Barrière de séparation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Ligne de contrôle » redirige ici. Pour les autres significations, voir Ligne de contrôle (homonymie) et Ligne de contrôle (Cachemire).
Carte des barrières de séparation dans le monde, construites ou en construction.

Les barrières de séparation sont des barrières physiques — murs ou clôtures — édifiées par certains États, le plus souvent à proximité de leurs frontières extérieures. Employée tout au long de l'histoire, cette pratique est devenue plus fréquente au temps de la Guerre froide, puis de nouveau au début du XXIe siècle. La construction de ces barrières a été motivée par plusieurs objectifs selon les cas :

Dans la liste suivante, le pays indiqué en premier est généralement le constructeur de la barrière.

Détail par zones géographiques[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

  • Chypre : la « Ligne verte » ou « Ligne Attila » entre les parties Nord et Sud de l'île (1974) : 180 km.

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

  • Israël-territoires palestiniens : en Cisjordanie, la construction de la barrière de séparation israélienne a commencé en 2002 en pleine intifada, dans le but d'empêcher des infiltrations de terroristes palestiniennes en Israël. Certains reprochent à cette barrière, longue d'environ 681 km, d'empiéter sur des terres agricoles palestiniennes et y voient une tentative d'annexion de territoires. Le gouvernement israélien a assuré de son côté que cette « barrière de sécurité » ne préjugerait en rien du tracé (encore à négocier) des futures frontières et enregistre une nette diminution des attentats contre sa population.
  • Irak-Koweït : commencée en 1991, renforcée depuis 2004.
  • Arabie saoudite-Irak : en Arabie saoudite, les autorités ont décidé de construire une barrière de protection moderne avec l'Irak pour empêcher les terroristes d'entrer sur le territoire saoudien[2], achevée en 2014. Elle est dotée d'une électronique de pointe, dont 50 stations radar[3].
  • Arabie saoudite-Yémen : commencée en 2003
  • Turquie-Syrie : projet de construction par les autorités turques d'une barrière de 2,5 km aux environs du poste frontière de Cilvegözü suite à une attaque terroriste attribuée à Damas le 11 février 2013 et un attentat dans la ville turque de Reyhanli le 11 mai 2013 (46 morts)[4].

En Amérique[modifier | modifier le code]

  • États-Unis-Mexique : une partie de la frontière entre les deux pays est protégée par des barrières. Le Secure Fence Act[5], promulgué en 2006, prévoit d'étendre considérablement les barrières existantes. Il devrait y avoir environ 1 200 km de frontières fortifiées fin 2008[6],[7]. Les installations bénéficient en outre d'importants moyens technologiques : le Secure Fence Act prévoit ainsi la mise en place de systèmes d'éclairage, de capteurs et de radars. Selon un sondage, 53 % des Américains seraient hostiles à ce projet[8].

Asie de l'Est[modifier | modifier le code]

  • Grande Muraille de Chine, construite par les empereurs chinois pour se protéger contre les « Barbares » du nord et du nord-est.
  • Chine-Corée du Nord : au nord de la ville de Dandong, les autorités chinoises ont aménagé une barrière de fils de fer barbelés, pour éviter l'afflux d'immigrés illégaux nord-coréens[2],[9].

Asie du Sud[modifier | modifier le code]

  • Inde-Bangladesh : l'Inde devait avoir achevé fin 2007 la construction d'une barrière le long de toute sa frontière avec le Bangladesh, c'est-à-dire sur plus de 4 000 km. D'après le gouvernement indien, cette barrière a plusieurs raisons d'être  : enrayer l'immigration illégale, limiter les trafics de drogues et d'armes, ainsi que couper certains mouvements indépendantistes actifs du Nord-Est de l'Inde (Tripura, etc.) de leurs camps d'entraînement au Bangladesh. Le gouvernement du Bangladesh nie l'existence de camps d'entraînement[10]. L'armée des frontières (Border Security Force) tente de contrôler cette immense frontière[11].
  • Pakistan-Afghanistan : le Pakistan entreprend depuis mars 2007 la construction d'une barrière de séparation sur sa frontière avec l'Afghanistan. La clôture devrait, à terme, mesurer 32 km de long[12] et traverser le territoire pachtoune. L'objectif du gouvernement d'Islamabad est d'empêcher les islamistes armés d'entrer en Afghanistan depuis le Pakistan.

Asie centrale[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

  • Botswana-Zimbabwe : le Botswana a mis en place une barrière métallique électrifiée de 2,50 m de haut, longue de 500 km sur sa frontière avec le Zimbabwe, empêchant toute migration du travail en provenance de ce pays.
  • Barrage de Djibouti, installé entre septembre 1966 et 1982, dans l'objectif jamais atteint de restreindre l'accès des migrants à la ville de Djibouti.

Liste[modifier | modifier le code]

Localisation ou nom Pays finançant la construction Date de construction Longueur Motivation de la construction
Mur de Bagdad[13] Irak En construction 5 km pacification civile
Peace Walls de Belfast[13] Royaume-Uni (Irlande du Nord) Années 1970 - début XXIe siècle 0,5 km en moyenne Ghetto
Botswana/Zimbabwe Botswana et Zimbabwe 2003 500 km Anti-migration
Brunei/Limbang[13] Brunei et Malaisie 2005 20 km Anti-migration
Barrière de Ceuta[13] Espagne 2001 8 km Anti-migration
Chine/Hong Kong[13] Chine Années 1960 - début XXIe 32 km Barrière économique interne
Chine/Macao[13] Chine 0,340 km Barrière économique interne
Chine/Corée du Nord[2],[9],[13] Chine 2006 1 416 km Anti-migration
Malaisie/Thaïlande Thaïlande et Malaisie Proposée 650 km Antiterrorisme
Barrière de Melilla[13] Espagne 1998 11 km Anti-migration
Inde/Bangladesh[10],[13] Inde En construction 3 268 km Anti-migration
Inde/Birmanie[13] Inde En construction 1 624 km Anti-trafic de drogue / Antiterrorisme
Inde/Cachemire[13] Inde 2004 550 km Antiterrorisme / territoire disputé
Iran/Pakistan[13] Iran et Pakistan En construction 700 km Anti-trafic de drogue
Barrière de séparation israélienne[13] Israël En construction 703 km Antiterrorisme / territoire disputé /
Israël-Sinaï[14] Israël En construction  km Anti-migration
Kazakhstan/Ouzbékistan[13] Kazakhstan et Ouzbékistan 2006 45 km Anti-trafic de drogue
Zone coréenne démilitarisée[13] Corée du Nord et Corée du Sud 1953 248 km Zone de conflit
Afrique du Sud/Mozambique Afrique du Sud et Mozambique 1975 120 km Anti-migration
Koweït/Irak[13] Koweït et Irak 1991 193 km Zone de conflit
Pakistan/Afghanistan[12] Pakistan Proposée 32 km Antiterrorisme
Russie/Tchétchénie[13] Tchétchénie (Russie) Proposée 700 km Antiterrorisme, contrôle de territoire
Arabie saoudite/Yémen[13] Arabie saoudite et Yémen 2004 75 km Anti-migration
Arabie saoudite/Irak[2] Arabie saoudite 2006 900 km Anti-terrorisme
Charm el-Cheikh[13] Égypte 2005 20 km Antiterrorisme
Égypte/Gaza Égypte 2008 14 km Antiterrorisme
Grèce-Turquie[14] Grèce à partir de 2011 12 km Anti-migration
Turkménistan/Ouzbékistan[13] Turkménistan et Ouzbékistan 2001 1 700 km Anti-migration
Émirats arabes unis/Oman[2],[13] Émirats arabes unis et Oman En construction 410 km Anti-migration
Ligne verte ou ligne Attila[13] Chypre 1974 180 à 300 km Zone de conflit
États-Unis/Mexique[2],[6],[13] États-Unis d'Amérique En construction 1 200 km[15] Anti-migration / Anti-trafic de drogue
Ouzbékistan/Afghanistan[13] Ouzbékistan et Afghanistan 2001 209 km Anti-migration
Ouzbékistan/Kirghizistan[13] Ouzbékistan et Kirghizistan 1999 870 km Zone de conflit
Mur de via Anelli (Padoue)[13] Italie 2006 0,085 km Ghetto
Mur des Sables[16] Maroc 1980-1987 2 000 km[15] Zone de conflit
Mur de Samarcand[17] Ouzbékistan 2009 quelques km Urbanisme (cacher les quartiers misérables aux touristes)
Reticolo confinato Italie 1931-193? 270 km Frontière Libye-Égypte, lutte contre la Sanusiyya.
Barrière Algérie-Maroc [18] France 1956-1962  ?? km Lutte contre l'ALN.
Ligne Morice[18] France 1957-1962  ?? km Frontière Algérie-Tunisie, entre Bône et Tébessa, lutte contre l'ALN.
Barrage de Djibouti France 1966-1982 14 km Mur officiellement anti-migrations
Mur de Berlin République démocratique d'Allemagne 1961-1989 155 km Contrôle des circulations

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Des murs entre des hommes », Genève, Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (consulté le 27 novembre 2014)
  2. a, b, c, d, e, f et g Pascal Boniface, Des murs en guise de frontières, sur le site web de l'institut de relations internationales et stratégiques, 19/10/2006, [lire en ligne]
  3. Clarence Rodriguez, « L’Arabie saoudite s’est dotée d’un mur anti-jihadistes », RFI, 7 septembre 2014.
  4. Moyen-Orient magazine n°19, juillet-septembre 2013, page 6
  5. lire le texte
  6. a et b « George W. Bush signe la loi autorisant la construction d'un mur à la frontière mexicaine », Le Monde, 26 octobre 2006 [lire en ligne]
  7. http://www.geographie-sociale.org/mexique-usa-frontiere.htm la frontière entre le Mexique et les États-Unis]
  8. Sondage réalisé du en octobre 2006 auprès de 1 013 personnes par Opinion Research Corp. et rendu public sur CNN ; cité dans « George W. Bush signe la loi autorisant la construction d'un mur à la frontière mexicaine », Le Monde, 26 octobre 2006 [lire en ligne]
  9. a et b Masahiko Takegoushi, Yomiuri Shimbun, « Un nouveau rideau de fer », Courrier international, 23 octobre 2006 [lire en ligne]
  10. a et b article de worldpress, décembre 2006 
  11. Frédéric Bobin, « Face aux “menaces”, l'Inde renforce sa frontière avec le Bangladesh », Le Monde, 10 juillet 2007 [lire en ligne]
  12. a et b « Un mur sur la frontière afghane », Courrier international, 22 mars 2007 [lire en ligne]
  13. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y et z Croix-Rouge, « Liste des murs actuels » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 2006. Consulté le 27 novembre 2014
  14. a et b Eric L Helgoualc'h, « Mur entre Grèce et Turquie : à nouvelle barrière, nouvelle route », Rue89, publié le 6 janvier 2011, consulté le 6 janvier 2011
  15. a et b Alexandra, Novosseloff et Frank Neisse, Des murs entre les hommes, 2007.
  16. Mehdi Eddeb, « Une base arrière d'Aqmi démantelée au Maroc », Le Figaro, Paris,‎ 5 janvier 2011 (lire en ligne)
  17. Alice Corbet, « Ainsi meurt l’âme de Samarcande », Blogs du Monde diplomatique, publié le 18 février 2011, consulté le 19 février
  18. a et b Joly (Vincent), Guerres d’Afrique - 130 ans de guerres coloniales, l’expérience française, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2009, chapitre 15.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandra Novosseloff, Frank Neisse, Des murs entre les hommes, Paris, La documentation française, 2007, 211 p.
  • Elisabeth Vallet, Charles-Philippe David, «Le retour des murs en relations internationales», Études internationales, vol. 43, no 1, mars 2012 site de la revue
  • « Frontières, marquages et disputes », Cultures & conflits, no 73, 2009, site de la revue
  • « Les murs  : séparations et traits d'union », Politique étrangère, 2010, no 4, p. 731-797, ISSN  : 0032-342X, ISSN en ligne  : 1958-8992, site de la revue

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]