Aller au contenu

Gourfaleur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gourfaleur
Gourfaleur
L'église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Saint-Lô
Intercommunalité Saint-Lô Agglo
Statut commune déléguée
Maire délégué
Mandat
Roger Enguerrand
2020-2026
Code postal 50750
Code commune 50213
Démographie
Gentilé Gourfaleurais
Population 460 hab. (2021)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 59″ nord, 1° 06′ 44″ ouest
Altitude Min. 12 m
Max. 100 m
Superficie 8,45 km2
Élections
Départementales Saint-Lô-2
Historique
Commune(s) d'intégration Bourgvallées
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Gourfaleur
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Gourfaleur
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
Gourfaleur
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte administrative de la Manche
Gourfaleur

Gourfaleur est une ancienne commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 460 habitants[Note 1]. Elle devient commune déléguée le à la suite de la création de la commune nouvelle de Bourgvallées.

Géographie

[modifier | modifier le code]

La commune est en pays saint-lois. Son bourg est à 5 km à l'est de Canisy, à 5,5 km au sud de Saint-Lô et à 8 km au nord-ouest de Condé-sur-Vire[1].

Elle est bordée à l'ouest par le ruisseau l'Hain et au nord par la Vire.

Le point culminant (100 m) se situe au sud, près des lieux-dits la Monterie et Hamel Huault. Le point le plus bas (12 m) correspond à la sortie de la Vire du territoire, au nord-ouest. La commune est bocagère.

La commune se compose de plusieurs écarts : Gourfaleur, le Hamel, la Dohinière, l'Hôtel Jean, les Moulins, les Anneries, la Butterie, la Corderie, la Groudière, la Rançonnière, la Jouannerie, la Crespelière, la Crosnerie, les Mares, Hamel Huault, les Champs, la Monterie, la Patoyère, la Lande, la Hardière, l'Arguillier, la Rolière, la Dainerie, le Béron, la Pitardière.

Le nom de la localité est attesté sous les formes Corphalour en 1056[3], Gourfalou en 1190[3] et Corfalor en 1203[3].

L'origine est incertaine. Ernest Nègre relève les hypothèses de l'ancien français failli cœur, « à qui manque le courage », et de l'ancien français court, « ferme », adjoint de l'anthroponyme Falourd[3]. René Lepelley considère quant à lui que -faleur aurait dans ce dernier cas peut-être pour origine le nom d'un peuple germanique, sans plus de précision[4]. François de Beaurepaire considère aussi que l'origine pourrait être un curte taifalorum, du nom du peuple des Taïfales, sans en être assuré ; il pense aussi que le nom pourrait provenir du peuple des Falchovarii, qui a aussi donné son nom à la Westphalie[5].

Le gentilé est Gourfaleurais.

Microtoponymie

[modifier | modifier le code]

Les lieux-dits en Y-ère/-erie sont des habitats relativement récents, résultant du développement démographique de la Normandie. Ils désignaient la ferme de la famille Y, fondée sur les nouvelles terres obtenues par les grands défrichements des XIe – XIIIe siècle. Les essarts prennent le nom des défricheurs, suivi de la désinence -erie ou -ière[6].

Les autres lieux-dits en (Hôtel / Hameau / Le / Clos / Pont / Maison)-Y sont des constructions plus tardives, ils désignaient un bien de la famille Y.

Guillaume Ier de Gourfaleur, chevalier, vivant en 1210, qui tenait le fief de Gourfaleur en est le premier seigneur connu. Renouf de Gourfaleur, son fils ? était, en 1259, bailli de Caen[7].

Au XVIe siècle, Jean de Gourfaleur, seigneur de Bonfossé, nommé en 1584 gouverneur de Saint-Lô par le maréchal de Matignon, prit en 1592, le parti de la Ligue[7].

Charles-Gabriel Daniel de Frotté (1732-1791), fils de Marie-Élisabeth de Béron, seigneur et patron de Couterne, Gourfaleur et autres lieux, sera le dernier seigneur de Gourfaleur[7].

Sous l'Ancien Régime, la paroisse dépendait de la généralité de Caen, de l'élection de Coutances (1612/1636, 1677) puis de Saint-Lô (1713), et de la sergenterie de Saint-Gilles[Note 2].

Entre 1892 et 1938, la commune a été desservie par la ligne Saint-Lô - Guilberville.

Politique et administration

[modifier | modifier le code]
Mairie
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1800 1800 Jacques Gilles Vaudevire    
1800 1804 Jacques François Rihouey    
1804 1812 François Augustin Ozenne    
1812 1816 Jean Baptiste Ozenne    
1816 1826 Guillaume Augustin Lerebour    
1826 1841 Dufour    
1841 1853 Jacques Pasquier    
1853 1865 Michel François Richard    
1865 1881 Joseph Grente    
1881 1884 Auguste Ozenne    
1884 1888 François Tréfeu    
1888 1888 Luc Letétrel    
1888 1900 Augustin Marin    
1900 1914 Dufour    
1914 1930 Thomas    
1930 1934 André    
1934 1947 André (fils)    
1947 1948 de Tillière    
1948 1953 Richard    
1953 1958 Lemaître    
1958 1959 Deslandes    
1959 1971 de Saint-Nicolas    
1971 1989 Eugène Richard    
1989[8] déc. 2015 Claude Maisonneuve[9] SE Agriculteur
Une partie des données est issue de l'ouvrage 601 communes et lieux de vie de la Manche[7].

Le conseil municipal était composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[10].

Liste des maires délégués
Période Identité Étiquette Qualité
jan. 2016 mai 2020 Claude Maisonneuve SE Agriculteur
mai 2020[11] En cours Roger Enguerrand SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie

[modifier | modifier le code]

En 2021, la commune comptait 460 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2007, 2012, 2017, etc. pour Gourfaleur[12]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
549642655616655638602604568
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
570554522500509475478500480
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
454443416349395418399475355
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2016
389387405526474432430461452
2019 - - - - - - - -
459--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]
Le pont de Gourfaleur sur la Vire.
  • Église Notre-Dame du XIIe siècle (parties en arête-de-poisson), très remaniée au XIXe.
L'existence de l'église Notre-Dame est attestée dès 1056 dans une charte de Guillaume, duc de Normandie. Son architecture remonte au XIIe siècle. Le portail occidental en pierre de Caen est surmonté d'une archivolte en plein cintre simplement moulurée soutenue par deux colonnettes à chapiteaux. La nef a conservé au sud son appareil en opus spicatum. Le plan d'origine a été maintenu, malgré la reconstruction du chœur au XVe siècle et l'adjonction en 1656 d'un clocher abritant la chapelle Saint-Joseph, au nord. Cette tour ne fut achevée qu'à la fin du XVIIe siècle. Le chœur est prolongé par une sacristie à pans coupés formant un faux chevet. La charpente lambrissée de la nef date de la fin du XVe ou du début du XVIe siècle. Certains poinçons sont dédoublés et sculptés en forme de colonnettes. Les verrières du chœur (XIXe – XXe siècle), de Charles Champigneulle, sont consacrées aux archanges. Saint Raphaël arrache des flammes le jeune Tobie, représenté au-dessous avec son poisson. Saint Michel terrassant le dragon apparaît à saint Aubert, évêque d'Avranches, à qui l'archange demanda à plusieurs reprises de bâtir un sanctuaire au mont Tombe : le futur mont Saint-Michel. Enfin, l'archange saint Gabriel tient un lys dans le mystère de l'Annonciation. La présence des armoiries du pape Léon XIII et de celles de Abel-Anastase Germain, évêque de Coutances, permet de placer leur création entre 1878 et 1891[réf. nécessaire]. L'église abrite également un bas-relief (XVe), un cadran solaire (XVIIIe), une chaire à prêcher (XVIIIe), une charpente de toit (XVe), une statue de saint Lubin (XVIIIe), une Vierge à l'Enfant (XVIIIe).
  • Croix de cimetière (XVIIe siècle).
  • Château du Béron (XVIIe – XIXe siècle).
  • Manoir de la Cour (XVIe siècle).
  • Manoir de Saint-Lubin.
  • Manoir de Cahanel (XVIe – XIXe siècle).
  • La Patoyère dite la maison du laboureur (XVIIe siècle).
  • Site de l'ancienne gare et du pont de Gourfaleur (en fait partagé avec les territoires de Baudre et Saint-Lô).
  • If à l'entrée du cimetière.
  • Vallée de la Vire à son confluent avec l'Hain, et pont d'origine médiévale.

Activité et manifestations

[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • Daniel Delattre et Emmanuel Delattre, La Manche les 602 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, , 280 p. (ISBN 978-2-9159-0709-4), p. 95.
  • René Gautier et al. (préf. Jean-François Le Grand, postface Danièle Polvé-Montmasson), 601 communes et lieux de vie de la Manche : Le dictionnaire incontournable de notre patrimoine, Bayeux, Éditions Eurocibles, coll. « Inédits & Introuvables », , 704 p. (ISBN 978-2-35458-036-0), p. 227.

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Population municipale 2021.
  2. La sergenterie de Saint-Gilles, qui relevait initialement de l'élection de Coutances, fut en grande partie rattachée à l'élection de Saint-Lô à la fin du XVIIe ou au début du XVIIIe siècle.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références

[modifier | modifier le code]
  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr.
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  3. a b c et d Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 3 : Formations dialectales (suite) et françaises, Genève, (lire en ligne), p. 1663.
  4. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), BNF 36174448), p. 136.
  5. François de Beaurepaire, Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, A. & J. Picard, 1986, 253 p. (ISBN 978-2-7084-0299-7), p. 125.
  6. Voir Histoire de la Normandie.
  7. a b c et d Gautier 2014, p. 227.
  8. « Le maire Claude Maisonneuve sera sur la liste », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  9. Réélection 2014 : « Nouveau mandat de maire pour Claude Maisonneuve », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  10. « Gourfaleur (50750) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  11. « Municipales à Bourgvallées. Claude Javalet devient maire de la commune nouvelle », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  12. Date du prochain recensement à Gourfaleur, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 2016 2017 2018 .