Bartholomeus Spranger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bartholomeus Spranger

Description de cette image, également commentée ci-après

Autoportrait (v. 1580)

Naissance 21 mars 1546
Anvers
Décès 1611
Prague
Nationalité brabançon (Pays-Bas méridionaux)
Activités Artiste peintre
Maîtres Jan Mandijn, Frans Mostaert, Cornelis van Dalem
Mouvement artistique Maniérisme
Mécènes Alexandre Farnèse,
Pie V,
Rodolphe II de Habsbourg

Bartholomeus Spranger (Anvers 1546 - Prague 1611) est un peintre, dessinateur et graveur maniériste brabançon actif à la cour pragoise de Rodolphe II.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation (1546-1565)[modifier | modifier le code]

Né à Anvers le 21 mars 1546, Bartholomeus Spranger fut un des peintres les plus renommés de son époque. Ayant fait preuve de ses talents artistiques dès l'enfance[1], Bartholomeus fut envoyé à l'âge de onze ans apprendre l'art pictural auprès de maîtres tels que l'anversois Jan Mandijn – originaire de Haarlem et spécialisé dans les « drôleries » à la Jérôme Bosch – (jusqu'en 1559, année de la mort de Mandijn), ou les paysagistes Frans Mostaert (1560) et Cornelis van Dalem (de 1560, année où Mostaert mourut de la peste, à 1564). Il étudia également, par l'entremise de gravures, les œuvres maniéristes de Frans Floris et du Parmesan. Une fois son apprentissage terminé (1564), il se rendit tout d'abord à Paris et à Lyon avant de rejoindre, en 1565, la véritable patrie de la Renaissance des Arts : l'Italie.

Séjour italien (1565-1575)[modifier | modifier le code]

Il travailla ainsi pendant huit mois à Milan (où il apprit la technique de la détrempe), puis à Parme où, sous la direction d'un élève du Corrège, Bernardino Gatti, il exécuta des fresques pour la coupole de Santa Maria della Steccata (1566). Il participa également à la réalisation du décor de l'arc de triomphe érigé pour l'entrée de Marie de Portugal. Arrivé à Rome en 1566, il entra au service du cardinal Alexandre Farnèse, auquel il avait été présenté par le miniaturiste Giulio Clovio (1567-1569). C'est à la demande du cardinal et sous la direction de Federigo Zuccaro que Spranger exécuta des fresques de paysages au palais Farnèse de Caprarola (1570).

Présenté au pape Pie V par Alexandre Farnèse, il entra au service du souverain pontife (juillet 1570) pour lequel réalisa un cycle pictural sur le thème de la Passion ainsi qu'un Jugement dernier. Après la mort du pape (mai 1572), Spranger travailla pour plusieurs églises de Rome avant de se rendre -grâce à une réputation déjà établie et attestée par la recommandation prestigieuse de Jean de Bologne- à la cour viennoise de l'empereur Maximilien II (1575).

À la cour de Rodolphe II (1576-1611)[modifier | modifier le code]

À la mort de Maximilien (1576), Spranger offrit ses services au nouvel empereur, Rodolphe II, qui le fit venir à Prague, où le peintre s'installa définitivement à partir de 1581.

Spranger rejoignit ainsi le cercle rodolphien de Prague, où il se lia avec de nombreux artistes originaires des Pays-Bas ou d'Italie, tels qu'Adrien de Vries, Hans von Aachen ou Giuseppe Arcimboldo. Influencé par les modi de Jules Romain et les Amours des dieux de Rosso Fiorentino et de Perin del Vaga, il développa pour son puissant mécène un art raffiné privilégiant des poses complexes et des thèmes mythologiques et érotiques souvent emprunts d'allusions ésotériques et d'effets rhétoriques.

Hercule et Omphale (v. 1585).

Le tableau intitulé Hercule et Omphale (peinture sur cuivre, v. 1585) est représentatif de l'œuvre pragoise de Spranger : il y traite un sujet mythologique avec un humour malicieux (présent dans le regard narquois et complice d'Omphale, l'attitude gauche du héros désarmé et travesti, et dans le geste railleur de l'indiscrète servante) et y élabore – selon les termes de l'historien d'Art A. Pinelli – un « double oxymoron croisé », c'est-à-dire un échange paradoxal de propriétés entre contraires, résultant non seulement du contraste évident entre le corps sombre et musclé d'Hercule d'une part et la silhouette gracieuse et diaphane de la princesse de Lydie d'autre part, mais aussi de l'inversion des attributs et des rôles effectuée aux dépens du demi-dieu. Ce jeu maniériste des contraires – que Pinelli a mis en rapport avec une figure de style employée par des écrivains italiens du XVIe siècle comme l'Arétin – se complexifie davantage si l'on confronte ce tableau avec son pendant, Vulcain et Maia : l'amour fécond de Vulcain pour Maia est ainsi opposé à l'amour stérile d'Hercule pour Omphale.

Salmacis et Hermaphrodite (v. 1580).

Proche de l'empereur qui venait souvent lui rendre visite dans son atelier du château de Prague, Spranger ne travailla pas seulement pour la Cour mais obtint également des commandes de la part d'influents personnages. Après son mariage avec Christina Müller (1582) et un bref séjour à Vienne, Spranger revint à Prague où il fut nommé peintre de la Cour (1584). Ayant reçu ses propres armoiries dès 1588, il fut anobli en 1595 (ou 1598 ?). Artiste fortuné s'étant élevé au sommet de l'échelle sociale, il fut triomphalement accueilli par ses compatriotes lors de sa visite aux Pays-Bas en 1602. De retour à Prague, il entreprit des œuvres innovantes et toujours plus complexes, faisant ainsi preuve d'une réelle inventivité technique. Le renouvellement constant des artistes employés au château de Prague lui permit de découvrir de nouvelles tendances prébaroques qu'il intégra bientôt à son art, notamment par des recherches picturales sur le clair-obscur menées au tournant du siècle (l'Allégorie de la Justice et de la Prudence du Louvre ou le Saint Sébastien de Prague en sont de bons exemples).

Bartholomeus Spranger mourut à Prague entre les mois de juillet et août 1611.

Influence[modifier | modifier le code]

Noli me tangere, gravure d'Egidius Sadeler d'après Spranger.

Lié à ses compatriotes de l'académie de Haarlem, Bartholomeus Spranger (dont les œuvres ont largement été diffusées à travers l'Europe grâce aux gravures du célèbre Goltzius) a efficacement contribué à acclimater le maniérisme italien au Nord des Alpes. On peut également le considérer comme un précurseur de la peinture Baroque, annonçant – avec Frans Floris et les peintres romanistes – le génie de son compatriote Rubens.

Dans son Livre des Peintres (Het Schilder-Boeck, 1604), Carel van Mander rend hommage à ce « nouveau Michel-Ange », qu'il avait rencontré à Rome dans la seconde moitié des années 1570 et dont l'Art avait profondément influencé l'école de Haarlem : « La nature se montre parfois si prodigue de ses faveurs envers certains individus et leur donne de quoi arriver, comme sans effort, à briller dans une branche où tant d'autres, malgré leurs peines et leurs fatigues, n'arrivent pas à franchir les limites de la médiocrité, qu'il faut donc bien se convaincre que dans le domaine de la peinture nul ne règne si ce n'est par droit de naissance. Il me serait facile de le prouver par l'exemple de l'illustre Anversois Sprangher [sic.], lequel, dès sa tendre enfance, eut de la nature elle-même en partage couleurs et pinceaux, lui que l'aimable Pictura daigna combler de ses faveurs et prendre pour époux, lui apportant par surcroît les Grâces[2]. »

Œuvres[modifier | modifier le code]

Si les tableaux mythologiques de Spranger constituent la partie la plus connue de son Œuvre (particulièrement bien représentée dans les collections du Kunsthistorisches Museum de Vienne), il s'est également illustré dans les thèmes religieux et la peinture de genre. Or, s'il semble avoir réalisé nombre de paysages durant sa carrière -et surtout pendant sa jeunesse et sa période italienne-, peu d'entre eux ont été conservés.

Œuvres de jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Paysage de montagne avec village primitif (1569) - Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle.
  • Paysage de montagne avec ermite (1569) - Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle.

Période romaine[modifier | modifier le code]

  • Le Jugement dernier (1571) - Turin, Pinacoteca Nazionale.
  • La Conversion de Saül (v. 1573) - Milan, Pinacoteca Ambrosiana.
  • Retable du Martyr de saint Jean l'Evangéliste (avant 1574) - Rome, Saint-Jean du Latran (Monumenti Musei e Gallerie Pontificie)
  • Saint Georges terrassant le dragon (v. 1574-1575) - Budapest, Szépmüveszti Múzeum.

Période pragoise[modifier | modifier le code]

  • La Résurrection du Christ (v. 1576) - Prague, Narodni Galerie.
  • Angélique et Médor (v. 1580) - Munich, Alte Pinakothek.
  • Salmacis et Hermaphrodite (v. 1580) - Vienne, Kunsthistorisches Museum.
  • Glaucus et Scylla (v. 1580-82) - Vienne, Kunsthistorisches Museum.
  • Ulysse et Circé (v. 1580-85) - Vienne, Kunsthistorisches Museum.
  • Hercule et Déjanire (v. 1582) - Vienne, Kunsthistorisches Museum.
  • Hermès et Athéna (fresque, v. 1584-85) - Prague, château.
  • Hercule et Omphale (v. 1585) - Vienne, Kunsthistorisches Museum.
  • Vulcain et Maia (v. 1585) - Vienne, Kunsthistorisches Museum.
  • Vénus et Mercure (v. 1585) - Vienne, Kunsthistorisches Museum.
  • Vénus et Adonis (v.1586) - Amsterdam, Rijksmuseum.
  • Ulysse et Circé (v. 1586-87) - Vienne, Kunsthistorisches Museum.
  • Vénus et Mars prévenus par Mercure (v. 1586-87) - Vienne, Kunsthistorisches Museum.
  • "Sine Cerere et Baccho friget Venus" (1590) - Vienne, Kunsthistorisches Museum.
  • Apollon et les Muses (ap. 1590) - Vienne, Kunsthistorisches Museum.
  • Epitaphe de Nikolaus Müller (v. 1592) - Prague, Narodni Galerie.
  • Le Triomphe de la sagesse sur l'ignorance (v. 1592) - Vienne, Kunsthistorisches Museum.
  • Le Péché originel (v. 1593-95) - Vienne, Kunsthistorisches Museum.
  • L'Adoration des Rois (v. 1595) - Londres, National Gallery.
  • Vénus et Adonis (v. 1596) - Vienne, Kunsthistorisches Museum.
  • Jupiter et Antiope (v. 1596) - Vienne, Kunsthistorisches Museum.
  • Allégorie de la Justice et de la Prudence (v. 1599-1600) - Paris, musée du Louvre.
  • Saint Sébastien (v. 1602) - Prague, église Saint-Thomas.
  • Vénus à la forge de Vulcain (v. 1607-1610) - Vienne, Kunsthistorisches Museum.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il remplissait de croquis toutes les feuilles de papier qu'il pouvait trouver et Van Mander (cf. note 2) nous rapporte qu'il fut même puni pour avoir osé dessiner dans les livres de compte de son marchand de père. Ce dernier, nommé Joachim Spranger, avait séjourné à Rome où il avait rencontré le peintre malinois Michel Coxcie. Toujours selon Van Mander (p. 176), Joachim Spranger aurait également été l'ami de Gilles Mostaert, frère du second maître de Bartholomeus.
  2. Carel van Mander, Le livre de peinture, textes présentés et annotés par Robert Genaille, Hermann, Paris, 1965, p. 175.

Sources[modifier | modifier le code]

Article traduit[modifier | modifier le code]

Sources complémentaires[modifier | modifier le code]

  • Carel van Mander, Le livre de peinture, éd. R. Genaille, Hermann, Paris, 1965, pp. 175–177.
  • Fiamminghi a Roma 1508 | 1608 - Artistes des Pays-Bas et de la Principauté de Liège à Rome à la Renaissance, Société des Expositions du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles - Snoeck-Ducaju & Zoon, Gand, 1995, pp. 341–352.
  • Antonio Pinelli, La Belle Manière - Anticlassicisme et maniérisme dans l'art du XVIe siècle (trad. B. Arnal), Le Livre de poche, Paris, 1996, pp. 205–207.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :