Captieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Captieux
La mairie (oct 2012)
La mairie (oct 2012)
Blason de Captieux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement de Langon
Canton de Captieux
Intercommunalité Communauté de communes du Bazadais
Maire
Mandat
Jean-Luc Gleyze
2014-2020
Code postal 33840
Code commune 33095
Démographie
Gentilé Capsylvains
Population
municipale
1 380 hab. (2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 17′ 34″ N 0° 15′ 32″ O / 44.2927777778, -0.258888888889 ()44° 17′ 34″ Nord 0° 15′ 32″ Ouest / 44.2927777778, -0.258888888889 ()  
Altitude Min. 69 m – Max. 136 m
Superficie 119,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de Gironde
City locator 14.svg
Captieux

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Captieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Captieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Captieux
Liens
Site web www.captieux.fr


Captieux est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Capsylvains[1].

Captieux, la forêt au soleil matinal

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte du Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne - Captieux est la commune la plus à l'est du parc.

Chef-lieu de canton situé dans l'est du parc naturel régional des Landes de Gascogne, au sud-est du département de la Gironde, limitrophe du département des Landes et à proximité de celui du Lot-et-Garonne, la commune se trouve à 74 km au sud-sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département et à 32 km au sud de Langon, chef-lieu d'arrondissement[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Escaudes au nord-est, Giscos à l'est, Maillas (Landes) au sud-est, Bourriot-Bergonce (Landes) au sud-sud-est, Retjons (Landes) au sud, Lencouacq (Landes) au sud-sud-ouest, Lucmau à l'ouest et Bernos-Beaulac au nord.

Communes limitrophes de Captieux
Bernos-Beaulac Escaudes
Lucmau Captieux Giscos


Bourriot-Bergonce (Landes)          Retjons (Landes)          Lencouacq (Landes)
Maillas (Landes)

Communications et transports[modifier | modifier le code]

Route[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la route nationale 524 qui mène vers le nord à Bernos-Beaulac puis Langon et vers le sud-est à Maillas (Landes) pour finir à Espas (Gers). Cette route est une partie de l'itinéraire à grand gabarit utilisé pour le transports des pièces d'Airbus et pour lequel un itinéraire d'évitement a été créé dans l'est de la commune de Captieux.
Le tracé de l'autoroute A65 (Langon-Pau) qui double cette nationale dans sa partie nord, traverse l'est du territoire communal et l'accès no 2, dit de Captieux, se situe à 3 km de la ville. À défaut d'utiliser cette autoroute A65, l'accès le plus proche à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) est le no 3, dit de Langon, distant de 31 km par la route vers le nord.
La route départementale D932 commence dans la ville et mène vers le sud à Roquefort (Landes), Mont-de-Marsan et Pau ; la route départementale D10 commence également dans la ville et mène vers l'est à Giscos puis vers le nord-est à Grignols.

Rail[modifier | modifier le code]

La gare SNCF la plus proche est celle, distante de 28 km par la route vers le nord, de Langon sur la ligne Bordeaux-Sète du TER Aquitaine.
Le 29 février 1904, la section Bazas - Bourriot-Bergonce de la ligne de Langon a Gabarret, passant par Captieux avec une gare fut mise en service. Mais le 18 septembre 1992, cette section et la gare furent déclassés.
Dans le cadre des Grands Projets du Sud-Ouest (GPSO) de Réseau Ferré de France (RFF), une nouvelle gare TGV Sud - Gironde sortira de terre à l'horizon 2027 proche de l'autoroute à l'est de la ville. C'est ici que les LGV Bordeaux - Toulouse et Bordeaux - Espagne se connecteront. La gare possédera un service SRGV (Service Régional à Grande vitesse). Un site écopole sera construit ainsi qu'une base maintenance ferroviaire.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La localité était désignée autrefois par les noms de Cap Seves ou Cap Sevestre, noms provenant du latin Caput silvarum qui signifie la tête de la forêt.

En gascon, le nom de la commune est Capsiuts.

Histoire[modifier | modifier le code]

Captieux fut une ville prépondérante pendant le Moyen Âge et une étape sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

À la Révolution, la paroisse Saint-Martin de Captieux forme la commune de Captieux. En 1817, la commune d'Escaudes est rattachée à celle de Captieux qui devient Captieux-et- Escaudes. En 1836, la commune de Captieux est rétablie par démembrement de la commune de Captieux-et-Escaudes[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1973 mars 2001 Marc Lalanne PS Conseiller général (1990-2004)
mars 2001 mars 2008 Viviane Durantau PS  
mars 2008 mars 2014 Georges Bernard SE  
mars 2014 en cours Jean-Luc Gleyze PS Conseiller général (2004-), 2e vice-président de la CC du Bazadais (2014-)
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 2014, la communauté de communes de Captieux-Grignols ayant été supprimée, la commune de Captieux s'est retrouvée intégrée à la communauté de communes du Bazadais siégeant à Bazas.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 380 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 500 1 152 1 312 1 726 1 970 1 363 1 431 1 550 1 530
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 475 1 478 1 561 1 444 1 503 1 479 1 498 1 579 1 534
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 583 1 826 1 781 1 704 1 654 1 638 1 591 1 415 1 693
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 934 1 646 1 669 1 742 1 707 1 503 1 412 1 385 1 380
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

En 1964, le village commença à organiser des novilladas[6], des corridas avec de jeunes toreros plutôt que les traditionnelles courses de vaches landaises. L'Espagnol Paquirri, alors jeune novillero inconnu, s'y est produit en 1965. La ville est membre de l'Union des villes taurines françaises.
Un marathon de rugby à sept est également désormais organisé la veille de la novillada[6] ; ces festivités sont dénommées Rugby y Toros.

En 1966, lors d'une émission houleuse du jeu télévisé Intervilles, opposant Captieux au village voisin de Grignols, les arènes en bois s'écroulèrent[6], passant tout près de la catastrophe. Elles ne furent reconstruites qu'en 1993.

Économie[modifier | modifier le code]

Base militaire[modifier | modifier le code]

Le site de la commune fut choisi par les Américains pour y installer en 1950 un important dépôt de munitions, sur 100 km2[7] tout près de la route D932, au lieu-dit Le Poteau. En 1966, De Gaulle demanda le départ des bases américaines du territoire français. En partant, les Américains laissèrent beaucoup de matériel qui fut revendu aux habitants et entreprises de la région. Les installations militaires de Captieux furent reprises par l’armée française.

Un documentaire La Fabrique de l'Histoire d'Emmanuel Laurentin de France Culture évoqua son histoire dans le cadre d'une série Les Américains et nous [2/4], et insista sur les quelques maisons closes du Poteau, fermées seulement en mars 1987 sur ordre (et ce quarante ans après l’interdiction des maisons closes par la loi Marthe Richard).

Industrie[modifier | modifier le code]

  • Station de recompression du réseau de gaz naturel.
  • L’économie de la ville repose principalement sur le bois (les scieries, les exploitants forestiers, la sylviculture…) ainsi que des entreprises de miroiterie et une de création de logiciels.
  • La fameuse boulangerie Seguin fabrique les non moins fameux « puits d'Amour ».
  • Diffuseur de Captieux sur l'autoroute A65.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Captieux se blasonnent ainsi :

D'argent à l'écureuil contourné grimpant sur une branche en barre mouvant de la pointe et du bas du flanc senestre, surmonté d'une branche de pin de cinq touffes d'aiguilles, ployée en barre et en fasce, mouvant de l'angle senestre du chef et se terminant par une pigne, le tout de gueules accompagné, en chef à dextre, de l'inscription CAPUT SYLVARUM sur deux lignes en lettres capitales de sable.

Devise de la commune : caput sylvarum, la tête de la forêt

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 14 avril 2011.
  2. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 66,2 km pour Bordeaux et 28,8 km pour Langon. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 11 novembre 2012.
  3. Historique des communes, p. 12, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 5 avril 2013.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  6. a, b et c Le Point, 10 juillet 2008, Les Deux passions du Sud-Ouest, p. 108.
  7. Tranches de vie au camp américain de Captieux dans les années 1950-1967 sur le site savoir-faire-aquitaine.com, consulté le 18 janvier 2013.