Lamberville (Manche)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lamberville.
Lamberville
L'église Saint-Jean.
L'église Saint-Jean.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Saint-Lô
Canton Condé-sur-Vire
Intercommunalité Saint-Lô Agglo
Maire
Mandat
François de Brunville
2014-2020
Code postal 50160
Code commune 50261
Démographie
Gentilé Lambervillais
Population
municipale
174 hab. (2015 en augmentation de 1,75 % par rapport à 2010)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 48″ nord, 0° 54′ 31″ ouest
Altitude Min. 95 m
Max. 181 m
Superficie 7,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 14.svg
Lamberville

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Lamberville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lamberville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lamberville

Lamberville est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 174 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est à l'est du pays saint-lois. Son petit bourg est à 8,5 km au nord-est de Torigni-sur-Vire, à 9 km à l'ouest de Caumont-l'Éventé, à 15 km au sud-ouest de Balleroy et à 16 km à l'est de Saint-Lô[1].

Le territoire est à l'écart des axes routiers principaux, traversé par la modeste route départementale no 190 reliant Rouxeville au nord-ouest à Dampierre au sud-est. Elle croise dans le petit bourg la D 213 qui permet de rejoindre la D 11 (Saint-Lô - Caumont-l'Éventé) au nord et la D 13 (Torigni-sur-Vire - Caumont-l'Éventé) au sud. Par Torigni-sur-Vire, on accède à l'A84 à Guilberville (échangeur 40) à 15 km au sud.

Lamberville est dans le bassin de la Vire. Les deux ruisseaux qui parcourent le territoire communal, le ruisseau de Parquet et le Cauvin, livrent leurs eaux à la Drôme en dehors du territoire, à l'est. Le Cauvin draine le centre de la commune et le ruisseau de Parquet marque la limite nord. Une frange ouest alimente le ruisseau de Précorbin, affluent direct de la Vire.

Le point culminant (181 m) se situe en limite sud-ouest, près du lieu-dit le Roquier. Le point le plus bas (95 m) correspond à la sortie du ruisseau de Parquet du territoire, au nord-est. La commune est bocagère.

Le climat est océanique, comme dans tout l'Ouest de la France. La station météorologique la plus proche est Caen-Carpiquet, à 35 km, mais Granville-Pointe du Roc est à moins de 60 km[2]. Le Saint-Lois s'en différencie toutefois pour la pluviométrie annuelle qui, à Lamberville, avoisine les 950 mm[3].

La commune présente un habitat dispersé typique du Bocage normand, composé d'une vingtaine de hameaux[4] : le bourg de Lamberville, les Monteries, la Pitelière, la Ricardière, le Saussey, la Meslerie, la Monnerie (où se situe le Moulin Cauvin), la Bonnardière, le Presbytère, la Fertière, Chanteloup, la Morinière, la Campagne, la Croix Jolie, la Nicollière, la Falle ès Faudais, le Roquier, la Forge au Pas, le Breuil, la Beauconnière, les Vaux, la Pourrie, les Landes.

Communes limitrophes de Lamberville[5]
Saint-Jean-d'Elle
(comm. dél. de Rouxeville)
Saint-Jean-d'Elle
(comm. dél. de Vidouville)
Saint-Jean-d'Elle
(comm. dél. de Vidouville)
Saint-Jean-d'Elle
(comm. dél. de Précorbin)
Lamberville[5] Biéville
Saint-Amand Saint-Amand Biéville

Toponymie et microtoponymie[modifier | modifier le code]

Lambervilla est attesté en 1159. À l'origine Landbert Villa était le domaine (ville en ancien français) du colon germanique Landbert[6].

Le gentilé est Lambervillais.

Le Breuil signifiait en langue d'oïl « petit bois ».

Chanteloup est un toponyme courant, qui désignait un endroit où les meutes de loups hurlaient. Nombre de communes et hameaux français portent ce nom, attesté dès les XIe-XIIIe siècles sous la forme Cantu Lupi. Ce toponyme indique aussi la présence importante de bois et forêts autrefois dans ces lieux.

Landes désignait une vaste prairie.

Les lieux en Y-ière, Y-erie, le Y sont des constructions « plus récentes » (post-Moyen Âge). À l'origine, ils désignaient le corps agricole détenu par la famille Y. Monteries = ferme des Monter ; Pitelière = ferme des Pitel ; Ricardière = ferme des Ricard ; Saussey = ferme des Saussey ; Meslerie = ferme des Mesle ; Monnerie = ferme des Mons ; Bonnardière = ferme des Bonnard ; Fertière = ferme des Fertin ; Morinière = ferme des Morin ; Nicollière = ferme des Nicolle ; Falle ès Faudrais = ferme des Faudrais ; Roquier = ferme des Roquier ; Beauconnière = ferme des Beaucon ; Vaux = ferme des Vaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, la paroisse dépendait de la sergenterie de Thorigny, de l'élection de Bayeux (1612/1636, 1677), puis de celle de Saint-Lô (1713), et de la généralité de Caen.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires[9]
Période Identité Étiquette Qualité
1901 1919 Désiré Lenauld    
1919 1956 Octave Lenauld    
1956 1994 Désiré Lenauld    
juin 1995[10] mars 2001 Roger Gaillard SE Agriculteur
mars 2001[10] en cours François de Brunville[11] SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[11].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13].

En 2015, la commune comptait 174 habitants[Note 2], en augmentation de 1,75 % par rapport à 2010 (Manche : +0,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Lamberville a compté jusqu'à 538 habitants en 1841.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
287 282 303 320 314 325 538 516 478
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
418 423 431 401 397 393 374 382 349
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
317 320 305 293 311 302 273 272 264
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
236 229 202 192 176 169 159 171 174
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Un parc de six éoliennes est entré en service en 2011. L'une de ces éoliennes est située sur le territoire de Lamberville, les cinq autres sur Saint-Amand[16],[17].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. Distances orthodromiques selon le site Lion 1906
  3. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (consulté le 11 février 2016) (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  4. Lamberville sur Géoportail.
  5. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  6. Toponymie générale de la France volume 2, E. Nègre
  7. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Departementales/elecresult__departementales-2015/(path)/departementales-2015/050/05009261.html
  8. http://www.interieur.gouv.fr/fr/Elections/Les-resultats/Regionales/elecresult__regionales-2015/(path)/regionales-2015/28/2850/2850261.html
  9. René Gautier, 601 communes et lieux de vie de la Manche, Éditions Eurocibles, (ISBN 978-2354-58-0360), p. 295 (liste établie par Jean Pouëssel et Maurice Le platois).
  10. a et b « Plus de 200 000 € pour la mairie et la salle de convivialité », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 24 février 2015) (légende photo)
  11. a et b Réélection 2014 : « Lamberville (50160) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 5 mai 2014)
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  16. « Ouest-france.fr - Les éoliennes devraient tourner en fin d'année - Saint-Amand »
  17. « Ouest-france.fr - Visite du parc éolien Samedi 4 septembre, 10 h à 12 h et 14 h à 16 h. Début 2011, le parc... - Saint-Amand » (consulté le 4 septembre 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]