Nadaillac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nadaillac
Nadaillac
L'église Saint-Denis de Nadaillac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Canton Terrasson-Lavilledieu
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Fénelon
Maire
Mandat
Jean-Claude Veyssière
2014-2020
Code postal 24590
Code commune 24301
Démographie
Gentilé Nadaillacois, Nadaillacoises
Population
municipale
376 hab. (2017 en augmentation de 10,26 % par rapport à 2012)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 02′ 23″ nord, 1° 23′ 55″ est
Altitude Min. 193 m
Max. 351 m
Superficie 26,90 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Nadaillac
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Nadaillac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nadaillac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nadaillac
Liens
Site web nadaillac.fr

Nadaillac est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Nadaillac est la commune la plus orientale de la Dordogne.

Son sol calcaire est planté d'arbres truffiers (très prospère au début du XIXe siècle).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe de sept communes dont deux en Corrèze et une dans le Lot.

Communes limitrophes de Nadaillac
La Dornac Les Coteaux Périgourdins Chartrier-Ferrière
(Corrèze)
Jayac Nadaillac Estivals
(Corrèze)
Borrèze Gignac
(Lot)

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Outre le bourg de Nadaillac proprement dit, le territoire se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[1] :

  • Bois de Fouret
  • Bois de la Forêt
  • Bois de Menissou
  • Bois de Peyrissou
  • Bois de Rouvès
  • Combe Vieille
  • Fontaine de la Belle
  • Fontaine du Roc
  • Gouffre de Leyge
  • La Forêt
  • La Pimaurie
  • La Raymondie
  • La Chambroisie (où se trouve la Chapelle Sainte-Marie-Madeleine de Chambrezès)
  • La Vignotte
  • Lafage
  • Lalbat
  • Le Bassel
  • Le Bos
  • Le Breuil
  • Le Clédoux
  • Le Faget
  • Le Lacco
  • Le Poustor
  • Le Tilleul
  • Le Verdier
  • Le Vignal
  • Les Arlins
  • Les Bois
  • Les Bois du Mons
  • Les Boussuges
  • Les Bouyges
  • Les Campagnes
  • Les Clauds
  • Les Fargadoux
  • Les Fontenilles
  • Les Garennes
  • Les Grangettes
  • Les Millarets
  • Les Pernégoux
  • Les Places
  • Les Salles
  • Mas Del Sartre
  • Mialodre
  • Nadaillac
  • Pech Buffet
  • Pechgouyrand (parfois orthographié Pégouyras)
  • Pichagne
  • Pouille
  • Roussel
  • Rouvès
  • Ségonfond
  • Souzet

Toponymie[modifier | modifier le code]

Origine du nom : le mot provient d'un nom de personnage gallo-roman suivi de « acum », ce nom Natalius formé à partir du latin Natalis signifiant « natal ».

En occitan, la commune porte le nom de Nadalhac[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune de Nadaillac a, dès 1790, été rattachée au canton de la Cassagne qui dépendait du district de Montignac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton de Salignac (devenu canton de Salignac-Eyvignes en 1965, puis renommé en canton de Salignac-Eyvigues en 2001), dépendant de l'arrondissement de Sarlat (devenu l'arrondissement de Sarlat-la-Canéda en 1965)[3].

Fin 2009, Nadaillac intègre la communauté de communes du Salignacois. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2013 et remplacée au 1er janvier 2014 par la communauté de communes du Pays de Fénelon.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 1953 mars 2001 Jean Veysset   Instituteur, puis directeur d'école
mars 2001 mars 2008 François Veyssière   Employé de banque
mars 2008 (réélu en mars 2014) En cours Jean-Claude Veyssière SE Artisan électricien

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2019, le Conseil national des villes et villages fleuris de France a attribué une fleur à la commune[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Nadaillac se nomment les Nadaillacois, Nadaillacoises[5].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2017, la commune comptait 376 habitants[Note 1], en augmentation de 10,26 % par rapport à 2012 (Dordogne : -0,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
794803741769874838917908912
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
840840911872930929914869812
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
734699647544512496488437380
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
313308296304285341339339341
2017 - - - - - - - -
376--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[9], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 155 personnes, soit 43,1 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (quinze) a diminué par rapport à 2010 (vingt) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 9,9 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte quarante-trois établissements[10], dont dix-sept au niveau des commerces, transports ou services, onze dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, sept relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, six dans la construction, et deux dans l'industrie[11].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Michel Bousquet médecin, décédé à Paris le 5 mars 1828. Médecin à Paris, il lègue par testament le 16 mars 1827 à la fabrique de Nadaillac (Dordogne) « tous les livres et manuscrits de piété qui m'appartiendront à mon décès et tous ceux qui y seront ajoutés avec l'argent que produira la vente de mes livres de médecine et les autres livres qui ne concernent pas la religion... désirant ardemment que mes co-paroissiens deviennent aussi pieux que l'étaient nos bons aïeux. Je donne et lègue en toute propriété à perpétuité ma maison avec le jardin attenant, que j'ai dans le bourg dud(it) Nadaillac, à la fabrique dud(it) Nadaillac, pour être employé uniquement à une école pour les garçons et une pour les filles de la dite paroisse de Nadaillac... Je donne et lègue de plus à la fabrique de Nadaiilac, en toute propriété et à perpétuité, cinquante francs de rente perpétuelle ... pour aider à favoriser et à entretenir la dite école... »
  • Jean Veysset, maire de Nadaillac pendant 48 ans, fut élu en 1953 à l'âge de 26 ans, ce qui en faisait le plus jeune maire de France[13].

Distinctions culturelles[modifier | modifier le code]

Nadaillac fait partie des communes ayant reçu en 2010 l’étoile verte espérantiste, distinction remise aux maires de communes recensant des locuteurs de la langue construite espéranto.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nadaillac » sur Géoportail (consulté le 15 septembre 2019)..
  2. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 14 mars 2014.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Site des villes et villages fleuris, consulté le 28 novembre 2019.
  5. « Dordogne > Nadaillac (24590) » (consulté le 8 juillet 2010)
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  9. Dossier complet - Commune de Nadaillac (24301) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 5 décembre 2018.
  10. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 5 décembre 2018).
  11. Dossier complet - Commune de Nadaillac (24301) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 5 décembre 2018.
  12. « Église Saint-denis », notice no PA00082708, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 8 juillet 2010.
  13. Michèle Jourdain, L'ordre du mérite pour Jean Veysset, Sud Ouest édition Périgueux du 23 septembre 2013, p. 23.