Nicolaes Berchem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berchem.
Scène portuaire méridionale, v.1657-1659 (Wallace Collection, Londres).
Muletière près d'un gué, signé, v.1660, huile sur toile, 166 × 138 cm (Musée du Louvre, Paris).
Paysage italien au coucher du soleil, v.1670-1672 (Alte Pinakothek, Munich).
Berger au bord d'un puits et jeune fille occupée à filer, eau-forte, 1652 (Rijksmuseum, Amsterdam).

Nicolaes Pietersz. Berchem ou Berghem[1],[2] (Haarlem, 1621 ou 1622[3] – Amsterdam, 18 février 1683) est un peintre, dessinateur et graveur néerlandais (Provinces-unies) du siècle d'or. Bien qu'il fût le fils du peintre de nature morte Pieter Claesz, ce sont surtout des paysages qu'il réalisa. Artiste très prolifique, qui compte parmi les principaux italianisants néerlandais, il connut un succès important de son vivant, et son œuvre influença la peinture de paysage jusqu'au XVIIIe siècle, non seulement dans son pays d'origine mais également en France et en Angleterre. On le considère comme l'un des précurseurs de la peinture rococo. Il a aussi excellé dans la représentation d'animaux, et du bétail en particulier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicolaes Berchem[4] était le fils du peintre de nature morte Pieter Claesz. Certaines sources[5] indiquent que Berchem aurait été baptisé le 1er octobre 1621 à Haarlem. Cependant, si le lieu de naissance semble faire l'unanimité[6], un document d'archive[7] autorise à mettre en doute cette date, qui correspondrait à un autre fils de Claesz. Nicolaes Berchem serait né en fait en 1621 ou en 1622, le document en question ne permettant pas d'être plus précis.

Paysage avec deux chevaux, v.1655-1660 (Statens Museum for Kunst, Copenhague).

À partir de 1634, Nicolaes Berchem est formé à la peinture par son père à Haarlem[8], avant de venir poursuivre son apprentissage à Amsterdam auprès de Nicolaes Moeyaert, entre 1639 et 1641. Selon Arnold Houbraken, il aurait également eu pour maîtres Jan Van Goyen, Pieter De Grebber, Jan Wils et Jan Baptist Weenix, qu’il appelait « son cousin ». Parmi ces noms, le dernier semble peu probable, étant donné que Berchem et Weenix (né en 1621) avaient à peu près le même âge.

En 1642, il est inscrit dans la guilde de Saint-Luc de Haarlem sous le nom de Claes Pietersen. Il est possible qu’ensuite, jusqu’en 1645, il ait complété sa formation par un voyage d’étude à Rome[9], comme ce fut le cas pour bon nombre d’artistes du nord à cette époque ; il aurait alors été accompagné par Jan Baptist Weenix. C’est du moins ce que signale Houbraken, qui parle même de deux séjours de Berchem dans la péninsule. Bien que l’œuvre du peintre témoigne indéniablement d’une influence italienne, il n’existe cependant aucune preuve évidente de ces voyages, en tout cas pas du premier.

Quoi qu’il en soit, il est de nouveau signalé dans sa ville natale le 13 janvier 1645, date à laquelle il devient membre de l’Église réformée. Le 2 octobre de l’année suivante, il épouse Catrijne Claesdr. De Groot[10], la belle-fille du peintre de paysage Jan Wils. Le couple semble avoir eu deux fils portant le même prénom que leur père : un premier, né en 1647, qui serait mort en bas âge, et un second, baptisé le 13 avril 1649[11].

Un dessin du château de Bentheim réalisé par Berchem et daté de 1650 témoigne de sa présence en Westphalie à cette époque, sans doute à l’occasion d’un voyage entrepris en compagnie de Jacob Van Ruisdael, dont il était l'ami.

C’est au début des années 1650 que Berchem serait retourné en Italie, où il aurait séjourné jusqu’en 1653[12] avant de revenir à Haarlem. Ce second séjour italien paraît plus probable que le premier, car il n’existe pratiquement pas d’œuvres de Berchem datées de 1651 ou 1652, à l’exception d’un Paysage italien avec des bergers et un troupeau près d’un pont, signé et daté de 1651 (Museo d'Arte Antica, Castello Sforzesco), qui a la particularité d’être peint sur un type de toile inconnu aux Pays-Bas[13]. On peut en outre observer un changement stylistique significatif dans les œuvres du peintre réalisées après 1653, ce qui confère également un certain crédit à ce séjour durant la période en question.

Le 19 mars 1656, à Haarlem, Nicolaes Berchem fait l’acquisition d’un jardin et d’une maison situés aux abords de la ville, près du Kleine Houtpoort[14]. Il habite quelque temps plus tard la Koningstraat. Après avoir occupé en 1656-1657 la fonction de vinder au sein de la guilde de Saint-Luc, il en est nommé doyen en 1657-1658.

À la fin des années 1650 et durant les années 1660, Berchem vit avec sa famille à Amsterdam[15]. Il quitte la ville au printemps 1670 pour revenir à Haarlem[16], où il habite l’Oude Gracht. Quelques mois plus tard, le 16 septembre, il est à nouveau nommé vinder de la guilde, fonction à laquelle il se portera encore candidat en 1672 et 1674, sans toutefois être nommé[14].

En 1674, il travaille comme dessinateur pour le graveur Jan De Visscher, qui publie alors un recueil d'estampes à Amsterdam[17].

C'est à Amsterdam que Berchem meurt, le 18 février 1683, dans la maison qu'il occupait au Lauriergracht ; il est enterré cinq jours plus tard dans la Westerkerk[18]. Le 4 mai 1683 furent mis en vente dans la maison de sa veuve ses peintures et, le 7 décembre 1683, ses dessins et ses estampes[19].

Berchem eut au cours de sa carrière de nombreux élèves, parmi lesquels Karel Dujardin, Abraham Begeyn, Willem Romeyn, Hendrick Mommers, Johannes Van der Bent et Dirck Maes, ainsi que les peintres de genre Pieter De Hooch et Jacob Ochtervelt.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Peintre très prolifique, Nicolaes Berchem est l’auteur de plus de huit cents peintures, de cinq cents dessins environ, ainsi que d’une cinquantaine de gravures représentant pour la plupart des animaux.

Comme Jan Both et Jan Asselyn, Berchem fait partie des peintres paysagistes néerlandais italianisants de la seconde génération. Il a surtout réalisé des paysages fantasmagoriques, remplis de personnages et d’animaux à la présence distinguée, et éclairés par une lumière du soir automnale méridionale. Reproduisant avec une exactitude frappante la feuillée, les animaux et les figures, il les assemblait en un ensemble parfait. Quelquefois, des scènes mythologiques ou bibliques sont intégrées dans ses décors et certains de ses tableaux se rapprochent très nettement de la peinture de genre.

Outre ses propres réalisations, il a également introduit des personnages et des animaux dans des tableaux réalisés par d’autres peintres, tels que Jacob Van Ruisdael, Meindert Hobbema, Willem Schellinks et Jan Hackaert. Il a aussi travaillé en collaboration avec Gerrit Dou, Jan Wils et Jan Baptist Weenix.

On peut citer :

Aura[modifier | modifier le code]

Très réputée du vivant de l’artiste, son œuvre devait continuer après sa mort à exercer une très forte influence, et pas seulement sur la génération suivante d’artistes néerlandais, mais également tout au long du XVIIIe siècle, particulièrement en France, avec notamment les peintres rococo Jean-Baptiste Oudry[20], François Boucher, Jean Pillement ou Jean-Honoré Fragonard, et en Angleterre, où Thomas Gainsborough s'inspirera de ses paysages et où Philippe-Jacques de Loutherbourg réalisera des pastiches de certaines de ses toiles. Fait significatif : au XVIIIe siècle, on réalisa davantage de gravures d’après Berchem que d’après aucun autre peintre néerlandais. Ses tableaux étaient alors très prisés des collectionneurs à travers toute l’Europe, ce dont témoigne Dezallier d'Argenville qui écrivit à ce propos, en 1745, que les œuvres d’aucun autre peintre n’étaient à son époque recherchées avec autant de zèle que celles de Berchem[21].

Ce n'est qu'au XIXe siècle que la renommée de Berchem commença à basculer ; il fut notamment raillé au Royaume-Uni par l'influent critique d'art John Ruskin et le peintre John Constable qui, en 1836, en vint même à conseiller de brûler ses œuvres[22] ! Il n'en reste pas moins que Berchem marqua durant plus d'un siècle l'histoire de la peinture.

Graveurs[modifier | modifier le code]

Nombre de graveurs des XVIIe et XVIIIe siècles ont réalisé des estampes d'après les œuvres de Berchem. Parmi ceux-ci, on peut citer :

  • Jacques Aliamet (1726-1788)[23]
  • Pierre Aveline (v.1656-1722)
  • Pierre-François Basan (1723-1797)[24]
  • John Boydell (1720-1804)[25]
  • Robert Daudet (1737-1824) - Le troupeau hollandais 1778 [26]
  • Clément De Jonghe (v.1624–1677)
  • Jan De Visscher (v.1636-v.1702)
  • Emmanuel-Jean-Nepomucène de Ghendt (1738-1815)
  • Johannes Groensveld (v.1660-1728)
  • Jacques-Philippe Le Bas (1707-1783)[27]
  • Thomas Major (graveur anglais ; 1720-1799)
  • Cornelis Ploos van Amstel (important collectionneur d'art néerlandais ; 1726-1798)
  • Cornelis Visscher (v.1628-1658)
  • Carl Wilhelm Weisbrod (graveur originaire de Hambourg ; 1743-v.1806)[28]

Expositions[modifier | modifier le code]

Du 16 décembre 2006 au 15 avril 2007, le Musée Frans Hals à Haarlem consacra la première rétrospective entièrement consacrée à son œuvre, sous le titre « Nicolaes Berchem. In het licht van Italië » (« Dans la lumière de l’Italie »). L'exposition fut ensuite présentée au Kunsthaus de Zürich (Suisse), du 27 avril 2007 au 19 août 2007, puis au Staatliches Museum de Schwerin (Allemagne), du 1er septembre au 2 décembre 2007[29],[30].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On relève aussi les graphies Berchen, Berighem, Berrighem, Berrigham ; et le diminutif de son prénom, Claes – dont il existe également différentes formes –, est parfois utilisé.
  2. À ne pas confondre avec l'un de ses fils, qui portait le même prénom et qui fut peintre également : Nicolaes Berchem II (1649 - v.1671-1672).
  3. Cfr. le § « Biographie » pour la justification de la date de naissance.
  4. Il prit pour nom le lieu de naissance de son père : Berchem.
  5. A. Van der Willigen (1870), p. 76.
  6. Haarlem est le lieu de naissance indiqué pour Berchem dans le registre de mariage de 1646 : I. Van Thiel-Stroman (1999), p. 242, note 2. – Cité par le Rijksbureau voor Kunsthistorische Documentatie (RKD).
  7. Dans un acte du 9 juin 1661, il est indiqué que Berchem est alors âgé de 39 ans : I. Van Thiel-Stroman (1999), p. 236 et 242, note 2 ; I. Van Thiel-Stroman (2006), p. 124 et 125, note 3. – Cité par le RKD.
  8. Les archives de la Guilde de Saint-Luc indique en 1634, au sujet de Pieter Claesz., que celui-ci « enseigne le dessin à son fils ».
  9. I. von Sick (1930) ; selon Hoogewerff (1950), p. 104, Berchem aurait séjourné à Rome de 1642 à 1646.  – Cités par le RKD.
  10. Le mariage fut annoncé le 30 septembre 1646. Le couple rédigera ensemble un testament le 22 mars 1649 : RKD.
  11. I. Van Thiel-Stroman (1999 et 2006). – Cité par le RKD ; il semble en effet fort peu probable qu'on ait laissé s'écouler une période de deux ans entre la naissance et le baptême de l'enfant.
  12. A. Blankert (1978), p. 149, note 12 ; G. Jansen (1985) ; B. Broos (1990), p. 153 ; I. Van Thiel-Stroman, p. 242 et 243, notes 21, 24 et 25.  – Cités par le RKD.
  13. G. Jansen (1985), p. 13-17.
  14. a et b I. Van Thiel-Stroman (1999), p. 242. – Cité par le RKD.
  15. Berchem était déjà établi à Amsterdam à la fin de 1659, puisque c’est là que sera baptisée, le 15 septembre de cette année, sa fille Helena : Stadsarchief Amsterdam en ligne : Baptême le 12 septembre 1659 à la Wester Kerk, église réformée d’Amsterdam, de Helena, fille de Nicolaes Berchem et Katarina De Groot ; en novembre 1660, il est cité comme témoin du mariage de Jan Wils ; et un acte daté du 9 juin 1661 le renseigne comme résidant à Amsterdam.
  16. Berchem et sa femme sont inscrits en date du 11 juillet 1670 comme membres de l’église de Haarlem.
  17. Jan – ou Johannes – (De) Visscher est né à Haarlem ou Amsterdam entre 1626 et 1646, et est mort à Amsterdam entre 1692 et 1712. Il a gravé d'après Berchem notamment une série de quatre planches sous le titre Diversa Animalia Quadrupedia.
  18. RKD.
  19. C. Kramm (1857-1864) ; I. Van Thiel-Stroman (2006), p. 104. – Cités par le RKD.
  20. Notamment, un dessin d'Oudry inspiré par Berchem est conservé au Département des Arts graphiques du Musée du Louvre : Pont de bois où passe un berger conduisant un troupeau (inv. RF28840, r°). Voir la fiche d'inventaire de ce dessin (site du Louvre).
  21. Antoine Joseph Dezallier d'Argenville, Abregé de la vie des plus fameux peintres […]. Par M*** de l'Académie royale des sciences de Montpellier, 3 volumes, Paris, 1745-1752, vol. 2, p. 92. – Cité dans S. Slive (1987), p. 169-187.
  22. Entretien avec le directeur de la Dulwich Picture Gallery, « No-Name Dutch Masters », dans Richmond Times-Dispatched. – Site consulté le 1er mai 2009.
  23. Aliamet sur le site Arthèque, avec une reproduction d'un Paysage gravé d'après Jan Both et Berchem.
  24. Reproduction du Repos des chasseurs gravé par Basan d'après Berchem, sur le site de la Royal Academy or Arts.
  25. Reproduction du Matin gravé par Boydell d'après Berchem, sur le site de la Royal Academy or Arts.
  26. Daudet sur le site Arthèque, avec une reproduction d'un Paysage gravé d'après Berchem.
  27. Le Bas sur le site Arthèque, avec une reproduction du Retour à la ferme gravé d'après Berchem.
  28. Weisbrod(t) sur le site Arthèque, avec une reproduction du Retour à la ferme gravé d'après Berchem.
  29. Archive de l’exposition Berchem sur le site du Frans Hals Museum.
  30. Jan Blanc, « Nicolaes Berchem. Im Licht Italiens » dans « La Tribune de l'Art », 2007. – Compte-rendu de l'exposition. – Consulté le 2 mai 2009.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Nicolaes Berchem » (voir la liste des auteurs) (données complémentaires).
  • (fr) Jan Blanc, « Nicolaes Berchem. Im Licht Italiens » dans « La Tribune de l'Art », 2007. – Compte-rendu de la rétrospective Berchem de 2006-2007. – Consulté le 2 mai 2009.
  • (nl) (en) Albert Blankert, Nederlandse 17e eeuwse italianiserende landschapschilders = Dutch 17th Century Italianate Landscape Painters, Soest, Davaco, 1978. – Rééd. du catalogue d’exposition Utrecht, Centraal Museum, 1965.
  • (nl) Ben Broos (dir.), Hollandse meesters uit Amerika, Zwolle, Waanders, 1990. – Catalogue d’exposition.
  • (nl) Hendrik De Winter, Beredeneerde catalogus van alle de prenten van Nicolaas Berchem : Beschrijving van al hetgeene dat na de schilderijen en teekeningen van dien : meester, zo door hem : ge-etst als door anderen is in 't koper gebragt, Johannes Smit, Amsterdam, 1767. – Catalogue raisonné de l'œuvre gravé.
  • (nl) Arnold Houbraken, De Groote Schouburgh der Nederlantsche konstschilders en schilderessen, 1718–1721.
  • (nl) Godfridus Johannes Hoogewerff, « Nederlandse dichters in Italië in de zeventiende eeuw », dans Mededelingen van het Nederlands Historische Instituut te Rome, 6 (1950).
  • (nl) Guido Jansen, « Berchem in Italy : Notes on an Unpublished Painting », dans Mercury, 2 (1985).
  • (nl) Christiaan Kramm, De levens en werken der Hollandsche en Vlaamsche kunstschilders, beeldhouwers, graveurs en bouwmeesters, 6 vol., Amsterdam, 1857-1864.
  • (nl) Collectif, Nicolaes Berchem. In het licht van Italië, Ludion, Gand, 2006 (ISBN 978-905544-637-7). – Catalogue de l’exposition au Frans Hals Museum ; contributions de Pieter Biesboer, Michiel C.C. Kersten, Luuk Pijl, Gero Seelig, Annemarie Stefes, Charlotte Wiethoff et Gerdien Wuestman.
    • (de) Le catalogue a été traduit en allemand, pour les présentations à Schwerin et Zurich : Nicolaes Berchem. Im Licht Italiens, Gand, Ludion, 2007 (ISBN 978-90-5544-672-8).
  • (nl) Fiche consacrée au peintre sur le site du Rijksbureau voor Kunsthistorische Documentatie (RKD).
  • (de) Ilse von Sick, « Nicolaes Berchem, ein Vorläufer des Rokoko », dans Kunstwissenschaftliche Studien, 5e partie, Berlin, 1930.
  • (en) Seymour Slive, « Dutch Pictures in the Collection of Cardinal Silvio Valenti Gonzaga (1690-1756) », dans Simiolus, 17 (1987).
  • (nl) Irène Van Thiel-Stroman, « Nicolaes Berchem », dans A. Blankert et al., Hollands Classicisme in de zeventiende eeuwse schilderkunst, Rotterdam, 1999, p. 236-243. – Catalogue d'exposition Rotterdam - Frankfurt-am-Main.
  • (en) Irène Van Thiel-Stroman, « Nicolaes Pietersz Berchem », dans Painting in Haarlem 1500-1850. The Collection of the Frans Hals Museum, Gent - Haarlem, 2006, p. 102-105.
  • (fr) Adriaan Pz. Van der Willigen, Les Artistes de Harlem : Notices historiques avec un précis sur la Gilde de St. Luc, Haarlem.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :