Équipe du pays de Galles de rugby à XV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pays de GallesEmpty.pngPays de Galles

Description de l'image  WRU.svg.
Surnom Le XV du Poireau, les Dragons rouges, les diables rouges
Stade Millennium Stadium (73 500 places)
maillot FF0000 maillot FF0000 maillot FF0000
short {Modèle:Short1
bas FF0000
maillot yellow maillot yellow maillot yellow
short black
bas white
Entrée au Board 1886
Sélectionneur Drapeau : Nouvelle-Zélande Warren Gatland
Capitaine Sam Warburton
Record de sélections Gethin Jenkins (107)
Record de points Neil Jenkins (1049)
Record d’essais Shane Williams (58)
Premier match officiel
19 février 1881
Drapeau : Angleterre Angleterre 30 - 0 Galles Drapeau : Pays de Galles

Plus large victoire
13 novembre 2004
Drapeau : Pays de Galles Galles 98 - 0 Japon Drapeau : Japon

Plus large défaite
27 juin 1998
Drapeau : Afrique du Sud Afrique du Sud 96 - 13 Galles Drapeau : Pays de Galles

Coupe du monde  
· Phases finales Participations : 7/7
· Meilleur résultat 3e place en 1987
Tournoi des Six Nations 37 fois vainqueur,
dont 11 Grand Chelems


L'équipe du pays de Galles de rugby à XV est l'équipe nationale qui représente le pays de Galles dans les compétitions internationales majeures de rugby à XV, la Coupe du monde de rugby à XV et le Tournoi des Six Nations (appelé Tournoi dans la suite de l'article).

Elle est considérée comme l’une des meilleures sélections nationales au monde en raison de son palmarès et est au 18 août 2014, sixième au classement des équipes nationales de rugby. En particulier, plusieurs joueurs gallois des années 1970, les Barry John, Gareth Edwards, JPR Williams, John Taylor et Gerald Davies, sont reconnus parmi les plus grands joueurs de l'histoire du rugby à XV. Les années 1980 et 1990 ont entamé le crédit des Gallois. Cependant, l'année 2005 voit le retour en grâce d'un jeu gallois dynamique et offensif.

La Welsh Rugby Union (WRU) a la charge de gérer l'équipe du pays de Galles de rugby à XV, elle possède le Millennium Stadium. Le rugby à XV est un sport populaire qui fait partie de la culture nationale du pays de Galles. L'équipe du pays de Galles, surnommée le « XV du poireau » (emblème du pays de Galles), ou « les Dragons », dispute chaque année le Tournoi des Six Nations contre les meilleures équipes européennes ; elle effectue aussi régulièrement des tournées pour se confronter aux meilleures équipes de l'hémisphère sud, l'Afrique du Sud, l'Australie et la Nouvelle-Zélande et participe tous les quatre ans à la coupe du monde de rugby. Elle a été demi-finaliste en 1987 et en 2011. Le pays de Galles a accueilli la Coupe du monde 1999.

Devant les Anglais, les Gallois ont le premier palmarès dans le rugby à XV dans le Tournoi des Six Nations.

Les Gallois jouent en rouge et blanc. Ils évoluent à domicile au Millennium Stadium (ex-Arms Park), stade situé dans la ville de Cardiff.

Historique[modifier | modifier le code]

Rencontres et brouilles britanniques (1880-1899)[modifier | modifier le code]

Charles Newman dispute le 1er match international du pays de Galles

Le XV gallois débute son histoire en 1880 par une série de rencontres face à des clubs et comtés anglais, Gloucestershire et Somerset, notamment[1]. Après avoir affronté Écossais et Irlandais, les Anglais acceptent de rencontrer les Gallois en début d'année 1881. La partie qui se dispute à Blackheath (banlieue de Londres) le 19 février 1881 tourne au désastre pour les visiteurs qui concèdent la plus large défaite jamais enregistrée alors en match international. Les Gallois ne marquent rien face à des Anglais qui inscrivent 13 essais, 7 transformations et un drop. L'addition aurait d'ailleurs pu être plus lourde, mais l'arbitre, A.G. Guillemard, refuse notamment un essai tout à fait valable aux Anglais. Robert Hunt marque un essai en traversant une bonne partie du terrain sans qu'aucun joueur gallois ne parvienne seulement à le toucher. L'arbitre statue que ce type d'action n'est pas du rugby, et il annule l'essai[1]. James Bevan (cap.), George Harding, Charles Newman, Edward Peake, Frank Purdon, Richard Williams participent à cette rencontre côté gallois...

À la suite de cette débâcle, le rugby gallois tente de s'organiser pour rattraper son retard. La Welsh Rugby Union est ainsi créée le 12 mars 1881 dans le Castle Hotel de Neath tandis que la sélection nationale dispute une série de trois matchs en 1881-1882 face aux comtés anglais du nord de l'Angleterre (North of England), à la sélection des Midlands (English Midlands), et à l'équipe d'Irlande[2]. Ce dernier match se joue en Irlande le 28 janvier 1882 à Lansdowne Road à Dublin avec la première victoire galloise 8-0 (4 essais, 2 transformations)[Note 1] en match international.

Le 16 décembre 1882, les Gallois reçoivent à St Helens (Swansea) le « XV de la rose » pour une défaite 0-10 dans le cadre du premier match du Tournoi devant 3 000 spectateurs. Le 8 janvier 1883 à Raeburn Place (Édimbourg) c'est l'Écosse qui reçoit et bat le pays de Galles par 9 points à 3.

Ce n'est qu'en 1884 que les quatre équipes se rencontrent toutes pendant la même saison ; en effet il manque un match à l'édition de 1883 pour que le Tournoi soit disputé complètement[3]. Les éditions de 1885, 1887 et 1889 ne sont pas complétées, à la suite de disputes entre fédérations[4]. Lors des quatre premières éditions, l'Angleterre et l'Écosse terminent aux deux premières places.

Les Anglais sont exclus des éditions de 1888 et 1889 du Tournoi en raison de leur refus de rejoindre l'International Rugby Board[5],[6].

Le pays de Galles conduit par Tom Clapp remporte la première victoire contre l'équipe d'Écosse à Rodney Parade le 4 février 1888 sur le score de 1-0.

Après avoir accroché un score nul et sans point le 8 janvier 1887 à Llanelli, le pays de Galles bat pour la première fois l'équipe d'Angleterre 1-0 le 15 février 1890. Ce succès est arraché par les trois-quarts gallois et un jeu de passe efficace malgré des conditions difficiles avec du vent et des chutes de neige à Dewsbury.

En 1893, le pays de Galles remporte son premier tournoi avec à la clé une triple couronne, c'est-à-dire une victoire sur chacune des autres nations britanniques et irlandaises. Il met fin à l'hégémonie anglaise et écossaise. Les Gallois ont une équipe impressionnante et un nouveau système de jeu qui change la face de ce jeu. Le système à « quatre trois quarts »[7] mis en place depuis 1890[8] porte ses fruits. Le système à « six arrières/neuf avants » n'est plus de taille contre le système gallois et avoir quatre trois quarts devient une norme au niveau des équipes nationales comme des clubs. Arthur Gould est l'âme et le génie de cette équipe.

L'Irlande est à son tour compétitive et remporte des tournois. Le pays de Galles ne connaît que le succès de 1893. Arthur Gould est même au cœur d'un scandale, ce qui conduit au boycott du pays de Galles.

Âge d'or et affrontement de nouveaux adversaires (1900-1911)[modifier | modifier le code]

De 1900 à 1911 les Gallois restent invaincus à domicile. Pendant cette période connue comme le premier « Âge d'or », ils perdent seulement sept matchs. Le pays de Galles est alors inaccessible pour les Anglais qui de 1900 à 1909, perdent neuf matchs pour un nul et aucune victoire contre les Gallois (voir Angleterre-Galles en rugby à XV) [9].

Le pays de Galles débute le Tournoi 1900 par une victoire contre l'Angleterre, elle bat l'Écosse à Swansea et elle gagne en Irlande : la Triple couronne est remportée. Billy Bancroft, Jehoida Hodges, Willie Llewellyn, Gwyn Nicholls, Billy Trew sont quelques joueurs remarquables de cette équipe... Une défaite contre l'Écosse en 1901 les prive de victoire dans le tournoi. Ce n'est que partie remise puisqu'en 1902 la victoire et la triple couronne sont au rendez-vous.

L'Écosse remporte les tournois 1903 et 1904, le pays de Galles perd contre les Écossais en 1903, ils perdent contre l'Irlande en 1904 et concèdent le match nul aux Anglais.

Le XV du Dragon débute le Tournoi 1905 par une victoire contre l’Angleterre 25-0, elle gagne l'Écosse 6-3 et elle reçoit l'Irlande pour le dernier match, s'imposant 10-3 : la triple couronne est de nouveau obtenue… Rhys Gabe, Dick Jones, Dicky Owen, Charlie Pritchard, Twyber Travers ont rejoint les Jehoida Hodges, Billy Trew, Gwyn Nicholls...

Les Gallois invaincus en 1905 affrontent une autre équipe invincible, les All Blacks. Les Gallois sont la seule équipe à parvenir à battre les Originals à Cardiff, par 3-0[10]. Cette victoire[11] est contestée en Nouvelle-Zélande, un essai néo-zélandais qui a été refusé aurait conduit à un match nul 3-3. C'est leur premier adversaire non britannique et non irlandais.

Les vainqueurs des Originals, premiers All Blacks.

En 1906, le pays de Galles remporte les deux premiers matchs, les Gallois perdent contre l'Irlande et ils partagent avec leurs vainqueurs la victoire finale dans le tournoi. Le 1er décembre 1906, les Gallois rencontrent une nouvelle équipe, les Springboks. Ceux-ci font une tournée remarquable[12]. Ils battent les Gallois 11-0.

Galles - Nouvelle-Zélande en 1905

En 1907, après avoir largement battu les Anglais 22-0, les Gallois perdent le 2 février contre les Écossais. Le XV du Dragon enchaîne par la suite 11 victoires remportant au passage deux triples couronnes doublées d'une victoire sur les Français 36-4, 47-5. Le 12 décembre 1908, ce sont les Wallabies qui affrontent les Gallois et qui mordent la poussière 9-6.

Le Tournoi des cinq nations 1910 a été remporté par l'Angleterre. La France intègre le Tournoi.

Le pays de Galles réussit le premier Grand Chelem officiel en 1911 (ils remportent donc tous leurs matchs), ils doivent attendre près de quarante ans pour connaître le bonheur d'en emporter un nouveau. C'est le premier âge d'or du pays de Galles qui gagne sept fois le Tournoi en douze éditions. L'équipe galloise des années 1900 est entrée dans l'histoire. Elle domine l'hémisphère nord, elle bat l'équipe des All Blacks en tournée, les chiffres sont éloquents. Pendant la période 1900 à 1911, l'équipe du pays de Galles a disputé 43 matchs contre sept nations et remporté 35 victoires (7 défaites, 1 nul), soit 81 % de réussite. Dix des douze matchs contre le XV de la rose sont gagnés, dix sur douze contre les Irlandais. Contre la France les Gallois remportent quatre larges victoires (147 points contre 23). L'Écosse remporte quatre tournois en 1901, 1903, 1904 et 1907 et pourtant les Gallois comptent neuf victoires pour trois défaites pour douze rencontres disputées (voir Écosse-Galles en rugby à XV)[13]. Enfin, une défaite a sanctionné la seule rencontre contre les Springboks, les Australiens ont été battus en 1908 et les All Blacks en 1905.

Des temps plus difficiles (1912-1939)[modifier | modifier le code]

Ireland-v-Wales-1920.jpg

Le stade de Twickenham a accueilli le XV de Galles en 1910. En 1912 et les années paires suivantes, il voit toujours les Gallois trébucher (voir Angleterre-Galles en rugby à XV) [14]. L'équipe d'Angleterre enchaîne les succès de prestige. Le XV de la rose réussit le Grand Chelem en 1913 (ils remportent donc tous leur matchs), il défend son titre avec brio en 1914 et enchaîne sur un autre Grand Chelem.

La première Guerre mondiale met fin aux rencontres internationales de 1915 à 1919, pour un retour du Tournoi en 1920.

Le pays de Galles gagne contre l'Angleterre mais perd en Écosse. Les Anglais l'emportent contre les Écossais lors du dernier match et les trois pays terminent premiers.

En 1921, les pays de Galles perd deux matchs. En 1922, trois victoires et un match nul permettent aux Gallois de gagner seuls le tournoi.

Illustration d'Angleterre-Galles en 1931

En 1923, 1924 et 1925, seule une victoire contre la France sauve les apparences... Si le tournoi de 1926 est meilleur, l'année 1927 est mauvaise. En 1928 les Gallois perdent contre la France (voir France-Galles en rugby à XV) [15]. Les Gallois s'imposent contre les Écossais.

En 1929 et en 1930 les Gallois remportent deux matchs.

En 1931, trois victoires et un nul permettent de gagner seul le tournoi.

La France ne participe plus au tournoi en 1932. Les Gallois débutent par deux victoires en 1932, les Irlandais les battent lors du dernier match et c'est une victoire partagée à trois…

Carte du pays de Galles (en vert foncé) dans le Royaume-Uni contemporain (en vert).

Le 21 janvier 1933, les Gallois conduits par Watcyn Thomas emportent leur première victoire à Twickenham. Le reste du tournoi est cependant difficile. Une grave crise mondiale se propage dans les pays industrialisés et le pays de Galles est très gravement touché. 500 000 Gallois vont chercher du travail ailleurs… Le pays de Galles est dévasté, les industries de la construction navale, les mines de charbon, les aciéries sont particulièrement touchées[16].

En 1934, le pays de Galles gagne deux rencontres dans le tournoi, en 1935 il présente un bilan équilibré. Le 21 décembre 1935, Haydn Tanner connaît sa première sélection contre les All Blacks pour un succès de prestige 13-12[17],[18]. Claude Davey, Harry Payne, Idwal Rees et Don Tarr évoluent également à Swansea et participent à cette victoire.

En 1936, deux victoires et un match nul permettent de remporter seul le tournoi. Mais en 1937 trois défaites condamnent les Gallois à la cuillère de bois.

1938 voit les Gallois gagner deux matchs du tournoi, ils font aussi bien en 1939, ce qui suffit alors à partager la victoire finale à trois.

En 23 éditions, le pays de Galles a remporté seul 3 tournois et il en a partagé 3 autres. Après la victoire de 1922, il a fallu attendre 1931 pour connaître un nouveau succès.

Six victoires dans le tournoi en 10 éditions (1947-1956)[modifier | modifier le code]

Après une interruption due à la Seconde Guerre mondiale, le Tournoi reprend en 1947 avec la participation de cinq nations car la France est admise à participer après le Tournoi de 1939. Les Gallois perdent le premier match contre le XV de la rose, c'est leur seule défaite lors du Tournoi de reprise et ils partagent la victoire avec les Anglais. Le 20 décembre 1947 ils battent l'Australie 6-0.

1948 et 1949 ne comptent qu'une victoire galloise dans un match de chaque édition du tournoi.

Le pays de Galles se reprend en 1950, réussissant le Grand Chelem (GC), il ne concède que 8 points pour 50 marqués. Il compte des joueurs brillants comme Bob Evans, Ken Jones, Malcolm Thomas

Cette victoire est la première d’une série de cinq victoires en sept ans dans le tournoi, de 1950 à 1956.

1951 se solde par trois défaites, un nul et une victoire.

Le pays de Galles réussit sur des scores serrés à remporter le Tournoi des cinq nations 1952 avec le Grand Chelem à la clé. L'Angleterre bat les Gallois en 1953 et les prive d'un second Grand Chelem consécutif.

Bleddyn Williams, le « prince des centres » est à la fois le capitaine de son club Cardiff et du pays de Galles dans leurs victoires respectives sur les All Blacks en 1953[19].

Les Gallois perdent le premier match du Tournoi des cinq nations 1954 contre le XV de la rose, c'est leur seule défaite lors du Tournoi et ils partagent la victoire avec les Anglais et les Français qui battent l'Angleterre 11-3 lors de la dernière journée.

Le samedi 26 mars 1955 au stade de Colombes de Paris, la dernière journée du Tournoi des cinq nations 1955 oppose l'équipe de France de rugby à XV à l'équipe du pays de Galles (voir match de rugby à XV France - Galles (1955)). Les Gallois arrivent au Stade de Colombes pour tenter de partager la victoire dans le tournoi. Les Français comptent 3 victoires pour trois matchs et ils veulent remporter le tournoi et le grand chelem, le premier de leur histoire. La France doit attendre 1968 car les Gallois qui comptent deux victoires et une défaite réussissent à remporter le match et ainsi à partager le tournoi avec leurs vaincus du jour.

En 1956, le pays de Galles compte trois victoires et une défaite contre l'Irlande et gagne seul le Tournoi.

Le pays de Galles de cette décennie a vu des joueurs de talent comme Bleddyn Williams, Jack Matthews, Cliff Morgan, Ken Jones, Lewis Jones, John Gwilliam, Bryn Meredith, Courtenay Meredith, Clem Thomas et Rhys Haydn Williams[20]. Les Gallois ont fourni de nombreux joueurs aux Lions en 1950 en Australie et en Nouvelle-Zélande, en 1955 en tournée en Afrique du Sud.

C'est la troisième meilleure décennie du pays de Galles qui gagne cinq fois le Tournoi en sept éditions. Pendant la période 1947 à 1956, l'équipe du pays de Galles a disputé 43 matchs et remporté 28 victoires (13 défaites, 2 nuls), soit 65 % de réussite. Six des dix matchs contre le XV de la rose sont gagnés pour un nul et trois défaites, sept sur dix contre les Écossais, sept sur dix contre la France, les Irlandais comptent trois victoires, un nul pour six défaites pour dix rencontres disputées. Une défaite a sanctionné la seule rencontre contre les Springboks, mais les Australiens ont été battus. Et les All Blacks ont également perdu en 1953.

Une transition (1957-1968)[modifier | modifier le code]

En 1957, 1958 et 1959, avec seulement deux victoires lors de chaque édition, le pays de Galles ne remporte plus le tournoi. Le 4 janvier 1958 les Gallois battent l'Australie 9-3.

En 1960 et en 1961, le pays de Galles perd deux matchs. En 1962, les Gallois gagnent un match et réalisent deux matchs nuls. En 1963, une seule victoire tombe dans l'escarcelle des dragons. En 1964, deux victoires et deux nuls permettent de partager la victoire dans le tournoi.

En 1965 et en 1966, trois victoires et une défaite permettent de gagner seul les tournois.

En 1967 et en 1968, le pays de Galles ne remporte qu'une victoire par saison.

Domination rouge outrageuse (1969-1979)[modifier | modifier le code]

Les Gallois dominent sans partage le rugby européen durant les années 1970[21] avec 8 Tournois gagnés : 1969, 1970, 1971, 1973, 1975, 1976, 1978, et 1979 dont trois Grand Chelems (GC) en 1971, 1976 et 1978. L'édition 1972 du tournoi est inachevée : le pays de Galles et les Écossais refusent de voyager en raison de lettres de menaces anonymes, provenant prétendument de l'IRA.

L'Irlande remporte le Tournoi en 1973, toutes les équipes finissant l'épreuve avec le même nombre de points, et en 1974, la France en 1970 (victoire partagée avec les Gallois), 1973 et en 1977[22], avec un Grand Chelem (GC).

L'équipe du pays de Galles a terminé première du Tournoi des cinq nations 1969 en remportant trois victoires et en faisant match nul contre l'équipe de France.

Le pays de Galles réalise le Grand Chelem en 1971 avec pratiquement la même équipe.

Cette victoire est la première d'une longue série de huit victoires en onze ans dans le tournoi des cinq nations, de 1969 à 1979.

Dix-huit joueurs ont contribué à ce succès. L'équipe est surtout connue pour son quatuor des lignes arrières : Gareth Edwards, Barry John, Gerald Davies et JPR Williams. Barry John est fils de mineur. Son partenaire à Cardiff et pour l’équipe nationale, Gareth Edwards, demi de mêlée, est lui aussi issu d’un village minier. Le paquet d’avants est aussi d’excellente qualité, avec cinq joueurs qui ont évolué avec les Lions britanniques. Clive Rowlands est l’entraîneur pendant 29 matchs de 1968 à 1974. John Dawes lui succède de 1974 jusqu’à 1979.

Les Gallois font une tournée d'été en Nouvelle-Zélande et en Australie avec trois tests à la clé : les All Blacks l'emportent 19-0[23] et 33-12[24]. Les Gallois battent les Wallabies 19-16.

Le 24 janvier 1970, les Gallois réalisent pour la première fois un résultat positif contre les Springboks, un nul 6-6 à Cardiff.

Le Tournoi des cinq nations 1972 n’est pas achevé à cause des troubles en Irlande du Nord. Après le Bloody Sunday, un mouvement de foule met le feu à l’ambassade britannique de Dublin et des lettres de menace sont adressées aux joueurs. Les Écossais et les Gallois refusent de se déplacer en Irlande. Le 2 décembre 1972, les Gallois rivalisent avec les All Blacks et perdent 19-16 à Cardiff.

Le Tournoi des cinq nations 1973 voit toutes les équipes gagner à domicile : c’est un résultat unique dans les annales, et par conséquent, elles gagnent toutes le Tournoi...

Le tournoi 1974 est très serré et les Gallois auteurs de deux nuls et une victoire lors de leurs trois premières sorties, laissent échapper le Tournoi en perdant 16-12 contre les Anglais à Twickenham lors de la dernière journée.

En 1975, les Gallois sont encore impressionnants : ils gagnent nettement les Français à Paris, les Irlandais et les Anglais à domicile. Une défaite 12-10 à Édimbourg les prive du Grand Chelem, ils gagnent cependant le Tournoi.

Le pays de Galles et la France, tous les deux invaincus, se disputent la victoire dans le Tournoi 1976 (avec un Grand Chelem à la clé) à l'Arms Park de Cardiff, le match est très serré et se termine par une victoire des Gallois par 19-13.

La France remporte le Tournoi en 1977, le duel contre les Gallois a été une nouvelle fois décisif.

Les deux équipes se disputent aussi la victoire dans le Tournoi et le Grand Chelem en 1978 lors d'un autre match Galles - France dont les Gallois sortent cette fois-ci vainqueurs. Lors d’une tournée en Australie en juin 1978, les Gallois s'inclinent à deux reprises. Le 11 novembre 1978, les Gallois sont encore malheureux face aux All Blacks 13-12 à Cardiff.

En 1979, la France l'emporte à Paris contre les Gallois, cependant les Gallois gagnent le tournoi.

C'est la décennie du pays de Galles qui gagne huit fois le Tournoi en dix éditions achevées. L'équipe galloise des années 1970 est rentrée dans l'histoire comme peut-être la plus grande de toutes les équipes. Dominatrice sur l'hémisphère nord, elle est capable de battre les équipes en tournée de l'hémisphère sud. Pendant la période 1969 à 1979, l'équipe du pays de Galles a disputé 53 matchs et remporté 36 victoires (13 défaites, 4 nuls), soit 68 % de réussite. Dix des onze matchs contre le XV de la rose sont gagnés, huit sur onze contre les Écossais, et les Irlandais comptent une victoire, un nul pour huit défaites pour dix rencontres disputées. Contre la France les Gallois remportent six victoires, pour trois défaites et deux matchs nuls. Un match nul a sanctionné la seule rencontre contre les Springboks, et les Australiens ont été battus à trois reprises pour deux défaites galloises. Par contre la bête noire des Gallois est l'équipe des All Blacks qui l'a emporté quatre fois sur quatre[25],[26].

Le long déclin (1980-1989)[modifier | modifier le code]

La décennie n’est pas fameuse pour l'équipe du pays de Galles.

Le Tournoi 1980 est moyen pour les Gallois, avec deux victoires sur quatre rencontres. Cette même année, ils jouent contre les All Blacks et ils perdent nettement 23-3 à Cardiff[27]. En 1981 le scénario est le même qu’en 1980, deux défaites à l’extérieur pour deux victoires à domicile. L’Australie en tournée est battue 18-13.

Le XV gallois perd en 1982 son invincibilité à domicile en tournoi, un record qui tient toujours de 27 victoires consécutives et ce sont les Écossais qui s’imposent à l'Arms Park 34-18. Le pays de Galles termine dernier du tournoi, John Lloyd dont le contrat se termine après 14 matchs (6 V, 8 D)[28], est remplacé par l’ancien demi d’ouverture John Bevan.

La Roumanie gagne contre le pays de Galles en 1983 après un tournoi moyen. Le Japon dans une rencontre qui n’a pas valeur de test match est proche de l’emporter (défaite 24-29 à Cardiff en 1983). En 1984, l’Écosse et la France gagnent à Cardiff et le pays de Galles l’emporte en Irlande et en Angleterre.

Alors que Gareth Edwards ou Phil Bennett étaient partis en 1978, les derniers dragons ont disparu : Allan Martin et JPR Williams en 1981, Graham Price en 1983… La période 1984-1987 n'est pas bonne pour le XV gallois, la crise économique fait rage, les matchs contre les Français se suivent et se ressemblent (succession de défaites[29]) et les Gallois peinent contre les autres nations britanniques.

Le pays de Galles participe à la première coupe du monde en 1987, il joue dans le groupe B avec l'Irlande, le Tonga et le Canada. Le premier match est le sommet entre les Verts et les Rouges, il voit la victoire des coéquipiers de Paul Thorburn[30] et Jonathan Davies[31] 13-6. Les Gallois battent par la suite le Tonga 29-16 et le Canada 40-9 pour finir premier de la poule. L'Angleterre doit ensuite affronter le pays de Galles, elle est défaite sur le score de 16-3. En demi-finale, ils jouent contre les All Blacks et ils perdent nettement 49-6[32] et ce scénario est le même à chaque confrontation tant un fossé sépare les deux nations. Le pays de Galles termine 3e en battant les Wallabies[33].

Le pays de Galles débute le Tournoi 1988 par trois victoires contres les autres nations britanniques, la Triple couronne est remportée. Une courte défaite contre la France 10-9 prive les Gallois de Grand Chelem, cependant ils remportent le tournoi avec leurs vainqueurs. Le XV gallois perd ses deux test-matchs contre les All Blacks.

Le Tournoi 1989 est triste. Les entraîneurs se succèdent, les ressources financières du rugby à XIII du Nord de l’Angleterre attire un nombre record de joueurs de haut niveau qui changent de code : Allan Bateman, Jonathan Davies, John Devereux[34], David Young, ou Scott Gibbs, Scott Quinnell plus tard… Le pays de Galles a besoin d'une structure professionnelle pour survivre, c'est encore trop tôt.

Pendant la période 1980 à 1989, l'équipe du pays de Galles a disputé 60 matchs et remporté 30 victoires (29 défaites, 1 nul), soit 50 % de réussite. Les Bleus (2 défaites, 8 victoires) et les All Blacks (0 défaite, 5 victoires) sont impitoyables. Par contre, le XV de la rose est largement dominé par les Gallois (7 défaites, 1 nul, 3 victoires), les Wallabies ont été battus 2 fois contre 1, et les Gallois font jeu égal avec l'Irlande et les Écossais.

Les années noires (1990-1999)[modifier | modifier le code]

La décennie commence mal pour l'équipe du pays de Galles.

Le Tournoi 1990 est catastrophique pour les Gallois, avec quatre défaites en quatre rencontres. Cette même année, ils jouent contre les Namibiens en tournée pour enregistrer leurs deux seules victoires et ce, sur le score de 18-9, 34-30. En 1991 le scénario est le même qu'en 1990, aucune victoire dans le Tournoi n’est à mettre au crédit des Rouges, un match nul 21-21 contre les Irlandais permet d’éviter un naufrage total.

Le pays de Galles participe à la coupe du monde en 1991, il joue dans le groupe C avec l'Australie, l'Argentine et les Samoa. Le premier match voit la victoire des Samoa contre les Gallois 16-13[35]. Les Gallois battent par la suite l'Argentine 16-7 et ils perdent lourdement contre les Australiens. Le pays de Galles termine 3e et est éliminé.

Avec deux victoires en 1992 et une en 1993, les résultats dans le Tournoi sont moins mauvais. En 1994, les Gallois gagnent leurs 3 premiers matchs. Ils perdent 15-8 la rencontre contre les Anglais mais ils gagnent le Tournoi. Le pays de Galles doit passer par les qualifications pour accéder à la coupe du monde en 1995, ils ne sont donc pas tête de série.

Le pays de Galles joue dans le groupe C avec la Nouvelle-Zélande, l'Irlande et le Japon. Le premier match voit la victoire des Gallois contre le Japon 57-10. Les Gallois perdent nettement contre les All Blacks 34-9. Le match décisif voit la victoire des Irlandais 24-23. Le pays de Galles termine 3e et il est de nouveau éliminé au premier tour. Le tournoi 1995 avait été décevant pour les Gallois tenants du titre, avec quatre défaites en quatre rencontres.

Avec deux victoires en 1996 et une en 1997, les résultats dans le Tournoi s'améliorent.

Le rugby se professionnalise en 1995[36]. Kevin Bowring devient le premier entraîneur professionnel du pays de Galles en 1995, les Gallois voient le retour de joueurs partis du XV au XIII. Cependant, c'est peut-être la signature de Graham Henry comme entraîneur en 1998 qui permet au pays de Galles de renaître[37].

En 1998, le pays de Galles remporte deux victoires dans le tournoi. Mais il connaît des défaites cuisantes : 60-26 contre l’Angleterre, 7 essais et 51-0 contre la France à domicile à Wembley[38], 96-13 contre l'Afrique du Sud le 27 juin 1998.

Une série de dix victoires consécutives en 1999[39] permet au pays de Galles d'emmagasiner de la confiance avant d’aborder sa coupe du monde en 1999. Shane Howarth, Scott Gibbs, Dafydd James, Rob Howley, Scott Quinnell, Colin Charvis, Craig Quinnell, Garin Jenkins et surtout Neil Jenkins (humilié en 1998) participent à la revanche sur la France en s'imposant 34-33 à Saint-Denis pour leur premier match au Stade de France. Le Parc des Princes ne leur a jamais réussi avec pour 13 rencontres, une seule victoire en 1975 et 12 défaites.

Pour leur coupe du monde, le pays de Galles joue dans le groupe D avec le Japon, l'Argentine et les Samoa. Les Gallois battent l'Argentine 23-18 puis le Japon 64-15 avant de s'incliner contre les Samoa 38-31. Les Gallois terminent premiers de poule, ils affrontent les Australiens. Le pays de Galles perd 24-9.

Nouveau millénaire : renaissance (2000-2010)[modifier | modifier le code]

Angleterre-Galles dans le tournoi 2004.

Avec deux victoires en 2000 et deux en 2001, les résultats dans le Tournoi sont moyens, même si les Gallois s'imposent une deuxième fois sur la pelouse du Stade de France. En 2002, le pays de Galles l'emporte seulement sur l'Italie et en 2003, c'est la cuillère de bois. Les Gallois subissent dix défaites consécutives juste avant la Coupe du monde.

Le pays de Galles joue dans le groupe D avec la Nouvelle-Zélande, l'Italie, le Canada et le Tonga. Le premier match voit la victoire des Gallois contre le Canada 41-10. Avec deux autres victoires contre le Tonga et l'Italie, la qualification est acquise. Les Gallois perdent contre les All Blacks 53-37. Le pays de Galles termine 2e et rencontre l'Angleterre en quart de finale. Une défaite 28-17 les élimine…

Le tournoi 2004 voit deux victoires galloises. En 2005, l'Irlande et la France sont favorites. Et c'est le Équipe du pays de Galles de rugby à XV au tournoi des six nations 2005[40]. L'équipe joue, elle propose un jeu dynamique, un souffle nouveau... Martyn Williams, Dwayne Peel, Stephen Jones, Shane Williams sont les tauliers et Gavin Henson est la vedette... C'est la victoire également de Mike Ruddock[41], héritier de Graham Henry... Mais les éditions 2006 et 2007 ne confirment pas cette impression et le pays de Galles n'emporte qu'un match à chaque tournoi. Gareth Jenkins est l'actuel sélectionneur national du pays de Galles ayant succédé à Mike Ruddock en avril 2006.

En 2007, à l'occasion du centième anniversaire de leurs confrontations, les équipes de rugby d'Australie et du pays de Galles ont créé un trophée James Bevan qui récompense le vainqueur de leurs rencontres... James Bevan est né le 15 avril 1858 en Australie. C'était le premier capitaine de l'équipe du pays de Galles qui a disputé son premier test match le 19 février 1881, contre l'équipe d'Angleterre. La première rencontre est équilibrée ; les Gallois mènent dans les arrêts de jeu avant de perdre finalement 29-23. Le deuxième test match est perdu 31-0[42].

Le pays de Galles lors du tournoi 2008.

Le pays de Galles dispute la Coupe du monde 2007, organisée par La France. L'équipe est éliminée dès la phase de qualification après avoir perdu contre l'Australie[43] et les Fidji[44]. Gareth Jenkins est rapidement écarté et le 9 novembre 2007, le néo-zélandais Warren Gatland est nommé à la tête de l'équipe[45].

Après une coupe de monde difficile, puis une nouvelle défaite contre les l'Afrique du Sud à l'automne, l'équipe du pays de Galles dispute le tournoi des six nations 2008. Warren Gatland est le nouvel entraîneur. Alors que le match d'ouverture contre les Anglais est mal engagé (6-16 à la pause)[46], les Gallois profitent de la fébrilité de Jonny Wilkinson et d'Andy Gomarsall pour scorer et remporter le match. C'est la première victoire à Twickenham depuis vingt ans et le calendrier donne des espoirs aux Gallois. Le pays de Galles reçoit l'Écosse et l'Italie, deux adversaires en difficultés qui s'inclinent 30-15[47] et 47-8[48]. Le match en Irlande est difficile et serré, les Gallois l'emportent finalement 16-12[49]. La triple couronne est remporté, le Grand Chelem est encore possible. Shane Williams marque encore un essai contre la France et dépasse Gareth Thomas, devenant le meilleur marqueur d'essais gallois. Il permet surtout aux Gallois de se détâcher et de gagner largement la rencontre 29-12[50], de remporter un nouveau Grand Chelem après celui de 2005.

Après leur Grand Chelem les Gallois partent favoris du Tournoi des six nations 2009, ils entament leur tournoi avec une première victoire face à l’Écosse 26-13 et récidivent leur performance en battant l'Angleterre 23-15 mais s'inclineront face au XV de France 21-16, abattu par cette défaite, le pays de Galles remporte son match suivant face à l'Italie 20-15. Ils doivent impérativement battre l'équipe d'Irlande avec 19 points d'avance pour remporter à nouveau le tournoi mais ils s’inclinent 17-15. Les Gallois terminent 4e lors du tournoi des six nations 2010 et lors de l'édition 2011.

De bons résultats (2011-2014)[modifier | modifier le code]

En Coupe du monde 2011, les Gallois tombent dans une poule difficile avec le champion du monde Sud-africains, deux outsiders les Samoa et les Fidji, puis la Namibie. Après la défaite très serrée face aux Sud-africains (17-16) lors du 1er match, les Gallois battent difficilement les Samoans (17-10). Les Gallois gagnent largement contre la Namibie (81-7) et les Fidji (66-0) lors des derniers matches. Qualifié pour les 1/4 de finale, le pays de Galles défait l'Irlande sur le score de (22-10). En 1/2 de finale, face à la France, les Gallois sont rapidement réduit à 14 suite à l'expulsion de Sam Warburton et perdent la rencontre (9-8)[51].

En 2012, le pays de Galles gagne le Tournoi des Six Nations 2012, en gagnant à domicile face à l'Écosse (27-13), l'Italie (24-3) et la France (16-9) et en gagnant à l'Aviva Stadium contre l'Irlande (23-21) et à Twickenham contre l'Angleterre (19-12). C'est le onzième Grand Chelem du XV du poireau.

Si les Gallois dominent l'Europe, ils ne brillent pas face aux équipes de l'hémisphère Sud. Les Gallois affrontent l'Australie pour leur tournée d'été, où ils perdent les 3 matches (27-19), (25-23) et (20-19). Mais le pire intervient lors des test-matches d'automne chez eux où ils trébuchent contre l'Argentine (26-12), les Samoa (26-19), la Nouvelle-Zélande (33-10) puis l'Australie (12-14), soit une série de 7 défaites consécutives.

Le pays de Galles rate son entrée dans le Tournoi des Six Nations 2013 en s'inclinant à domicile face à l'Irlande (30-22). Mais après trois victoires de rang, les Gallois s'offrent une finale victorieuse face aux Anglais (30-3) et conservent ainsi leur titre. Lors tests d'automne, le pays de Galles perd contre l'Afrique du Sud (24-15), puis bat l'Argentine (40-6) et les Tonga (17-7), mais s'incline face à l'Australie (30-26).

Le Tournoi des Six Nations 2014 marque la fin de la domination européenne des Gallois, qui terminent troisièmes, derrière l'Irlande et l'Angleterre.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant récapitule les performances des Gallois en coupe du monde. Les Gallois n'y ont pas souvent brillé, sauf en 1987 lorsqu'ils terminent à la troisième place de la compétition et en 2011 (quatrièmes).

Performances du pays de Galles en Coupe du monde[52].
Édition Organisateur Place Commentaire
1987 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande & Drapeau de l'Australie Australie 3e voir Galles CM 1987
1991 Drapeau de l'Angleterre Angleterre[Note 2] poule du 1er tour voir Galles CM 1991
1995 Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud poule du 1er tour voir Galles CM 1995
1999 Drapeau du Pays de Galles Pays de Galles[Note 3] 1/4 finaliste voir Galles CM 1999
2003 Drapeau de l'Australie Australie 1/4 finaliste voir Galles CM 2003
2007 Drapeau de la France France[Note 4] poule du 1er tour voir Galles CM 2007
2011 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 4e voir Galles CM 2011

Tournoi[modifier | modifier le code]

tournois disputés victoires dont victoires seul[Note 5] dont grands chelems
Drapeau : Pays de Galles Galles 120 37 26 11[Note 6]
Drapeau : Angleterre Angleterre 118[Note 7] 36 25 12
Drapeau : France France 85 25 16 9
Drapeau : Écosse Écosse 120 22 14 3
Drapeau : Irlande Irlande 120 20 12 2
Drapeau : Italie Italie 15 0 0 0

Le pays de Galles est en tête du palmarès du Tournoi avec 26 victoires seul et 11 Grands chelems réussis en 1908, 1909, 1911, 1950, 1952, 1971, 1976, 1978, 2005, 2008 et 2012. Cette liste montre qu'il a particulièrement brillé pendant les années 1900-1911 et 1969-1979[53].

Tenue, emblèmes, symboles du XV du pays de Galles[modifier | modifier le code]

Insigne (badge) des Princes de Galles.

Le pays de Galles joue en maillot rouge orné des plumes du prince de Galles, avec un short blanc et des chaussettes rouges.

En 2007 c'est l'équipementier Reebok qui habille le pays de Galles et la brasserie de Cardiff S A Brain qui apparaît comme sponsor maillot. Comme la Loi Évin limite fortement le droit de faire de la publicité aux boissons alcoolisées sur les maillots de rugby, quand l'équipe joue en France en 2005 le mot « Brains » est remplacé par « Brawn », en 2007 cela a été « Brawn Again ».

Leur emblème représente trois plumes d'autruche stylisées - reprenant ainsi le symbole du Prince de Galles dans une version « modernisée » qui a vu disparaître notamment la devise "ich dien", qui signifie « Je sers » en allemand. Ces insignes étaient ceux du prince Édouard, le Prince Noir, à la suite de la victoire de Crécy, le 25 août 1346. Ils appartenaient à Jean l'Aveugle, comte de Luxembourg, tué au cours de la bataille du côté français. Edouard est une figure de l'histoire galloise[54].

L'origine du poireau comme symbole remonterait à une bataille qui se déroula dans un champ de poireaux, où Saint David, évangélisateur du pays de Galles, conseilla aux combattants gallois de s'en munir pour se distinguer de leurs assaillants. Ce fut une grande victoire galloise. Une raison plus probable de ce choix du poireau vient du fait que c'est un légume très courant au pays de Galles, à la base de nombreuses recettes culinaires[55].

Le poireau (cenhinem en gallois) est porté le 1er mars en l'honneur du saint patron, il est parfois remplacé par la jonquille (qui porte presque le même nom en gallois : cenhinem pedr), un peu plus esthétique.

Le dragon rouge (Y ddraig goch en gallois) est un symbole national, celui de la lutte entre les Saxons et les Celtes. Une légende raconte que le roi Uther Pendragon (père du roi Arthur) voulait construire un château mais la terre tremblait et en détruisait sans arrêt les fondations. Merlin, appelé Myrddin en gallois, qui avait le don de voyance, comprit que ce tumulte était causé par deux dragons : l'un, le dragon blanc, avait pris la place de l'autre, le dragon rouge, dans sa caverne. Le dragon rouge, qui représente métaphoriquement les Bretons, finirait par l'emporter sur l'envahisseur saxon. Il est l'insigne royal du pays de Galles depuis 1901 et, depuis 1959, sur ordre de la reine, le drapeau le représentant sur un fond vert et blanc (qui sont les couleurs de la famille Tudor, originaire du pays de Galles) est le drapeau gallois officiel.

Composition du XV du poireau[modifier | modifier le code]

Les joueurs ci-dessous ont été appelés par Warren Gatland pour affronter le Tournoi des Six Nations 2014 (mis à jour le 26.01.2014).

Absents: Ryan Jones est blessé et Ian Evans est suspendu.

Les avants[modifier | modifier le code]

Nom Poste Naissance Sélections
(points marqués)
Club Année de
1re sélection
Richard Hibbard Talonneur 13/12/1983 26 (5) Drapeau : Pays de Galles Ospreys 2006
Ken Owens Talonneur 03/01/1987 19 (5) Drapeau : Pays de Galles Llanelli Scarlets 2011
Emyr Phillips Talonneur 22/02/1987 3 (0) Drapeau : Pays de Galles Llanelli Scarlets 2013
Ryan Bevington Pilier 09/12/1988 12 (0) Drapeau : Pays de Galles Ospreys 2011
Paul James Pilier 13/05/1982 48 (0) Drapeau : Angleterre Bath Rugby 2003
Gethin Jenkins Pilier 17/11/1980 101 (20) Drapeau : Pays de Galles Cardiff Blues 2002
Adam Jones Pilier 08/03/1981 89 (10) Drapeau : Pays de Galles Ospreys 2003
Rhodri Jones Pilier 23/12/1991 5 (0) Drapeau : Pays de Galles Llanelli Scarlets 2012
Samson Lee Pilier 30/11/1992 3 (0) Drapeau : Pays de Galles Llanelli Scarlets 2013
Andrew Coombs 2e ligne 27/10/1984 6 (0) Drapeau : Pays de Galles Newport Gwent Dragons 2013
Luke Charteris 2e ligne 09/03/1983 43 (0) Drapeau : France USAP 2004
Alun Wyn Jones 2e ligne 19/09/1985 74 (35) Drapeau : Pays de Galles Ospreys 2006
Aaron Shingler 2e ligne 07/08/1987 7 (0) Drapeau : Pays de Galles Llanelli Scarlets 2012
Dan Lydiate 3e ligne aile 18/12/1987 30 (0) Drapeau : France Racing Métro 92 2009
Justin Tipuric 3e ligne aile 06/08/1989 19 (0) Drapeau : Pays de Galles Ospreys 2011
Sam Warburton (c) 3e ligne aile 05/10/1988 41 (10) Drapeau : Pays de Galles Cardiff Blues 2009
Toby Faletau 3e ligne centre 12/11/1990 29 (15) Drapeau : Pays de Galles Newport Gwent Dragons 2011
James King 3e ligne centre 24/07/1990 2 (0) Drapeau : Pays de Galles Ospreys 2013

Les arrières[modifier | modifier le code]

Nom Poste Naissance Sélections
(points marqués)
Club Année de
1re sélection
Mike Phillips Demi de mêlée 29/08/1982 80 (45) Drapeau : France Racing Metro 92 2003
Rhys Webb Demi de mêlée 09/12/1988 3 (0) Drapeau : Pays de Galles Ospreys 2012
Rhodri Williams Demi de mêlée 05/05/1993 3 (0) Drapeau : Pays de Galles Llanelli Scarlets 2013
Dan Biggar Demi d’ouverture 16/10/1989 50 (84) Drapeau : Pays de Galles Ospreys 2008
James Hook Demi d’ouverture 27/06/1985 73 (346) Drapeau : France USAP 2006
Rhys Priestland Demi d’ouverture 09/01/1987 25 (56) Drapeau : Pays de Galles Llanelli Scarlets 2011
Jonathan Davies 3/4 centre 05/04/1988 37 (45) Drapeau : Pays de Galles Llanelli Scarlets 2009
Jamie Roberts 3/4 centre 08/11/1986 53 (25) Drapeau : France Racing Metro 92 2008
Scott Williams 3/4 centre 10/10/1990 23 (30) Drapeau : Pays de Galles Llanelli Scarlets 2011
Alex Cuthbert 3/4 aile 05/04/1990 19 (45) Drapeau : Pays de Galles Cardiff Blues 2011
George North 3/4 aile 13/04/1992 35 (75) Drapeau : Angleterre Northampton Saints 2011
Leigh Halfpenny Arrière 22/12/1988 48 (344) Drapeau : Pays de Galles Cardiff Blues 2008
Liam Williams Arrière 09/04/1991 8 (0) Drapeau : Pays de Galles Llanelli Scarlets 2012

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Tout au long de son histoire, l’équipe du pays de Galles a compté un grand nombre de joueurs d’exception. Il n’est pas possible de tous les citer ici, on se reportera à Catégorie:Joueur gallois de rugby à XV pour en avoir une liste plus complète.

Les Gallois ont dominé le Tournoi des Cinq Nations pendant les années 1970, comme en témoignent leurs huit victoires acquises de 1969 à 1979. Un seul joueur gallois a remporté ces huit titres, le fameux arrière JPR Williams.

Avants :

Demis :

Arrières :

Parmi ces joueurs emblématiques, le tableau suivant distingue quelques joueurs qui possèdent le meilleur palmarès en termes de nombre de sélections et de titres remportés avec l’équipe du pays de Galles. Par leur activité, ils couvrent la période 1896-2007.

Joueurs emblématiques du pays de Galles. (modifier)
Joueur Période Poste Capes Tournois Distinctions
Phil Bennett[56],[57] 1969-1978 Demi d'ouverture 29 GC[Note 8] 1976, 1978
T5[Note 9] 1970, 1973, 1975
Temple international de la renommée

Record mondial de sélections de l'époque : 210 points (166 Galles + 44 Lions)
8 sélections avec les Lions

Gerald Davies[58],[59],[60],[61],[62],[63],[64] 1966-1978 Ailier 46 GC 1971, 1976, 1978
T5 1969, 1970, 1973, 1975
Temple international de la renommée
20 essais
Mervyn Davies[65],[66] 1969-1976 Numéro 8 38 GC 1971, 1976
T5 1969, 1970, 1973, 1975
Temple international de la renommée
8 sélections avec les Lions
38 sélections consécutives avec les Gallois
Gareth Edwards[67],[68],[69],[70] 1967-1978 Demi de mêlée 53 GC 1971, 1976, 1978
T5 1969, 1970, 1973, 1975
Temple international de la renommée
20 essais
10 sélections avec les Lions
Ieuan Evans[71],[72],[73],[74] 1987-1998 Ailier 72 3e de la coupe du monde 1987
Champion d'Europe 1998
Temple international de la renommée
28 fois capitaine
7 sélections avec les Lions
Record gallois de sélections de l'époque (72)[Note 10]
record gallois d'essais de l'époque (33)[Note 11]
Neil Jenkins[75],[76],[77],[78],[79],[80],[81],[82] 1991-2002 Demi d'ouverture 87 T5 1994 Record gallois de sélections de l'époque (87)[Note 12]
Record mondial de points de l'époque : 1 090 (1 049 Galles + 41 Lions)[Note 13]
Barry John[83],[84] 1966-1972 Demi d'ouverture 25 GC 1971
T5 1970
Temple international de la renommée
Gareth Llewellyn[85],[86],[87] 1989-2004 Deuxième ligne 92 T5 1994 Record gallois de sélections de l'époque (92)[Note 14]
Cliff Morgan[88],[89] 1951-1958 Demi d'ouverture 29 GC 1952
T5 1954, 1955, 1956
Temple international de la renommée
Gwyn Nicholls[90],[91] 1896-1906 Centre 24 TC[Note 15] 1900, 1902, 1905
T4[Note 16] 1906
Temple international de la renommée
10 fois capitaine
Gareth Thomas[92],[93],[94],[95],[96] 1995-2007 Arrière 100 GC 2005 Record gallois de sélections (100)
Record gallois d'essais (40)[Note 17]
JPR Williams[97],[98],[99],[100],[101],[102],[103] 1969-1981 Arrière 55 GC 1971, 1976, 1978
T5 1969, 1970, 1973, 1975, 1979
Temple international de la renommée

Entraîneurs notables[modifier | modifier le code]

Warren Gatland avec le pays de Galles en 2012.

Parmi les entraîneurs de la sélection nationale, la liste suivante distingue ceux qui ont le meilleur palmarès ou la plus longue longétivité avec l'équipe du pays de Galles. Elle présente également l'actuel entraîneur.

Clive Rowlands est entraîneur de l'équipe du pays de Galles pour 29 matchs entre 1968 et 1974. Sous sa conduite, l'équipe du pays de Galles remporte le Grand Chelem en 1971. Il est ensuite le manager de la tournée des Lions britanniques en Australie en 1989 et responsable des Lions lors de leur match contre l'équipe du reste du monde en 1986. En 1987, Rowlands est manager de la coupe du monde de rugby 1987, puis président de la fédération de rugby du pays de Galles en 1989.

John Dawes devient l'entraîneur de l'équipe du pays de Galles en 1974 et ce jusqu'en 1979. C'est l'une des périodes les plus fastes de l'histoire du rugby gallois, l'équipe remporte quatre Tournois 1975, 1976, 1978, et 1979 dont deux Grand Chelems (GC) en 1976 et 1978. Il est aussi l'entraîneur des Lions britanniques en tournée en Nouvelle-Zélande en 1978, mais il n'est pas capable de renouveler le succès de 1971. Aujourd'hui, il est le président des London Welsh et il a écrit plusieurs livres sur le rugby à XV.

Graham Henry, après avoir été entraîneur des Auckland Blues avec qui il remporte les deux premiers Super 12 en 1996 et 1997, devient entraîneur du pays de Galles. Il met en place les fondations qui permettent plus tard aux Gallois de renouer avec leur glorieux passé en remportant le Grand Chelem 2005.

Warren Gatland est l'actuel sélectionneur national du pays de Galles succédant à Gareth Jenkins après la Coupe du monde de rugby 2007. Il est nommé en 1998 entraîneur de l'Équipe d'Irlande de rugby à XV qu'il quitte en 2001. Il entraîne ensuite les London Wasps en 2002. Il est trois fois consécutivement Champion d'Angleterre et en 2004, il remporte le titre anglais et le titre européen. Avec le pays de Galles, il remporte 2 Grands Chelems en 2008 et 2012, il gagne un autre Tournoi en 2013 et il figure bien lors de la Coupe du monde 2011 (quatrième).

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Les stades du pays de Galles[modifier | modifier le code]

Les premières rencontres à domicile[modifier | modifier le code]

En 1876 le Cardiff Rugby Club est créé. Un peu plus tard en 1885, le stade Grand Stand ou Arms Park de Cardiff est inauguré. Le pays de Galles y joue comme il joue également à Swansea au Saint Helen's Ground, au Stradey Park de Llanelli et au Rodney Parade de Newport.

Ce sont là les quatre grands clubs et les quatre grandes villes qui ont dès les années 1890 forgé de nombreux internationaux au jeu révolutionnaire pour l'époque.

Le nouvel Arms Park[modifier | modifier le code]

L'Arms Park a la forme d'un bateau tourné vers la ville, placé en plein centre ville amarré au bord de la minuscule rivière Taff. C'est un vaisseau qui est la fierté de tous les Gallois, le chœur de tout le rugby gallois. « Nous avons trois choses importantes à Cardiff », raconte un vieux rouquin à la face de travers. « Les pubs, le château du prince de Galles et, surtout, l'Arms Park. »

Car le National Stadium a abrité dans les années 1970 les grandes heures du rugby gallois où les chants gallois rythmaient les parties de grandes stars du rugby[104],[105]

Il a été construit en 1967-69 et détruit en 1997, il avait alors la capacité de 52 000 places.

Millennium Stadium[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Millennium Stadium.

Le Millennium Stadium (Stadiwm y Mileniwm en gallois) est un stade de 74 500 places situé à Cardiff au pays de Galles. C'est le stade national du pays de Galles. Propriété de la Welsh Rugby Union (entité organisatrice des compétitions de rugby à XV au pays de Galles), il a été construit à l'occasion de la Coupe du monde de rugby 1999 à l'emplacement du nouveau Cardiff Arms Park, appelé National Stadium.

La première compétition y ayant eu lieu était un match de rugby entre les équipes nationales du pays de Galles et de l'Afrique du Sud, le 26 juin 1999 (Victoire des gallois par 29 à 19).

Sept matchs de la Coupe du monde y ont eu lieu.

Le Millennium Stadium a été utilisé pendant la Coupe du monde de rugby à XV 2007.

Le Millennium Stadium

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques sur les matchs[modifier | modifier le code]

Bilan des matchs[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant dresse le bilan des matchs contre tous les adversaires de l'équipe du pays de Galles, il est mis à jour au 21 juin 2014[106].

L'équipe du pays de Galles est largement dominée par trois équipes majeures du rugby à XV (Afrique du Sud, Australie et Nouvelle-Zélande). Elle a un bilan équilibré face à l'Angleterre. Elle dépasse cependant les autres nations européennes qui disputent le Tournoi des Six Nations, la France, l'Écosse, l'Irlande et l'Italie.

Bilan du pays de Galles face aux autres sélections.
Lorsque existe un article détaillé sur les rencontres avec une équipe internationale, le lien est donné par le nombre dans la colonne « nombre de rencontres ».
Adversaires Nombre de
rencontres
Victoires
galloises
Nuls Défaites
galloises
Victoires
galloises (%)
Afrique de l’Est 1 1 0 0 100.00
Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud 29 1 1 37 3,44
Drapeau : Angleterre Angleterre 125 56 12 57 44,8
Drapeau : Argentine Argentine 18 11 1 6 61,11
Drapeau : Australie Australie 37 10 1 26 27,03
Maillot du Barbarian Football Club.jpg Barbarians 9 3 0 6 33,33
Drapeau : Canada Canada 12 11 0 1 91,67
Drapeau : Écosse Écosse 119 68 3 48 57,14
Drapeau : Espagne Espagne 1 1 0 0 100,00
Drapeau : États-Unis États-Unis 7 7 0 0 100,00
Drapeau : Fidji Fidji 9 7 1 1 77,78
Drapeau : France France 92 46 3 43 50,00
Drapeau : Irlande Irlande 120 65 6 49 54,17
Drapeau : Italie Italie 21 18 1 2 85,71
Drapeau : Japon Japon 9 8 0 1 88,89
Drapeau : Namibie Namibie 4 4 0 0 100,00
Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 29 3 0 26 10,34
Māori néo-zélandais 1 1 0 0 100,00
Free Use Pacific Islanders flag.png Pacific Islanders 1 1 0 0 100,00
Drapeau : Portugal Portugal 1 1 0 0 100,00
Drapeau : Roumanie Roumanie 8 6 0 2 75,00
Drapeau : Samoa Samoa 9 5 0 4 55,56
Drapeau : Tonga Tonga 7 7 0 0 100,00
Drapeau : Zimbabwe Zimbabwe 3 3 0 0 100,00
Total contre 24 adversaires 668 343 28 297

Plus large victoire[modifier | modifier le code]

La plus large victoire du pays de Galles est acquise sur le score de 102-11 contre l'équipe de Japon le 18 mai 1994.

Plus large défaite[modifier | modifier le code]

La plus large défaite du pays de Galles est concédée sur le score de 13 à 96 contre l'Afrique du Sud le 27 juin 1998.

Statistiques concernant les joueurs[modifier | modifier le code]

Les noms en gras indiquent les joueurs qui sont encore en activité.

Record de sélections[modifier | modifier le code]

Il faut noter qu'un classement par nombre de sélections ne dépend pas que de la qualité du joueur mais aussi du nombre de rencontres internationales. La naissance de la coupe du monde en 1987, la périodicité désormais biannuelle des tournées et le passage du tournoi de cinq à six nations influent sur ce classement et doivent donc être rappelés.

# Joueur Parcours en équipe nationale Nombre de sélections
1 Gethin Jenkins 2002- 107[107],[108]
2 Stephen Jones 1998-2011 104
3 Gareth Thomas 1995-2007 100
- Martyn Williams 1996-2012 100
5 Adam Jones 2003- 95
6 Colin Charvis 1996-2007 94
7 Gareth Llewellyn 1989-2005 92
8 Neil Jenkins 1991-2002 87
- Shane Williams 2000-2011 87
10 Mike Phillips 2003- 87

Record de points[modifier | modifier le code]

# Joueur Parcours en équipe nationale Points
1 Neil Jenkins 1991-2002 1049 [109]
2 Stephen Jones 1998-2011 917
3 Leigh Halfpenny 2008- 395
4 James Hook 2006- 350
5 Paul Thorburn 1985-1991 304
6 Shane Williams 2000-2011 290
7 Arwel Thomas 1996-2000 211
8 Gareth Thomas 1995-2007 200
9 Phil Bennett 1969-1978 166
10 Ieuan Evans 1987-1998 157

Record d'essais[modifier | modifier le code]

Shane Williams est le joueur qui a marqué le plus grand nombre d'essais avec le XV gallois[110]. Après un début impressionnant (24 essais en 29 tests entre 2000 et 2005), il a confirmé tout en étant tributaire du rendement de l'équipe nationale (40 essais en 55 tests entre 2000 et 2008).

# Joueur Parcours en équipe nationale Essais
1 Shane Williams 2000-2011 58
2 Gareth Thomas 1995-2007 40
3 Ieuan Evans 1987-1998 33
4 Colin Charvis 1996-2007 22
5 Gerald Davies 1966-1978 20
- Gareth Edwards 1967-1978 20
- Tom Shanklin 2001-2010 20
8 Rhys Williams 2000-2005 18
- George North 2010- 18
10 Reggie Gibbs 1906-1911 17
- Johnny Williams 1906-1911 17
- Ken Jones 1947-1957 17

Aspects socio-économiques[modifier | modifier le code]

Popularité du rugby à XV au pays de Galles et ses conséquences[modifier | modifier le code]

Supporters gallois pendant la Coupe du monde de rugby à XV 2007.

Le pays de Galles avait deux identités, les mines et le rugby. Les mines ont disparu, le rugby est moins écarlate aujourd'hui. Gueules noires et rugbymen. Aujourd'hui, seuls les seconds résistent encore. Et l'équipe nationale est toujours aussi populaire. Le rugby à XV est une véritable religion qui fait partie de la culture nationale du pays de Galles et qui est pratiqué par environ 17 500 joueurs licenciés[111].

La tradition des chœurs du pays de Galles se traduit par des chansons interprétées lors des matchs de rugby à XV. Des chansons populaires parmi les supporters sont Delilah de Tom Jones, Cwm Rhondda et Calon Lan. Par rapport à sa taille réduite, le pays de Galles a eu un impact disproportionné sur le jeu, il a fourni de grands noms du rugby à XV, de nombreux joueurs aux Barbarians et aux Lions britanniques, et il a obtenu de très bons résultats.

Couverture audiovisuelle[modifier | modifier le code]

Les droits de retransmission au Royaume-Uni des matchs du XV gallois sont détenus par la BBC qui possède l'exclusivité pour les matchs du tournoi des six nations et les autres rencontres[112],[113]. Au pays de Galles, les matchs sont retransmis par les chaînes de la BBC Sport Wales[114].

Aspects économiques[modifier | modifier le code]

Les droits de télévision, le sponsoring et la vente de billets d'entrée aux matchs du Tournoi sont des sources de revenus importantes pour les fédérations de rugby[115].

Les profits générés par le Tournoi sont partagés entre les fédérations nationales de rugby en plusieurs parts selon différents critères[116] :

  • une part répartie également entre les pays membres ;
  • une part qui est fonction du nombre de clubs de chaque pays ;
  • une part qui est fonction du classement des sélections.

Plusieurs grands groupes industriels sponsorisent le rugby à XV et, en particulier, le Tournoi des six nations. Pour ces groupes, le rugby représente l'esprit d'équipe, la convivialité, la puissance. Autant de valeurs auxquels ils souscrivent et souhaitent être associés. Les sponsors bénéficient d'une excellente visibilité pendant la retransmission des matchs du Tournoi des six nations, la présence d'une marque sur les panneaux publicitaires qui entourent le terrain représente environ 1,6 million d'euros d'équivalent publicitaire.

La Welsh Rugby Union a fait des profits en 2005, l’année du dernier Grand Chelem du pays de Galles, et aussi en 2006 grâce notamment à la fidélité de leurs supporters (500 000 spectateurs lors des 7 matchs disputés à domicile) car la vente de billets représente près de 60 % des recettes[117],[118].

Le Grand chelem a permis aussi à la fédération d’augmenter les recettes par les sponsors et la vente de maillots (650 000 £). Une autre source de revenus est venue par l’organisation d’événements extra-sportifs au Millenium stadium.

Le public se déplace de loin et en masse. Aussi, les hôtels, les transports, les commerces profitent directement de l'organisation des matchs[119].

"Diables Rouges" ?[modifier | modifier le code]

Les joueurs du XV de Galles sont fréquemment appelés Diables Rouges par les commentateurs lors de retransmissions audiovisuelles en France. Il n'est pas clair quand cette pratique est apparue, mais l'appellation est maintenant entrée dans les habitudes et elle est largement reprise hors des médias audiovisuels. La coutume fait désormais loi. Il s'agit pourtant d'un abus de langage car le terme Diables Rouges désigne plusieurs équipes (principalement l'équipe de football de Manchester United et l'équipe nationale de football belge) mais n'a jamais désigné, du moins au Pays de Galles et en Angleterre, le XV de Galles.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir par ailleurs le décompte des points au rugby à XV.
  2. avec assistance du pays de Galles, Écosse, Irlande et France
  3. avec assistance de Écosse, Angleterre, Irlande et France
  4. avec assistance de pays de Galles, Écosse
  5. Victoire dans le Tournoi auquel on a retranché les victoires partagées, une victoire partagée indique que plusieurs équipes se partagent la victoire du Tournoi. La dernière victoire partagée fut celle du pays de Galles et de la France en 1988. En 1994, la victoire fut accordée pour la première fois au bénéfice de la différence de points marqués et encaissés dans la compétition avec un nouveau règlement en application depuis 1993. Le pays de Galles a alors été la première à bénéficier du changement de règlement au détriment de l’Angleterre.
  6. Par convention le pays de Galles est crédité de onze grands chelems et non de neuf, on compte effectivement les années 1908 et 1909 car, si la France fut admise seulement en 1910, le pays de Galles rencontrait déjà la France ces années-là en marge du Tournoi et doublait ses « triples couronnes » par une victoire face aux Français.
  7. L'Angleterre compte deux participations de moins, en 1888 et 1889, elle n'est pas officiellement exclue mais boycottée par les trois autres équipes.
  8. Signifie que le joueur a participé au(x) Grand(s) Chelem(s).
  9. Signifie que le joueur a remporté le(s) Tournoi(s) des cinq nations
  10. Dépassé par Neil Jenkins
  11. dépassé par Gareth Thomas
  12. dépassé par Gareth Llewellyn
  13. dépassé par Jonny Wilkinson
  14. dépassé par Gareth Thomas
  15. Signifie que le joueur a remporté le(s) Tournoi(s) britannique(s) invaincu et a réalisé la Triple couronne
  16. Signifie que le joueur a remporté le(s) Tournoi(s) britannique(s)
  17. dépassé par Shane Williams

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b John Griffiths, The Book of English International Rugby, 1871-1982, Londres, Willow Books, 1982, p. 30.
  2. John Griffiths, The Book of English International Rugby, 1871-1982, Londres, Willow Books, 1982, p. 34.
  3. (fr) «Le Tournoi international», sur rbs6nations.com
  4. (en) Six nations history, sur bbc.co.uk
  5. (en) Sports history, sur hickoksports.com
  6. (en) World Rugby 1871 - 1888, sur rfu.com
  7. (en) Six Nations Championship History, sur aitken-niven.co.uk
  8. John Griffiths, The Book of English International Rugby, 1871-1982, Londres, Willow Books, 1982, p. 52.
  9. (en) Angleterre-Galles de 1900 à 1909, sur rugbydata.com
  10. (en) Tournée des Originals en 1905-1906, sur stats.allblacks.com
  11. (en) Galles - Nouvelle-Zélande 3-0, sur le site de la wru
  12. (en) The 1906-07 Springbok tour, sur rugbyrelics.com
  13. (en) et http://www.rugbydata.com/scotland/wales/gamesplayed/7 Écosse-Galles de 1900 à 1909, sur rugbydata.com
  14. (en) Angleterre-Galles de 1900 à 1909, sur rugbydata.com
  15. (en) France-Galles de 1908 à 1928, sur rugbydata.com
  16. (en) la Grande Dépression au Royaume-Uni (en), sur en.wikipedia.org
  17. (en) Tournée de 1935-36 au Royaume-Uni et au Canada, sur stats.allblacks.com
  18. (en) All Blacks magic: New Zealand rugby , sur bbc.co.uk
  19. (en) Le 19 décembre 1953 pays de Galles-All Blacks 13-8, sur stats.allblacks.com
  20. (en) Les 10 belles années des années 1950, sur newportgwentdragons.com
  21. (fr) Les 10 belles années de l’« Orchestre Rouge », sur rugby-nomades.qc.ca
  22. «Vidéo de France-Galles du Tournoi 1977», sur ina.fr
  23. (en) Nouvelle-Zélande - Galles 19-0, sur stats.allblacks.com
  24. (en) Nouvelle-Zélande - Galles 33-12, sur stats.allblacks.com
  25. (en) Galles - Nouvelle-Zélande, sur stats.allblacks.com
  26. (en) Galles - Nouvelle-Zélande, sur news.bbc.co.uk
  27. (en) Galles - Nouvelle-Zélande 3-23, sur stats allblacks.com
  28. (en) La légitimité de Ruddock, sur bbc.co.uk
  29. (en) France-Galles, sur rugbydata.com
  30. (en) Carrière et statistiques de Paul Thorburn, sur sporting-heroes.net
  31. (en) Carrière et statistiques de Jonathan Davies, sur sporting-heroes.net
  32. (en) Nouvelle-Zélande - Galles 49-6, sur stats allblacks.com
  33. (en) 1987: Wales 22-21 Australia, sur news.bbc.co.uk
  34. (en) John Devereux du XV au XIII, sur news.bbc.co.uk
  35. (en) 1991: W Samoa 16-13 Wales There have been darker days in Welsh rugby since, but at the time 6 October, 1991, was by far the darkest, sur news.bbc.co.uk
  36. Moles (1998).
  37. (en) Henry walks away from Wales, sur news.bbc.co.uk
  38. (fr) «Vidéo de Galles-France du Tournoi 1998 », sur ina.fr
  39. (fr) Mine de rien, le rugby gallois est toujours là, sur humanite.fr
  40. (en) Wales coach Mike Ruddock paid tribute to his players for their stylish charge to Grand Slam glory., sur news.bbc.co.uk
  41. (en) Ruddock shapes Welsh revolution, sur news.bbc.co.uk
  42. (en) Tournée de juin 2007, sur scrum.com
  43. (en) Wales 20-32 Australia Australia seized control of Pool B as they put Wales to the sword with a physical and dynamic show in Cardiff., sur news.bbc.co.uk
  44. (en) Wales 34-38 Fiji A late try from Graham Dewes saw Fiji dump Wales out of the World Cup and get a quarter-final against South Africa., sur news.bbc.co.uk
  45. Gatland confirmé ; le 9 novembre 2007 sur Rugbyrama.fr
  46. (en) England 19-26 Wales Wales claimed their first win at Twickenham for 20 years with a superb second-half comeback to defeat England., sur news.bbc.co.uk
  47. (en) Wales 30-15 Scotland A spectacular brace of Shane Williams tries saw Wales maintain their 100% start to the RBS Six Nations., sur news.bbc.co.uk
  48. (en) Unbeaten Wales cranked up their Grand Slam charge as they romped to a record Six Nations victory over Italy., sur news.bbc.co.uk
  49. (en) Wales sealed the Triple Crown and kept their Grand Slam dreams alive with a hard-fought win over Ireland in Dublin., sur news.bbc.co.uk
  50. (en) Wales completed their transformation from World Cup flops to secure their second Grand Slam in four years and send the nation into raptures., sur news.bbc.co.uk
  51. (en) Tom Fordyce, « Rugby World Cup 2011 semi-final: Wales 8-9 France », sur www.bbc.co.uk,‎ 15 octobre 2011 (consulté le 18 novembre 2013)
  52. (en) Fixtures & Results — RWC Finals sur le site de l’IRB.
  53. (en) Photos et articles sur les GC gallois, sur rugbyrelics.com
  54. Trois plumes et deux doigts, sur www.thereddragonhood.com
  55. Un poireau et des plumes, sur rugby-nomades.qc.ca
  56. (en) Biographie sur Phil Bennett (1), sur sporting-heroes.net
  57. (en) Statistiques sur Phil Bennett (2), sur sporting-heroes.net
  58. (en) Statistiques sur Gerald Davies (1), sur sporting-heroes.net
  59. (en) Statistiques sur Gerald Davies (2), sur sporting-heroes.net
  60. (en) Statistiques sur Gerald Davies (3), sur sporting-heroes.net
  61. (en) Statistiques sur Gerald Davies (4), sur sporting-heroes.net
  62. (en) Statistiques sur Gerald Davies (5), sur sporting-heroes.net
  63. (en) Statistiques sur Gerald Davies (6), sur sporting-heroes.net
  64. (en) Statistiques sur Gerald Davies (7), sur sporting-heroes.net
  65. (en) Statistiques sur Mervyn Davies (1), sur sporting-heroes.net
  66. (en) Statistiques sur Mervyn Davies (2), sur sporting-heroes.net
  67. (en) Biographie sur Gareth Edwards (1), sur sporting-heroes.net
  68. (en) Biographie sur Gareth Edwards (2), sur sporting-heroes.net
  69. (en) Statistiques sur Gareth Edwards (3), sur sporting-heroes.net
  70. (en) Statistiques sur Gareth Edwards (4), sur sporting-heroes.net
  71. (en) Biographie sur Ieuan Evans, sur bbc.co.uk
  72. (en) Biographie sur Ieuan Evans (1), sur sporting-heroes.net
  73. (en) Statistiques sur Ieuan Evans (2), sur sporting-heroes.net
  74. (en) Biographie sur Ieuan Evans, sur rbs6nations.com
  75. (en) Statistiques sur Neil Jenkins (1), sur sporting-heroes.net
  76. (en) Statistiques sur Neil Jenkins (2), sur sporting-heroes.net
  77. (en) Statistiques sur Neil Jenkins (3), sur sporting-heroes.net
  78. (en) Statistiques sur Neil Jenkins (4), sur sporting-heroes.net
  79. (en) Statistiques sur Neil Jenkins (5), sur sporting-heroes.net
  80. (en) Statistiques sur Neil Jenkins (6), sur sporting-heroes.net
  81. (en) Statistiques sur Neil Jenkins (7), sur sporting-heroes.net
  82. (en) Statistiques sur Neil Jenkins (8), sur sporting-heroes.net
  83. (en) Biographie sur Barry John (1), sur sporting-heroes.net
  84. (en) Statistiques sur Barry John (2), sur sporting-heroes.net
  85. (en) Statistiques sur Gareth Llewellyn (1), sur sporting-heroes.net
  86. (en) Statistiques sur Gareth Llewellyn (2), sur sporting-heroes.net
  87. (en) Statistiques sur Gareth Llewellyn (3), sur sporting-heroes.net
  88. (en) Statistiques sur Cliff Morgan, sur scrum.com
  89. (en) South Africa 22-23 Lions First Test 1955, sur bbc.co.uk
  90. (en) Photo et biographie de Gwyn Nicholls, sur historyofnewport.co.uk
  91. (en) Statistiques de Gwyn Nicholls, sur scrum.com
  92. (en) Statistiques sur Gareth Thomas (1), sur sporting-heroes.net
  93. (en) Statistiques sur Gareth Thomas (2), sur sporting-heroes.net
  94. (en) Statistiques sur Gareth Thomas (3), sur sporting-heroes.net
  95. (en) Statistiques sur Gareth Thomas (4), sur sporting-heroes.net
  96. (en) Statistiques sur Gareth Thomas (5), sur sporting-heroes.net
  97. (en) Statistiques sur JPR Williams (1), sur sporting-heroes.net
  98. (en) Statistiques sur JPR Williams (2), sur sporting-heroes.net
  99. (en) Statistiques sur JPR Williams (3), sur sporting-heroes.net
  100. (en) Statistiques sur JPR Williams (4), sur sporting-heroes.net
  101. (en) Statistiques sur JPR Williams (5), sur sporting-heroes.net
  102. (en) Statistiques sur JPR Williams (6), sur sporting-heroes.net
  103. (en) Statistiques sur JPR Williams (7), sur sporting-heroes.net
  104. (en) humanité.fr L'adieu à l'Arms Park 1999, sur www.humanite.fr
  105. (fr) humanité.fr L’Arms Park, maison du rugby, sur www.humanite.fr
  106. (en) (en) « Teams played by Wales », sur www.rugbydata.com (consulté le 21 juin 2014)
  107. (en) « Six Nations 2014: Welsh prop Gethin Jenkins prefers to play down milestone », sur www.telegraph.co.uk, The Telegraph,‎ 8 mars 2014 (consulté le 24 août 2014)
  108. (en) « Statsguru / Test matches / Player records », sur stats.espnscrum.com,‎ 24 août 2014 (consulté le 24 août 2014)
  109. (en) « Statsguru / Test matches / Player records », sur stats.espnscrum.com,‎ 24 août 2014 (consulté le 24 août 2014)
  110. (en) « Wales / Test matches / Player records / Tries », sur www.scrum.com (consulté le 24 août 2014)
  111. Présentation de données sur le Tournoi des VI Nations, sur sportquick.com
  112. (en) Accord entre BBC pays de Galles, S4C et la Welsh Rugby Union, sur www.bbc.co.uk
  113. (en) The growing popularity of Rugby Union has led to increased TV coverage, sur www.which.co.uk
  114. (en) BBC Sport Wales, sur news.bbc.co.uk
  115. (en) Completed acquisition by Welsh Rugby Union of Ever 2033 Ltd, sur www.oft.gov.uk
  116. (en) How rugby's finances stack up, sur sport.guardian.co.uk
  117. (en) The rugby might be poor but the profits are good, sur icwales.icnetwork.co.uk
  118. (en) Record profit for WRU group, sur www.wru.co.uk
  119. (en) Proposition pour Italie-Galles, sur wrutravel.co.uk

Articles[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) David Parry-Jones Prince Gwyn: Gwyn Nicholls and the first golden age of Welsh rugby, Ed. Seren, 1999
  • (en) David Smith et Gareth Williams Fields of praise: the official history of the Welsh Rugby Union 1881-1981, Ed. University of Wales Press, 1980 (ISBN 0-7083-0766-3)
  • (en) Steve Lewis The Priceless Gift: 125 Years of Welsh Rugby Captains, Ed. Mainstream Publishing, 2005 (ISBN 1-8401-8954-1)
  • (en) Peter Jackson Lions of Wales: A Celebration of Welsh Rugby Legends, Ed. Mainstream Publishing, 2005 (ISBN 1-8459-6072-6)
  • (en) Howard Evans Welsh International Matches, 1881-2000, Ed. Mainstream Publishing, 1999 (ISBN 1-8401-8215-6)
  • (en) Andy Howell The Little Book of Welsh Rugby, Ed. Green Umbrella Sport & Leisure, 2006 (ISBN 1-9050-0944-5)
  • (en) Paul Rees Grand Slam!: Year of the Dragon, Ed. Mainstream Publishing, 2005 (ISBN 1-8459-6061-0)
  • (en) JPR Williams JPR: Given the Breaks - My Life in Rugby, Ed. Hodder & Stoughton Ltd, 2006 (ISBN 0-3409-2307-5)
  • (en) Phil Bennett Everywhere For Wales, Ed. Arrow, 1982 (ISBN 0-0992-9430-3)
  • Richard Escot, Jacques Rivière, Un siècle de rugby, Ed. Calmann-Lévy, 1997 (ISBN 2-7021-2784-3)
  • Henri Garcia, La légende du tournoi, Minerva, 2005, 254 p (ISBN 2-8307-0793-1)
  • Henri Garcia, La fabuleuse histoire du rugby, Minerva, 2004, 1055 p (ISBN 2-8307-0782-6)
  • François Duboisset, RugbyGuide : Guide français et international, De Vecchi, 2006, 655 p (ISBN 2-7328-6843-4)
  • Richard Escot, Le tournoi des cinq nations, 1910-1999, Calmann-Lévy, 1999, (ISBN 2-7021-2972-2)
  • Jean Denis, Histoire Du Tournoi Des Cinq Nations Ou Sans Médailles Ni Couronnes, Farnot, 1979, Ref 1596-184
  • Loys Van Lee, Le Rugby, histoire et petites histoires hu Tournoi des cinq Nations, Dargaud, 1969, ref. 16148-731
  • Daniel Herrero, Dictionnaire amoureux du rugby, Plon, 2003, (ISBN 2-259-19877-5)

Pour aller plus loin[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 11 août 2007 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.