Jean Villard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villard.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Jean Vilar ni Jean Villard (homme politique).

Jean Villard

Description de cette image, également commentée ci-après

Gilles, photographié en 1975 par Erling Mandelmann.

Informations générales
Surnom Gilles
Nom de naissance Jean Villard
Naissance 2 juin 1895
Montreux, Suisse
Décès 26 mars 1982 (à 86 ans)
Saint-Saphorin, Suisse
Activité principale Auteur-compositeur-interprète
Activités annexes Comédien
Années actives années 1930 - années 1970
Labels Disques Barclay

Jean Villard, dit Gilles, né à Montreux le 2 juin 1895 et mort à Saint-Saphorin le 26 mars 1982, est un poète, chansonnier, comédien, écrivain et compositeur suisse.

Il est notamment célèbre pour son duo Gilles et Julien durant les années 1930, puis en tant que directeur du cabaret « Chez Gilles » à Paris après la Guerre.

Il est notamment l'auteur de la chanson Les Trois Cloches, interprétée par Édith Piaf et les Compagnons de la chanson.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts au théâtre[modifier | modifier le code]

Originaire de Daillens, Jean Villard est attiré très tôt par le théâtre. En 1918, il crée à Lausanne le rôle du Diable dans L'Histoire du soldat d'Igor Stravinski et de Charles-Ferdinand Ramuz. En 1919, il entre dans la troupe de Jacques Copeau, la Compagnie des Quinze, avec laquelle il se produit au théâtre du Vieux-Colombier à Paris, puis en Bourgogne de 1924 à 1929, sous le nom de « troupe des Copiaus ».

Gilles et Julien[modifier | modifier le code]

Il développe par la suite une carrière d'auteur-compositeur-interprète. De 1932 à 1939, il forme avec Aman Maistre - dit Julien - le duo Gilles et Julien : ils deviennent des vedettes de music-hall, et Gilles compose plus de trois cents chansons.

Leur duo est le tout premier - peu après arriveront Pills et Tabet, puis Charles et Johnny[1] - à révolutionner le tour de chant à deux interprètes, mais aussi le tour de chant plus généralement tel qu'on le concevait au début des années 1930. En effet, tous deux issus du théâtre du Vieux-Colombier, Gilles et Julien incorporent dans leurs chansons un certain esprit poétique (La Marie-Jésus, Fleur de Paris) ou humoristique (Faut bien qu'on vive), et utilisent leur technique théâtrale pour les mettre en scène. Elles deviennent ainsi des mini-pièces en trois actes accompagnées par Gilles au piano et mimées par Julien devant ou appuyé sur l'instrument. Ils interprètent également de nombreuses chansons de marins.

Revêtus à partir de 1935 d'un pantalon et d'un chandail noir, ils préparent ainsi la voie aux tours de chants de ceux qui, après la guerre, axeront leurs prestations sur le côté dramatique ou anecdotique de leurs chansons.

Directeur de cabarets[modifier | modifier le code]

En 1940, à Lausanne, il fonde avec Édith Burger le cabaret « Le Coup de soleil », lieu où il fait souffler l'esprit francophile et résistant.

De retour à Paris en 1947, il ouvre le cabaret « Chez Gilles », où il se produit en duo avec Albert Urfer de 1948 à 1975, interprétant ses compositions, telles que Dollar (1932), Les Trois Cloches (1940), 14 juillet (1942), Le Bonheur (1948), La Venoge (1954), Nos colonels (1958), etc. Il découvre Jacques Brel qu’il engage.

En 1955, il ouvre un cabaret du même nom, « Chez Gilles » à Lausanne.

Auteur dramatique, deux de ses pièces sont créées au théâtre du JoratMézières en Suisse) : Passage de l'étoile (1950) et La Grange aux Roud (1960).

À 81 ans, il fait ses adieux à la scène. Il accorde en décembre 1981 sa dernière interview chez lui à Saint-Saphorin dans laquelle il confie : « J'ai essayé d'être poète ».

Un parc de Lausanne, près de l'avenue du Théâtre, porte aujourd'hui son nom.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Pièces de théâtre[modifier | modifier le code]

Rôles au théâtre[modifier | modifier le code]

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Les Histoires de Gilles, 1943
  • Mon demi-siècle, Payot (1954, réédition 1969)
  • La Venoge et autres poèmes, éditions du Verseau et Librairie Payot, Lausanne, 1960
  • Chansons que tout cela ! (Le Meilleur de Gilles, tome I), 1963
  • Le Dernier Mot (Le Meilleur de Gilles, tome II), 1971
  • Amicalement vôtre, éd. Pierre-Marcel Favre (Récits, chansons et souvenir), 1978

Quelques chansons[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

  • « C'est formidable le public, cette masse anonyme qui ne forme qu'une âme. Il n'y a rien de plus extraordinaire qu'une salle qui rit. On voit alors l'humanité sous son plus beau visage. » Jean Villard
  • « On peut dire que Gilles est un des ancêtres des auteurs-compositeurs d’aujourd’hui parce que c’est lui qui le premier et surtout à une époque où cela ne se faisait pas du tout a délibérément écrit de bonnes chansons. Il a fait confiance au public. » (Georges Brassens)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert Urfer, Qui va piano..., 1978
  • Alex Décotte, Le Siècle de Gilles, 1995
  • Le Meilleur de Gilles (3 tomes), Préface du tome I : Dominique Desmons, Publi-Libris, 2003 (ISBN 2940251029)

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gilles et Julien influencent Charles et Johnny lors de la création de leur duo.