Saint-Justin (Landes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Justin.
Saint-Justin
Hôtel de ville de Saint-Justin
Hôtel de ville de Saint-Justin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Arrondissement de Mont-de-Marsan
Canton Canton de Roquefort
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Roquefort
Maire
Mandat
Philippe Latry
2014-2020
Code postal 40240
Code commune 40267
Démographie
Gentilé Saint-Justinois, Saint-Justinoises
Population
municipale
943 hab. (2011)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 58′ 52″ N 0° 13′ 48″ O / 43.9811, -0.2343° 58′ 52″ Nord 0° 13′ 48″ Ouest / 43.9811, -0.23  
Altitude Min. 62 m – Max. 151 m
Superficie 65,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Saint-Justin

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Saint-Justin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Justin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Justin

Saint-Justin est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département des Landes (région Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

À la porte de l'Armagnac, se situe Saint-Justin, traversé par deux importantes voies de communication, la D933 et la D626.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Corbleu, affluent gauche de la Douze, prend sa source sur la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1280, ce site stratégique est érigé en bastide par la vicomtesse de Marsan et les Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem sans l’autorisation du roi d’Angleterre alors duc d'Aquitaine. Il connaît une destinée guerrière éprouvante : siège des Anglais pendant la guerre de Cent Ans, pillages et destructions lors des guerres de religion et de la Fronde.

La Grande Mademoiselle, cousine germaine du Roi Louis XIV (et petite-fille d'Henri IV) y fit une grave chute de cheval en revenant du mariage royal avec l'infante d'Espagne à St-Jean de Luz en 1660.

En 1917, la devise de la commune était "Ton voisin est ton cousin". De nos jours cet adage est toujours usité par les nombreux partisans de la nature familiale du village.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 2014 Philippe Latry PS  
mars 2001 2008 Paul Lafargue    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 943 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 280 701 967 1 489 1 608 1 661 1 667 1 777 1 841
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 793 1 726 1 689 1 606 1 619 1 607 1 590 1 630 1 605
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 577 1 599 1 463 1 254 1 252 1 183 1 085 1 032 1 039
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 058 1 082 973 914 917 888 845 841 922
2011 - - - - - - - -
943 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Aujourd’hui, ce village fleuri d’Aquitaine restauré exprime le charme hérité de siècles d’histoire : vestiges des remparts, chemin de ronde, place à arcades, maisons à pans de bois sculptés, demeures à fenêtres à meneaux, manoir romantique. Une antique côte pavée unique dans les Landes, trois tours octogonales et une curieuse chambre d'arrêt lui confèrent sa singularité.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Au delà du cœur historique, les quartiers offrent leurs propres curiosités, dont trois églises et un château inscrits à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques :

Autre église non inscrite :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2012, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué deux fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  3. « Eglise de Douzevielle », base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. « Eglise Saint-Martin-de-Noët », base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. « Eglise d'Argelouse », base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. « Domaine de Fondat », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Site des Villes et Villages Fleuris, consulté le 21 février 2013.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Liens externes[modifier | modifier le code]