Sholem Asch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Asch.
Sholem Asch

Sholem Asch (en yiddish שלום אש) ou Shalom Asch ou simplement 'Shalom Ash' (1880-1957) est un écrivain et journaliste yiddish, né en Pologne dans une famille juive traditionnelle.

Il s’affranchit de la tradition et voyage dans le monde, devenant l’un des plus grands écrivains yiddish.

De Kutno à Varsovie[modifier | modifier le code]

Romancier yiddish, dramaturge et essayiste, Sholem Asch naît en 1880 Kutno o (Pologne), ville à l’époque sous domination russe, dans une famille de dix enfants, ultra-orthodoxe. Il reçoit une éducation juive traditionnelle, une formatiion talmudique. À 17 ans, ses parents l’envoient Wloclawek où il devient précepteur puis écrivain public, s’initie aux langues et à la littérature profane. Il gagne ensuite Varsovie, le cœur de la vie littéraire juive en Pologne. Il commence à écrire en hébreu mais, sous l’influence du grand écrivain Isaac Leib Peretz, passe au yiddish et écrira dorénavant dans cette unique langue. Au cours de ses premières années à Varsovie, il rencontre et épouse Mathilde, fille de l’écrivain juif polonais M. M. Shapiro.

Un grand voyageur[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, Asch vit aux États-Unis où il publie notamment dans le journal yiddish Forvets, ne retournant en Pologne qu’après le conflit puis s’installant en France. Après 1938, il retourne aux États-Unis où il publiera la majorité de ses ouvrages. Bien que décédé à Londres en 1957, il passe ses dernières années à Bat Yam, dans la banlieue de Tel Aviv, dans une maison convertie depuis en Musée Sholem Asch.

Un lien entre le passé et la modernité[modifier | modifier le code]

Véritable poète du shtetl (la bourgade juive traditionnelle d’Europe Orientale) à ses débuts mais également en recherche permanente de nouveaux horizons, Asch contribue à affranchir la littérature yiddish de contraintes étroites. Profondément attaché à la transmission du passé juif, auquel il se consacre dans ses romans et ses pièces, il relie néanmoins le monde yiddish à la culture américaine et européenne, devenant le premier écrivain yiddish à connaître une vogue internationale.

Œuvres les plus célèbres[modifier | modifier le code]

La trilogie: "Trois villes"

  • Uncle Moses
  • Le juif aux psaumes
  • La sanctification du nom

Ses romans à thèmes christiques :

  • Le nazaréen
  • L’apôtre
  • Marie mère de Dieu.

Son dernier roman, écrit en 1955, s’intitule Le prophète.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :