Le Mesnil-Opac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Manche
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Manche.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Le Mesnil-Opac
Le bourg et son église de la Reconstruction.
Le bourg et son église de la Reconstruction.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Saint-Lô
Canton Condé-sur-Vire
Intercommunalité Saint-Lô Agglo
Statut commune déléguée
Maire délégué Isabelle Fleury
2016-2020
Code postal 50860
Code commune 50316
Démographie
Gentilé Opaciens
Population 268 hab. (2013)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 00′ 47″ nord, 1° 05′ 52″ ouest
Altitude Min. 65 m – Max. 161 m
Superficie 5,58 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Moyon-Villages
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 15.svg
Le Mesnil-Opac

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 15.svg
Le Mesnil-Opac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Le Mesnil-Opac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Le Mesnil-Opac

Le Mesnil-Opac est une ancienne commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Moyon-Villages.

Elle est peuplée de 268 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est en Pays saint-lois. Son bourg est à 5,5 km au nord-ouest de Tessy-sur-Vire, à 8,5 km au sud-ouest de Condé-sur-Vire et à 12 km au sud de Saint-Lô[1].

Le territoire est traversé du nord au sud par la route départementale no 28 qui passe par le bourg et mène à Tessy-sur-Vire au sud et à Saint-Romphaire et Saint-Lô au nord. La D 77 permet de rejoindre Saint-Samson-de-Bonfossé au nord-ouest et la D 396 Troisgots à l'est. L'accès à l'A84 (sortie 39) est situé à 10 km au sud, par Tessy-sur-Vire.

Le Mesnil-Opac est dans le bassin de la Vire, par ses sous-affluents le ruisseau de Dillon, qui délimite le territoire à l'ouest, et le ruisseau de Bricqueville le limitant à l'est. Ces deux ruisseaux rejoignent le Marqueran sur la commune voisine, Moyon, rivière qui conflue avec la Vire entre Fervaches et Troisgots. Les hauteurs entre les deux vallons, sur lesquelles est situé le bourg, sont parcourues par la route départementale 77.

Le point culminant (161 m) se situe au nord-ouest, près du lieu-dit la Héroudière. Le point le plus bas (65 m) correspond à la sortie du ruisseau du Dillon du territoire, au sud. La commune est bocagère.

Le climat est océanique, comme dans tout l'Ouest de la France. La station météorologique la plus proche est Granville-Pointe du Roc, à 40 km, mais Caen-Carpiquet est à près de 50 km[2]. Le Pays saint-lois s'en différencie toutefois pour la pluviométrie annuelle qui, au Mesnil-Opac, avoisine les 1 000 mm[3].

Les lieux-dits sont, du nord-ouest à l'ouest, dans le sens horaire : la Riquerie, la Carbonnerie, les Noës, le Crespin, la Hédouvière, la Fosse Fouquet, les Champins, le Pivelet (au nord), la Tringale, le Petit Bricqueville, la Morandière, la Lande, le Grand Bricqueville, le Bourg (à l'est), la Faverie, Bonne Louise, les Hayes, la Perette, le Brisault, le Champ Hue (au sud), les Vaux, la Tosnardière, le Dillon, le Champ Pommier, le Beaussemay, le Hamel Gosselin (à l'ouest), la Maison Neuve et le Bouessais[4].

Communes limitrophes du Mesnil-Opac[5]
Saint-Samson-de-Bonfossé (comm. nouv. de Bourgvallées),
Saint-Martin-de-Bonfossé
Saint-Romphaire
(comm. nouv. de Bourgvallées)
Saint-Romphaire
(comm. nouv. de Bourgvallées)
Le Mesnil-Herman du Mesnil-Opac[5] Troisgots
Le Mesnil-Herman Moyon
(comm. nouv. de Moyon-Villages)
Moyon
(comm. nouv. de Moyon-Villages)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Mesnillo Ospac en 1180[6] et Maisnillum Ospac en 1180-1189[7].

Le toponyme est issu d'un anthroponyme scandinave/norrois tel qu'Ospakr[7], latinisé en Ospachus[6]. L'ancien français Mesnil, « domaine rural », est un toponyme très répandu en France issu du bas latin Mansionem, dérivé latin mansionile[8], diminutif de mansio, « demeure, habitation, maison ».

Le gentilé est Opacien.

Microtoponymie[modifier | modifier le code]

Bricqueville est d'origine germanique, le "domaine de Bericho / Berik" [9].

Les hameaux en Y-ère/-erie sont des habitats ultérieurs, résultant du développement démographique de la Normandie. Ils désignaient la ferme de la famille Y, fondée sur les nouvelles terres obtenues par les grands défrichements des XIe-XIIIe siècle. Les essarts prennent le nom des défricheurs, suivi de la désinence -erie ou -ière[10]. Les autres hameaux en Hôtel / Le / Maison…Y sont des constructions encore plus tardives, ils désignent la propriété de la famille Y.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, la paroisse dépendait de la généralité de Caen, de l'élection de Coutances (en 1612/1636 et 1677) puis de Saint-Lô (en 1713), et de la sergenterie de Moyon.

Le , Le Mesnil-Opac intègre avec Moyon et Chevry la commune de Moyon-Villages[11] créée sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales. Les communes du Mesnil-Opac, Chevry et Moyon deviennent des communes déléguées. Moyon est le chef-lieu de la commune nouvelle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
? ? R. Payen de la Garanderie    
? 2001 Fernand Leplatois    
2001[12] mars 2014 Michel Desvages SE Agriculteur
mars 2014[13] juillet 2014[14] Guy Lefranc SE Retraité
octobre 2014[15] décembre 2015 Isabelle Fleury SE Sérigraphe[16]
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal était composé de huit membres (pour onze sièges) dont le maire et trois adjoints[15]. Ces conseillers intègrent au complet le conseil municipal de Moyon-Villages le jusqu'en 2020 et Isabelle Fleury devient maire délégué.

Les élections de 2014 engendre un certain remous au sein de la commune. En effet, à la suite du scrutin national, le maire sortant Michel Desvages est élu conseiller municipal mais battu par Guy Lefranc lors du vote pour le poste de maire. Ce dernier démissionne du poste de maire deux mois plus tard et son adjointe quitte le conseil, ce qui a pour effet de provoquer une nouvelle répartion du nombre de délégués communautaire au sein de Saint-Lô Agglo. Lors des municipales partielles qui se déroulent en octobre, Isabelle Fleury est élue au conseil, avant de remporter, la semaine suivante, l'élection du maire, devant Michel Desvages ; l'ancien maire et deux autres conseillers démissionnent alors du conseil[15].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 268 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2005, 2010, 2015, etc. pour Le Mesnil-Opac[17]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Le Mesnil-Opac a compté jusqu'à 433 habitants en 1841.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
302 368 399 384 386 423 433 416 375
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
360 345 360 366 341 337 343 332 321
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
322 339 302 275 291 285 271 261 265
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2013
285 265 190 211 200 215 229 266 268
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006 [19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les vestiges de l'ancienne église.
  • L'église Notre-Dame (Reconstruction, 1957).
  • Ruine de l'ancienne église.
  • Bricqueville-la-Heutière (XVIIIe).
  • Bricqueville-Mesnil-Céron (XVIIIe).

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2013.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. Distances orthodromiques selon le site Lion 1906
  3. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (consulté le 7 septembre 2014) (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  4. Le Mesnil-Opac sur Géoportail.
  5. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  6. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 3 : Formations dialectales (suite) et françaises, Genève, (lire en ligne), p. 1667
  7. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  8. Albert Dauzat, Les noms de lieux, origine et évolution, Libraire Delagrave, Paris, 1926, p. 153.
  9. Toponymie générale de la France. 2. Formations non-romanes ; formations dialectales, Volume 2 par Ernest Nègre.
  10. Voir Histoire de la Normandie
  11. « Recueil des actes administratifs de septembre 2015 - numéro spécial 59 » [PDF], sur le site de la préfecture de la Manche (consulté le 13 février 2016).
  12. « Michel Desvages retrouve son poste de maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 7 septembre 2014)
  13. « Guy Lefranc élu devant le maire sortant », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 15 avril 2014)
  14. Des maires entre surprise et colère
  15. a, b et c « Elections municipales au Mesnil-Opac. Isabelle Fleury élue maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 19 octobre 2014)
  16. Trois candidats pour l'élection municipale partielle
  17. Date du prochain recensement à Le Mesnil-Opac, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :