Roquefort (Landes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roquefort.
Roquefort
Église Notre-Dame de l'Assomption
Église Notre-Dame de l'Assomption
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Mont-de-Marsan
Canton Roquefort
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Roquefort
Maire
Mandat
Pierre Chanut
2008-2014
Code postal 40120
Code commune 40245
Démographie
Population
municipale
1 884 hab. (2011)
Densité 155 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 02′ 03″ N 0° 19′ 17″ O / 44.0341666667, -0.321388888889 ()44° 02′ 03″ Nord 0° 19′ 17″ Ouest / 44.0341666667, -0.321388888889 ()  
Altitude Min. 49 m – Max. 95 m
Superficie 12,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Roquefort

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Roquefort

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Roquefort

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Roquefort

Roquefort (en gascon: Ròcahòrt) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département des Landes (région Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est située sur la route nationale 132 et la route nationale 134. Un échangeur permet l'accès à l'A65.

Roquefort appartient au Pays de Marsan, aux confins de l'Albret et de l'Armagnac.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Estampon, affluent droit de la Douze, conflue dans la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

C’est au vicomte de Marsan que l’on doit la construction au Xe siècle de la forteresse du Pènecadet qui domine la confluence de l’Estampon et de la Douze. À partir du XIIe siècle, la ville de Roquefort se protège derrière des murailles et constitue un castelnau autour de son château. Vers le milieu de ce même siècle, le château devient vétuste et trop inconfortable, engageant le seigneur à changer d’habitation. Des bénédictins dépendant de la puissante abbaye de Saint-Sever s’installent alors sur le site pour créer un prieuré et construisent l'église romane Sainte-Marie en utilisant les murs de l’ancien château.

En 1357, Gaston Phébus, vicomte de Marsan, établit une bastide sur cet emplacement, qui devient un relais important pour les pèlerins se rendant à Saint-Jacques-de-Compostelle sur la via Lemovicensis. L’ordre des Antonins s’établit également dans la cité, aidant les pèlerins à traverser les rivières et la région éprouvante à l’époque des Petites Landes.

En 1371, le duc de Lancastre et futur duc d'Aquitaine Jean de Gand épousa à Roquefort en secondes noces Constance de Castille, fille de Pierre Ier de Castille dit « le Cruel » et de Maria de Padilla. Ils eurent deux enfants : Catherine de Lancastre (1372-1418), mariée en 1393 à Henri III de Castille et Jean (1374, mort jeune).

Au cours des siècles, la cité entra dans les possessions de Philippe le Bel jusqu’en 1295, et fut visitée par François Ier en 1526, par Louis XIV en 1660 et par Napoléon en 1808.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent aux trois rocs d'échiquier de gueules accompagnés de trois étoiles du même mal ordonnées[1]

Administration[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2014 Pierre Chanut PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 884 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 350 1 077 1 325 1 343 1 601 1 785 1 721 1 754 1 774
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 774 1 745 1 762 1 732 1 680 1 787 1 719 1 685 1 614
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 614 1 629 1 582 1 469 1 487 1 568 1 586 1 750 1 938
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
2 108 2 170 2 112 1 828 1 821 1 894 1 903 1 884 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La fermeture de la papeterie de Roquefort dans les années 1980 porte un rude coup à la région. Il demeure néanmoins un tissu de PME actives :

  • Aqualande : produits à base de salmonidés ;
  • Comilev-Sodamel : construction de nacelles ;
  • Décopin : produits en pin des Landes ;
  • Palmilandes : conserverie ;
  • Labadie : scierie de pins des Landes ;
  • SRPI : fabrication de citernes et cuves ;
  • CEM DIP : usine de fabrication de charpentes traditionnelles et industrielles ;
  • Sud Armatures : usine de fabrication d'armatures métalliques.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Arènes des Pins, inscrites au titre des monuments historiques depuis 2007[4].
  • Source Sainte-Radegonde : au sud du château, à côté du vestige de l'ancien cimetière, la fontaine miraculeuse de Sainte Radegonde censée soulager les rhumatismes en particulier le 13 août, jour de la fête de cette sainte.
  • Église Sainte-Marie de Roquefort : à l'origine prieuré bénédictin au XIIe siècle, elle porte les marques des transformations successives jusqu'au XVIIe siècle. Son abside curieuse est dépourvue d'ouvertures (il y en eu sept qui éclairaient abondamment le chœur). Mais au XVIe siècle, elle fut transformée en forteresse à cause des guerres de religions. Pourvue d'un clocher tour et rehausée d'un grenier où le cas échéant, pouvait tenir une garnison. La nef gothique a été agrandie aux dépens du cloître. Le clocher, un donjon carré trahit sa destination antérieure. Le portail est marqué aux armes de Roquefort (3 étoiles et 3 rocs). L'église conserve la porte basse uniquement réservée à l'accès des cagots. À l'intérieur, on peut admirer deux tableaux de l'Assomption. Le plus ancien, du XVIe siècle, fut découvert en 1951. Du monastère des Clarisses et du couvent des Cordeliers, il ne reste que quelques vestiges. Récemment restaurée, l'église est classée monument historique depuis 1996[5].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2012, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué une fleur à la commune au Concours des villes et villages fleuris[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Précédé par Suivi par
Retjons
Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle
Coquille Saint-Jacques
Via Lemovicensis
(? km jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle)
Bostens