Delmore Schwartz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Delmore Schwartz

Activités Poète
Naissance 3 décembre 1913
Brooklyn, État de New York
Décès 11 juillet 1966 (à 52 ans)
New York, État de New York
Langue d'écriture Anglais

Delmore Schwartz, né le 8 décembre 1913 à Brooklyn et mort le 11 juillet 1966 à New York, est un poète et un écrivain américain.

Parcours[modifier | modifier le code]

Né dans une famille juive originaire de Roumanie et relativement aisée, Schwartz entame de brillantes études universitaires et sort diplômé en 1935 de l'Université de New York, cursus qu'il poursuit ensuite à Harvard dans le département de philosophie dirigé par Alfred North Whitehead.

Il écrit alors une nouvelle poétique inspirée en partie du divorce de ses parents et qui reste son œuvre majeure, In Dreams Begin Responsibilities et qui sera publiée en 1937 dans Partisan Review puis reprise dans un recueil éponyme accompagnée de poèmes et publié en 1938. Par la suite, T.S. Eliot, William Carlos Williams, et Ezra Pound s'intéressèrent à l'écriture novatrice de Delmore Schwartz, qui est à peine âgé de 25 ans.

En 1937, il se marie avec Gertrude Buckman, critique à la Partisan Review ; le couple divorcera en 1943.

Durant vingt ans, Delmore Schwartz ne cesse de publier des nouvelle et des poèmes dans différentes revues. En 1948, il se marie avec une jeune romancière, Elizabeth Pollet, dont il divorcera quelques années plus tard.

Au milieu des années 1950, alors qu'il dirige plusieurs séries d'ateliers d'écriture dans divers établissements, il devient le mentor de Lou Reed, lequel lui dédiera la chanson European Son (1966), interprétée une première fois par le Velvet Underground dans l'album The Velvet Underground and Nico. Lou Reed lui dédiera également une autre chanson « My house » dans son album The Blue Mask, sorti en 1982.

En 1959, il est le plus jeune auteur américain à se voir décerner le Bollingen Prize.

Au début des années 1960, Schwartz sombre dans l'alcoolisme et une forme aggravée de dépression, vivant reclus dans un hôtel à Manhattan. Le roman Le don de Humboldt (1975)[1] de Saul Bellow s'inspire en grande partie des derniers jours de Schwartz.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • In Dreams Begin Responsibilities (1938)
  • Shenandoah (1941)
  • Genesis (1943)
  • World is a Wedding (1948)
  • Vaudeville for a Princess and Other Poems (1950)
  • Summer Knowledge: New and Selected Poems (1959)
  • Successful Love and Other Stories (1961)

Traductions en français[modifier | modifier le code]

  • L'enfant est la clef de cette vie[2] (6 nouvelles : L'enfant est la clef de cette vie, La Collation des grades, Une mauvaise farce, Le Fabuleux Billet de vingt, La Rencontre athlétique et Les Statues), tr. par Daniel Bismuth, Éditions du Rocher, 2002 (coll. Motifs, 2007) (ISBN 978-2-26806-103-0)
  • Le monde est un mariage, traduit par Daniel Bismuth, le Serpent à plumes, 2006
  • Screeno, tr. par Daniel Bismuth, Éditions du Rocher, 2002
  • Hôtel Delmore : chroniques, trad. et présentées par Véronique Béghain, Éd. Ombres, 1992

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Traduit et publié chez Flammarion en 1978.
  2. Recueil composé en partie de textes issus de In Dreams Begin Responsibilities.

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) James Atlas, Delmore Schwartz: The Life of an American Poet, Avon Books, 1978
  • (fr) Daniel Bismuth, Delmore Schwartz ou le démon de l'origine, Éditions du Rocher, 1991