Alain Gilles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gilles.
Alain Gilles Portail du basket-ball
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 5 mai 1945
Roanne
Date de décès 18 novembre 2014 (à 69 ans)
Lieu de décès Montpellier
Taille 1,88 m (6 2)
Surnom Monsieur Basket, Gillou
Situation en club
Poste Meneur
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1962-1963
1963-1964
1964-1965
1965-1966
1966-1967
1967-1968
1968-1969
1969-1970
1970-1971
1971-1972
1972-1973
1973-1974
1974-1975
1975-1976
1976-1977
1977-1978
1978-1979
1979-1980
1980-1981
1981-1982
1982-1983
1983-1984
1985-1986
Roanne
Roanne
Roanne
ASVEL
ASVEL
ASVEL
ASVEL
ASVEL
ASVEL
ASVEL
ASVEL
ASVEL
ASVEL
ASVEL
ASVEL
ASVEL
ASVEL
ASVEL
ASVEL
ASVEL
ASVEL
ASVEL
ASVEL
0?
15,0
12,9
16,0
19,2
16,9
19,2
18,5
25,5
19,5
18,9
19,1
19,8
17,1
18,4
18,7
16,4
16,0
07,6
08,1
07,4
01,0
00,0
Sélection en équipe nationale **
1962-1977 Drapeau : France France (159 sél.) 2 272 points
Carrière d’entraîneur
1980-1989
1990-1993
ASVEL
Montpellier

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Alain Gilles, né le 5 mai 1945 à Roanne et mort le 18 novembre 2014 à Montpellier, est un joueur et entraîneur de basket-ball français qui évoluait aux postes de meneur et d'arrière.

Joueur emblématique de l'ASVEL Lyon-Villeurbanne dans les années 1970, il est élu meilleur basketteur français du XXe siècle par un panel de joueurs, entraîneurs et journalistes. Il est surnommé Monsieur Basket.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il débute avec l'équipe senior de Roanne lors d'un 32e de finale à l'âge de 15 ans, son entraîneur de l'époque André Vacheresse devant faire face à la mobilisation d'une partie de son équipe durant la guerre d'Algérie [1]. Avec son club, il parvient à une finale de la coupe de France, finale perdue face au SCM Le Mans, avant de rejoindre l'ASVEL Lyon-Villeurbanne (ASVEL). Il subit toutefois une période de suspension pour un problème de mutation. Dès sa première saison sous ses nouvelles couleurs, il remporte son premier titre de champion de France. Durant sa carrière à l'ASVEL, il remporte huit titres de champion de France et deux coupes de France.

Toutefois, le club dominateur sur la scène française souffre dans les joutes européennes. Les meilleurs résultats sont une demi-finale de la coupe Korać en 1974, une demi-finale de coupe des clubs champions perdue au Real Madrid en 1976 ou une quatrième place de la poule unique de cette même compétition en 1978. Le meilleur résultat sur cette scène européenne se situe durant la saison 1982-1983. Le club atteint la finale de la coupes des Coupes, finale perdue face à Victoria Libertas Pesaro sur le score de 111 à 99. Alain Gilles, alors entraîneur, doit renouer avec le terrain en raison d'un effectif décimé[2]. À 38 ans, il marque encore huit points lors de cette rencontre[1].

Alain Gilles remporte un dernier titre en tant que joueur en 1984, à 39 ans, en remportant la coupe de la Fédération.

Il reste toutefois entraîneur du club, poste qu'il occupe depuis la saison 1980-1981. Sous sa direction, le club participe à deux nouvelles demi-finales de Coupe des Coupes en 1985 et 1987 et est à deux reprises finaliste du championnat de France, en 1985 et 1986.

Après son départ de l'ASVEL, il entraîne pendant trois saisons le club de Montpellier.

Avec la sélection nationale, il connaît moins de réussite. Il fait ses débuts sous le maillot bleu le 24 novembre 1962 face à la Belgique. Sa première participation à une compétition internationale a lieu au Brésil pour le championnat du monde 1963 où la France termine à la cinquième place. La même saison, la France termine treizième du championnat d'Europe. Alain Gilles dispute quatre autres championnats d'Europe, en 1965, 1967, 1971 et 1977, avec pour meilleur résultat une neuvième place en 1965. Il dispute sa dernière rencontre sous le maillot bleu le 20 septembre 1977 lors de l'Euro 1977 face à l'URSS, rencontre perdue sur le score de 115 à 74.

Alain Gilles fut également adjoint au maire de Saint-Jean-de-Védas, délégué aux sports de 2009 à 2014.

Il meurt le 18 novembre 2014 à Montpellier, ville où il s'était installé après son retrait des parquets, des suites d'une longue maladie[3],[4].

Clubs successifs[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

  • 1962-1965 : Drapeau : France Roanne (Nationale 1) ;
  • 1965-1984 : Drapeau : France ASVEL (Nationale 1) ;
  • 1985-1986 : Drapeau : France ASVEL (Nationale 1).

Entraineur[modifier | modifier le code]

  • 1980-1989 : Drapeau : France ASVEL (Nationale 1) ;
  • 1990-1993 : Drapeau : France Montpellier (Nationale 1).

Palmarès[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

  • Champion du Monde militaire 1964[5]
  • 177 fois international entre 1966 et 1981 (international junior à l'âge de 16 ans) ;
  • 8 sélections en équipe d'Europe ;
  • 8 fois champion de France avec l'ASVEL en 1966, 1968, 1969, 1971, 1972, 1975, 1977 et 1981 ;
  • 2 fois vainqueur de la coupe de France avec l'ASVEL en 1965 et 1967 ;
  • Finaliste de la coupe d'Europe Saporta en 1983.

Entraîneur[modifier | modifier le code]

  • Champion de France avec l'ASVEL en 1981
  • Finaliste du championnat de France avec l'ASVEL en 1985, 1986

Notoriété[modifier | modifier le code]

Il est nommé dans le cinq des légendes de l'ASVEL avec Raphaël De Barros, Henri Grange, André Buffière et Delaney Rudd.

En 2004, il figure dans la première promotion de l'Académie du basket-ball français, dont les autres membres de la promotion sont : Jackie Chazalon, Roger Antoine, Christian Baltzer, Jean-Paul Beugnot, André Buffière, Maxime Dorigo et Hervé Dubuisson.

Il figure parmi les Gloire du sport depuis 2007[6].

Il est chevalier de la Légion d'honneur et chevalier de l'Ordre national du Mérite.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pierre-Yves Descamps et Étienne Labrunie 2007, p. 28-29
  2. Étienne Descamps, op. cit., p.  186-191
  3. « Carnet - Alain Gilles est décédé », sur www.lequipe.fr,‎ 18 novembre 2014 (consulté le 18 novembre 2014)
  4. « Montpellier : Alain Gilles est décédé, le monde du basket est sous le choc », sur www.midilibre.fr,‎ 18 novembre 2014 (consulté le 18 novembre 2014)
  5. Amaury Boulay, « Une légende s'est éteint », bebasket.fr,‎ 19 novembre 2014 (consulté le 19 novembre 2014)
  6. Monique Berlioux, Serge Laget et Éric Lamy 2009

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]