Rodrigue Beaubois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rodrigue Beaubois Portail du basket-ball
Rodrigue Beaubois 2.jpg
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 24 février 1988 (1988-02-24) (26 ans)
Pointe-à-Pitre, Guadeloupe, France
Taille 1,88 m (6 2)
Poids 84 kg (185 lb)
Surnom Roddy
Situation en club
Club actuel Drapeau : Belgique Spirou Charleroi
Poste Meneur, Arrière
Carrière universitaire ou amateur
2005-2006 Cholet Basket
Draft NBA
Année 2009
Position 25e
Franchise Thunder d'Oklahoma City
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
2006-2007
2007-2008
2008-2009
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2012-2013
2014
Cholet
Cholet
Cholet
Mavericks de Dallas
Mavericks de Dallas
Mavericks de Dallas
Mavericks de Dallas
Charleroi
00,0
04,8
10,0
07,1
08,4
08,9
04,0
-

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.

Rodrigue Beaubois, né le 24 février 1988 à Pointe-à-Pitre, est un joueur de basket-ball professionnel français évoluant aux postes de meneur et arrière. Il mesure 1 m 88.

Biographie[modifier | modifier le code]

Souhaitant pratiquer un sport, Rodrigue Beaubois fréquente d'abord les pelouses de football. Un ami lui montre un match de la NBA et Beaubois se lance dans le basket-ball.

Formé au New Star, en Guadeloupe, ses prestations dans les équipes de jeunes et ses qualités physiques naturelles (75 cm de détente sèche) attirent l'œil des recruteurs français et américains.

Il intègre le centre de formation de Cholet Basket où, après avoir survolé le championnat espoir, il intègre le groupe professionnel. En 2008, son équipe remporte la semaine des As et il marque 4 points et offre 2 passes décisives en finale.

Beaubois s'est inscrit pour la draft NBA 2008[1] de manière à attirer l'œil des scouts NBA sur lui avant de retirer son nom à une semaine de la draft.

Handicapé par une préparation perturbée par des blessures, une opération du pouce et une entorse de la cheville, il manque son début de saison ce qui conduit le club à recruter un Américain au poste de meneur. Beaubois revient peu à peu et gagne du temps de jeu. Il progresse en défense et évoluant sur le poste d'arrière. Puis il retrouve de l'efficacité au tir durant le mois de mars et est un élément majeur de son club pour l'obtention de la qualification au Final Four de l'Eurochallenge. Toutefois, lors de celui-ci, disputé à Bologne, il déçoit en ne marquant que 5 points en demi-finale puis en finale, finale perdue face à la Virtus Bologne sur le score de 77 à 75.

Saison 2009-2010[modifier | modifier le code]

Il retente sa chance lors de la draft NBA 2009, et après des work out, sessions d'essai organisées par les franchises NBA, où il se fait remarquer, il fait remonter les pronostics concernant sa place dans la draft. Il est sélectionné en 25e position par le Thunder d'Oklahoma City[2]. Cette place au premier tour lui octroie d'office un contrat garanti. Il est ensuite échangé et rejoint les Mavericks de Dallas[3]. Celui-ci va lui permettre de toucher 896 000 $ lors de sa première saison, puis 963 000 $ la seconde. Deux années sont également en option. Elles lui rapporteront 1 030 000 $ puis 1 865 000 $.

Il s'illustre lors des Summer Leagues de Las Vegas avec sa nouvelle équipe en terminant la compétition avec des moyennes de 17 points, 3,8 passes décisives et 48 % au tir.

La première saison NBA de Rodrigue Beaubois commence en fanfare. Du fait de la blessure de l'ailier Josh Howard, il est propulsé dans le cinq de départ au poste d'arrière lors de 12 des 14 premiers matchs de la saison, où il se distingue avec 6,7 points de moyenne en 14,2 minutes de jeu et un intéressant pourcentage au tir de 52 %, qui ne faiblira pas de toute la saison[4]. Il a aussi l'honneur de quelques top 10 NBA (florilège des 10 plus belles actions de la nuit, tous matchs confondus), notamment grâce à un système, proposant un Alley-oop (dunk après réception d'une passe aérienne en suspension), avec la complicité du meneur Jason Kidd: Beaubois face au panier part de derrière la ligne de trois points pour s'élancer et réceptionner la passe de l'américain[5],[6]. La combinaison fonctionne à plusieurs reprises, la vivacité, la vitesse et la détente du jeune meneur français, surprenant ses adversaires.

Rodrigue Beaubois aux Mavericks de Dallas.

La seconde partie de la saison est beaucoup plus frustrante, Josh Howard est réintégré dans la rotation et Rodrigue Beaubois ne dispute que 24 matchs des 42 matchs (2 titularisations) disputés en décembre, janvier et février par les Mavericks pour un temps de jeu moyen de 8 minutes et une production de 3,8 points. Pourtant il continue à fructifier la grande majorité des minutes que lui alloue son coach et s'attire la faveur des supporters de Dallas grâce à l'énergie qu'il déploie et un shoot rarement défaillant. Un groupe de fans des Mavericks créé même un collectif "Free Roddy B" (Libérez Roddy B, le surnom du Français aux États-Unis, sous entendu laisser-le aller sur le terrain), qui se veut être un groupe de pression auprès de l'entraîneur de Dallas, Rick Carlisle, pour l'inciter à donner plus de temps de jeu au Français. Leur revendication est reprise progressivement par plusieurs commentateurs américains[7].

Ils sont entendus par Rick Carlisle au mois de mars, soucieux de reposer ses titulaires à l'approche des Play-offs, et devant composer sans Jason Terry, blessé au plancher orbital, durant deux semaines. Beaubois joue 14 des 15 matchs de Dallas au mois de mars (2 titularisations) avec un temps de jeu plus conséquent de 18,6 minutes, qu'il fructifie en 13,4 points avec une impressionnante réussite au tir : 56 % dont 46 % à trois points et 78 % au lancers francs, mais aussi 2,1 rebonds et 1,7 passes[4]. Dallas remporte 11 de ces 15 matchs et Rodrigue Beaubois commence à se faire un nom aux États-Unis et en France[8].

Le 27 mars 2010, il marque 40 points en seulement 30 minutes de jeu contre les Warriors de Golden State, grâce à une réussite élevée aux tirs (9/11 à trois points notamment)[9].

Il devient ainsi le deuxième meilleur marqueur français en NBA (sur une rencontre), derrière Tony Parker (55 points)[10].

Beaubois termine la saison avec 56 matchs joués (dont 16 titularisations), pour un temps de jeu moyen de 12,5 minutes, et 7,1 points à 51,8 % au tir, dont 40,9 % à trois points et 80,8 % aux lancers francs et 1,3 points et 1,4 rebonds. Il devient de ce fait le premier rookie (joueur qui dispute sa première saison) de l'histoire de la NBA à terminer sa première saison en tirant en moyenne à plus de 50 % au tir plus de 40 % à trois points et plus de 80 % aux lancers francs[11],[12].

Dans la série du premier tour des play-offs contre les Spurs de San Antonio, qui voit Dallas s'incliner (2-4), Rick Carlisle ne laisse jouer Rodrigue Beaubois que lors du dernier match, alors que les Mavericks étaient menés de 22 points. Le Français marque 16 points en 21 minutes et impulsant le baroud d'honneur d'une équipe de Dallas qui a déçu offensivement durant toute la série[13].

Le propriétaire des Mavericks, Mark Cuban annonce compter beaucoup sur Beaubois la saison prochaine. Beaubois devra confirmer et devrait se voir un temps de jeu plus important par l'entraîneur Carlisle afin de soulager Jason Kidd[14].

Le 14 mai 2010, après le forfait de Tony Parker, le General Manager Donnie Nelson des Mavericks de Dallas confirme au Dallas Morning News que Rodrigue Beaubois est autorisé à rejoindre l’équipe de France[15]. Cependant, une blessure au pied, fracture du cinquième métatarsien, lors de la seconde semaine de préparation à Pau, le prive de mondial[16].

Saison 2010-2011[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2010-2011, Beaubois perd du temps de jeu, ses problèmes récurrents de blessure ne l'aidant pas. De plus, le Portoricain, JJ Barea, qui joue au même poste que lui, enchaîne les bonnes performances et est décisif lors des play-offs et notamment lors de la finale NBA contre le Heat de Miami. Par conséquent, l'ancien Choletais ne joue pas une seule minute des vingt derniers matchs de son équipe. Les Mavericks remportent le titre par ailleurs.

Saison 2012-2013[modifier | modifier le code]

Malgré les promesses de temps de jeu de son coach, Beaubois sort rarement du banc. Il participe surtout aux fins de rencontres dont le résultat est déjà acquis. Par exemple, lors de la fin d'une rencontre dont la victoire est déjà acquise aux Spurs de San Antonio, il marque 19 points.[réf. nécessaire]

Saison 2013-2014[modifier | modifier le code]

Le 25 février 2014, il est mis à l'essai aux Celtics de Boston[17]. Il n'est cependant pas retenu par cette franchise, celle-ci préférant offrir un contrat de dix jours à Chris Babb[18].

A partir du 17 mars, il s'entraîne avec son ancien club à Cholet[19].

Une semaine plus tard, il effectue des essais en France au Paris-Levallois Basket[20]. Mais, il signe finalement, le 26 mars, en Belgique, au Spirou Charleroi jusqu'à la fin de la saison pour remplacer Devin Green[21].

Clubs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Référence[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Early Entry Candidates for 2008 NBA Draft », sur nba.com (consulté le 1er mai 2008)
  2. « Les résultats du premier tour », sur L'Équipe,‎ 26 juin 2009 (consulté le 3 mai 2010)
  3. « Beaubois à Dallas, De Colo aux Spurs », site d'Eurosport (consulté le 26 juin 2009)
  4. a et b (en) « Statistiques de Rodrigue Beaubois », sur nba.com (consulté le 15 mai 2010)
  5. (en)« Vidéo de Rodrigue Beaubois », sur nba.com (consulté le 15 mai 2010)
  6. (en) « Vidéo de Rodrigue Beaubois », sur nba.com (consulté le 15 mai 2010)
  7. (en) « 'FREE RODDY B' Campaign Goes National! », sur dallasbasketball.com (consulté le 15 mai 2010)
  8. « Basket : Rodrigue Beaubois flambe en NBA », sur lemonde.fr,‎ 28 mars 2010 (consulté le 15 mai 2010)
  9. (en) « Mavs dismantle Warriors behind Beaubois' career night », sur nba.com (consulté le 15 mai 2010)
  10. « Gros plan : le record de points des Français de la NBA », sur basketusa.com,‎ 28 mars 2010 (consulté le 15 mai 2010)
  11. (en) « Mavs' Roddy B states his case in loss », sur sports.espn.go.com (consulté le 15 mai 2010)
  12. (en) « Roddy Beaubois' Mavs True Shooting Percentage? For A Rookie Guard, It's The Best In NBA History  », sur dallasbasketball.com (consulté le 15 mai 2010)
  13. (en) « Mavs' Roddy B states his case in loss », sur sports.espn.go.com,‎ 30 avril 2010 (consulté le 15 mai 2010)
  14. « Mark Cuban : « Rodrigue Beaubois a toutes les qualités pour être All-Star » », sur basketusa.com,‎ 6 mai 2010 (consulté le 15 mai 2010)
  15. (en) « Mavericks' Beaubois to play on French national team », sur dallasnews.com,‎ 14 mai 2010 (consulté le 15 mai 2010)
  16. « Rodrigue Beaubois forfait ! », sur l'Équipe,‎ 6 août 2010 (consulté le 8 août 2010)
  17. Fabrice Auclert, « Rodrigue Beaubois vers Boston ! », sur basketusa.com,‎ 26 février 2014
  18. « Rodrigue Beaubois ne rejoindra pas les Celtics », sur basketsession.com,‎ 28 février 2014
  19. Alexandre Lacoste, « Rodrigue Beaubois s’entraîne avec Cholet », sur catch-and-shoot.com,‎ 17 mars 2014
  20. « Le Paris-Levallois va mettre à l’essai Rodrigue Beaubois », sur catch-and-shoot.com,‎ 24 mars 2014
  21. « Rodrigue Beaubois signe en Belgique ! », sur catch-and-shoot.com,‎ 26 mars 2014