres d'un des peuples germaniques qui constituent la ligue des Francs. Ce peuple vivait à l'origine sur la rive droite du Rhin, comme tous les autres peuples francs, à proximité de son embouchure quant à eux. Ils étaient voisins des Chamaves et des Bataves, autres peuples francs, mais aussi de deux autres peuples non francs, les Frisons et les Chauques.

Par la suite, le roi Clodion le Chevelu conduit une partie des Francs, dénommés Francs Saliens déjà établis en Gaule Belgique, autour de Cambrai, où il fonde un royaume dont hérite le roi Clovis Ier. On ne sait si ce groupe de Francs saliens est uniquement composé du peuple salien ou plus vraisemblablement s'il regroupe les peuples francs voisins, dont l'histoire devient silencieuse à partir du moment où l'on parle des Francs saliens.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Plusieurs hypothèses, dont aucune ne semble pouvoir aujourd'hui être confirmée avec certitude ont été formulées ou discutées pour expliquer leur nom :

  • Saliens pourrait être apparenté à la rivière IJssel (forme ancienne Isala, comme d'autres cours d'eau Isère, Yser, Isar), au germanique see, « la mer », ou au germanique sal qui désigne le licou. Dans ce cas, c'est le nom Saliens qui aurait donné naissance au toponyme évoqué.
  • Saliens pour d'autres évoquerait, comme dans le Pacte de la loi salique le mot salique qui pourrait lui-même provenir de la ville de Sala, aujourd'hui Overijse, en Belgique, terre des Francs saliens. Overijse se trouve sur la rivière Ijse, qui s'appelait Isca au début du Moyen Âge, un mot celtique qui signifie eau[1].
Les peuples francs au IIIe siècle[2].
En orange, l'Empire romain ; en vert les peuples francs.
  • Saliens pourrait avoir un lien avec le sel marin ; le nord de leur territoire s'appelle encore Salland aux Pays-Bas. Et les communautés littorales gauloises qui vivaient sur le littoral de l'actuelle Belgique et nord de la France[3] produisaient du sel de 400 av. J.-C. à 400 après J.-C. au moins, avec un monopole de la part de Rome après la conquête de Rome via les salinatores romains.
  • Selon l'ancienne Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers ; « D'autres enfin croient que les François Saliens du nom desquels fut surnommée la loi salique, étoient une milice ou faction de Francs qui furent appelés Saliens à Saliendo, parce que cette milice ou nation faisoit des courses imprevûes hors de l'ancienne France sur la Gaule. Et en effet, les François Saliens étoient cités par excellence, comme les peuples les plus legers à la course, suivant ce que dit Sidon Apollinaire, "sauromata clypeo, salius pede, falce gelonus"  »

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine du peuple salien est inconnue. Ils sont cités pour la première fois par les auteurs romains en 358 avec l'aventure de Charietto, un chef salien installé à Trèves qui organise la défense de la province contre les incursions chamaves. Cette apparition tardive des Saliens vers 360 a incité plusieurs historiens à émettre l'hypothèse que les Saliens sont en fait une nouvelle dénomination d'un autre peuple : soit des Chamaves, soit une tribu chauque ayant quitté son peuple pour rejoindre les Francs[4],[5].

Selon une autre hypothèse, ils seraient originaires de l'île de Betuwe, qu'ils auraient quittée devant les Saxons au milieu du IVe siècle[réf. nécessaire].

Ils occupaient le sud du lac Flevo (lac qui devint le Zuyderzee après les inondations du XIIIe siècle, poldérisé en Flevoland au XXe siècle), un territoire lacustre et estuarien au confluent du Vecht et de l'Ijssel, la Veluwe et le Sallzee, qui devint au Moyen Âge le Salland (aujourd'hui en province de Gueldre, aux Pays-Bas). Un territoire à la frontière de la terre, de l'eau douce, et de l'eau salée. La légende de Mérovée dont la mère aurait été fécondée par un monstre issu de la mer évoque un peuple lié à l'eau et à la mer. Cette légende pourrait s'appliquer non pas au grand-père de Clovis, mais à un Mérovée plus ancien.

On sait par les chroniques et documents romains qu'au IIIe ou au IVe siècle, ils se joignent à d'autres Germains et forment une confédération de peuples qui fut importante pour l'histoire du haut Moyen Âge : les Francs (franci, à l'étymologie, incertaine : les « hardis, vaillants » ou « hommes-lances » )[6].

Les Francs saliens (en jaune) et rhénans (orangé) dans la première moitié du Ve siècle. Les zones grises correspondent à l'Empire romain.

Avant cette première apparition de 358, des Francs situés sur le cours inférieur du Rhin sont cités par les textes latins, sans qu'il soit précisé si ces Francs étaient des Saliens ou non. Ainsi Carausius, qui s'est proclamé empereur en Bretagne, s'allie en 286 aux Francs afin qu'ils gardent l'embouchure du Rhin et qu'ils empêchent l'empereur légitime, Dioclétien, de lancer une flotte contre la Bretagne. Maximien, général nommé par Dioclétien, lance une campagne contre les Francs et oblige Gennobaud, « roi des Francs sur les rives de l'Océan », à se soumettre et à lui faire allégeance. Maximien installe ces Francs en Toxandrie, à l'embouchure du Rhin derrière le limes, sous le statut de Lètes. Très rapidement, les Saliens sont donc soumis à l’autorité impériale. Il semble que les Francs saliens aient exceptionnellement bien accepté leur statut pourtant peu glorieux du point de vue romain. Protégés par la paix romaine, ils vont s'y multiplier et glisser à l'ouest le long de la mer du Nord dans les Flandres où ils produiront du sel, par évaporation de l'eau de mer (salinatores, d'où peut-être l'origine de leur nom « Saliens »).

Au Ve siècle, leur roi Clodion le Chevelu, profite du départ de légions vers l'Orient pour conduire les Francs saliens entre Arras et Cambrai, avec comme capitale Tournai, mais il est battu par Aetius, qui reprend Courtrai mais accorde le foedus dans la région de Tournai, qui devient le centre de leur puissance et le demeure jusqu'à l'époque de Clovis. D'autres royaumes saliens se constituent après la mort de Clodion, celui de Ragnacaire, qui règne à Cambrai, et celui de Chararic, dont on ne connait pas la capitale. Ces deux royaumes sont ensuite unis à celui de Tournai par Clovis.

Liste des rois francs saliens[modifier | modifier le code]

Sceau de Childéric Ier, roi des Francs saliens de 457 à 481, qui porte l'inscription CHILDERICI REGIS ("du roi Childéric"). Trouvé dans sa tombe à Tournai, et conservé à la Monnaie de Paris.
Article détaillé : Liste des rois des Francs saliens.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hubert Le Bourdellès, Boulogne et Thérouanne au temps de César: Approche toponymique de la cité des Morins, Presses Univ. Septentrion, 2009, p. 12
  2. D'après Feffer et Périn 1987, p. 30 et 33.
  3. par exemple à Pitgam et dans au moins une dizaine d'autres communes de ce littoral franco-belge
  4. Selon Jean Pierre Poly, « La corde au cou. Les Francs, la France et la loi salique », Genèse de l'état moderne en Méditerranée, Rome,‎ 1993, p. 287-320.
  5. Christian Settipani, « Clovis, un roi sans ancêtre ? », Gé-Magazine, no 153,‎ octobre 1996.
  6. Werner 1984, p. 240.