Tour-modèle type 1811

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pointe des Espagnols - Tour-modèle n°1 type 1811

Une tour-modèle, aussi nommé tour de l'Empire ou encore tour Napoléon est une construction standardisée créée en 1811.

Napoléon Ier voulant remédier au désordre défenses côtières, demanda la construction de défenses réunissant en un seul bâtiment les magasins à poudre, les magasins à vivres et le logement des canonniers[1]. L'idée de Napoléon était que les canons des batteries de côte étaient très vulnérables à un raid ennemi. Ainsi il désirait rassembler les éléments en un seul ouvrage[2].

Ce programme de défense des côtes est connu sous le nom de « tours et redoutes modèles type 1811 »[2]. Le programme de construction des tours-modèles initialement prévu sur 10 ans est lancé en 1812, mais est abandonné avec l'abdication de Napoléon en 1814. Sur les 160 ouvrages modèles prévus (106 sur la côte Atlantique ; 54 en Méditerranée), seules une dizaine de tours sont achevées en 1814 dont 6 dans le Finistère autour de la rade de Brest.

Tour-modèle n°1 type 1811[modifier | modifier le code]

La tour-modèle n°1 est large de 16 m de côté et peut loger 60 hommes, ainsi que 4 canons de 24 ou de 16 livres.

Tour-modèle n°2 type 1811[modifier | modifier le code]

La tour-modèle n°2 est large de 10,5 m de côté et peut loger 30 hommes, ainsi que 1 canon de campagne et 2 caronades.

Tour-modèle n°3 type 1811[modifier | modifier le code]

La tour-modèle n°3 est large de 9 m de côté et peut loger 18 ou 12 hommes et un gardien de batterie, ainsi que 2 caronades.

Corps de garde défensif n°4 type 1811[modifier | modifier le code]

Le corps de garde défensif n°4 est large de 9 m de côté et comprend deux niveaux.

Corps de garde défensif n°5 type 1811[modifier | modifier le code]

Le corps de garde défensif n°5 est large de 9 m de côté et comprend un niveau.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Dion, Batteries, réduits, tours, forts, casemates... de Camaret et Roscanvel, Brest, Association du Mémorial Montbarey,‎ 1996, 67 p.
  2. a et b Fortifications littorales : les tour-modèles "1811", sur l'inventaire général, http://patrimoine.region-bretagne.fr/main.xsp?execute=show_document&id=MERIMEEIA29002299, consulté le 31 janvier 2011
  3. Roscanvel, Pointe de Cornouaille, Sur la hauteur de la pointe, Tour-modèle n° 1, sur l'inventaire général, http://patrimoine.region-bretagne.fr/main.xsp?execute=show_document&id=MERIMEEIA29001333, consulté le 31 janvier 2011
  4. Roscanvel, Pointe des Espagnols, Tour-modèle n° 1, sur l'inventaire général, http://patrimoine.region-bretagne.fr/main.xsp?execute=show_document&id=MERIMEEIA29001781, consulté le 31 janvier 2011
  5. Camaret-sur-Mer, Pointe du Toulinguet, Tour-modèle n° 3, année "1812" et mur défensif, année "1884", sur l'inventaire général, http://patrimoine.region-bretagne.fr/main.xsp?execute=show_document&id=MERIMEEIA29001317, consulté le 31 janvier 2011
  6. Plougonvelin, Pointe de Créac'h Meur, Tour-modèle n° 3 (terrasse arasée), sur l'inventaire général, http://patrimoine.region-bretagne.fr/main.xsp?execute=show_document&id=MERIMEEIA29001774, consulté le 31 janvier 2011
  7. Locmaria-Plouzané, Pointe du Grand Minou, Toulbroc'h, Tour-modèle n° 3 (détruite) puis réduit, année "1884", sur l'inventaire général, http://patrimoine.region-bretagne.fr/main.xsp?execute=show_document&id=MERIMEEIA29002141, consulté le 31 janvier 2011
  8. Plougonvelin, Saint-Marzin, Tour-modèle n° 3 (détruite), sur l'inventaire général, http://patrimoine.region-bretagne.fr/main.xsp?execute=show_document&id=MERIMEEIA29002140, consulté le 31 janvier 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Dion, Batteries, réduits, tours, forts, casemates... de Camaret et Roscanvel, Brest, Association du Mémorial Montbarey,‎ 1996, 67 p.