Soulles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la commune de Soulles. Pour la rivière Soulles, voir Soulles (rivière).

Soulles
Soulles
L'église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Saint-Lô
Canton Saint-Lô-2
Intercommunalité Saint-Lô Agglo
Maire
Mandat
Alain Lebouvier
2014-2020
Code postal 50750
Code commune 50581
Démographie
Gentilé Soullais
Population
municipale
489 hab. (2015 en augmentation de 4,49 % par rapport à 2010)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 00′ 51″ nord, 1° 11′ 20″ ouest
Altitude Min. 81 m
Max. 180 m
Superficie 14,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 14.svg
Soulles

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Soulles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Soulles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Soulles

Soulles est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 489 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est dans le centre Manche, au sud-ouest du pays saint-lois. Son bourg est à 8,5 km à l'est de Cerisy-la-Salle, à 8,5 km au sud de Canisy, à 13 km au nord de Percy, à 13 km au nord-ouest de Tessy-sur-Vire et à 16 km au sud-ouest de Saint-Lô[1].

Soulles est traversée par le ruisseau Serre et par la Soulles, rivière dont elle porte le nom. Le tiers nord de son territoire est occupé par le bois de Soulles.

Le point culminant (180/181 m) se situe au nord, près du lieu-dit le Bois. Le point le plus bas (81 m) correspond à la sortie de la Soulles du territoire, à l'ouest. La commune est bocagère.

La commune se compose d'un bourg principal (Soulles avec église, château, cour) avec plusieurs écarts : la Soiverie, l'Hôtel Brohier, le Village Porée, Beauvais, la Maison Neuve, le Bois, la Briandière, la Hectière, l'Euderie, la Poterie, la Hullière, Baudreville, la Juberdière, la Brairie, la Saulnerie, le Village Houssin, la Maison Neuve, la Perelle, les Aulnays, le Bourg, la Lande, le Roquier, le Cosnet, la Ville Neuve, la Frémondière, la Porterie, le Mesnil Robert, la Tannerie, l'Infanterie, la Couterie, Bellais, la Vauterie, la Bissonnière, le Pican, le Binet, la Maisemare, la Fossarderie, l'Hôtel au Maître, la Ferandière, le Village Basnier, le Domaine, les Flories, la Colasière, les Foresteries, les Quatre Acres, la Postellière, le Domaine, le Besnard, la Chouquerie, la Douerie, la Colasière, le Pont Peint.

Communes limitrophes de Soulles[2]
Dangy Saint-Martin-de-Bonfossé Saint-Martin-de-Bonfossé,
Le Mesnil-Herman
Notre-Dame-de-Cenilly Soulles[2] Moyon
Notre-Dame-de-Cenilly,
Le Guislain
La Haye-Bellefond Moyon

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est formé sur celui de l'hydronyme Soulles qui a une origine antérieure[3]; sous la forme latinisée Sola entre 989 et 996[4], villa que vocatur Sola entre 1056 et 1066[5], Sola en 1215[6]. L'hydronyme reposerait sur un thème pré-latin sol évoquant l'eau[3], « cours d'eau, marécage »[7].

Le gentilé est Soullais.

Microtoponymie[modifier | modifier le code]

Le hameau Pican, d'origine anglo-saxonne Pikham (habitations sur une colline pointue)[8].

Le hameau Beauvais, toponyme fréquent attesté dès le Xe-XIIe siècle (de Belvarium « bel aspect »)[9].

Le hameau Baudreville, d'origine germanique : Balther-villa « le domaine de Balther »[9].

Le hameau Mesnil Robert, toponyme d'origine IXe-XIIe siècle, désignait « la ferme de Robert ».

Le tiers des lieux-dits de Soulles sont en Y-ère/-erie, ce sont des habitats relativement tardifs résultant de la forte croissance démographique normande du XIe-XIIIe siècle. Ils désignaient la ferme de la famille Y, fondée sur les nouvelles terres obtenues par les grands défrichements. Les essarts prennent le nom des défricheurs, suivi de la désinence -erie ou -ière[10]. Le reste en (Hôtel / Hameau / Le / Clos / Pont / Maison)-Y sont des constructions encore plus récentes, ils désignaient un bien de la famille Y.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, la paroisse dépendait de la généralité de Caen, de l'élection de Coutances (1612, 1636 et 1677) puis de celle de Saint-Lô (en 1713), et de la sergenterie de Moyon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1800 1800 André Beaufils    
1800 1808 Louis Étienne Levilly    
1808 1840 Michel Marie Le Franc    
1840 1843 Gilles Le Canuet    
1843 1855 Louis Le Mazurier   médecin
1855 1870 Gilles Le Canuet    
1870 1877 Alphonse Guilbert    
1877 1878 François Fossard    
1879 1900 Alphonse Guilbert    
1900 1906 Leclerc    
1906 1940 Bernard Quénault de la Groudière FR député
1940 1947 René Lefranc    
1947 1959 Bernard Quénault de la Groudière FR député
1959 1970 Albert Viard    
1970 1971 Samson Frémond    
1971 1989 Didier de La Moissonnière    
1989 1995 Yves Leheup DVD  
1995 2008 Raymond Esnault    
2008[11] avril 2014 Benoît Lengronne SE réceptionniste
avril 2014[12] en cours Alain Lebouvier SE agriculteur
Une partie des données est issue de l'ouvrage "601 communes et lieux de vie de la Manche" [13]

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[14].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[16].

En 2015, la commune comptait 489 habitants[Note 2], en augmentation de 4,49 % par rapport à 2010 (Manche : +0,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Soulles a compté jusqu'à 1 144 habitants en 1841.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0051 1101 1111 0551 1321 1291 1441 038990
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0031 0001 036943872847826802769
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
744708694663667641643664629
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
582510424377397395415488489
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Cour de Soulles.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. a et b René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 249
  4. Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XXXVI, Caen, 1961, p. 77, § 6.
  5. Ibid., p. 405, § 214.
  6. Julie Fontanel, Le cartulaire du chapitre cathédral de Coutances, Archives départementales de la Manche, Saint-Lô, 2003, p. 435, § 195.
  7. Albert Dauzat, Gaston Deslandes et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de rivières et de montagnes en France, Klincksieck, Paris, 1978, p. 81a.
  8. Contribution à l'étude des établissements saxons en Normandie Louis Guinet - 1967
  9. a et b Toponymie générale de la France.Volume 2 par Ernest Nègre
  10. Histoire de la Normandie
  11. « Le nouveau maire se nomme Benoît Lengronne », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 31 mars 2015)
  12. « Alain Lebouvier est le nouveau maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 31 mars 2015)
  13. René Gautier, 601 communes et lieux de vie de la Manche [détail des éditions]
  14. « Soulles (50750) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 26 avril 2014)
  15. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  19. « Statue : Saint Antoine ermite (ou saint Ortaire ?) », notice no PM50001152, base Palissy, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]