Robert Briçonnet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Briçonnet.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir famille Briçonnet.
Robert Briçonnet
Biographie
Naissance Vers 1450
à Tours
Pavillon royal de la France.svg Royaume de France
Décès le 3 juin 1497
à Moulins
Pavillon royal de la France.svg Royaume de France
Évêque de l’Église catholique
Archevêque-duc de Reims
et pair de France
Primat de la Gaule belgique
14931497
Précédent Pierre de Laval Guillaume Briçonnet[1] Suivant
Autres fonctions
Fonction religieuse
Fonction laïque
1481 Conseiller au parlement
1490 Président de la chambre des enquêtes
1494 Président de la chambre des comptes
1495 Garde des Sceaux
1495 Chancelier de France

Orn ext primat duc et pair.svg
Blason Famille Briconnet.svg
« Fais ce que tu voudras avoir fait quand tu mourras[2]. »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Robert Briçonnet, né vers 1450 à Tours[3] sous le règne de Louis XI, et mort le 3 juin 1497 à Moulins, est un archevêque de Reims, garde des sceaux puis chancelier de France, sous Charles VIII.

Biographie[modifier | modifier le code]

Robert Briçonnet fait ses études à l'université d'Orléans, on lui enseigne l'humanisme et le grec. À environ 21 ans, en 1471, il est procureur de la nation de Touraine, et en 1475, obtient un canonicat, une prétende, et la prévôté de Saint-Martin de Tours, tout en poursuivant ses études.
Il est licencié en droit canonique et civil, vers 1477[4], où il rencontre Pierre de Courthardy (1467-1505), étudiant ensemble la poétique, l'éloquence, et le droit civil et canonique[5]. Il est chanoine de l'église de Saint-Quentin en Vermandois, cette même année[6].

En 1478, il est maître d'école à Saint-Martin[7]. Par la suite, il est chanoine à la Collégiale Saint-Aignan d'Orléans.

Il devient conseiller au parlement de Paris, clerc, sous Louis XI, le 12 novembre 1481.

Évêque et archevêque[modifier | modifier le code]

De 1486 à 1487, il est élu évêque de Fréjus[8], sur recommandation de Charles VIII[9].

En 1488, il est nommé abbé commendataire de Saint-Vaast d’Arras, où il fait serment de fidélité le 4 juillet 1489[10], et en prend possession le 3 mars 1490[11].
Le 17 avril, il est président de la chambre des enquêtes du parlement de Paris, jusqu'au 2 décembre 1493, tandis que le chapitre de Reims le nomme au siège de Reims le 14 novembre 1493, il devient le 77e archevêque de Reims, duc et premier pair de France, par choix de Charles VIII. Il a pour secrétaire Guillaume de la Mare (ou de Mara) (1451-1525), clerc normand, docteur en droit, ancien élève du collège d'Harcourt, auteur de lettres.

Garde des sceaux puis chancelier[modifier | modifier le code]

Le 27 août 1494, il est président à la chambre des comptes. Il accompagne Charles VIII en Italie, pour le recouvrement du royaume de Naples, et le 30 avril 1495[12], le roi lui remet les sceaux[13], et le 30 août 1495, il est nommée chancelier de France, par lettre donnée à Turin[14].

Décès[modifier | modifier le code]

Accompagnant le roi, en déplacement à Moulins, en Bourdonnais, pour les affaires du royaume, il tombe malade et, atteint d'une forte fièvre, décède le 3 juin 1497. Il repose dans l'église collégiale Notre-Dame.

Famille[modifier | modifier le code]

Originaire de Touraine, elle s'est distinguée sous le règne de Charles V.

Son père Jean Briçonnet (†1493), surnommé le père des pauvres, seigneur de Varennes, de Chanfreau, secrétaire du roi, 1er maire de la ville de Tours élu le 8 octobre 1462[15]; et sa mère Jeanne Berthelot (†1510), fille de Jean Berthelot, maître de la chambre aux deniers du roi, et de Perronnelle Thoreau, ont pour enfants, Guillaume (†1477), Jean, Martin, lui-même, Pierre et Guillaume.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Famille Briçonnet.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Jean de Candida, médailleur et ami littéraire de Robert Briçonnet, lui réalise un sceau en 1495 : rond, 50 mm ; écu à la bande componée, accompagnée d'une étoile au canton senestre et chargée d'une étoile au canton dextre, timbré de la croix[16]. Il lui créé également une médaille, dont un exemplaire se trouve à la Bibliothèque nationale[17].

Les armes de Robert Briçonnet se blasonnent ainsi :« D’azur à la bande componée d’or et de gueules de cinq pièces, le 1er compon de gueules brisé d’une étoile d’or, une autre étoile sur le 2e canton du chef de l’écu[18],[19] ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Évêques D'ALETH et de SAINT-MALO de 480 à 1790
  2. Histoire de la ville, cité et université de Reims Par Guillaume Marlot, vol. 4, 1846. (p. 255)
  3. Histoire de Touraine: depuis la conquête des Gaules, jusqu'en 1790, suivie du dictionnaire biographique Par Jean L. Chalmel, vol. 4, 1828. (p.62)
  4. Recherches sur le personnel du Conseil du roi sous Charles VIII et Louis XII Par Michael Harsgor. Atelier reproduction des thèses, Université de Lille III, 1980 - 2761 pages
  5. Singularités historiques et littéraires Par Jean Liron, volume 1, 1738, (p.276)
  6. Mémoires pour servir à l'histoire ecclésiastique, civile et militaire, de la province du Vermandois Par Louis-Paul Colliette, vol. 3, 1772, (188e, p.10)
  7. Documents inédits pour servir à l'histoire des arts en Touraine 1870. Par Charles Loizeau de Grandmaison, Touraine. (p.351)
  8. Bulletin de la Société de l'histoire de France Annuaire historique, 1845, vol.10, (69e, pp.118-120)
  9. Histoire générale de Provence Par Jean-Pierre Papon, volume 1, 1777, (p.258)
  10. Robert Briçonnet Histoire de la Maison Royale de France, et des grands officiers de la Couronne. Par Anselme de Sainte-Marie, Ange de Sainte-Rosalie
  11. Histoire d'Arras, depuis les temps les plus reculés jusqu'en 1789, vol. 1, Laffitte, 1976, p. 497
  12. Mémoires pour servir à l'histoire ecclésiastique, civile et militaire, de la province du Vermandois Par Louis-Paul Colliette, vol. 3, 1772. (p.87)
  13. Histoire de la ville, cité et université de Reims Par Guillaume Marlot, vol. 4, 1846. (p.254)
  14. Le grand dictionnaire historique ou mélange curieux de l'histoire sacrée et profane. 1683. Volume 1. Par Louis Moreri, p.684
  15. Élection des députés aux états généraux réunis à Tours en 1468 et en 1484 Par Paul Viollet. Bibliothèque de l'école des chartes, 1866, vol. et n° 27, p. 44
  16. Diocèse de Reims Pierre Desportes, Pierre Bony. Brepols, 1998 - 664 pages. (p.216)
  17. Le médailleur Jean de Candida Par Léopold Delisle. Bibliothèque de l'École des chartes, 1890, Vol. 51 et n°51, pp.310-312
  18. Briçonnet Généalogie de la famille, par Étienne Pattou
  19. Archevêché de Reims Robert Briçonnet, Armes

Annexes[modifier | modifier le code]