Henri Ghéon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Henri Ghéon.
Portrait par Jean Veber.

Henri Vangeon, en littérature Henri Ghéon, né à Bray-sur-Seine (Seine-et-Marne) le et mort à Paris le , est un médecin et écrivain français, à la fois poète, auteur dramatique et critique littéraire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études secondaires à Sens et vient à Paris en 1893 pour entreprendre des études de médecine. Il se lance parallèlement dans une carrière littéraire en écrivant des poèmes, loués à la fois par Francis Jammes et par Mallarmé, et en publiant des critiques dans des revues d'avant-garde. En 1897, il fait la rencontre d'André Gide, qui va devenir son ami intime et son guide littéraire pendant près de vingt ans. En novembre 1908, il fait partie des fondateurs de la NRF. Il fut membre du Comité de direction de l'Association du Foyer de l’Abbaye de Royaumont.

Mais la Première Guerre mondiale va changer l'orientation de sa vie et, en partie, de sa carrière. Engagé comme médecin sur le front de Belgique, il recouvre la foi catholique dont il devient un fervent défenseur. L'Homme né de la guerre, pour reprendre le titre donné au récit de sa conversion, va désormais mettre son art au service de Dieu. Il devient tertiaire de l'ordre dominicain. Il décède le 13 juin 1944, dans l'indifférence générale, quelques jours après le débarquement des alliés.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative sur le domicile parisien d'Henri Ghéon au n° 68 de la rue Saint-Didier
  • La Solitude de l'été. Les campagnes simples (1897)
  • Le Pain. Tragédie populaire en 4 actes et 5 tableaux (1912)
  • Foi en la France poèmes du temps de guerre per patriam ad dominum (1916)
  • L'Homme né de la guerre
  • Jeux et miracles pour le peuple fidèle (1922)
  • Partis Pris. Réflexions sur l'art littéraire (1923)
  • La Bergère au pays des loups (1923)
  • Les Trois Miracles de Sainte Cécile (1923)
  • La Merveilleuse Histoire du jeune Bernard de Menthon. En trois journées et un épilogue (1924)
  • Le Triomphe de Saint Thomas d'Aquin (1924)
  • Le Comédien et la grâce, pièce d'après la vie de Saint Genès (1925)
  • Sainte Thérèse de Lisieux
  • La Parade du Pont du diable d'après la légende de Saint Kado (1926)
  • Les Trois Sagesses du vieux Wang (1927)
  • Demos esclave et roi (1927)
  • La Fille du sultan et le bon jardinier. Conte en trois tableaux d'après une chanson flamande (1928)
  • Les Jeux de l'enfer et du ciel (1929)
  • La Vieille Dame des rues (roman), Fkammarion, (1930)
  • Sainte Anne d'Auray (1931)
  • Épiphanie ou le voyage des trois rois (1931)
  • Promenades avec Mozart, l'homme, l'œuvre, le pays (1932)
  • Le Saint Curé d'Ars (1933)
  • Le Noël sur la place ou les enfances de Jésus (1935)
  • Noêl ! Noël ! (1935)
  • Le Pauvre sous l'escalier. Trois Épisodes d'après la vie de saint Alexis
  • Saint Jean Bosco
  • Féerie le petit Poucet, impromptu en trois actes pour les enfants (1935)
  • Les Détours imprévus (1937)
  • La Quête héroïque du Graal. Action romanesque et féerique en cinq parties et dix tableaux (1938)
  • Marie, Mère de Dieu (1939)
  • Judith. Œdipe ou le crépuscule des dieux
  • L'Art du théâtre
  • Dramaturgie d'hier et de demain
  • Saint Martin (1941)
  • Sainte Claire d'Assise (1944)
  • Les Jeux de l’enfer et du ciel
  • La Cathédrale Incendiée, musique d'Albert Alain
  • Correspondance Henri Ghéon - André Gide, t. 1 1897-1903, t. II 1904-1944, Gallimard, NRF, 1976

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Geneviève Duhamelet, Henri Ghéon. L’homme né de la guerre. Foyer Notre-Dame (Coll. « Convertis du XXe siècle », 1), Bruxelles 1951.
  • Catherine Boschian-Campaner, Henri Ghéon, camarade de Gide : Biographie d'un homme de désirs, Presses de la Renaissance, 2008 (ISBN 978-2750904067)
  • Henri Brochet, Henri Ghéon, Les presses d'Ile de France, 1946
  • Maurice Deléglise, Le théâtre d'Henri Ghéon : Contribution à l'étude du renouveau théâtral, Sion, 1947