Grue (engin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grue.
Grue médiévale reconstituée devant l'abbaye de Hambye.
Grue MD 285 POTAIN.
Détail d'une grue.
Une grue dans un chantier.
Grue sur le chantier du nouveau pôle d'épuration de Châtelaillon-Plage.
Plusieurs grues sur un même chantier.

Une grue est un appareil de levage et de manutention réservé aux lourdes charges. Cet engin de levage est construit de manière différente selon son utilisation (à terre : grue de chantier, camion-grue ; à bord d'un navire ; d'un dock flottantetc.)

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grue (histoire).

La grue de chantier se caractérise essentiellement par une longue flèche en porte-à-faux, à laquelle la charge est suspendue, généralement au moyen d'un câble et d'une moufle (partie au bout des deux ou quatre câbles) ; cette flèche possède toujours au moins un (souvent plusieurs) degré(s) de liberté par rapport au sol, afin de permettre le déplacement de la charge dans un plan horizontal ; par exemple :

  • rotation autour d'un axe vertical ;
  • rotation (limitée) autour d'un axe horizontal ;
  • déplacement sur rails (la grue étant équipée de roues), généralement de façon rectiligne (translation).

Il y a plusieurs types de grue :

Grue sur chenilles
Grue avec une flèche faite de treillis et de longerons. Ce type de flèche est manipulé par un portique, le câble qui permet de monter et descendre la flèche est mouflé dans le portique pour multiplier sa force sur les pendants qui permettent de descendre et de monter la flèche. Ce type de structure est moins influencé par le vent, par contre, il faut plus de temps pour préparer la flèche après le transport sur un chantier. Ce type de grue fonctionne le plus souvent avec des frictions semblables au système de freinage d'un automobile (tambour), afin de gérer les différents treuils qui permettent le mouvement de la flèche et de la moufle (crochet). Ce type de grue a moins tendance à chauffer qu'une grue hydraulique.
Grue sur porteur ou camion-grue
Grue à flèche télescopique qui s'allonge et se rétracte. Un cylindre hydraulique (appelé vérin) permet de monter (relevage) et descendre la flèche (apiquage). Un autre vérin, ou vérin à plusieurs chambres assure le mouvement de télescopage. la rétractation peut se faire par vérin ou câbles. Ce type d'appareil est prêt rapidement à travailler dès l'arrivée sur le chantier. Certaines grues peuvent être radio-commandées pour plus de manœuvrabilité. Les applications sont quasi infinies : des équipementiers tels que Palfinger et Hiab par exemple adaptent une nacelle et une extension articulée, appelée JIB, en bout de flèche permettant à un charpentier de travailler sur les toits du côté opposé à l'accès routier.
Grue à tour
Elles sont érigées sur une tour fixée ou posée au sol (elles tournent généralement du haut).
Grue à Montage Rapide (GMR)
Les GMR sont livrées complètes ou semi-complètes et repliées, sur un châssis adapté pour le transport routier. Elles se plient et se déplient en quelques minutes, ou en quelques heures pour les anciens modèles. Elles peuvent être télescopiques ou à contraintes. L'orientation s'effectue à la base de l'appareil.
Grues hydrauliques auxiliaires (GHA ou boom truck)
Grues montées sur un camion, utilisées pour des levages plus légers. Souvent, il n'y a pas de cabine qui tourne avec la flèche, il faut donc plus de concentration au grutier pour maîtriser le déplacement de sa charge.
Grue ferroviaire ou wagon-grue
Grue montée sur un wagon et plus spécialisée dans le relevage, mais effectuant aussi de la manutention.

Chaque grue a une charte qui définit clairement sa capacité de levage en rapport avec le rayon et l'angle de la flèche. Au Québec, l'ACNOR Z150 précise les normes spécifiques au métier de grutier afin d'accroître la sécurité des travailleurs. En France, c'est l'AFNOR qui en est chargé.

Le grutier est la personne responsable de la grue. Il est celui qui a le dernier mot quant aux manœuvres de celle-ci. Il a comme tâche de définir des plans de levage, de veiller à la sécurité des opérations et doit être méticuleux et observateur.

Les flèches des grues de chantier n’ont généralement qu’un seul degré de liberté, mais la charge est suspendue à un chariot mobile le long de leur flèche, dont la position doit rester toujours proche de l'horizontale.

Une grue peut être commandée depuis une cabine, ou par l’intermédiaire d'une radiocommande portée par un homme sur le terrain, qui peut diriger rapidement et précisément le mouvement de la charge.

À bord d'un navire[modifier | modifier le code]

Les grues de navire sont généralement mues par des systèmes hydrauliques. Un vérin permet l'apiquage de la flèche (élévation)[1], alors qu'un autre système hydraulique ou électrique permet la rotation du fût et un troisième la manœuvre du câble (cartahu) de suspension de la charge. Le système de télécommande peut être électronique, électrique ou hydraulique pour les modèles les plus anciens. Certaines grues offrent la possibilité de se coupler pour une synchronisation du mouvement par une commande unique.

La grue ne permet pas une utilisation sans risques à la mer en raison des mouvements tels que le roulis qui font balancer la charge suspendue. On lui préfère dans ce cas son équivalent, le système par mâts de charge. Des pontons-grues sont conçus pour le levage de très importantes charges. Certains possèdent un appareil propulsif, d'autres doivent être déplacés par des remorqueurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Petit dictionnaire de marine Grüss (1943), « apiquer » : hisser une des extrémités d'un gui.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Le terme de « grue » est également utilisé pour désigner les camionnettes de levage des véhicules mal garés, en direction de la fourrière. Comme pour les autres types de grue, son opérateur s'appelle un « grutier ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]