Arnold Houbraken

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arnold Houbraken
Arnold Houbraken3.JPG

Arnold Houbraken

Naissance
Décès
Nationalité
néerlandaise
Drapeau des Provinces-Unies Provinces-Unies
Activités
Maîtres
Élèves

Arnold Houbraken (Dordrecht, 28 mars 1660Amsterdam, 14 octobre 1719) est un peintre et biographe néerlandais (Provinces-unies).

Il est le père du graveur Jacobus Houbraken.

Biographie[modifier | modifier le code]

Houbraken fait son apprentissage entre autres auprès de Jacobus Leveck et de Samuel Van Hoogstraten. En 1685, il épouse Sara Sasbout. Vers 1709, il part s'établir à Amsterdam. En 1713, il entreprend un voyage à travers l'Angleterre pour illustrer une œuvre historique.

Œuvre picturale[modifier | modifier le code]

Arnold Houbraken a peint des tableaux à sujets mythologiques et bibliques, ainsi que des portraits et des paysages.

Œuvre écrite[modifier | modifier le code]

Arnold Houbraken est l'auteur de De Groote Schouburgh der Neder­lantsche konstschilders en schilderessen (Le Grand Théâtre des artistes et peintres néerlandais, 1718–1721), qui contient les biographies de peintres du XVIIe siècle. Ce livre en trois parties, qui fut conçu par son auteur comme étant la suite du Schilder-boeck (Le Livre des peintres) de Carel Van Mander, publié en 1604, constitue dans son domaine, au même titre que ce dernier, une source d'informations extrêmement importante. Trente ans après la mort de Houbraken, une seconde édition de son livre a été publiée, avec quelques modifications ; une édition en fac-similé a paru en 1976 chez B.M. Israel BV à Amsterdam.

Source[modifier | modifier le code]

Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]

  • (de) Cornelis Hofstede de Groot, Arnold Houbraken in seiner Bedeutung für die holländische Kunstgeschichte. Zugleich eine Quellenkritik der Houbrakenschen Groote Schouburgh, M. Nijhoff, La Haye, 1891.
  • (de) Cornelis Hofstede de Groot, Arnold Houbraken und seine “Groote Schouburgh” kritisch beleuchtet, Martinus Nijhoff, La Haye, 1893.