Années 1980 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

1980[modifier | modifier le code]

Article détaillé : 1980 en France.
  • Mai : mouvement étudiant contre le décret Imbert visant à limiter l'inscription des étrangers dans les universités françaises
  • 30 juillet : indépendance dpeVanuatu

1981[modifier | modifier le code]

Article détaillé : 1981 en France.

10 mai 1981, soutenu par toute la gauche, après avoir échoué face au général de Gaulle en 1965, Georges Pompidou en 1969 et Valéry Giscard d'Estaing en 1974, François Mitterrand remporta l'élection présidentielle, face à Valéry Giscard d'Estaing avec 51,75 % des suffrages exprimés.

Pour la première fois, sous la Ve république, la gauche est au pouvoir. Pierre Mauroy est nommé premier ministre d'un gouvernement d'union de la gauche comprenant donc 4 ministres issus des rangs du Parti communiste. Ce gouvernement mena de nombreuses réformes, dont :

  • l'abolition de la peine de mort
  • la cinquième semaine de congés payés
  • l'abaissement de la durée légale du travail à 39 heures par semaine
  • la libéralisation de la radio et de la télévision (par la création de la Haute Autorité de la communication audiovisuelle
  • la suppression de la sélection à l'entrée des universités

1982[modifier | modifier le code]

Article détaillé : 1982 en France.

À partir de 1982, le gouvernement, menacé de banqueroute, est obligé de mettre un terme à sa politique social-démocrate et doit mettre en œuvre des réformes libérales. Révolte des sidérurgistes contre les licenciements.

1983[modifier | modifier le code]

Article détaillé : 1983 en France.

1984[modifier | modifier le code]

Article détaillé : 1984 en France.

1985[modifier | modifier le code]

Article détaillé : 1985 en France.

1986-1987[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : 1986 en France, 1987 en France

Malgré la modification du système de scrutin (passage au scrutin proportionnel), la gauche perd d'un siège la majorité absolue à l'Assemblée, inaugurant ainsi une situation inédite : la cohabitation entre un premier ministre et un président de la république politiquement opposé: Jacques Chirac forme le nouveau gouvernement. Cependant, François Mitterrand décide de ne pas démissionner. Commence alors une ère de cohabitations et d'alternances.

Le retour de la droite est marqué par d'importants mouvements de grèves des étudiants, des cheminots, et des infirmières.

Février 1987 : arrestation des militants d'Action directe.

1988[modifier | modifier le code]

Article détaillé : 1988 en France.

En 1988, la tendance est inverse de 1986. François Mitterrand est redevenu populaire, et Jacques Chirac, usé par le pouvoir est en perte de vitesse.

1989[modifier | modifier le code]

Article détaillé : 1989 en France.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Décennie : le grand cauchemar des années 1980, François Cusset, La Découverte, 2006, 374 p., (ISBN 2-7071-4654-4)