Exploration Mission 1

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Exploration Mission 1
Insigne de la mission
Données de la mission
Vaisseau Orion
Équipage Aucun
Date de lancement Novembre 2018
Site de lancement Kennedy Space Center
Site d'atterrissage Océan Pacifique
Durée ~ 7 jours
Orbites Trajectoire circumlunaire
Navigation
Précédent Exploration Flight Test-1 insignia.png
EFT-1

Exploration Mission 1 ou EM-1 (précédemment connue sous le nom de Space Launch System 1 ou SLS-1) est le premier vol prévu du lanceur américain Space Launch System et le deuxième sans équipage du vaisseau spatial Orion. Le lancement est prévu pour novembre 2018. Au cours de cette mission, le vaisseau Orion accomplira une trajectoire circumlunaire (autour de la Lune), la mission durera environ 7 jours[1].

Plan de la mission[modifier | modifier le code]

Le véhicule Orion sera lancé par la version Block 1 du Space Launch System. Cette version est propulsée par 2 boosters 5 segments (une version dérivée des boosters utilisés pour la navette spatiale) et par 4 moteurs-fusées RS-25D (eux aussi étant dérivés des moteurs employés sur la navette spatiale)[1]. Le lancement est prévu pour la fin de l'année 2018 et aura lieu au complexe de lancement 39 du centre spatial Kennedy[2]. Le vaisseau Orion effectuera un aller-retour Terre-Lune en suivant une trajectoire similaire à celle de la mission Apollo 13. Le vaisseau partira directement vers la Lune puis survolera sa face cachée à environ 200 km d'altitude. Il utilisera ensuite l'attraction gravitationnelle de la Lune pour revenir vers la Terre puis effectuera une rentrée atmosphérique à haute vitesse (environ 11 km/s) pour ensuite amerrir dans l'Océan Pacifique[2].

Objectifs de la mission[modifier | modifier le code]

Participation de l'ESA[modifier | modifier le code]

Le 16 janvier 2013, la NASA a annoncé la signature d'un accord avec l'Agence spatiale européenne (ESA). Cet accord stipule que l'ESA fournira le module de service du véhicule Orion de cette mission afin de tester les technologies américaines et européennes. Ce module de service sera basé sur l'Automated Transfer Vehicle européen, le véhicule de ravitaillement autonome de la Station Spatiale Internationale[3]. La différence la plus visible entre les modules de service américain et européen concerne les panneaux solaires. Le modèle européen délaissant les panneaux circulaires au profit des panneaux rectangulaires déjà à l'oeuvre sur l'ATV[4].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en)[PDF]Jody Singer, « Status of NASA’s Space Launch System », sur http://spirit.as.utexas.edu (consulté le 24/01/2013)
  2. a et b (en)[PDF]Bill Hill, « NASA Advisory Council Exploration Systems Development Status », sur http://www.nasa.gov,‎ 2012 (consulté le 24/01/2013)
  3. (en)« NASA Signs Agreement for a European-Provided Orion Service Module », sur http://www.nasa.gov,‎ 2013 (consulté le 24/01/2013)
  4. (en)« ATV 2.0 », sur http://blogs.esa.int/atv/,‎ 2013 (consulté le 24/01/2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]