Saint-Amand (Manche)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Amand.

Saint-Amand
Saint-Amand (Manche)
Le clocher de l'église Saint-Amand.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Saint-Lô
Canton Condé-sur-Vire
Intercommunalité Saint-Lô Agglo
Statut Commune déléguée
Maire délégué Jean Lebouvier
2017-2020
Code postal 50160
Code commune 50444
Démographie
Gentilé Saint-Amandais
Population 2 351 hab. (2015 en augmentation de 4.16 % par rapport à 2010)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 34″ nord, 0° 57′ 50″ ouest
Altitude Min. 43 m
Max. 218 m
Superficie 29,20 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Saint-Amand-Villages
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 15.svg
Saint-Amand

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 15.svg
Saint-Amand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Amand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Amand

Saint-Amand est une ancienne commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 2 351 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est en pays saint-lois. Le bourg de Saint-Amand forme avec celui de son ancien chef-lieu de canton Torigni-sur-Vire, limitrophe à l'ouest, une unité urbaine. Les deux communes ont chacune une population équivalente comprise entre 2 000 et 2 500 habitants. L'atlas des paysages de la Basse-Normandie place entièrement la commune dans l'unité du Bocage en tableaux caractérisée par « une série de vallées parallèles sud-ouest/nord-est » aux « amples tableaux paysagers »[1]. Couvrant 2 920 hectares, le territoire de Saint-Amand est le plus étendu de l'ancien canton.

Le sud du bourg longe la route départementale no 13 qui le relie à celui de Torigni où elle croise la D 974 (ancien tracé de la route nationale 174) qui borde l'ouest du territoire. La D 13 mène à l'est à Caumont-l'Éventé. Partant du bourg, la D 34 conduit au carrefour de l'Embranchement en forêt de Cerisy vers le nord-est. Une voie de contournement (la D 53), au nord du bourg et partant de l'est, permet de relier la D 13 à la nationale 174. Outre la D 34, elle croise la D 59 qui permet de rejoindre le bourg de La Chapelle-du-Fest et Saint-Jean-des-Baisants au nord. Le territoire étendu est parcouru par plusieurs autres départementales plus modestes permettant de joindre les localités proches. L'échangeur 40 de l'A84, à Guilberville, est à 8 km au sud.

Le territoire est dans le bassin de la Vire par son affluent le Hamel ou ruisseau de Précorbin qui traverse brièvement le territoire au nord-ouest. Le reste du territoire est partagé entre les bassins de deux des affluents de ce dernier : le ruisseau de Balençon pour la moitié nord et le ruisseau de Saint-Symphorien pour la moitié sud. À l'est, une étroite bordure livre ses eaux dans le bassin de la Drôme, autre sous-affluent du fleuve côtier.

Le point culminant (217/218 m) se situe au sud-est, près du lieu-dit la Varende, sur le territoire de Saint-Symphorien-les-Buttes. La cote de 216 m est également atteinte en limite sud. Le point le plus bas (42/43 m) correspond à la sortie du territoire de La Chapelle-du-Fest du ruisseau du Hamel, court affluent de la Vire, au nord-ouest. La commune est bocagère.

Le climat est océanique, comme dans tout l'Ouest de la France. La station météorologique la plus proche est Caen-Carpiquet, à 41 km, mais Granville-Pointe du Roc est à 50 km[2]. Le Saint-Lois s'en différencie toutefois pour la pluviométrie annuelle qui, à Saint-Amand, avoisine les 950 mm[3].

Communes limitrophes de Saint-Amand[4]
Saint-Jean-d'Elle (comm. dél. de Saint-Jean-des-Baisants),
Condé-sur-Vire
Saint-Jean-d'Elle
(comm. dél. de Précorbin)
Biéville,
Le Perron
Condé-sur-Vire,
Torigny-les-Villes (comm. dél. de Torigni-sur-Vire)
Saint-Amand[4] Placy-Montaigu
Torigny-les-Villes
(comm. dél. de Torigni-sur-Vire)
Torigny-les-Villes
(comm. dél. de Giéville et Guilberville)
Placy-Montaigu, Torigny-les-Villes (comm. dél. de Guilberville)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme ecclesia Sancti Amamli en 1032[5].

Le toponyme honore Amand de Maastricht, évangélisateur du nord de la Gaule au VIIe siècle[6][réf. à confirmer].

Le gentilé est Saint-Amandais.

La paroisse de Saint-Symphorien-les-Buttes était dédiée à Symphorien d'Autun, martyr chrétien du IIe siècle. Saint-Symphorien-les-Buttes s'appelait simplement Saint-Symphorien avant 1921[7].

Le nom de la localité de La Chapelle-du-Fest est attesté sous la forme Capelle de Festo vers 1350[8]. Ce toponyme serait dû à la position de la chapelle sur une ligne de faîte (ancien français fest) entre deux ruisseaux[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1973, Saint-Amand (1 083 habitants en 1968) absorbe La Chapelle-du-Fest (119 habitants) et Saint-Symphorien-les-Buttes (119 habitants également)[9],[10],[7], qui ont gardé le statut de communes associées.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Amand

Les armes de la commune de Saint-Amand se blasonnent ainsi :
Fuselé d'argent et de gueules[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[14]
Période Identité Étiquette Qualité
1937 1953 Alfred Guernier    
1953 1961 Albert Chatel    
1961 1966 Jules Renouf    
1966[15] mars 2001 André Sénécal    
mars 2001[16] mars 2014 Bernard Brun   militaire retraité
mars 2014[17] en cours Jean Lebouvier   artisan du bâtiment retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et cinq adjoints[17]. L'un de ces conseillers est maire délégué de la commune associée de La Chapelle-du-Fest, un autre est maire délégué de celle de Saint-Symphorien-les-Buttes[17].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Amand dispose d'une école maternelle et d'une école élémentaire publiques.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[19],[Note 2].

En 2015, la commune comptait 2 351 habitants, en augmentation de 4,16 % par rapport à 2010 (Manche : 0,44 %, France hors Mayotte : 2,49 %). Saint-Amand avait compté jusqu'à 1 485 habitants en 1806 puis la population était redescendue à 944 (1921). Le précédent maximum fut dépassé en 1982 (1 535 habitants, après la fusion des trois communes). La Chapelle-du-Fest avait atteint son maximum démographique en 1821/1831 (222 habitants) et Saint-Symphorien en 1831 également (352 habitants).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3651 3721 4851 3611 3571 4091 4021 3791 372
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3001 2791 2531 2311 2431 2081 1701 2061 144
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0581 0681 0729441 0441 1201 1021 0731 080
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2015
1 0311 0831 2471 5351 8052 0032 2112 3662 351
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique de La Chapelle-du-Fest avant 1973
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
167157172222222183193196175
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
178170170165180182172184183
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
180187170152163132155152157
1962 1968 - - - - - - -
141119-------
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
(Source : EHESS[10])
Évolution démographique de Saint-Symphorien-les-Buttes avant 1973
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
162175202218352305303251220
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
212234216209206192182195166
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
179181167142163167151159131
1962 1968 - - - - - - -
132119-------
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
(Source : EHESS[7])

Économie[modifier | modifier le code]

Un parc de six éoliennes est entrée en service en 2011. L'une de ces éoliennes est située sur le territoire de Lamberville, les cinq autres sur Saint-Amand[22],[23].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Amand.
L'église de Saint-Symphorien.
L'église de La Chapelle-du-Fest.

Saint-Amand possède un monument historique immobilier[24] : l'église de Saint-Symphorien-les-Buttes (XIe), inscrite au titre des monuments historiques[25].

Autres édifices remarquables :

  • L'église Saint-Amand (XIIe siècle, très remaniée), abritant un christ en croix du XIVe siècle classé au titre objet des monuments historiques[26].
  • Le manoir de la Haute Chèvre (XVIIIe).
  • Le château des Branches (XIXe).
  • Le manoir du Bois (XIXe).
  • L'église Notre-Dame de la Chapelle-du-Fest (XIXe), rénovée en 2007.
  • Le manoir du Butel (XVIe) à Saint-Symphorien.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les unités de paysage : Unité 4.3.3 : Le Bocage en tableaux » [PDF], sur basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr, Dreal Basse-Normandie (consulté le 19 novembre 2016)
  2. Distances orthodromiques selon le site Lion 1906
  3. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (consulté le 3 octobre 2015) (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  4. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  5. Ernest Nègre - 1998 - Toponymie générale de la France: Tome 3, (ISBN 2600028846).
  6. « Site officiel de Saint-Amand - Histoire » (consulté le 14 juillet 2012)
  7. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Symphorien-les-Buttes », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 28 février 2011)
  8. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 2 : Formations non romanes ; formations dialectales, Genève, (lire en ligne), p. 1151
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Amand », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 4 janvier 2009)
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - La Chapelle-du-Fest », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 28 février 2011)
  11. « GASO, la banque du blason - Saint-Amand Manche » (consulté le 18 décembre 2013).
  12. https://www.francetvinfo.fr/elections/resultats/manche_50/saint-amand_50160#type=departmental&year=2015
  13. https://www.francetvinfo.fr/elections/resultats/manche_50/saint-amand_50160
  14. René Gautier, 601 communes et lieux de vie de la Manche, Éditions Eurocibles, (ISBN 978-2354-58-0360), p. 498
  15. « La place de la mairie a un nom. Celui d’André Sénécal, ancien maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 22 octobre 2014)
  16. « Dernier conseil municipal pour Bernard Brun », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 17 octobre 2014)
  17. a, b et c « Jean Lebouvier, maire des trois communes associées », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 17 avril 2014)
  18. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 .
  22. « Ouest-france.fr - Les éoliennes devraient tourner en fin d'année - Saint-Amand »
  23. « Ouest-france.fr - Visite du parc éolien Samedi 4 septembre, 10 h à 12 h et 14 h à 16 h. Début 2011, le parc... - Saint-Amand » (consulté le 4 septembre 2010)
  24. « Liste des monuments historiques de la commune de Saint-Amand. », base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. « Église de Saint-Symphorien-les-Buttes », notice no PA00125303, base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. « Statue : Christ en croix », notice no PM50001516, base Palissy, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :