Autoroute A65 (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Autoroute française A65)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir A65.
Autoroute française A65
A65
Image illustrative de l'article Autoroute A65 (France)
L'A. 65 au niveau de la sortie de Garlin le dimanche 19 décembre 2010.
Carte de l’autoroute A 65
Autres dénominations Autoroute de Gascogne
Historique
Ouverture Jeudi 16 décembre 2010 à 10 heures[1]
Caractéristiques
Longueur 150 km
Direction Nord/sud
Extrémité nord A62 à Langon
Extrémité sud A64 à Lescar
Réseau Autoroute française, également E7

L'autoroute n° 65 (aussi appelée autoroute de Gascogne ou E7 sous son nom européen) est une autoroute qui relie Langon en Gironde à Pau dans les Pyrénées-Atlantiques, en France, depuis le 16 décembre 2010.

Les péages sont automatisés pour la plupart d'entre eux, soit 10 sur 12[2].

La section comprise entre les sorties 6 et 7 est gratuite. Le reste de l'autoroute est payant.

Concession[modifier | modifier le code]

L'autoroute fait l'objet d'un tracé neuf entièrement concédé pour 55 ans au groupement A'lienor[3], détenu à 65 % par Eiffage et à 35 % par Sanef.

Sanef, au sein de ce consortium, assurera l'exploitation de l'autoroute pour le compte d'A'LIENOR pendant toute la durée de la concession.

Trois autres groupements – Bilfinger Berger BOT, SAPRR et Razel d’une part ; ASF et ACESA d’autre part ; Bouygues TP, DTP Terrassement, Colas, Egis et HSBC infrastructure enfin – avaient été admis à présenter une offre.

Financement[modifier | modifier le code]

L'autoroute A65 est intégralement financée par le concessionnaire, sans recours à des fonds publics, hors apport en nature de la déviation d'Aire-sur-l'Adour (financée dans le cadre du Contrat de Plan État-Région 2000-2006[4]). Le coût de construction est évalué à 1,2 milliard d'euros supporté, d'une part, par les fonds propres des actionnaires (à hauteur de 20 %), et d'autre part par une dette bancaire de type financement de projet, souscrite auprès d'établissement bancaires.

Néanmoins, une clause de déchéance pèse sur les collectivités qui devraient rembourser les coûts de construction à A'lienor si celle-ci se retirait du projet à cause d'un manque de rentabilité[5].

Les travaux de l'A65, projet d'avant "Grenelle Environnement", ont démarré après le Grenelle avec 6 mois de retard afin de réévaluer le dossier environnement pour mieux répondre aux contraintes du milieu.

Construction[modifier | modifier le code]

L'emprise globale de l'infrastructure couvre une superficie totale de 1 490 hectares de terrain. Plus de 160 ouvrages d'art dont 15 viaducs ont été construits[6]. Le chantier qui a démarré en juillet 2008, avec six mois de retard pour intégrer les principes du Grenelle de l'environnement, a employé au plus fort de son activité plus de 2 000 personnes et mobilisé presque 700 machines pour rattraper les retards des premiers mois[7].

Des aménagements spécifiques sont aussi prévus pour intégrer l'autoroute dans son environnement, tels que des dispositifs pour la protection acoustique ou les aménagements paysagers.

Conception-réalisation

Entreprises[modifier | modifier le code]

Entreprises ayant participé à la construction de l'A65 :

Problèmes environnementaux[modifier | modifier le code]

Le projet est controversé en Aquitaine par les associations écologistes  : l'autoroute doit traverser les coteaux du Béarn ainsi que les zones humides des Landes où vivent des espèces protégées tels le vison ou l'écrevisse à pattes blanches[8] – cette dernière ayant disparu en septembre 2008 à la suite d'un incident. Aussi, il a été modifié pour éviter certaines zones sensibles, et le Ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire, dirigé par Jean-Louis Borloo, n'a donné son feu vert qu'au début des travaux, le 6 juin 2008[9].

En décembre 2007, la SEPANSO Aquitaine a porté plainte pour « destruction d’espèces animales non domestiques et protégées » et « destruction du milieu particulier d’espèces animales non domestiques et protégées »[10]. Le Conseil d'État a rejeté en avril 2008 les recours déposés par la SEPANSO et l'association Aquitaine alternatives et autres contre la construction de l'A65[11]. Le Conseil national de la protection de la nature (CNPN) avait rendu un avis négatif, mais Alain Rousset (PS), président du Conseil régional d'Aquitaine, avait envoyé une lettre au Premier ministre, signée par Henri Emmanuelli (PS), Martine Lignières-Cassou (PS), François Bayrou (MoDem) et Alain Juppé (UMP), défendant la construction de l'autoroute.

Le prolongement entre Pau et Oloron a néanmoins été abandonné[11].

À la suite du déversement, en septembre 2008, d'une mixture de chaux dans une rivière, lors de la construction de l'autoroute, dans le sud-ouest de la France, l'écrevisse à pattes blanches a failli disparaitre de cette région. Les Autoroutes du sud de la France (ASF) se sont vu imposer en 2008 une réintroduction de cette écrevisse dans le ruisseau du Peisselay à l'ouest de Lyon. Environ 300 écrevisses à pattes blanches issues d'un élevage conservatoire du Muséum d'histoire naturelle de Besançon, y ont été réintroduites début 2011. Pour cela, en 2008, environ 120 écrevisses avaient été collectées dans le Boussuivre et le Gand, deux des trois rivières impactées par cette nouvelle autoroute, afin de les élever à Besançon à destination de repeuplements en cas de pollution accidentelle[12]. Près de 800 jeunes écrevisses sont nées dans l'élevage entre 2008 et 2011, ce qui a permis de réinsérer 300 juvéniles dans un ruisseau d'où l'espèce avait disparu. Un « comité Environnement » dédié aux impacts de l'autoroute fait se rencontrer périodiquement les ONG environnementales locales et les ingénieurs de l'ASF.

Un écoduc dit « chiroptéroduc » a été créé pour les chauve-souris dans le cadre des mesures conservatoires mises en œuvre durant la construction de l'autoroute A65 Langon-Pau [13].

Historique[modifier | modifier le code]

  • 20 janvier 1995 : lancement de la consultation sur les variantes de bandes de 1 000 m.
  • 29 mars 1996  : décision ministérielle sur le choix de la bande de 1 000 mètres[14].
  • 1997 à 2001 : différentes études techniques et rencontres avec les partenaires pour arrêter le choix des partis d'aménagement dans le cadre des études d'Avant-Projet-Sommaire (APS).
  • mai à juin 2001 : consultation des principales collectivités territoriales, chambres consulaires et associations représentatives pour la comparaison des différentes bandes de 300 mètres.
  • 7 janvier 2002  : décision ministérielle sur le choix de la bande de 300 mètres[15].
  • 18 juin 2003 : lancement de l'appel de candidatures pour la mise en concession. Dans un premier temps, les candidats ont été invités à formuler pour le 10 janvier 2005 un diagnostic sur les scénarios envisagés (tracé neuf ou avec aménagement de portions existantes) et à présenter éventuellement des variantes.
  • 30 juillet 2004 : consultation des candidats concessionnaires.
  • 18 décembre 2006 :
    • déclaration d'utilité publique (DUP) par décret[16].
    • signature du contrat de concession passé entre l'État et la société A’LIENOR pour la conception, la construction, l'entretien, l'exploitation et la maintenance. Cette concession s'applique sur la totalité de l'itinéraire en tracé neuf.
    • approbation de la convention de concession par décret 2006-1619[17].
  • 2008 : acquisitions foncières et début des travaux pour une durée de 30 mois environ.
  • 16 décembre 2010 à 10 heures : mise en service de l'autoroute.

Sorties[modifier | modifier le code]

Temps de parcours et trafic[modifier | modifier le code]

D'après le moteur de recherche d'itinéraires de Google :

Langon - Mont-de-Marsan 
  • h 3 avec l'A65
  • h 17 sans l'A65

soit un gain de 14 minutes pour un péage de 9,00 €.

Pau - Langon 
  • h 40 avec l'A65
  • h 12 sans l'A65

soit un gain de 32 minutes moyennant un péage de 23,20 € et 22 km supplémentaires.

Pau - Mont-de-Marsan 
  • h 19 avec l'A65
  • h 24 sans l'A65

soit un gain de 5 minutes pour un péage de 9,90 €.

Deux ans après son ouverture, l'A65 connaît une relativement faible fréquentation : 5 700 véhicules par jour au lieu des 7 660 véhicules attendus[18]

Images de l'autoroute[modifier | modifier le code]

Images le 19 décembre 2010, en service[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Images le 6 juin 2010 lors de sa construction[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Projet[modifier | modifier le code]

Il était prévu de prolonger l'A65 vers Oloron-Sainte-Marie (projet A650 à l'horizon 2020). L'autoroute aurait sans doute été prolongée ensuite vers le tunnel routier du Somport et la frontière espagnole. Le projet a été annulé pour cause environnementale.

Le diffuseur d'Uzein sera réalisé avant 2030. Le diffuseur des Arbouts sera réalisé avant la fin de la concession.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2010/12/07/a65-l-aller-retour-pau-bordeaux-coutera-43-80-euros,169938.php
  2. http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2010/08/05/autoroute-la-voix-des-automates,149696.php
  3. Décret no 2006-1619 du 18 décembre 2006 approuvant la convention de concession passée entre l'État et la société A'liénor pour la conception, la construction, l'entretien, l'exploitation et la maintenance de la section Langon-Pau de l'autoroute A65 et le cahier des charges annexé à cette convention.
  4. « Déviation d’Aire-sur-l'Adour », sur Direction régionale de l'Équipement en Aquitaine (consulté le 5 mai 2008)
  5. SNPTRI cite le Canard Enchaîné du 5/01/2011
  6. Le Moniteur, no 5529, 13 novembre 2009, p. 61.
  7. Le Moniteur, no 5524, p. 11
  8. Pau - A65 - Pau se rapproche de Bordeaux, Le Point, 24 janvier 2008.
  9. « L'autoroute de l'après-Grenelle dérape », Le Canard enchaîné, 8 octobre 2008, p. 5.
  10. Autoroute A65, la SEPANSO porte plainte pour destruction d’espèces protégées, 3 janvier 2008
  11. a et b France 3, Casse-tête régional pour les transports, 6 juin 2008
  12. http://www.environnement-magazine.fr/presse/environnement/actualites/2204/biodiversite/l-autoroute-qui-eleve-des-ecrevisses
  13. (voir photo p 8/24 in de presse : Concilier aménagement du territoire et préservation de la biodiversité)
  14. Décision ministérielle sur le choix de la bande de 1 000 m.
  15. Décision ministérielle sur le choix de la bande de 300 mètres.
  16. Déclaration d'utilité publique (DUP) par décret
  17. Approbation de la convention de concession par décret 2006-1619.
  18. « L'A65, très chère nouvelle autoroute... en mal de fréquentation », La Tribune, 18 décembre 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]