Stade Lorrain Université Club Nancy Basket

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
SLUC Nancy
Logo du club
Généralités
Nom complet Stade Lorrain Université Club Nancy Basket
Surnom(s) Couguars
Date de fondation 1967
Couleurs rouge et blanc
Salle Palais des sports Jean-Weille
(6 027 places)
Siège 3 Rue du Capitaine Guynemer
BP 54380, 54100 Nancy Cedex
Championnat actuel Pro A
Président Drapeau : France Christian Fra
Entraîneur Drapeau : France Alain Weisz
Site web sluc-basket.fr
Palmarès
National[1] Champion de France (2)
Semaine des As (1)
Championnat de France Espoirs (3)
International[1] Coupe Korać 2002
Maillots
 
Domicile jersey
Domicile jersey
 
Domicile shorts
 
Domicile
 
Extérieur jersey
Extérieur jersey
 
Extérieur shorts
 
Extérieur
Actualités
Basketball current event.svg
Pour la saison en cours, voir :
Championnat de France de basket-ball de Pro A 2013-2014
Voir l’image vierge
Le club est basé à Nancy.

Le Stade Lorrain Université Club Nancy Basket, plus couramment appelé SLUC Nancy Basket, est un club français de basket-ball situé à Nancy. Le surnom du club est les « Couguars ».

Histoire[modifier | modifier le code]

La Genèse (1967-1985) et l'ascension (1985-1994)[modifier | modifier le code]

Branche du club omnisports Stade Lorrain Université Club Nancy, le SLUC Nancy Basket fut créé en 1967 par Pierre Rebourgeon, rédacteur en chef du service des sports du quotidien l'Est Républicain, sur les cendres d'un petit club mal-en-point. L'aventure du SLUC commence mal, avec des résultats peu convaincants, dans un contexte profondément amatorial. À l'époque en Lorraine, c'est plutôt le CSM Auboué qui joue dans la cour des grands. L'arrivée à la tête du club en 1974 de Jean-Jacques Eisenbach, un homme visionnaire et passionné, va marquer un vrai tournant. À partir des années 1980, Nancy remonte plusieurs divisions et en 1985 arrive finalement en Nationale 2. C'est le début d'une grande aventure.

De 1985 à 1987, le club évolue en Nationale 2. De 1987 à 1992, suite a la refonte du Championnat, le SLUC évolue en N 1 B, le club est respectivement 7e en 1988, 10e en 1989, 14e en 1990 et 1991, 5e en 1992. En 1992 : Nancy finit quatrième de N A 2 et monte en puissance. L'entraîneur franco-américain Reed Monson est un des artisans de l'installation progressive du SLUC dans le groupe des prétendants à la montée. Pour la saison 1993 - 1994, Nancy réussit une saison exceptionnelle. L'entraîneur Olivier Veyrat est aux manettes et le prolifique ailier américain James Banks, l'un des joueurs les plus marquants de l'histoire du club, porte à bouts de bras l'équipe au titre de champion de Pro B. En fin de saison le SLUC monte donc en Pro A après un duel avec la SIG Strasbourg. À l'issue de cette saison historique, James Banks n'est pas conservé dans l'effectif et signe à l'ALM Évreux Basket.

La découverte de la Pro A (1994-2001)[modifier | modifier le code]

En 1994-1995, Nancy commence cette saison avec un statut de candidat à la redescente immédiate en Pro B. Le recrutement est modeste mais le public du Palais des Sports est impatient de voir ses favoris à l'œuvre. Le staff lorrain est allé dénicher au club de Tarbes Gespe Bigorre un jeune intérieur prometteur destiné à devenir l'un des plus grands joueurs du club : Cyril Julian. L'équipe se renforce également avec l'intérieur américain Derrick Lewis, en provenance du FC Mulhouse Basket, qui marquera de son empreinte l'histoire du club de 1994 à 2001 et participera à l'éclosion de Cyril Julian. L'équipe démarre la saison le 6 septembre par une défaite encourageante (79-71) face au Limoges CSP. La semaine suivante, premier match à domicile et première victoire face à une grande équipe, Le Mans, par le score de 90 à 88. Le club finit treizième malgré des soucis d'effectifs : les joueurs américains recrutés alors, notamment Dell Demps puis Fennis Dembo ou encore Marcus Liberty s'illustrent par leur manque de régularité.

En 1995-1996 le SLUC obtient le renfort d'une légende du basket français en la personne d'Hervé Dubuisson. Son adresse de loin permet souvent à l'équipe de remporter des matches serrés. Nancy finit huitième pour sa deuxième saison dans l'élite et participe donc aux play-offs pour la première fois (élimination en quart de finale). En 1996-1997, le club se classe à la huitième place en championnat, le SLUC se hissera jusqu'en finale de la Coupe de France où il sera battu par l'ASVEL de Gregor Beugnot et du légendaire meneur villeurbannais Delaney Rudd.

Le club finit neuvième en 1997-1998. En 1998-1999, Nancy se classe à la huitième place et est éliminé en quart de finale des play-offs. À l'intersaison, le palais des sports Jean-Weille (plus communément appelé « Gentilly ») fait l'objet de travaux d'agrandissement qui portent sa capacité de 4 000 à 6 027 places.

Lors de la saison 1999-2000, Hervé Dubuisson, fraîchement débarqué de l'Olympique d'Antibes Juan-les-Pins, revient au club en remplacement d'Olivier Veyrat au poste d'entraîneur. Saison en demi-teinte, le SLUC finit dixième. Pour la saison 2000-2001, avec une équipe identique à la saison précédente, le SLUC réalise une magnifique saison. Malheureusement, le 10 mai 2001, Hervé Dubuisson est victime d'un terrible accident de la route dans le centre de Nancy alors qu'il circulait à moto. Il restera plusieurs mois dans le coma. Son adjoint Sylvain Lautié le remplace au pied levé à la tête de l'équipe première. Le SLUC finira tout de même à la sixième place du championnat.

Premier trophée et confirmation d'un statut (2001-2003)[modifier | modifier le code]

Fabien Dubos, vainqueur de la coupe Korac 2002 avec Nancy

Lors de la saison 2001-2002, Nancy fera une saison tranquille en championnat en terminant huitième. Mais 2001 sera surtout l'année de la première grande victoire du club qui remporte la dernière édition de la Coupe Korać, deux ans après la victoire du CSP Limoges face à l'Unicaja Malaga. Les Lorrains disposeront en finale des Russes du Lokomotiv Kouban-Krasnodar en deux manches. Le match retour en Russie, bien que perdu sur le score de 95 à 74 après une victoire de 26 points à Gentilly, reste à ce jour l'un des plus grands moments de l'histoire du club[2]. Plusieurs milliers de supporters, dont le président historique du club Jean-Jacques Eisenbach, avaient suivi le match en direct depuis le Zenith de Nancy. En 2002-2003, après une série de matches sans victoire en début de saison, Nancy finira la saison en trombe. Le SLUC terminera à la sixième place du championnat de France. Le SLUC est désormais un club qui compte et sa marche en avant va se poursuivre.

L'ère Fra-Monschau et l'installation au sommet (2004-2011)[modifier | modifier le code]

Saison 2004-2005[modifier | modifier le code]

En 2004-2005, le club voit l'arrivée de Christian Fra, PDG d'une société de transports, à la tête du club. Le SLUC finit huitième du championnat. Saison importante pour Nancy. L'Alsacien Jean-Luc Monschau, qui vient de passer quatre années au BCM Gravelines remplace Sylvain Lautié au poste d'entraîneur. Le club remporte son premier trophée national, la Semaine des As en battant Gravelines en finale à Clermont-Ferrand sur le score de 112 à 76. Maxime Zianveni sera élu meilleur joueur du tournoi. En championnat, malgré une modeste huitième place, le SLUC va réaliser des plays-offs parfaits en éliminant Gravelines, Le Mans, Chalon-sur-Saône mais perd en finale face à la SIG Strasbourg. Le Strasbourgeois Ricardo Greer sera élu MVP de cette finale au goût amer pour les Lorrains.

Saison 2005-2006[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2005-2006, le SLUC est en deuil : le 15 mars 2006, Jean-Jacques Eisenbach, président du club de 1974 à 2004 et grand artisan de l'installation du SLUC dans l'élite du basket français, décède des suites d'une longue maladie. En son hommage, l'espace intérieur du palais des sports de Gentilly portera désormais son nom. Côté sportif, c'est la saison de la confirmation pour Nancy qui termine la saison régulière à la seconde place et en étant finaliste des plays-offs comme l'année précédente, défait en finale par Le Mans et son intenable intérieur turc Hüseyin Beşok.

Saison 2006-2007[modifier | modifier le code]

2006 - 2007 est une saison magique pour Nancy qui termine la saison régulière à la première place et est une nouvelle fois finaliste des plays-offs comme les deux années précédentes en éliminant Gravelines puis Villeurbane. Pour la troisième fois de suite, Nancy perd en finale, cette fois-ci contre Roanne. L'intérieur roannais Marc Salyers est le bourreau des protégés de Jean-Luc Monschau dans cette finale. À l'issue de la saison, l'emblématique Tariq Kirksay, au club depuis trois ans, quitte la Lorraine pour rejoindre les Russes de Unics Kazan.

Saison 2007-2008[modifier | modifier le code]

En 2007 - 2008, le SLUC termine encore à la seconde place de la saison régulière et se qualifie pour sa quatrième finale de rang, au terme d'une demi-finale sous haute tension remportée en trois manches contre l'ASVEL. Le 15 juin 2008 le SLUC Nancy remporte son premier titre de Champion de France en battant Roanne 84 à 53. Il s'agit du plus grand écart enregistré pour une finale en une manche sèche. Jeff Greer est élu meilleur joueur de cette finale avec notamment 29 points (record sur une finale en une manche) et dix rebonds à son compteur. Son frère et capitaine Ricardo Greer, auteur d'un match honorable, s'illustre avec le triste record de six balles perdues. Le trophée de MVP est remis à Jeff Greer par Tony Parker, frère du joueur nancéien TJ Parker.

Saison 2008-2009[modifier | modifier le code]

La saison 2008-2009 est la première année en Euroligue pour le SLUC. La découverte du très haut niveau est difficile pour les Lorrains, qui concèdent trois défaites d'entrée, bien que celle à domicile contre le Panathinaïkos laisse entrevoir des motifs d'espoir. Le SLUC gagne le premier match de son histoire en Euroligue contre le Žalgiris Kaunas (69-64) lors de la quatrième journée de la phase régulière de la compétition 2008-2009 le 12 novembre. Le club décrochera une seconde victoire dans cette compétition le 11 décembre 2008 contre les Polonais d'Asseco Prokom Sopot. Malheureusement, une défaite concédée au Žalgiris Kaunas, pourtant privé de ses joueurs américains, ruinera les espoirs du SLUC d'accéder au tour suivant de la compétition. Avec un total de deux victoires pour huit défaites, les Nancéiens quittent l'Euroligue sur un bilan insatisfaisant. Début janvier 2009 les dirigeants du SLUC décident de mettre fin au contrat du pivot américain Rod Benson, dont le niveau tant en Euroligue qu'en Pro A était largement insuffisant. Il est remplacé par le Nigérian Akin Akingbala. Dans la foulée de ce changement, le SLUC est contraint à un nouvel ajustement de son effectif : l'Américain Lamayn Wilson, meilleur marqueur du club en Pro A et en Euroligue jusqu'à présent, se blesse assez gravement à la main fin janvier. Son indisponibilité est estimée à deux mois. Pour pallier cette absence, le club signe le 4 février l'intérieur français Stephen Brun, sans club depuis son départ du KK Split. Le 20 février 2009, le SLUC s'incline en quarts de finale de la Semaine des As contre l'ASVEL Lyon-Villeurbanne (55-62). Le 17 mai 2009, le SLUC s'incline en finale de la coupe de France contre Le Mans, après avoir éliminé notamment Roanne, Limoges et Orléans. Le 13 juin 2009 le SLUC est éliminé des play-offs au stade des demi-finales lors du troisième match par l'ASVEL.

Saison 2009-2010[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2009-2010 le SLUC Nancy pensait pouvoir jouer une deuxième saison de suite en Euroligue grâce au ranking qui est le classement des meilleurs équipes françaises sur les trois dernières saisons. Cependant, l'abandon du ranking est décidé à la fin de la saison 2008-2009. La place prévue initialement à Nancy est donnée à Le Mans. Le SLUC Nancy décide de saisir le tribunal arbitral du sport car selon eux la Ligue nationale de basket-ball (LNB) n'a pas le droit de changer le règlement en cours de saison. Nancy a le soutien de l'Union des clubs professionnels. Le club ne réussit tout de même pas à récupérer sa place en Euroligue. Pour le président Christian Fra, le club s'est fait « voler » sa place en Euroligue[3],[4],[5].

Le SLUC joue donc l'EuroCoupe, deuxième niveau européen. Il termine la saison régulière sur un bilan équilibré avec trois victoires pour trois défaites. Cela n'est malheureusement pas suffisant pour se qualifier pour le Last 16 : Nancy fini troisième sur quatre[6]. Lors de la Semaine des As 2010 le SLUC se fait éliminer dès les quarts de finale par Roanne (90-68). l'équipe finit cinquième de Pro A avec un bilan de 19 victoires pour 11 défaites. C'est Gravelines-Dunkerque qui élimine l'équipe nancéienne en quart de finale des play-offs : défaites 84-82 puis 74-58.

Saison 2010-2011[modifier | modifier le code]

En 2010-2011, le SLUC se qualifie en EuroChallenge après avoir battu le KK Bosna (91-74, 76-58.) Nancy gagne ses trois premières journées Pro A. Cependant lors de la troisième journée, Ralph Mims, meilleur marqueur nancéien lors des deux premières rencontres, se blesse gravement au genou droit[7]. Sa saison est alors certainement terminée. Trois jours plus tard la cour d'appel de Reims condamne le SLUC à verser près de 112 000 euros à Corry Carr pour licenciement abusif. L'Américain, arrivé à Nancy en août 2002, avait été licencié par le club pour faute grave après avoir subi un contrôle d’alcoolémie positif en décembre 2002 et avoir quitté le territoire français pendant qu'il était en arrêt maladie suite à une blessure. Les recherches d'un remplaçant de Ralph Mims qui étaient alors en cours sont interrompues pour une durée indéterminée[8]. Le 2 novembre le club engage l'Américain Willie Deane pour remplacer Ralphs Mims[9]. Le club est éliminé dès le premier tour lors de l'EuroChallenge. Après avoir gagné les trois matchs de la phase aller, ils perdent les trois matchs de la phase retour[10].

Les hommes de Jean-Luc Monschau se qualifient pour la semaine des As. Ils quittent la compétition dès le premier match après avoir perdu contre l'ASVEL après prolongation. Le match est très serré et basé sur l'offensive. Mickaël Gelabale marque le panier de la victoire au buzzer portant le score final à 107 à 108[11]. Le SLUC finit deuxième de la saison régulière derrière Cholet. Il joue Hyères-Toulon VB en quart de finale des play-offs et se qualifie pour les demi-finales où il se voit opposer à l'ASVEL. Le SLUC s'impose lors du match aller sur le score de 109 à 93 puis perd le match retour. Le club nancéen remporte la belle, disputée à domicile, sur le score de 89-71, et se qualifie ainsi pour la finale contre Cholet. Nancy gagne cette finale 76 à 74 à Paris-Bercy le samedi 11 juin 2011[12] sur une pénétration suivie d'un tir de John Linehan à 3,3 secondes de la fin du match. Celui-ci est nommé MVP de la finale. Nancy se qualifie ainsi pour l'Euroligue 2011-2012.

Le retour sur terre : le lock-out NBA et la fin du règne de Monschau (2011-2014)[modifier | modifier le code]

Saison 2011-2012[modifier | modifier le code]

La saison 2011-2012 est marquée par l'arrivée de Nicolas Batum à Nancy suite au lock-out NBA[13]. Le début de saison est à la hauteur des attentes du public lorrain, notamment en Euroligue où Nancy bat à domicile des grosses pointures comme les Espagnols du Bizkaia Bilbao Basket et du Tau Vitoria. Nicolas Batum est élu MVP de la 2e journée d'Euroleague avec 26 points, 8 passes, 11 rebonds et 36 d'évaluation pour sa performance contre Bilbao le 27 octobre 2011[14]. Cependant, il doit rejoindre son équipe des Trail Blazers de Portland au début du mois de décembre 2011 lorsque le lock-out prend fin. L'équipe ne se remettra pas de ce départ. La direction du club rencontre de grandes difficultés pour remplacer le Normand : Kenny Gregory puis Bernard King se succèdent au poste d'ailier, mais sans convaincre. Le SLUC échoue finalement à se qualifier pour le top 16 de l'Euroligue et la saison démarrée en fanfare se conclut sur une triste 5e place au classement de saison régulière de Pro A. Le SLUC est ensuite éliminé par Le Mans dès le premier tour des playoffs, en trois manches.

Saison 2012-2013[modifier | modifier le code]

La saison commence par un chamboulement important de l'effectif. Le SLUC enregistre les départs de Victor Samnick et de Pape-Philippe Amagou à la Chorale de Roanne et surtout de l'emblématique pivot Akin Akingbala qui rejoint les Ukrainiens de l'Azovmach Marioupol. Du côté des recrues, on note les arrivées du meneur international sénégalais Souleymane Diabate, du all-star Nicholas Pope, de l'international français Hervé Touré, du pivot Shawn King et de l'expérimenté Marcellus Sommerville. Malheureusement, l'équipe, perturbée par de nombreuses blessures en cours de saison[15] et par le remplacement définitif de Shawn King, victime d'une hernie discale, par Claude Marquis[16] ne trouvera jamais son rythme de croisière et devra batailler jusqu'à la dernière journée et une victoire à domicile contre Le Mans (83-68) pour arracher son maintien parmi l'élite[17]. À l'issue de cette saison difficile, l'entraîneur Jean-Luc Monschau annonce son départ après neuf saisons passées au club[18]. Dans la foulée, le président du club Christian Fra annonce le recrutement d'Alain Weisz au poste d'entraîneur pour les deux prochaines saisons[19].

Saison 2013-2014[modifier | modifier le code]

Après avoir terminé quatrième en saison régulière, Nancy accède aux play-offs. Ils battent Paris Levallois en quarts de finale mais perdent en demi-finale face à la SIG Strasbourg[20]. Malgré cette défaite, Nancy accèdera à l'Eurocoupe la saison prochaine. Début juin, Damir Krupalija est annoncé comme la première recrue de Nancy pour la saison suivante[21]. Ils ont également officialisé les arrivés de Vaughn Duggins et du jeune Valentin Bigote. Nancy effectue également un beau parcours en coupe de France en atteignant la finale de cette coupe, perdue face à Nanterre.

Bilan saison par saison[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Équipe pro[modifier | modifier le code]

International
National

Équipes jeunes[modifier | modifier le code]

Joueurs célèbres[modifier | modifier le code]

Nom Nationalité Années Nb Saisons Matches*
Christophe Lion Drapeau de la France 1987-1995, 1996-2000 12 304
Cyril Julian Drapeau de la France 1994-1998, 2000-2002, 2005-2009 10 284
Maxime Zianveni Drapeau de la France 1997-2007 10 265
Derrick Lewis Drapeau de la FranceDrapeau des États-Unis 1994-2001 7 195
Victor Samnick Drapeau de la FranceDrapeau du Cameroun 2006-2009, 2010-2012 5 165
Éric Cérase Drapeau de la France 1995-1999 5 144
Ismaïla Sy Drapeau de la France 1996-2001, 2003-2004 5 130
Vincent Masingue Drapeau de la France 2001-2005 4 122
James Banks Drapeau des États-Unis 1990-1994 4 118
Ahmadou Keita Drapeau de la France 1992-1996 4 118
Tariq Kirksay Drapeau de la FranceDrapeau des États-Unis 2004-2007 3 112
Pat Durham Drapeau de la FranceDrapeau des États-Unis 1995-1998, 1999-2001 5 109
Jeff Greer Drapeau des États-UnisDrapeau de la République dominicaine 2007-2010 3 103
Ricardo Greer Drapeau des États-UnisDrapeau de la République dominicaine 2007-2010 3 102
Marques Green Drapeau des États-Unis 2005-2006, 2006-2007 2 44
Meir Tapiro Drapeau : Israël 2004-2005 1 39
Mike James Drapeau des États-Unis 2000-2001 1 33
Fabien Dubos Drapeau de la France 2001-2002 1 32
Hervé Dubuisson Drapeau de la France 1995-1996 1 32
Keith Jennings Drapeau des États-Unis 2002-2003 1 30
Stevin Smith Drapeau des États-Unis 2001-2002 1 28
Joseph Gomis Drapeau de la France 2001-2002 1 26
Nicolas Batum Drapeau de la France 2011 lock-out Nba 16

* Championnat + Play-offs
** à partir de la saison 1987-1988 jusqu'à la saison 2011/2012

Entraîneurs successifs[modifier | modifier le code]

Équipe 2014-2015[modifier | modifier le code]

  SLUC Nancy Basket  v · d · m 
Joueurs Entraîneurs
P. # Nat. Nom Taille Âge
1 4 Drapeau : États-Unis Darius Adams 1,86 25
2 36 Drapeau : États-Unis Vaughn Duggins 1,90 27
5 7 Drapeau : États-Unis Randal Falker 2,01 28
2/3 * Drapeau : Ukraine Sergii Gladyr 1,96 26
1 8 Drapeau : France Benjamin Sene 1,86 19
4 31 Drapeau : Bosnie-Herzégovine Damir Krupalija 2,05 35
4/5 54 Drapeau : France Maxime Zianveni 1,98 33
4 11 Drapeau : France Florent Piétrus 2,02 32
3 32 Drapeau : France Bandja Sy 2.04 24
2/3 13 Drapeau : France Valentin Bigote 1,96 22
Entraîneur
Assistants

Légende 
  • P. : Poste
  • # : Numéro de maillot
  • Nat. : Nationalité
  • Capitaine : Capitaine
  • Blessure : joueur blessé actuellement
  • (E) : Espoir (centre de formation)

Records[modifier | modifier le code]

Statistiques de Nancy en Ligue nationale de Basket[22]
Joueur sur un match Joueur sur une saison Équipe sur un match Équipe sur une saison
Points Pat Durham : 39 pts (1997)
Cedrick Banks : 37 pts (2006)
James Banks : 53 pts (1991) Pro B
Pat Durham : 19,7 pts (1996)
Pat Durham : 18,8 pts (1998)
James Banks : 30,4 pts (1991) Pro B
110, Hyères-Toulon (2005)
109, ASVEL(2011)
108, Hyères-Toulon (2007)
86,3 (2001-2002)
96 (1988-1989) Pro B
94,9 (1989-1990) Pro B
Évaluation Cyril Julian : 44 (2007)
Maxime Zianveni : 44 (2004)
Cyril Julian : 40 (2006)
Derrick Lewis : 25,2 (1996)
Derrick Lewis : 25,1 (1995)
Greg Cavener : 33,8 (1989) Pro B
150, Hyères-Toulon (2005)
147, Hyères-Toulon (2007)
99,4 (2001-2002)
104,6 (1988-1989) Pro B
104,5 (1992-1993) Pro B
Rebonds Jojo Garcia : 21 (2003)
Akin Akingbala : 21 (2009)
Derrick Lewis 10,5 (1995)
Steve Payne : 9,6 (2001)
Greg Cavener : 11,8 (1989) Pro B
53, Roanne (2005) 38,8 (2007-2008)
36,6 (2005-2006)
Passes décisives Stevin Smith : 14 (2002)
Randolph Childress : 14 (2004)
Stevin Smith : 7,5 (2002)
Randolph Childress : 7,2 (2004)
33, Hyères-Toulon (2002)
33, Besançon (2004)
20,7 (2001-2002)
22,2 (1990-1991) Pro B
Interceptions John Linehan : 9 (2011)[23] John Linehan : 3,08 (2011)[24] 18, Le Havre (2001) 9,4 (2005-2006)
Lancers francs Stevin Smith : 17/17 100 % (2002) Branko Milisavljević 74/78, 96,1 % (2007) 32/40 Chalon-sur-Saône (2002) 78,1 (1997-1998)
3 pts Christophe Lion : 53,3 % (1998) 41,6 (1998-1999)
45,2 (1988-1989) Pro B

Autres records :

  • Plus de points encaissés sur un match : 112 à Cholet (2001)
  • Double-double pour un joueur sur une saison : Cyril Julian, 16 (Record LNB)
  • Plus large victoire : +39, Limoges (100-61) (2003-2004), Roanne (101-62) (2009-2010)
  • Nombre de victoires en Pro A : 26 (2005-2006)
  • Nombre de défaites en Pro A : 8 (2005-2006)
  • Victoires consécutives : 8 (3 fois)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. (en) « Korac Cup 2002 - Men Basketball », sur www.eurobasket.com (consulté le 31 juillet 2009)
  3. « Le Mans, oui mais... », sur www.lequipe.fr,‎ 24 juin 2009 (consulté le 30 octobre 2010)
  4. « L'Euroligue divise », sur www.sport24.com,‎ 24 juin 2009 (consulté le 30 octobre 2010)
  5. « Ce serait du vol », sur www.sport365.fr,‎ 24 juin 2009 (consulté le 30 octobre 2010)
  6. (en) « Classement phase régulière de l'EuroCoupe 2009-10 », sur www.eurocupbasketball.com,‎ 12 janvier 2010 (consulté le 30 octobre 2010)
  7. « Mims out 6 mois », sur www.lequipe.fr,‎ 24 octobre 2010 (consulté le 30 octobre 2010)
  8. « Le SLUC Nancy débouté dans l'affaire Corry Carr », sur www.leparisien.fr,‎ 27 octobre 2010 (consulté le 30 octobre 2010)
  9. « L'Américain Willie Deane signe à Nancy », sur www.lnb.fr,‎ 2 novembre 2010 (consulté le 3 novembre 2010)
  10. « L'incroyable sortie de Nancy », sur www.lequipe.fr,‎ 22 décembre 2010 (consulté le 17 mai 2011)
  11. « L'ASVEL s'en sort in extremis », sur www.lequipe.fr,‎ 12 février 2011 (consulté le 17 mai 2011)
  12. « Nancy de main de maître », sur www.lequipe.fr,‎ 11 juin 2010 (consulté le 12 juin 2011)
  13. « Batum débarque à Nancy ! », sur www.yahoo.com,‎ 01 août 2011 (consulté le 02 décembre 2011)
  14. « Week 2 bwin MVP: Nicolas Batum, SLUC Nancy », sur www.euroleague.net,‎ 28 octobre 2011 (consulté le 08 août 2013)
  15. « Nancy : Touré et Linehan toujours incertains », sur www.catch-and-shoot.com,‎ 21 janvier 2013 (consulté le 08 août 2013)
  16. « Bail prolongé pour Marquis », sur www.lequipe.fr,‎ 16 décembre 2012 (consulté le 08 août 2013)
  17. « Pro A : le SLUC Nancy gagne son maintien », sur www.estrepublicain.fr,‎ 30 avril 2013 (consulté le 08 août 2013)
  18. « Jean-Luc Monschau n'entraînera plus le SLUC Nancy », sur www.estrepublicain.fr,‎ 15 mai 2013 (consulté le 08 août 2013)
  19. « Pro A : Nancy : Alain Weisz nouvel entraîneur du SLUC », sur www.estrepublicain.fr,‎ 29 mai 2013 (consulté le 08 août 2013)
  20. « Borg : «En retard sur tout» », sur l'Equipe,‎ 5 juin 2014 (consulté le 05 juin 2014)
  21. « Damir Krupalija signe un an à Nancy », sur l'Equipe,‎ 5 juin 2014 (consulté le 05 juin 2014)
  22. « Statistiques de Nancy », sur www.lnb.fr
  23. « Statistiques de John Linehan »
  24. « Statistiques de John Linehan »

Liens externes[modifier | modifier le code]