Gemäldegalerie Alte Meister

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gemäldegalerie.
Vue aérienne du musée, au palais Zwinger.

La Gemäldegalerie Alte Meister (Galerie de Peinture des Maîtres anciens) est un musée d'art des Collections nationales de Dresde situé dans le Semperbau du palais Zwinger, à Dresde, en Allemagne. Elle ne doit pas être confondue avec la Gemäldegalerie Alte Meister de Cassel.

Une collection de référence au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Auguste III fut, avec son père, le principal artisan de la constitution de la collection.

La création de la collection remonte à la première moitié du XVIIe siècle. C'est Auguste Ier qui fonda en 1560 la Kunstkammer (Cabinet d'art), qui rassemblait toute sorte d'objets, dont des tableaux. Mais c'est surtout au XVIIIe siècle, en une cinquantaine d'années, que les acquisitions d'Auguste le Fort et celles, encore plus nombreuses, de son fils Auguste III qui firent de la Galerie des peintures de Dresde l'une des plus célèbres d'Europe et une référence en matière de collection princière[1]. Ainsi, l'objectif affiché par Caroline-Louise (1723-1783), épouse de Charles Ier de Bade, pour son cabinet de Karlsruhe, est de le rendre « supérieur à celui de Dresde »[2]. La collection du prince Electeur de Saxe contribua ainsi à faire de Dresde une étape privilégiée des voyageurs européens du Grand Tour : l'un d'entre-eux, en 1709, écrit ainsi que la Galerie « réunit ce que l'on ne trouve que disséminé dans toute l'Europe, même si c'est en plus grande quantité »[3].

Sous Auguste le Fort, la collection de peinture grandit et dut être séparée des autres objets pour être finalement placée au château de la Résidence (Residenzschloss). Puis, sous Auguste III, la Collection élut domicile dans le bâtiment des écuries royales, place du Nouveau Marché, à l'issue de récentes acquisitions du roi. En effet, celui-ci avait acheté en 1745 une centaine de toiles issues de la collection du duc de Modène. La pièce maîtresse de sa collection, la Madone sixtine, fut acquise en 1754, par la suite, les finances royales imposèrent un sérieux ralentissement des acquisitions.

Auguste II le Fort et Auguste III accordaient une importance extrême aux acquisitions d'œuvres. En effet, ils espéraient par ce biais hisser leur État au niveau de prestige des principales puissances européennes[4]. Le premier ministre lui-même, Heinrich von Brühl, aidé par son secrétaire Karl-Heinrich von Heineken, se chargeait de procéder aux acquisitions. Un réseau de peintres, marchands d'art et diplomates permettaient aux chefs-d'œuvre en provenance de toute l'Europe de venir compléter la collection.

Un destin agité à l'époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Un bâtiment à la hauteur de la collection[modifier | modifier le code]

Le Semperbau, aile du Zwinger où se trouve encore aujourd'hui la Gemäldegalerie Alte Meister, fut mis en chantier en 1847 d'après les plans de Gottfried Semper et ouvert au public le 25 septembre 1855. Le besoin d'un édifice correspondant à la grandeur de la collection et aux exigences du XIXe siècle se faisait ressentir depuis le début du XIXe siècle et était affaire d'État.

Dans la première édition du catalogue consacré à la Galerie en 1856, Julius Hübner écrit : « Dans des salles attrayantes, dignes d'un véritable palais des arts, le nouveau musée présente sa collection de tableaux mondialement célèbre aux visiteurs qui, sitôt le seuil franchi, sont saisis par le caractère solennel des lieux. (...) Les chefs-d'œuvre de maîtres immortels, de toutes les écoles et de toutes les époques, présentés sous un jour nouveau, brillent et resplendissent doublement sous le regard enchanté des visiteurs. »

Une collection ballotée par les guerres du XXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1937, sous l'ère du national-socialisme, le département des peintures modernes, séparé des autres peintures depuis 1916 à cause de la taille de la collection, se vit privé de chefs-d'œuvre déclarés « art dégénéré ». Avant même le début de la guerre, la Galerie dut fermer ses portes, en 1938.

En 1942, les attaques aériennes furent nombreuses ; en conséquence, les tableaux durent être évacués. Ils furent mis à l'abri dans des endroits sûrs et éloignés comme le tunnel de Cotta des grésières de Rottenwerndorf et dans les mines de calcaire de Pockau-Lengenfeld.

Le 13 février 1945, Dresde fut bombardée par les Anglais et les Américains, et une partie de la Galerie n'y échappa pas. Mais c'est l'Armée rouge qui en profita : lorsqu'elle entra dans la ville, des "Commissions chargées des trophées" furent chargées de sélectionner des œuvres que l'armée a ensuite confisquées. On les croyait perdues pour toujours et un musée central avec ce qu'il en restait fut établi dans le château de Pillnitz, épargné par les bombes.

En 1955 une nouvelle parvint : l'URSS décidait de rendre les œuvres « empruntées » à la ville de Dresde. Des expositions de la collection furent organisées à Moscou puis à Berlin avant de retrouver définitivement Dresde et son public dans un nouvel écrin, puisque la Galerie subit de grands travaux de reconstruction afin de pouvoir accueillir ces œuvres.

Les œuvres[modifier | modifier le code]

Les points forts de la collection comptent la peinture italienne de la Renaissance, dont des œuvres de Raphaël (Madone Sixtine), Giorgione (Vénus endormie), Sandro Botticelli (Dernier miracle de Saint Zénobie) et du Titien (Le Christ au denier, Portrait d'une dame en blanc), ainsi que la peinture maniériste et baroque. À cela on peut encore ajouter des noms de peintres italiens comme Andrea Mantegna (La Sainte Famille), Le Tintoret (Le Combat de l'Archange Saint Michel avec Satan), El Greco (Jésus-Christ guérissant l'aveugle) , Paul Véronèse (L'Adoration des mages), Le Corrège (La Madone de Saint Georges) ou Annibale Carrache (Portrait de Giovanni Gabrielli jouant du luth).

Les œuvres de la peinture hollandaise et flamande du XVIIe siècle qui y sont présentées ne sont pas moins importantes, notamment des tableaux de Rembrandt (Les noces de Samson, Double portrait de Rembrandt et Saskia), Jan Vermeer (Femme lisant une lettre, Chez l'entremetteuse), Pierre-Paul Rubens (La Chasse au sanglier, Bethsabée à la fontaine) et Antoine van Dyck (Saint Jérôme).

La galerie présente aussi des chefs-d’œuvre de la peinture allemande et néerlandaise d’avant les temps modernes, comme des œuvres de Jan van Eyck (Triptyque de la Vierge), Albrecht Dürer (Portrait de Bernhard von Reesen), Lucas Cranach l'Ancien (Henri le Pieux, Catherine de Mecklembourg) et Hans Holbein le Jeune (Charles de Solier, Sire de Morette).

Le musée possède en outre des œuvres du XVIIe siècle d’artistes espagnols comme Diego Vélasquez (Portrait de Juan Mateos), Bartolomé Esteban Murillo (La Vierge et l'Enfant Jésus) ou José de Ribera (Sainte Agnès) et français, comme Le Lorrain (Paysage avec la fuite en Égypte), Nicolas Poussin (L'Empire de Flore), Antoine Watteau (Réunion champêtre), Jean-Francois Millet (Paysage avec un pont) ou Valentin de Boulogne (Le Tricheur).

La Galerie aujourd'hui[modifier | modifier le code]

La galerie attire des centaines de milliers de personnes par an (569.583 visiteurs en 2011)[5]. Le bâtiment a été profondément restauré pour la dernière fois en 1992. Elle accueille parfois des expositions temporaires, notamment l'exposition Le Jeune Vermeer en 2010, qui regroupait notamment quatre tableaux du maître aux 36 œuvres seulement. Mais d'autres expositions de peintres de renom y ont été organisées, dernièrement sur Titien ou encore Canaletto.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charlotte Guichard, « Les circulations artistiques en Europe (années 1680-années 1780) », in Pierre-Yves Beaurepaire et Pierrick Pourchasse (dir) Les circulations internationales en Europe, années 1680-années 1780, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 394.
  2. citée par Charlotte Guichard, « Les circulations artistiques en Europe (années 1680-années 1780) », in Pierre-Yves Beaurepaire et Pierrick Pourchasse (dir) Les circulations internationales en Europe, années 1680-années 1780, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 393-394.
  3. cité par Charlotte Guichard, « Les circulations artistiques en Europe (années 1680-années 1780) », in Pierre-Yves Beaurepaire et Pierrick Pourchasse (dir) Les circulations internationales en Europe, années 1680-années 1780, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 393.
  4. Thomas Gaehtgens, L'image des collections en Europe au XVIIIe siècle, Paris, Collège de France, 1999, p. 29.
  5. (de) Jahrbuch der Staatlichen Kunstsammlungen. Berichte, Beiträge,‎ 2011, p. 118

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chefs-d'œuvre de Dresde, Galerie de Peintures des Maîtres anciens, E. A. Seeman, 2001
  • Entretiens sur le musée de Dresde, Éditions du Cercle d'art, 1957
  • Catalogue de l'exposition Dresde ou le rêve des Princes, la galerie de peinture au XVIIIe siècle, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 2001

Liens externes[modifier | modifier le code]