Guillaume Briçonnet (1445-1514)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guillaume Briçonnet et Briçonnet.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir famille Briçonnet.
Guillaume Briçonnet
Image illustrative de l'article Guillaume Briçonnet (1445-1514)
Guillaume Briçonnet, duc de Rheims
Biographie
Naissance en 1445
à Tours
Pavillon royal de la France.svg Royaume de France
Décès le 14 décembre 1514 (à 69 ans)
à Narbonne
Pavillon royal de la France.svg Royaume de France
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
16 janvier 1495
Par le pape Alexandre VI
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de « S. Pudenziana » (1495-1507)
Cardinal-évêque au diocèse suburbicaire d'Albano (1507), de Frascati (1508), de Palestrina (1509-1511)
Évêque de l’Église catholique
Archevêque de Narbonne
Primat de la Gaule narbonnaise
15 juillet 150714 décembre 1514
Archevêque-duc de Reims
et pair de France
Primat de la Gaule belgique
24 août 14971507
Administrateur apostolique de Toulon
14971498
Administrateur apostolique de Nîmes
26 octobre 149614 décembre 1514
Évêque de Saint-Malo
2 octobre 149316 août 1514
Précédent Pierre de Montfort-Laval Denis Briçonnet Suivant
Autres fonctions
Fonction religieuse
Abbé de Grandmont (1497 à 1507), de Saint-Germain-des-Prés (1504-1507), de Saint-Nicolas d'Angers (1513)

Orn ext cardinal duc et pair.svg
Blason Famille Briconnet.svg
Ditat servata fides
(la fidélité enrichit)
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Guillaume Briçonnet, né en 1445 à Tours, et mort le 14 décembre 1514 à Narbonne, est un officier royal puis un ecclésiastique français, connu sous le nom de Cardinal de Saint-Malo[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Sous Louis XI et Charles VIII[modifier | modifier le code]

D’abord financier, il devient officier de la Couronne de France et occupe la fonction de général des finances du Languedoc sous Louis XI, puis superintendant sous Charles VIII, dont il devient le conseiller[2]. À la mort de sa femme Raoulette de Beaune en 1487, il entre dans les ordres. Il est nommé conseiller d'Anne de Beaujeu, régente, en 1488. Il est évêque de Saint-Malo en 1493, abbé commendataire des abbayes de Saint-Germain-des-Prés et Saint-Nicolas de l’évêché d'Angers, et de Grandmont.

Recommandé par Louis XI à son successeur[3], il est nommé secrétaire du Trésor. Ministre d'état de Charles VIII, c'est sur ses conseils que celui-ci entreprend la conquête de l'Italie[2]. Au cours de la campagne d’Italie, il est nommé cardinal par le pape (1495). Il devient la même année administrateur de l’évêché de Nîmes, puis il succède, après la mort son frère Robert Briçonnet, au siège de l’archevêché de Reims en 1497. De 1497 à 1501, il administre l’évêché de Toulon, qu’il cèdera à son fils Denis Briçonnet.

Sous Louis XII[modifier | modifier le code]

Guillaume Briçonnet couronne Louis XII dans la cathédrale de Reims.

Le 27 mai 1498, il couronne Louis XII à Reims.

Il devient abbé commendataire de Saint-Germain-des-Prés, qu’il cède à son fils Guillaume en 1507. Il est nommé lieutenant général du roi pour le Languedoc et doit abandonner l’archevêché de Reims (et plusieurs abbayes) cette année-là, mais obtient l’archevêché de Narbonne, et devient évêque suburbicaire d'Albano, puis évêque suburbicaire de Frascati l’année suivante en 1508, et enfin de Palestrina en 1509[4].

En 1510-1511, ses violents démêlés avec le pape Jules II autour du concile de Pise-Milan-Lyon provoquent son excommunication et la perte du chapeau de cardinal pour avoir ouvert malgré lui le concile de Lyon. Après la réconciliation de l’Église française et de la papauté, Léon X lui rend la pourpre romaine[1] en 1514, il meurt la même année.

Mécène, plusieurs ouvrages littéraires lui sont dédicacés en forme de panégyrique[3]. C’est ainsi qu’il est surnommé Oraculum regis et Regni columna.

Famille[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Famille Briçonnet.

Guillaume Briçonnet, seigneur du Plessis-Rideau (Chouzé-sur-Loire), est le fils cadet de Jean Briçonnet (†1493), seigneur de Varennes, de Chanfreau, secrétaire du roi, 1er maire de Tours en 1462; et de Jeanne Berthelot (†1510). Il a cinq frères :

Il est marié à Raoulette de Beaune, sœur du financier Jacques de Beaune, il a cinq enfants dont deux fils firent carrière dans l'Église :

Armoiries[modifier | modifier le code]

D'azur, à la bande componnée d'or et de gueules de cinq pièces, le premier compon de gueules chargé d'une étoile d'or, ladite bande accompagnée d'une étoile d'or, posée au canton senestre du chef[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Louis Moréri, Le grand dictionnaire historique, vol. 1, 1702, [lire en ligne], p. 498
  2. a et b (en) The Cardinals of the Holy Roman Church - Biographical Dictionary - Consistory of January 16, 1495 Université internationale de Floride
  3. a et b (en) Briçonnet Catholic Encyclopedia.
  4. (en) Guillaume Briçonnet cardinaux créés par Alexandre VI (1492-1499)
  5. Rietstap 1884

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :