Charles Antoine de La Roche-Aymon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Roche et Aymon.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir La Roche-Aymon.
Charles Antoine
de La Roche-Aymon
Image illustrative de l'article Charles Antoine de La Roche-Aymon
Ch.-A. de La Roche-Aymon portant le cordon bleu, par l'atelier d'Alexandre Roslin, vers 1769.
Biographie
Naissance
Mainsat,
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Décès (à 80 ans)
Paris
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal

par le pape Clément XIV
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
par le cardinal Henri-Pons de Thiard de Bissy
Archevêque-duc de Reims
et pair de France
Primat de la Gaule belgique
Archevêque de Narbonne
Primat de la Gaule narbonnaise
Archevêque de Toulouse
Évêque de Tarbes
Évêque auxiliaire de Limoges
Évêque titulaire (« in partibus ») de Sarepta (it)
Autres fonctions
Fonction religieuse
Grand aumônier de France

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Charles Antoine, comte de La Roche-Aymon, né à Mainsat (Marche) le et mort à Paris le [1], est un prélat français, cardinal et grand aumônier de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Natif de la Marche, il est le deuxième fils de Renaud Nicolas, comte de La Roche-Aymon et de Geneviève de Baudri de Piancourt, nièce de l’évêque de Mende François-Placide de Baudri de Piancourt[2]. Pourvu d’un canonicat dans le chapitre noble de Saint-Pierre de Mâcon, il obtint le titre de docteur de la Faculté de Paris le 10 avril 1724.

Antoine de Charpin de Genétines, un de ses grands oncles, évêque de Limoges, le demanda comme vicaire général ou coadjuteur en novembre 1724 ; il fut sacré évêque in partibus de Sarepte le 5 août 1725. Il est fait successivement évêque de Tarbes (octobre 1729 ; il prêta serment au roi le 12 novembre 1730), archevêque de Toulouse (janvier 1740, proclamé à Rome le 8 novembre, il prêta serment le 7 juillet 1741), archevêque de Narbonne et, à ce titre, président-né des États de Languedoc (1752), puis archevêque-duc de Reims et premier pair ecclésiastique de France (1763). Il est reçu dans la Confrérie des Pénitents blancs de Montpellier en 1758, dont il est élu prieur la même année[3].

Il reçoit les abbayes d’Obasine[4] en janvier 1729, de Sordes en juillet 1731, de Beaulieu en juin 1757, de Fécamp en 1761, de de Cercamps en 1765 et celle de Saint-Germain-des-Prés le 22 janvier 1774[5].

Fait commandeur de l’ordre du Saint-Esprit lors de la promotion du 10 juin 1753, il est créé Grand aumônier de France en 1760 et élevé au cardinalat le 16 décembre 1771[6]. Il ne participa cependant pas au conclave qui vit l’élection de Pie VI (1775).

Membre des assemblées du clergé en 1735, 1740, 1745 et 1748, il les présida à partir de 1760[7]. Doyen des évêques de France en 1770, courtisan et conciliant, Louis XV le nomma en 1771 ministre de la feuille des bénéfices après la disgrâce de M. de Jarente.

Il administra les sacrements à Louis XV mourant, le 10 mai 1774[8]. Le 16 mai 1770, il avait marié à Versailles Louis, dauphin de France, à Marie-Antoinette, archiduchesse d’Autriche, puis, devenu Louis XVI, le sacra roi de France à Reims le 11 juin 1775.

Charles Antoine de La Roche-Aymon est également élu mainteneur de l’Académie des Jeux floraux en 1742.

Il meurt le 27 octobre 1777 à Paris, dans le logis abbatial de Saint-Germain-des-Prés[9] alors qu’il était retombé en enfance : son médecin, Bouvart, connu par la causticité de son langage, lui aurait répondu alorsqu’il était sur son lit de mort : « Je souffre comme un damné. — Quoi ? Déjà[10] ? » Il est inhumé dans la chapelle Saint-Maur de l’abbatiale de Saint-Germain-des-Prés.

Armoiries[modifier | modifier le code]

De sable, semé d’étoiles d’or ; au lion de même, brochant[11].

Iconographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Honoré Fisquet, Gallia Christiana, archidiocèse de Paris, t. 2, Paris, 1864-1873, p. 308-309.
  2. Honoré Fisquet, Gallia Christiana, archidiocèse de Paris, t. 2, Paris, 1864-1873, p. 308. L’Histoire générale de Languedoc se trompe quand elle appelle la mère de Charles-Antoine de La Roche-Aymon Geneviève de Baudri de « Biancour », et probablement aussi pour son père auquel elle attribue le prénom de Pierre-Nicolas, t. IV, p. 364).
  3. Archives des Pénitents blancs de Montpellier
  4. Aujourd’hui Aubazine.
  5. L’Histoire générale de Languedoc (t. IV, p. 260) donne la date de 1772.
  6. Le 21 mars 1756, d’Argenson écrit dans son Journal : « L’on m’assure que c’est l’archevêque de Rouen (Tavannes) qui est nommé par le roi pour le chapeau de cardinal : c’est encore une transaction royale, car il faut savoir que le roi Stanislas prétendait une nomination de chapeau comme roi, mais le pape a démontré qu’il ne pouvait l’avoir, et, comme il y nommait l’archevêque de Rouen, grand aumônier de la reine, le roi le nomme pour son compte, quoique ce prélat soit dans un très-mauvais état de santé et ne doive pas vivre longtemps. L’archevêque de Paris l’a refusé en quittant son archevêché ; c’est un opiniâtre indécrottable et de bonne foi ; il restera exilé tant qu’il sera dans cet entêtement. L’archevêque de Narbonne (La Roche-Aymon) est un fripon, qui a bien intrigué pour ce chapeau. » René-Louis de Voyer, marquis d’Argenson (1694-1757), Journal et mémoires du marquis d’Argenson, Société de l’Histoire de France, Renouard, Paris, 1867. Il devra encore attendre vingt-cinq ans. Louis XVIII raconte comment il parvint finalement à cette nomination : « M. de la Roche-Aymon (...) n’était pas un grand docteur de l’église, bien que, dans un autre sens, un bon apôtre. Il était court en science, mais plein de savoir-faire, ce qui vaut au moins autant. Jamais homme ne sut mieux se faire petit devant les autres pour n’effaroucher personne. Il était poli envers maîtres et valets, assidu auprès de chaque membre de la famille royale. On l’avait vu aux genoux de la marquise de Pompadour, et s’il se fût trouvé une plus humble place, il l’aurait prise auprès de madame Dubarry. C’était le moyen de réussir ; aussi fit-il un chemin rapide. Le roi lui donna de sa propre main le chapeau rouge. Cette cérémonie, qui se fit avec pompe, dura toute une journée, et le nouveau cardinal n’oubliant pas, au sein même de la puissance, ses devoirs de gratitude, alla le soir même remercier la favorite à qui il prétendait tout devoir ; ce qui ne laissa pas de nous amuser. La dauphine en fut instruite et lui montra de l’humeur ; mais son éminence trouva les moyens de regagner sa bienveillance et de se faire pardonner ce méfait. » (Louis XVIII, Mémoires recueillis et mis en ordre par le M. le duc de D***, 12 vol., L. Hautman, Bruxelles, 1832-33.). Une lettre du comte de Mercy-Argenteau à l’impératrice Marie-Thérèse datée du 16 décembre 1772 ([1]), à propos d’un autre sujet, confirme que sa fille la dauphine entretint des relations conflictuelles avec le prélat.
  7. Par exemple celle tenue du 10 mai au 27 juin 1762, lors de laquelle furent votés un don gratuit au roi de 7,5 millions de livres et d’un million pour la marine. (Edmond-Jean-François Barbier, Chronique de la Régence et du règne de Louis XV ou Journal de Barbier, Charpentier, Paris, 1866, t. 8, années 1762-63, p. 44-45.)
  8. On rapporte qu’il dit tout haut avant de faire la cérémonie que le roi l’avait chargé de déclarer qu’il était très fâché d’avoir donné du scandale (Adolphe de Cardevacque, Histoire de l’abbaye de Cercamp,p. 255).
  9. Honoré Fisquet, Gallia Christiana, archidiocèse de Paris, t. 2, Paris, 1864-1873, p. 309.
    Julie de Lespinasse annonçait déjà sa mort à Condorcet ... le 21 mai 1775 : « Savez-vous que nous sommes menacés de perdre M. le cardinal de La Roche-Aymon ? Il était si mal hier qu’on le soutenait avec des gouttes du général La Motte. Il y a une grande dispute entre (...) et le coadjuteur pour savoir qui est-ce qui suppléerait au cardinal. Cette question a dû être décidée aujourd’hui, mais la mort du cardinal trancherait la difficulté. Il a donné une abbaye de cent mille livres de rentes à l’archevêque de Toulouse. J’aimerais mieux qu’il lui eût légué sa feuille. On nomme pour cet héritage l’ancien évêque de Limoges, M. de Narbonne, et M. l’abbé de Véry. Pour lequel prononceriez-vous ? » (Julie de Lespinasse, Lettres inédites de Melle de Lespinasse à Condorcet, E. Dentu, Paris, 1887).
  10. Henri Bruno de Bastard d'Estang, Les Parlements de France: essai historique sur leurs usages, leur organisation et leur autorité, t. 2‬, Paris, Didier et cie, 1858, p. 619.
  11. Popoff 1996, p. 96.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Charles Antoine de La Roche-Aymon
Blason Charles Antoine de La Roche-Aymon(complet).svg
Naissance : 17 février 1697 Décès : 27 octobre 1777
Précédé par
Jean-Louis Des Balbes de Berton de Crillon
Archevêque de Narbonne
Primat de la Gaule narbonnaise

(1752 – 1762)
Suivi par
Arthur Richard Dillon
Précédé par
Armand Jules de Rohan-Guémené
Archevêque-duc de Reims et pair de FrancePrimat de la Gaule belgique
Archevêque-duc de Reims et pair de France
Primat de la Gaule belgique

(1763 – 1777)
Suivi par
Alexandre Angélique de Talleyrand-Périgord
Titre honorifique
Précédé par
Nicolas de Saulx-Tavannes
Grand aumônier de France
Grand aumônier de France
(1760 – 1777)
Suivi par
Louis René Édouard de Rohan