Pierre Juillet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Juillet (homonymie).
Pierre Juillet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
VallièreVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Pierre Juillet, né le et mort le à Puy-Judeau (commune de Vallière - Creuse), fut un proche conseiller politique et même une éminence grise de Georges Pompidou, Premier ministre puis Président de la République.

Biographie[modifier | modifier le code]

De 1921 à 1970[modifier | modifier le code]

De 1970 à 1999[modifier | modifier le code]

Il obtient le départ du Premier ministre Chaban-Delmas, considéré comme trop à gauche, et devient par la suite, avec Marie-France Garaud, le mentor du jeune Jacques Chirac.

Lors de la campagne pour l'élection présidentielle de 1974, avec Marie-France Garaud, ils veulent empêcher Jacques Chaban-Delmas, jugeant dangereux son projet de Nouvelle société, et poussent Pierre Messmer à se présenter[1].

Il est le rédacteur du fameux Appel de Cochin de Jacques Chirac, qui dénonçait la politique anti-nationale de l'Europe fédérale. Ce dernier rompt avec lui après l'échec des élections européennes de 1979 qui voient le RPR passer derrière la liste UDF conduite par Simone Veil.

Famille[modifier | modifier le code]

Son père fut directeur de cabinet d'André Tardieu, président du conseil.

Pierre Juillet est le frère de Jacques Juillet, préfet, et l'oncle d'Alain Juillet, ancien directeur du renseignement à la DGSE, responsable du renseignement économique au Secrétariat général de la défense nationale.

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Sources et références[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs clans s'affrontent au sommet de l'État pour faire nommer un nouveau directeur de la DGSE, Le Monde, 3 décembre 2003.
  1. Guillaume Tabard, « Giscard conjugue changement et continuité », Le Figaro, vendredi 23 décembre 2016, page 4.