Alexander Obolensky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Obolenski.

Alexander Obolensky

alt=Description de l'image Prince Alexander S. Obolensky.jpg.
Fiche d'identité
Nom complet Alexander Sergeevich Obolensky
Naissance 17 février 1916
à Petrograd (Russie)
Décès 29 mars 1940 (à 24 ans)
à Martlesham Heath (Angleterre)
Surnom Obo
Position ailier
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
1934-1939
 ????-????
Leicester Tigers
Rosslyn Park FC
? (?)
 ? (?)
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
1936 Drapeau : Angleterre Angleterre 4 (6)

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.

Alexander Sergeevich Obolensky dit Obo (en russe : Александр Сергеевич Оболенский, Aleksandr Sergueïevitch Obolenski), né le 17 février 1916 à Petrograd (Russie) et décédé le 29 mars 1940 à Martlesham Heath, est un prince d'origine russe, et un joueur de rugby à XV, qui a joué avec l'équipe d'Angleterre et qui est mort pendant la seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexander Obolensky est le fils du prince Serge Obolensky, un officier de la Garde de cavalerie impériale du tsar et de son épouse la princesse Luba. Leur nom a pour origine la ville russe d'Obolensk. Un an après la naissance d'Alexander, ils abandonnent la Russie fuyant la révolution russe de 1917 et ils s'installent à Muswell Hill dans le nord de Londres[1]. Le jeune Alexander va à l'école au Trent College dans le Derbyshire avant de rejoindre l'Université d'Oxford, où il obtient sa place à deux reprises pour le Varsity Match (Oxford-Cambridge) comme trois-quart aile. Il joue ensuite pour les Leicester Tigers entre 1934 et 1939 et il porte également les couleurs de Rosslyn Park.

Sa sélection pour l'équipe d'Angleterre fait couler de l'encre car il n'est pas un citoyen britannique[2], il obtient la nationalité à compter de 1936. Alexander Obolensky connaît sa première sélection avec l'équipe d'Angleterre le 4 janvier 1936 contre l'équipe de Nouvelle-Zélande[2]. Il inscrit deux essais pour ses débuts[2], les Anglais battent pour la première fois les All Blacks[3],[4]. Il connaît seulement trois autres sélections, toutes cette année-là, contre le pays de Galles le 18 janvier, contre l'Irlande le 8 février et contre l'Écosse le 21 mars. Il n'inscrit aucun autre essai, mais son nom rentre dans la légende de ce sport[2] ; le premier essai est un débordement le long de la ligne[1], le second est une percée oblique qui marque pour toujours une génération[1],[2],[5].

Lorsque survient la seconde Guerre mondiale en 1939, Obolensky intègre le 54e escadron de la Royal Air Force. Le 29 mars 1940, il décède à l'entraînement quand son Hawker Hurricane s'écrase à Martlesham Heath Airfield dans le Suffolk[6]. Il est âgé de 24 ans. Il est enterré dans un cimetière militaire près d'Ipswich[2]. Plus tard, il est comparé au pilote de chasse de la Royal Air Force et trois-quart aile de Leicester Tigers et de l'Angleterre, Rory Underwood dont la famille est également originaire d'Asie orientale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Alexander Obolensky » (voir la liste des auteurs)

  1. a, b et c Jérôme Prevot, « 4 janvier 1936 : la diagonale du prince », sur www.rugby-nomades.qc.ca, Les Nomades (consulté le 11 mai 2011)
  2. a, b, c, d, e et f (en) Valentine Low, « Recognition anew for rugby hero Prince Alexander Obolensky », sur www.timesonline.co.uk, The Times,‎ 18 février 2009 (consulté le 11 mai 2011)
  3. Voir Angleterre-Nouvelle-Zélande en rugby à XV
  4. (en) « Statistics for England vs New Zealand », sur www.rugbydata.com (consulté le 11 mai 2011)
  5. (en) British Pathé, « Extrait vidéo d'Angleterre-Nouvelle-Zélande en 1936 », sur www.dailymotion.com, Dailymotion (consulté le 1er mai 2009)
  6. (en) Brendan Gallagher, « Ipswich honour dashing prince Alexander Obolensky », sur www.telegraph.co.uk, The Daily Telegraph,‎ 19 février 2009 (consulté le 1er mai 2009)

Annexes[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]