Horse-ball

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Horse-ball
Picto
Fédération internationale FIHB (fondée en 1999)
Champion(ne)(s) du monde en titre masculin Drapeau de la France France (mixte)
Image illustrative de l'article Horse-ball

Le horse-ball (ou horseball) est un sport collectif équestre adapté du jeu du Pato argentin, qui se joue avec une balle munie de six sangles avec l'objectif d'aller marquer des buts dans le camp adverse.

Histoire du jeu[modifier | modifier le code]

Le horse-ball est l'adaptation française du jeu du Pato argentin, qui est introduit en France dès les années 1930 sous l'impulsion du capitaine Clave. Ce dernier modifie les règles du Pato et fabrique le horse-ball. Il faut attendre la fin des années 1970 pour voir la fédération française d'équitation relancer ce "jeu équestre" adapté par les frères Depons installés à Castillon La Bataille (33).

Alors que le sport fut codifié en France dans les années 1970, il est resté Franco-Français jusqu'à ce qu'un Belge, Jean Speetjens, crée la première fédération historique de horse-ball: FeBeHob, la Fédération Belge de Horse-Ball. Sous son impulsion et grâce à une communication avec toutes les forces équestres en Europe, d'autres fédérations ont pu voir le jour pour aboutir, en 1992 à la première Coupe d'Europe: le J&B European Horse-Ball Master qui s'est déroulé dans les illustres installatioins de La Chevalerie à Rhode-Saint-Genèse, au sud de la capitale belge. Des équipes belges, françaises, portugaises et allemandes se sont affrontées les 7, 8 et 9 février 92. Victoire de la France, suivie de très près par la Belgique.

Autre source d'inspiration pour le horse-ball : un ancien sport équestre afghan, le bouzkachi[réf. nécessaire].

Le premier championnat de France a lieu dès 1979. La première Coupe d'Europe se tient en 1992. En 2002, le horse-ball fait une démonstration à l'occasion des Jeux équestres mondiaux de Jerez. La première Coupe du monde est bien entendu organisée par l'Argentine en 2006, où s'affrontent dans le cadre d'un mixte Pato - horse-ball, les équipes européennes et américaines.

Règles du jeu[modifier | modifier le code]

Une phase de jeu

Lors d'une rencontre de horse-ball, les deux équipes présentes sur le terrain sont composées de quatre joueurs appelés "horseballeurs" et de deux horseballeurs de réserve (remplaçants). Chacun des six horseballeurs dispose de son cheval; les remplacements s'effectuent exclusivement lors des arrêts de jeu.

Ballon

Les joueurs se disputent un ballon muni de six sangles de cuir afin d'aller marquer des buts dans le camp adverse en faisant un minimum de trois passes. La balle mesure 65 cm de circonférence (ballon de foot de taille 4). Selon la catégorie des joueurs, cette taille peut varier.

Le terrain -appelé "rug"(ce nom n'est en réalité jamais utilisé)- est une étendue plane, de sable ou d'herbe, de 60 à 70 mètres de longueur sur 20 à 30 mètres de largeur. À l'extrémité du rug, se trouvent les buts qui sont constitués d'un arceau métallique d'un mètre de diamètre placé à 4 mètres de hauteur. Contrairement au basket-ball où l'arceau est parallèle au sol, l'arceau de horse-ball est perpendiculaire au sol. Une séparation doit être prévue entre le rug et la zone de réserve. Cette séparation ne peut être dangereuse pour les chevaux et est généralement constituée de "boudins" (longs tuyaux en caoutchouc que l'on remplit d'air) sur les deux longs côtés du rug. Derrière ces boudins sont placés les entraîneurs, les remplaçants et l'équipe technique. Ils délimitent en quelque sorte la ligne de touche. Les chevaux sont équipés de protections aux quatre membres, d'une martingale fixe ou d'un élastique et d'une selle équipée d'une sangle dite "de ramassage" reliant les étriers. Cette sangle permet au cavalier de se pencher sur le côté en étant littéralement maintenu par un des étriers et de ramasser le ballon au sol, tout en étant en mouvement… le plus souvent au galop; en effet, les ramassages sont interdits à l'arrêt (cela fait mal au dos du cheval). Les cavaliers sont équipés d'un casque, d'éperons et de genouillères.

Ramassage

Lors de la pratique de cette discipline, les contacts sont très fréquents, et les cavaliers encouragent souvent leurs chevaux à aller énergiquement au contact des autres pour les marquer, afin de permettre au cavalier de subtiliser le ballon adverse, voire de dévier la trajectoire de l'adversaire. Les chevaux sont lancés dans des galops effrénés. Ces manœuvres sont néanmoins très réglementées (pour des raisons de sécurité évidentes), notamment au niveau de l'angle de l'impact, et de l'interdiction formelle de marquer un joueur en situation de ramassage, donc vulnérable. Seul le horseballeur en possession du ballon peut être "attaqué", et un marquage défensif peut être effectué sur les autres joueurs..

Le horse-ball est une discipline qui met l'accent sur le jeu collectif. En effet, chaque équipe doit effectuer un minimum de trois passes entre trois horseballeurs différents avant de pouvoir tenter de marquer un but. C'est également un sport où, étant donné le faible nombre de joueurs, la polyvalence est de mise. Les seules spécialisations qu'on observe réellement sont celles en cas de situation de balle arrêtée: les touches et les pénalités, ainsi qu'au poste de "mouche", qui est un cavalier se plaçant volontairement en position de défense très haute afin de perturber la construction de l'attaque de l'équipe adverse.la défense est le plus souvent disposée en ligne au centre du terrain dans le sens de la longueur. Chaque joueur fait action de défense sur le premier joueur non marqué qui arrive.

Les cavaliers ayant souvent les deux mains occupées par le ballon, le cheval dispose d'une grande liberté d'action, et son dressage (en plus du dressage traditionnel visant à accroître sa mobilité) inclura l'intégration d'automatismes, notamment sur les marquages et les trajectoires. D'ailleurs, les chevaux apprécient souvent cette discipline en raison de la liberté relative qui leur est accordée, ainsi que du contact avec des congénères, qui permet de satisfaire leur instinct grégaire.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Championnat de France élite

  • 1979 (février) : à Poitiers : Bordeaux
  • 1979 (été) : à Poitiers : Avignon
  • 1980 : à Poitiers : Niort
  • 1981 : à Chantilly : Bordeaux
  • 1982 : à Poitiers : Bordeaux
  • 1983 : à Poitiers : Bordeaux
  • 1984 : à Castillon la Bataille : Bordeaux
  • 1985 : à Angoulême : Bordeaux
  • 1986 : à Montpellier : Bordeaux
  • 1987 : à Nîmes : Bordeaux
  • 1988 : à Luchon : Lyon LSA
  • 1989 : aux Saintes Maries de la mer : Poitiers
  • 1990 : aux Saintes Maries de la mer : Bordeaux
  • 1991 : aux Saintes Maries de la mer : Bordeaux
  • 1992 : aux Saintes Maries de la mer : Nîmes STIC
  • 1993 : aux Saintes Maries de la mer : Bordeaux
  • 1994 : au Haras de Jardy : Grans
  • 1995 : au Haras de Jardy : Aramon
  • 1996 : au Haras de Jardy : Aramon
  • 1997 : au Haras de Jardy : Aramon
  • 1998 : au Haras de Jardy : Bordeaux
  • 1999 : à Aramon : Gonesse
  • 2000 : à Aramon : Chatenay Malabry
  • 2001 : à Aramon : Chambly
  • 2002 : à Aramon : Idem Gif
  • 2003 : aux Saintes Maries de la mer : Idem Gif
  • 2004 : aux Saintes Maries de la mer : Saint-Selve
  • 2005 : aux Saintes Maries de la mer : Chambly
  • 2006 : aux Saintes Maries de la mer : Chambly
  • 2007 : aux Saintes Maries de la mer : Chambly
  • 2008 : à Beaucaire : Chambly
  • 2009 : à Beaucaire : Arles PACA
  • 2010 : au Haras de Jardy : Bordeaux
  • 2011 : au Haras de Jardy : Arles HCC
  • 2012 : au Haras de Jardy : Bordeaux
  • 2013 : au Haras de Jardy : Arles HCC

Championnat d'Europe Mixtes[1]

  • 1992 : 1er. France
  • 1993 : 1er. France
  • 1994 : 1er. France
  • 1995 : 1er. France
  • 1996 : 1er. France
  • 1998 : 1er. France
  • 1999 : 1er. France
  • 2000 : 1er. France
  • 2001 : 1er. France
  • 2002 : 1er. France
  • 2004 : 1er. France
  • 2005 : 1er. France
  • 2006 : 1er. France
  • 2007 : 1er. France
  • 2009 : 1er. France
  • 2011 : 1er. France
  • 2e. Portugal
  • 2e. Portugal
  • 2e. Portugal
  • 2e. Belgique
  • 2e. Portugal
  • 2e. Portugal
  • 2e. Portugal
  • 2e. Belgique
  • 2e. Belgique
  • 2e. Belgique
  • 2e. Portugal
  • 2e. Belgique
  • 2e. Italie
  • 2e. Espagne
  • 2e. Espagne
  • 2e. Espagne
  • 3e. Belgique
  • 3e. Belgique
  • 3e. Belgique
  • 3e. Portugal
  • 3e. Belgique
  • 3e. Belgique
  • 3e. Autriche
  • 3e. Italie
  • 3e. Italie
  • 3e. Angleterre
  • 3e. Belgique
  • 3e. Espagne
  • 3e. Belgique
  • 3e. Portugal
  • 3e. Belgique
  • 3e. Belgique

Championnat d'Europe Féminines

  • 2003 : 1er. France
  • 2004 : 1er. France
  • 2005 : 1er. France
  • 2007 : 1er. France
  • 2008 : 1er. France
  • 2010 : 1er. France
  • 2e. Belgique
  • 2e. Allemagne
  • 2e. Allemagne
  • 2e. Espagne
  • 2e. Grande-Bretagne
  • 2e. Portugal
  • 3e. Allemagne
  • 3e. Belgique
  • 3e. Grande-Bretagne
  • 3e. Grande-Bretagne
  • 3e. Espagne
  • 3e. Espagne

Championnat du Monde Mixte[1]

  • 2006 : 1er. Portugal
  • 2008 : 1er. France
  • 2012 : 1er. France
  • 2e. Argentine
  • 2e. Espagne
  • 2e. Espagne
  • 3e. France
  • 3e. Portugal
  • 3e. Portugal

Coupe d'Europe des Clubs Champions[1]

  • 2007 : 1er. Chambly - France
  • 2008 : 1er. Chambly - France
  • 2009 : 1er. Cardedeu - Espagne
  • 2010 : 1er. Blanzac - France
  • 2011 : 1er. Cardedeu - Espagne
  • 2e. Sporting Clube de Portugal CEJC - Portugal  
  • 2e. Caramel - Belgique
  • 2e. Caramel - Belgique
  • 2e. Cardedeu - Espagne
  • 2e. Arles - France
  • 3e. Caramel - Belgique
  • 3e. Cardeleu - Espagne
  • 3e. Arles - France
  • 3e. Caramel - Belgique
  • 3e. Club De Campo - Portugal

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :