Giéville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Manche
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Manche.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Giéville
L'église Saint-Martin.
L'église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Saint-Lô
Canton Condé-sur-Vire
Intercommunalité Saint-Lô Agglo
Commune Torigny-les-Villes
Statut Commune déléguée
Maire délégué Dominique Rose
2016-2020
Code postal 50160
Code commune 50202
Démographie
Gentilé Giévillais
Population 704 hab. (2013)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 00′ 52″ nord, 0° 58′ 46″ ouest
Altitude Min. 53 m – Max. 150 m
Superficie 10,33 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Torigny-les-Villes
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 15.svg
Giéville

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 15.svg
Giéville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Giéville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Giéville

Giéville est une ancienne commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Torigny-les-Villes.

Elle est peuplée de 704 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est en pays saint-lois. Son bourg est à 3 km au sud de Torigni-sur-Vire et à 8,5 km au nord-est de Tessy-sur-Vire[1].

Plusieurs routes départementales parcourent le territoire communal, dont deux se rejoignent dans le bourg de Torigni-sur-Vire au nord : la D 13 qui permet au sud-ouest de retrouver Domjean et Tessy-sur-Vire, et la D 974 (ancienne route nationale 174 qui va vers Vire au sud. Situé entre les deux, le bourg en est relié par la D 558. Empruntant partiellement la D 974, celle-ci se prolonge à l'est vers Saint-Symphorien-les-Buttes. Partant de la D 974 à l'est, la D 186 et la D 86 qui la rejoint permettent de prendre la direction du Bény-Bocage vers le sud-est. L'accès à l'A84 (sortie 40) est à 5,5 km au sud à Guilberville.

Giéville est dans le bassin de la Vire. Son affluent la rivière de Jacre délimite le territoire au sud-ouest et son bassin occupe la partie sud du territoire. La Jacre rejoint la Vire sur la commune voisine Domjean. La partie nord-est est dans le bassin du Hamel, autre affluent de la Vire, qui rejoint le fleuve côtier à Condé-sur-Vire. Un court affluent direct de la Vire draine les eaux du nord-ouest et la rejoint également à Condé-sur-Vire.

Le point culminant (150 m) se situe en limite est, sur les pentes de la Hogue, près du lieu-dit la Tête Marie. Le point le plus bas (53 m) correspond à la sortie de la Vire du territoire, à l'ouest. La commune est bocagère.

Le climat est océanique, comme dans tout l'Ouest de la France. La station météorologique la plus proche est Caen-Carpiquet, à 43 km, mais Granville-Pointe du Roc est à moins de 50 km[2]. Le Saint-Lois s'en différencie toutefois pour la pluviométrie annuelle qui, à Giéville, avoisine les 950 mm[3].

Les lieux-dits sont, du nord-ouest à l'ouest, dans le sens horaire : les Claveteries, les Landes, les Bouillons, les Mauvinières, Norolles, la Guillardière, Putot, la Bigne (au nord), la Govinière, les Vallées, la Pavé, l'Oiselière, la Bouletière, la Conterie (à l'est), le Champ Savin, la Tête Marie, la Détourbe, la Filerie, le Pont du Mesnil, la Lande, les Montagnes, la Castelière, la Buquerie, la Bourgaie (au sud), le Bourg, le Haut des Chasses, la Beaudrie, la Françaiserie, le Bosq, les Canneveries, la Croix, la Hogues, la Tanquellerie, le Pont de Jacre, le Haut Hamel (à l'ouest), la Touperie, le Chêne à Rots, la Brandonnière, les Quimbins, la Harivellerie, la Carpentrie et la Gardinière[4].

Communes limitrophes de Giéville[5]
Brectouville
(comm. nouv. de Torigny-les-Villes)
Torigni-sur-Vire
(comm. nouv. de Torigny-les-Villes)
Saint-Amand
(comm. nouv. de Saint-Amand-Villages)
Brectouville (comm. nouv. de Torigny-les-Villes),
Domjean
Giéville[5] Saint-Amand (comm. nouv. de Saint-Amand-Villages),
Guilberville (comm. nouv. de Torigny-les-Villes)
Domjean Saint-Louet-sur-Vire Guilberville
(comm. nouv. de Torigny-les-Villes)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est attesté sous les formes Guyevilla en 1350[6], Guyville en 1375[6], Guieville en 1406 et 1434[6]. S'il n'y a pas de doute quant à l'origine de ville, du latin villa, « domaine rural », par l'ancien français ville au sens originel identique, celle de gié est beaucoup plus obscure. On l'attribue généralement à un anthroponyme, germanique selon Albert Dauzat qui émet l'hypothèse Gero[7] et pour Ernest Nègre qui évoque Giddo[6].

Le gentilé est Giévillais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , Giéville intègre avec trois autres communes la commune de Torigny-les-Villes[8] créée sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales. Les communes de Brectouville, Giéville, Guilberville et Torigni-sur-Vire deviennent des communes déléguées et Torigni-sur-Vire est le chef-lieu de la commune nouvelle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[9]
Période Identité Étiquette Qualité
1935 1945 Louis Octave Mourocq    
1946 1955 Louis Leredde    
1956[10] 1977 Henri Rose   Agriculteur
1977 1989 Guy Lacour    
1989[10] juin 1995 Henri Rose   Agriculteur
juin 1995 décembre 2006 Guy Lacour    
mars 2007[11] décembre 2015 Dominique Rose[12] SE Exploitant agricole
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal était composé de quinze membres dont le maire et deux adjoints[12]. Ces conseillers intègrent au complet le conseil municipal de Torigny-les-Villes le jusqu'en 2020 et Dominique Rose devient maire délégué.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 704 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2008, 2013, 2018, etc. pour Giéville[13]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Giéville a compté jusqu'à 848 habitants en 1806.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
797 737 848 795 731 785 783 762 779
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
702 690 682 647 649 593 580 578 557
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
555 580 553 499 530 518 575 516 536
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
509 508 457 556 618 587 653 704 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006 [15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin et le monument aux morts.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Le Quarteron's-club forme et participe régulièrement à des compétitions d'agility[16].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2013.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. Distances orthodromiques selon le site Lion 1906
  3. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (consulté le 18 septembre 2014) (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  4. Giéville sur Géoportail.
  5. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  6. a, b, c et d Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 2 : Formations non romanes ; formations dialectales, Genève, (lire en ligne), p. 954
  7. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  8. « Recueil des actes administratifs de septembre 2015 » [PDF], sur le site de la préfecture de la Manche (consulté le 17 février 2016).
  9. René Gautier, 601 communes et lieux de vie de la Manche, Éditions Eurocibles, (ISBN 978-2354-58-0360), p. 219
  10. a et b « L'ancien maire Henri Rose est décédé », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 1er avril 2015)
  11. « Dominique Rose reconduit au poste de maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 18 septembre 2014)
  12. a et b Réélection 2014 : « Dominique Rose reconduit au poste de maire », sur Ouest-france.fr (consulté le 10 avril 2014)
  13. Date du prochain recensement à Giéville, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  16. « Ouest-france.fr - Agility : des compétitions pour le Quarteron's-club - Giéville » (consulté le 18 octobre 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :