Thomas Gousset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thomas Gousset
Image illustrative de l'article Thomas Gousset
Biographie
Naissance 1er mai 1792
à Montigny-lès-Cherlieu (France)
Ordination sacerdotale 22 juillet 1817 par
Mgr de Latil
Décès 22 décembre 1866
à Reims
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
30 septembre 1850 par le
pape Pie IX
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de S. Callisto
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 6 mars 1836 par
Mgr Hyacinthe-Louis de Quélen
Fonctions épiscopales Évêque de Périgueux
Archevêque de Reims

Blason
« L'homme recueille ce qu'il a semé »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Thomas-Marie-Joseph Gousset, né le 1er mai 1792 à Montigny-lès-Cherlieu et mort le 22 décembre 1866 à Reims, est un cardinal et théologien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Fils de Thomas Gousset et de Marguerité Bournon, il est le neuvième enfant d'une famille de douze. Il est fils de laboureur, a commencé par travailler dans les champs, et n'a entrepris ses études qu'à dix-sept ans au petit séminaire d'Amance.

Prêtre[modifier | modifier le code]

Ordonné prêtre le 22 juillet 1817 par Mgr de Latil, il est nommé vicaire à Lure pendant plusieurs mois, puis enseigne la théologie morale au grand séminaire de Besançon. Il conserve cette chaire jusqu'en 1830, acquérant la réputation d'un professeur expert et d'un casuiste achevé.

Il réédite les Conférences d'Angers (26 vols., 1823) les discours accompagnés des notes, et puis le Dictionnaire théologique de Bergier (1826), duquel il publie une autre édition en 1843. De ces années de professorat date sa claire exposition de la doctrine de l'Église sur le prêt à intérêt (1825), Le Code civil commenté dans ses rapports avec la théologie morale (1827), et Justification de la théologie du P. Liguori (1829).

Appelé au poste de vicaire général de Besançon par le cardinal de Rohan, il accomplit ces responsabilités de 1830 à 1835. Épuisé par le travail, ses médecins lui prescrivent le repos absolu ; il utilise cette oisiveté forcée pour effectuer son premier voyage à Rome.

Évêque[modifier | modifier le code]

Le 1er février 1836, il est nommé évêque de Périgueux par le pape Grégoire XVI et le roi Louis-Philippe Ier ; l'année suivante, il présente à Villemain son Observations sur la liberté d'enseignement, une protestation contre le monopole de l'université. Il fait construire le petit séminaire de Bergerac.

L'orant de Mgr Thomas Gousset visible en l'église Saint-Thomas de Reims.

Le 13 juillet 1840, il est transféré à l'archidiocèse de Reims par Grégoire XVI ; ses responsabilités épiscopales ne l'empêchent pas d'achever d'importants travaux théologiques. En 1844 paraît en français sa Théologie morale à l'usage des curés et des confesseurs, rééditée à plusieurs reprises. Son traité de théologie dogmatique (2 Vols. 1848) n'a pas moins de succès. Il fait construire pour les ouvriers, sur ses propres deniers, l'église Saint-Thomas de Reims, où il est inhumé. Il fait don à sa paroisse natale d'un autel orné de statues et de bas-reliefs admirables.

Le 13 octobre 1847, il consacre l'église de Rimogne.

Cardinal[modifier | modifier le code]

Il est créé cardinal lors du consistoire du 30 septembre 1850 par le pape Pie IX pour son grand savoir, la solidité de sa doctrine et ses nombreux travaux avec le titre de cardinal-prêtre de Saint-Calixte (S. Callisto).

En vertu de la Constitution de 1852, il devient sénateur du Second Empire et, en 1858, commandeur de la Légion d'honneur.

Ses derniers travaux sont Exposition des principes de droit canonique (1859), Du droit de l'Église touchant la possession des biens destinés au culte et la souveraineté temporelle du Pape (1862).

C'est un des premiers à rétablir la liturgie romaine et à seconder le mouvement intellectuel et moral qui rapproche le clergé et les fidèles.

Les dignités ne changent rien à la simplicité de ses manières. Il est immortalisé par Balzac sous le personnage de l'abbé de Grancey dans le roman Albert Savarus.

Sa devise : « L'homme recueille ce qu'il a semé » ; ses armoiries renferment la gerbe de blé. En souvenir, une rue porte son nom à Reims et à Lure, ainsi qu'une école à Reims.

Parcours ecclésiastique[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

Une médaille non datée à l'effigie du cardinal Gousset a été exécutée par le graveur Jean-Pierre Montagny après l'accession de ce prélat à la pourpre. Un exemplaire en est conservé au musée Carnavalet (ND 0266).

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :