Jeunesse sportive des Fontenelles de Nanterre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
JSF Nanterre
Logo du club
Généralités
Nom complet Jeunesse sportive des Fontenelles de Nanterre
Surnom(s) Les Verts, La JSF
Date de fondation 1927
Couleurs vert et blanc
Salle Palais des sports Maurice Thorez
(1 594 places)
Siège 14 avenue du Maréchal Joffre
92000 Nanterre
Championnat actuel Pro A
EuroCoupe
Président Drapeau : France Jean Donnadieu
Entraîneur Drapeau : France Pascal Donnadieu
Site web jsfnanterre.com
Palmarès
National[1] Championnat de France (1)
Championnat de 2e division (1)
Coupe de France (1)
Maillots
 
Domicile jersey
Domicile jersey
 
Domicile shorts
 
Domicile
 
Extérieur jersey
Extérieur jersey
 
Extérieur shorts
 
Extérieur
Actualités
Basketball current event.svg
Pour la saison en cours, voir :
Championnat de France de basket-ball de Pro A 2013-2014

La Jeunesse sportive des Fontenelles de Nanterre (JSF Nanterre) est un club français de basket-ball basé à Nanterre. Le club évolue en Pro A, la 1re division du championnat de France. En juin 2013, il devient champion de France de basket.

Historique[modifier | modifier le code]

Créée en 1927 et confortée par sa fusion, intervenue dans les années 1990-95 avec la section Basket du club omnisports de l'Entente Sportive de Nanterre (ESN), la JSF Nanterre est le deuxième club de basket-ball francilien. Basé à Nanterre, dans les Hauts-de-Seine, le club erre jusqu'à la fin des années 1980 dans les plus basses divisions départementales et régionales.

C'est en 1987 qu'une poignée de bénévoles reprend le club et lui fait gravir peu à peu les échelons. De 1989 à 2004, le club connaît dix montées en quinze ans, sans jamais avoir été relégué ni changé les pierres angulaires de cette progression, puisque le président Jean Donnadieu et l'entraîneur de l'équipe première Pascal Donnadieu restent à leurs postes durant toute cette période.

Depuis septembre 2007, le club a également ouvert un centre de formation qui permet à douze joueurs de la région Île-de-France de concilier études et sport de haut niveau, avec l'appui du Conseil régional, du Conseil général et de la mairie de Nanterre.

Les années Pro B (2004-2011)[modifier | modifier le code]

Pour sa première saison en Pro B, en 2004-2005, le club se classe huitième et accède ainsi aux play-offs. Malgré une défaite en deux matchs face au futur vainqueur, l'Étendard de Brest, la saison est prometteuse et augure de bonnes choses pour le promu francilien.

La saison suivante se révèle néanmoins plus compliquée, et le club ne parvient pas à se hisser dans le Top 8 synonyme de play-offs.

En 2006-2007, en marge d'une qualification en play-offs, le club atteint la finale de la Coupe de France, après avoir notamment éliminé l'Elan Chalon en quart de finale puis Antibes en demi-finale. Le 13 mai 2007, la JSF Nanterre affronte l'Elan Béarnais Pau-Orthez, et s'incline 92-83, non sans offrir une belle résistance. Les joueurs nanterriens, emmenés par Steffon Bradford (24 pts), Andrew Drevo (18 pts) et Joachim Ekanga-Ehawa (15 pts) tiennent en effet la dragée haute à leurs adversaires et sont au contact jusqu'à la moitié du quatrième quart-temps, avant de finalement céder face au favori palois[2].

Troisième à l'issue de la saison régulière, Nanterre dispute de nouveau les play-offs. Probablement émoussés par leur aventure en Coupe de France, les joueurs nanterriens s'inclinent face à Saint-Quentin au premier tour des play-offs, sur un panier au buzzer d'Eric Craven lors du match d'appui au Palais des Sports. L'ailier nanterrien Joachim Ekanga-Ehawa est également élu MVP français de Pro B.

2007-2008 se révèle également être une belle saison pour le club francilien, et ce malgré un départ des joueurs cadres (Joachim Ekanga-Ehawa, Thomas Darnauzan ou Andrew Drevo). En championnat, l'équipe finit sixième de la saison régulière et affronte Poitiers au premier tour des play-offs. Deux défaites 80-75 puis 75-74 scellent le sort des Nanterriens, éliminés par le futur finaliste. Néanmoins, le club manque de peu de récidiver son aventure en Coupe de France de l'année précédente. En huitième de finale, Nanterre affronte Strasbourg, un pensionnaire de Pro A, qui compte par exemple parmi ses rangs l'international français Sacha Giffa. Au cours d'un match à couteaux tirés au Palais des Sports, la JSF Nanterre s'impose 72-71, après avoir compté jusqu'à 16 points d'avance[3]. Elle se donne le droit d'affronter un autre pensionnaire de Pro A en quart de finale, qui se trouve être de surcroît son bourreau l'année passée en finale de cette même compétition : l'Elan Béarnais Pau-Orthez. Les Nanterriens créent à nouveau l'exploit et s'imposent 65-54, emmenés notamment par un Steffon Bradford intenable (23 points et 15 rebonds) ainsi que Souarata Cissé. En demi-finale, Nanterre retrouve l'ASVEL, et doit finalement s'incliner 68-57 face au futur vainqueur. Une nouvelle fois, c'est un joueur nanterrien qui remporte le trophée de MVP français de Pro B. Cette fois-ci, c'est Adrien Moerman, ailier-fort de 20 ans prêté par Roanne, qui remporte cette distinction.

La saison 2008-2009 s'avère plus compliquée. Une nouvelle fois, l’effectif est largement renouvelé (départs d'Adrien Moerman et de Steffon Bradford notamment). Seul Souarata Cissé reste au club, mais celui-ci peine à rééditer ses bonnes performances de la saison passée. Cette fois-ci, le futur international français Edwin Jackson débarque au club, accompagné notamment du dominicain Ricky Soliver et de l'américain Belton Rivers. La raquette, composée d'Ivan Almonte et d'Adam Waleskowski s'annonce prometteuse, mais ce dernier peine à s'imposer et quitte le club en cours de saison. Le club finit à la 9e place, aux portes des play-offs (16 victoires pour 18 défaites).

Nouveau coup de balai en 2009-2010 puisque l'intégralité de l'effectif se trouve changée. Loïc Akono débarque à la mène, accompagné de la gâchette Xavier Corosine, de l'ailier américain Mykal Riley. La raquette, elle, se trouve composée de l'américain Nate Carter, de l'anglais Zeb Cope ainsi que de Malick Badiane, qui arrive en cours de saison. Cet effectif est par ailleurs complété avec de jeunes prospects, emmenés par l'arrière-ailier Evan Fournier, en provenance du Centre Fédéral [4] et futur joueur des Nuggets de Denver. Marc Judith ainsi que les jeunes intérieurs Jonathan Tornato et Antoine Gomis, respectivement prêtés par Dijon et Le Mans, viennent également compléter cet effectif. Le club achève la saison régulière à la sixième place (21 victoires pour 13 défaites) et affronte Lille au premier tour des play-offs. Malgré une défaite au premier match (88-83), les verts et blancs remportent les deux matchs suivants (95-57 et 83-66), notamment grâce à un Xavier Corosine en grande forme (9/17 à 3 points sur les deux derniers matchs). Accédant pour la première fois de son histoire en demi-finales de play-offs, la JSF Nanterre s'incline néanmoins en deux matchs face au CSP Limoges. Zeb Cope met d'ailleurs un terme à sa carrière de basketteur à l'issue de cette saison.

La saison 2010-2011 s'inscrit dans la continuité de la précédente : neuf joueurs de l'équipe de l'année précédente poursuivent l'aventure, et seuls Evan Fournier, Malick Badiane, Zeb Cope et Jonathan Tornato quittent le club. Ils sont remplacés par le pivot Johan Passave-Ducteil (en provenance du CSP Limoges) et Will Daniels, tandis que l'équipe enregistre le retour de Guillaume Pons, blessé toute la saison précédente. Emmené par sa triplette américaine Daniels - Carter - Riley, le club démarre la saison sur les chapeaux de roues en enregistrant dix victoires sur les onze premières journées. À la fin de la phase aller, le club n'a enregistré que trois défaites. Malgré trois défaites consécutives entre la 19e et la 21e journée, le club valide sa montée en Pro A au soir d'une victoire contre la JL Bourg 74-68 à deux journées de la fin du championnat. La JSF Nanterre finit en effet en tête de la saison régulière, synonyme d'accession à l'étage supérieur. Nate Carter, qui cumule 17,4 points et 5,5 rebonds de moyenne, est élu MVP étranger de la saison régulière, tandis que Pascal Donnadieu est désigné meilleur entraîneur. Qualifié en play-offs, le club affronte Le Portel en quarts de finale et se qualifie à l'issue du match d'appui, remporté 80-73. En demi-finale, Nanterre s'incline à domicile contre Fos-sur-Mer mais évite l'élimination en s'imposant à l'extérieur au cours du match retour (66-88, 25 points et 8 rebonds pour Mykal Riley). Une fois encore, le club s'impose au cours du match d'appui et se qualifie pour la finale du championnat de France de Pro B. La rencontre - qui se déroule en un match unique - a lieu le 11 juin au Palais Omnisports de Paris-Bercy et voit Nanterre s'imposer sur la JDA Dijon par 73-60. Nate Carter et Will Daniels réalisent tous deux un gros match en avec 22 points et 5 rebonds pour Carter et 15 points, 9 rebonds, 6 passes et 4 contres (32 d'évaluation, MVP du match) pour Daniels. Au terme de ce match, les deux équipes sont promues en Pro A et Nanterre remporte le titre de champion de France de Pro B.

Les débuts en Pro A (2011-2012)[modifier | modifier le code]

Diante Garrett, joueur de Nanterre en 2012

Pour la montée en Pro A, le club conserve l'essentiel de l'ossature de l'équipe ayant remporté le titre en Pro B. Nanterre fait partie de l'élite du Basket-ball Français pour la première fois de son histoire.

Seule surprise, Nate Carter, MVP en titre, s'engage à Châlons-Reims en Pro B plutôt que de poursuivre l'aventure en Pro A. Jérémy Nzeulie, peu utilisé, est lui prêté à la JSA Bordeaux, promu en Pro B. Ils sont remplacés numériquement par Alex Gordon, Stephen Brun (ex-international français) et Ryvon Covile. Ce dernier possède l'avantage de bien connaître la Pro A pour avoir joué au Mans. Il s'impose rapidement comme un joueur essentiel et cumule 24 points et 10 rebonds au soir du premier match en Pro A avec son club (défaite au Mans 78-72).

Dès la troisième journée, Nanterre reçoit le SLUC Nancy, renforcé par Nicolas Batum à l'occasion du lock-out en NBA. Le club francilien est sèchement battu à domicile (64-85) et doit attendre la 4e journée pour s'imposer pour la première fois, à Hyères Toulon (94-97).

Jugé peu convaincant, Alex Gordon sera remplacé par Diante Garrett peu après le début du championnat, tandis qu'à la mi-saison, le capitaine Guillaume Pons s'engage à Évreux à la recherche d'un meilleur temps de jeu. Il sera remplacé par l'ex-international français Mamoutou Diarra.

Pour ses débuts en Pro A, Nanterre termine 11e et réussi à se maintenir dans l'élite.

Malgré un départ difficile (deux victoires sur les neuf premières rencontres), le club obtient plusieurs victoires prestigieuses (deux victoires contre l'ASVEL_Lyon-Villeurbanne notamment) et boucle la saison à la 11e place avec un bilan de 14 victoires pour 16 défaites. Lors du All-Star Game LNB 2011, Xavier Corosine remporte le concours de tirs à trois points devant Kyle McAlarney.

À l'issue de la saison, l'effectif est grandement renouvelé.

Will Daniels, auteur d'une belle saison en Pro A (14,2 pts de moyenne) et de plusieurs coups d'éclat (31pts 6reb 4cts à Châlon au cours d'une victoire 109-99) s'engage au VEF Riga (Lettonie). Mykal Riley s'engage lui à la JDA Dijon, sans finalement pouvoir honorer son engagement en raison d'un contrôle positif au cannabis[5]. Loïc Akono s'engage pour sa part à Lille (Pro B), tandis que Diante Garrett obtient un contrat NBA avec les Suns de Phoenix.

Ryvon Covile et Mamoutou Diarra ne sont pas conservés, tandis qu'Alexis Desespringalle, jeune joueur peu utilisé, s'engage à Rueil en N1.

L'année incroyable et le premier titre de champion de France (2012-2013)[modifier | modifier le code]

La formation francilienne attaque la saison 2012-2013 avec seulement le maintien en ligne de mire. Celle-ci débute avec une défaite à domicile (68-70) face au Limoges CSP[6] et une défaite au Havre (79-90) . Le 12 octobre 2012, le club engage Chris Massie (ancien pivot de Limoges) et enchaine avec deux belles victoires face à l'ASVEL et au Paris-Levallois[7]. Xavier Corosine remporte, pour la deuxième fois d'affilé, le concours de tirs à trois points du All-Star Game LNB 2012, devançant une nouvelle fois Kyle McAlarney.

Durant la saison, Nanterre fait face à des changements forcés au poste 5 (Rashaun Freeman, puis Chris Massie, puis Juan Palacios), des blessures (Marc Judith, Chris Oliver...) ainsi qu'à des problèmes en interne. Le club atteint, malgré tout, la finale de la coupe de France et s'incline de peu face au Paris-Levallois (74-77).

Mais ce groupe se retrouve notamment autour des valeurs qui ont fait la force du club depuis longtemps et termine huitième de la saison régulire, obtenant de justesse le droit de disputer les play-offs.

Face à Gravelines-Dunkerque (premier de la saison régulière et vainqueur de la Leaders Cup) puis Chalon-sur-Saône (champion de France en titre), Nanterre parvient à s'imposer en deux manches sèches à chaque fois et atteint la finale du championnat de France pour y affronter Strasbourg (deuxième de la saison régulière). La JSF de Nanterre, avant-dernier budget de la Pro A, crée déjà une grosse surprise.

Le 8 juin 2013, le club décroche son premier titre de Champion de France de Pro A face à Strasbourg (3 victoires à 1)[8] et gagne le droit de participer à la compétition la plus importante au niveau européen : l'Euroligue[9].

Débuts européens et coupe de France (2013-2014)[modifier | modifier le code]

DeShaun Thomas, vainqueur de la coupe de France avec la JSF

La JSF Nanterre enregistre les départs de Stephen Brun (Non conservé), Charles Jackson, Chris Warren et Juan Palacios. Le club recrute Kevin Lisch, Will Daniels, Mouhammadou Jaiteh, Ali Traore, Je'Kel Foster, Serhiy Hladyr et DeShaun Thomas.

Après la défaite de Nanterre face au Paris-Levallois Basket lors du Match des champions[10], la saison 2013-2014 de Pro A commence parfaitement pour Nanterre qui remporte ses six premiers matchs et occupe la première place[11] du classement jusqu'à la 7e journée.

En Euroligue, la JSF effectue ses matchs à domicile à la Halle Georges-Carpentier de Paris. Les Franciliens perdent de peu leur premier match face au CSKA Moscou (59-62) et sont totalement dépassés la semaine suivante sur le parquet du Partizan Belgrade (43-73)[12]. Le 31 octobre 2013, la JSF de Nanterre se rend en Espagne pour y affronter la puissante équipe de Barcelone. Nanterre s'impose 71 à 67 dans un match à rebondissements ; cela faisait 15 ans qu'un club français ne s'était plus imposé face à Barcelone. Face à des Catalans qui ont sombré dans le dernier quart temps (seulement 7 points inscrits ), les champions de France en titre se sont imposés grâce à une défense très dure[13]. DeShaun Thomas est le joueur clé de cette rencontre avec 14 points et 7 rebonds ; il offre la victoire à son club dans les dernières secondes[14]. La JSF enchaîne avec une victoire à domicile face au BK Boudivelnyk Kiev (80-61) lors de la 4e journée[15]. Le club se rapproche de la qualification pour le Top 16 grâce à sa victoire face au Partizan Belgrade (62-61) lors de 7e journée. Cependant, Nanterre s'incline à Kiev 92-82 et voit le Top 16 s'éloigner[16]. À l'issue de la première phase, Nanterre est éliminée mais est désignée quatrième équipe la plus difficile à jouer de l’Euroleague par les managers de tous les clubs engagés dans la compétition[17].

Suite à son élimination lors de la première phase de l'Euroligue, Nanterre est replacée dans le top 32 de l'EuroCoupe (deuxième compétition européenne). Tous ses matchs se jouent à la Halle Georges-Carpentier[18] et sont diffusés sur L'Équipe 21[19]. Nanterre est dans la poule I avec le club allemand d'Ulm, le club italien de Cantù et le club truc d'Izmir. Lors de la 2e journée, Nanterre s'impose à Izmir 84 à 79 grâce notamment à Trenton Meacham qui sera élu MVP de la journée d'EuroCoupe[20]. Après trois matchs, Nanterre est invaincue et se rapproche de la qualification en 8e de finale[21]. Lors de la journée suivante, Nanterre s'incline pour la première fois, lors du déplacement à Ulm, sur le score de 86 à 72[22]. Lors du 5e match, Nanterre enregistre une deuxième défaite consécutive en s'inclinant à Cantù 89 à 74[23],. Le 19 février 2014, pas certain d'être qualifié avant le dernier match du Top 32[24], Nanterre valide sa qualification pour les 8e de finale de l'EuroCoupe en battant les turcs d’Izmir 76 à 57[25]. Ils retrouveront en 8e de finale Kiev qui était dans le même groupe d'Euroligue que Nanterre. Nanterre s'était incliné à Kiev 97 à 87 et imposé 80 à 61 à domicile. Cette belle aventure s'arrête en 8e de finale face au BK Boudivelnyk Kiev.

Au terme d'une saison très relevée, Nanterre ne parvient pas à se qualifier pour les play-offs et termine 10e au classement mais la JSF remporte sa première coupe de France le 11 mai 2014 avec une victoire en finale 55 à 50 contre le SLUC Nancy.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Entraîneurs successifs[modifier | modifier le code]

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Mise à jour le : 29 juillet 2013

  JSF Nanterre  v · d · m 
Joueurs Entraîneurs
No  P. Nat. Nom Taille Âge
13 Pivot Drapeau : France Johan Passave-Ducteil 2,00 28
Ailier fort Drapeau : États-Unis Kyle Weems 1,98 24
Ailier Drapeau : États-Unis Mykal Riley 1,98 27
4 Meneur-Arrière Drapeau : France Jérémy Nzeulie 1,87 22
Meneur Drapeau : États-Unis T.J. Campbell 1,77 25
Meneur Drapeau : États-Unis Jamal Shuler 1,90 28
8 Pivot Drapeau : France Mouhammadou Jaiteh 2,08 18
5 Arrière-Ailier Drapeau : France Marc Judith 1,93 26
Meneur-Arrière Drapeau : France Joseph Gomis 1,80 35
Pivot Drapeau : Angleterre Laurence Ekperigin 2,01 25
Entraîneur
Assistant(s)
  • Drapeau de la France Franck Le Goff

Légende 
  • P. : Poste
  • # : Numéro de maillot
  • Nat. : Nationalité
  • Capitaine : Capitaine
  • Blessure : joueur blessé actuellement
  • (E) : Espoir (centre de formation)

Effectifs successifs[modifier | modifier le code]

Joueurs célèbres et marquants[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. « Pau-Orthez se console », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 13 mai 2007 (consulté le 3 juin 2011)
  3. Florian Egly, « Strasbourg, rien de nouveau », sur lefigaro.fr,‎ 26 mars 2009 (consulté le 3 juin 2011)
  4. « Evan Fournier quitte le Centre Fédéral… à 16 ans », sur basketusa.com,‎ 1er septembre 2009 (consulté le 3 juin 2011)
  5. Barbara Youinou, « Mykal Riley positif au cannabis », sur basketactu.com,‎ 26 juillet 2012 (consulté le 30 juillet 2013)
  6. Nanterre - Limoges : 68-70
  7. http://www.lequipe.fr/Basket/BasketResultat8748.html
  8. Nanterre 83 - 77 Strasbourg
  9. « Nanterre champion, et maintenant ? », sur sport.fr,‎ 9 juin 2013
  10. Gabriel Pantel-Jouve, « Le Paris-Levallois domine Nanterre (81-72) dans le Match des Champions », catch-and-shoot.com,‎ 25 septembre 2013
  11. « Fiche Nanterre », lequipe.fr,‎ 8 février 2014
  12. « Euroligue Hommes Groupe A Résultats »,‎ 19 décembre 2013
  13. Emile Vaizand, « Euroleague (J3) : L’exploit de Nanterre sur le parquet de Barcelone (67-71) », catch-and-shoot.com,‎ 31 octobre 2013
  14. « Nanterre dans l'histoire », lequipe.fr,‎ 31 octobre 2013
  15. « Euroligue masculine, 4e journée : la JSF Nanterre domine le Budivelnik Kiev (80-61) », eurosport.fr,‎ 8 novembre 2013
  16. Alexandre Lacoste, « Euroleague : Le Top 16 s’éloigne pour Nanterre, logiquement battu à Kiev », catch-and-shoot.com,‎ 13 décembre 2013
  17. Alexandre Lacoste, « La JSF Nanterre désignée quatrième équipe la plus difficile à jouer de l’Euroleague par les GM », catch-and-shoot.com,‎ 15 janvier 2014
  18. « Nanterre jouera ses rencontres d’Eurocup à la Halle Carpentier », catch-and-shoot.com,‎ 3 janvier 2014
  19. « Toutes les rencontres d’Eurocup de Nanterre diffusées sur L’Equipe 21 », catch-and-shoot.com,‎ 5 janvier 2014
  20. Gabriel Pantel-Jouve, « Eurocup : Nanterre s’impose à Izmir (79-84) avec un énorme Trenton Meacham », catch-and-shoot.com,‎ 15 janvier 2014
  21. Emile Vaizand, « Nanterre se rapproche des 1/8e de finale de l’Eurocup en battant Ulm (95-77) », catch-and-shoot.com,‎ 21 janvier 2014
  22. Emile Vaizand, « Eurocup (Last 32) : Un de chute pour la JSF Nanterre à Ulm (86-72)éditeur=catch-and-shoot.com »,‎ 28 janvier 2014
  23. Gabriel Pantel-Jouve, « Eurocup : Battu à Cantù (89-74), Nanterre n’est pas encore en 8e de finale », catch-and-shoot.com,‎ 11 février 2014
  24. Emile Vaizand, « Eurocup : Nanterre et Strasbourg qualifiés pour les huitièmes de finale si… », catch-and-shoot.com,‎ 19 février 2014
  25. Emile Vaizand, « Eurocup : Nanterre composte son billet pour les 1/8e de finale face à Izmir (76-57) », catch-and-shoot.com,‎ 19 février 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :