La Mancellière-sur-Vire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Mancellière-sur-Vire
L'église Saint-Jean-Baptiste.
L'église Saint-Jean-Baptiste.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Saint-Lô
Canton Saint-Lô-2
Intercommunalité Saint-Lô Agglo
Maire délégué Serge Desvages
Code postal 50750
Code commune 50287
Démographie
Gentilé Mancellois
Population 497 hab. (2013)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 08″ nord, 1° 04′ 13″ ouest
Altitude Min. 17 m – Max. 109 m
Superficie 6,80 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Bourgvallées
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 15.svg
La Mancellière-sur-Vire

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 15.svg
La Mancellière-sur-Vire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
La Mancellière-sur-Vire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
La Mancellière-sur-Vire

La Mancellière-sur-Vire est une ancienne commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie (anc. Basse-Normandie), peuplée de 497 habitants[Note 1]. Elle devient commune déléguée le à la suite de la création de la commune nouvelle de Bourgvallées.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est en pays saint-lois. Son bourg est à 4 km au nord-ouest de Condé-sur-Vire, à 7 km au sud de Saint-Lô et à 10 km à l'est de Canisy[1].

Le territoire est bordé à l'est par la Vire.

La commune se compose de plusieurs lieux-dits[2] : la Mancellière-sur-Vire (avec église), la Barberie, le Vert Buisson, la Rebourserie, la Pouchinière, le Cocquerel, la Monnerie, le Petit Aubigny, la Ferme des Veaux, les Hayes, la Gonnivière, la Culleronnière, la Duquerie, la Tabardière, les Barrières, le Ronceur, la Pédoyère, la Quettelée, la Patinière, la Loyère, la Piquetière.

Communes limitrophes de La Mancellière-sur-Vire[3]
Gourfaleur Baudre Sainte-Suzanne-sur-Vire
Gourfaleur La Mancellière-sur-Vire[3] Sainte-Suzanne-sur-Vire
Gourfaleur,
Saint-Romphaire
Saint-Romphaire Condé-sur-Vire,
Saint-Romphaire

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Mansellaria en 1056[4] et la Manceliere en 1759[5]. Les suffixes d'origines médiévales -erie et -ière ont des sens différents : le premier évoque la présence, le second l'appartenance[6]. Il s'agirait ici de la propriété de la famille Mancel[6] ou Mansel, qui, selon Albert Dauzat et Charles Rostaing pourrait être originaire de la ville du Mans[7].

Le locatif sur-Vire est rajouté au toponyme en 1893[8].

Le gentilé est Mancellois.

Microtoponymie[modifier | modifier le code]

Le hameau Aubigny, de Albiniacum c'est-à-dire le « domaine d'Albinius » (ferme gallo-romaine)[9].

Les lieux-dits en Y-ère/-erie sont des habitats résultant du développement démographique de la Normandie. Ils désignaient la ferme de la famille Y, fondée sur les nouvelles terres obtenues par les grands défrichements des XIe-XIIIe siècles. Les essarts prennent le nom des défricheurs, suivi de la désinence -erie ou -ière[10]. Il en est de même pour la Mancellière. Comme la grande majorité des noms des hameaux présente cette morphologie, on en déduit que le territoire actuel de cette commune était une forêt avant le Xe siècle (une partie de l'ancienne forêt qui recouvrait le Bocage normand).

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, la paroisse dépendait de la généralité de Caen, de l'élection de Coutances (1612/1636, 1677) puis de Saint-Lô (1713), et de la sergenterie de Saint-Gilles[Note 2].

Entre 1892 et 1938, la commune a été desservie par la ligne Saint-Lô - Guilberville.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
An VIII 1808 Jean-Baptiste Legoupil    
1808 1813 Nicolas Ozenne    
1813 1821 François Alexandre Quétel    
1822 1845 Michel Etienne Ozenne    
1845 1854 Isidor Charles François Pouchin    
1854 1856 Auguste François Mauger    
1857 1869 Robert François Lempérière    
1870 1871 Eugène Jean-Baptiste Goulet    
1871 1878 François Lebarbey    
1878 1880 Louis Hervieu    
1881 1892 Jean Huet    
1892 1935 André François Paschal   Éleveur
1935 1935 Alphonse Nouet   Agriculteur
1935 1950 Constant André    
1950 1974 Alfred Laforge   Agriculteur
1974 1976 Georges Leneveu   Agriculteur
1976 1989 Raymond Nouet    
1989 mars 2001 Fernand Hébert SE Instituteur
mars 2001 mars 2014 Marc Françoise SE Agriculteur
mars 2014[11] en cours Serge Desvages   Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et trois adjoints[12].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 497 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2008, 2013, 2018, etc. pour La Mancellière-sur-Vire[13]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 3]. La Mancellière-sur-Vire a compté jusqu'à 581 habitants en 1836.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
490 535 570 505 526 581 527 530 495
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
467 436 444 438 412 406 402 405 401
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
403 365 355 323 345 344 373 380 380
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
375 381 355 420 481 487 478 497 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La paroisse Saint-Jean-Baptiste de La Mancellière faisait partie du patrimoine de saint Lô, évêque de Coutances au VIe siècle. En 1056, le duc Guillaume retira la propriété du sanctuaire aux chanoines de l'église Saint-Lô de Rouen pour la rendre aux chanoines de la cathédrale de Coutances.
Le plan très simple de ce sanctuaire élevé au XIIe siècle n'a pas été modifié : c'est celui qu'ont dû adopter, aux origines, tous les édifices du canton. Il est composé de deux rectangles attenants qui constituent la nef et le chœur, aux dimensions plus restreintes. Un clocher couvert en bâtière est édifié à l'ouest. Dans le mur sud, la porte condamnée qui donnait accès au chœur garde un vestige de décor roman : l'arc en plein cintre en pierre calcaire est orné d'un double rang de chevrons. D'autres éléments sculptés sont visibles au niveau de l'arc triomphal séparant le chœur et la nef.
L'édifice a conservé ses charpentes lambrissées de la fin du XVe ou du début du XVIe siècle, avec poinçons et entraits moulurés soutenus par des corbeaux parfois ornés de têtes humaines en bas-relief. Si le lambris couvre le chœur dans toute sa largeur, il est plus étroit dans la nef au-dessus de laquelle, comme à Gourfaleur, il est posé sur deux légers surplombs latéraux.
L'appareil en arête-de-poisson atteste de l'ancienneté de la fondation, seules les baies ayant été modifiées aux XIVe et XVIe siècles.
Au chevet plat du chœur s'adosse une sacristie polygonale construite vers 1760 grâce à un don d'un chantre. Elle fut agandie entre 1823-1826, puis reconstruite en 1877 à l'emplacement de l'ancienne d'une longueur supérieure de 1,50 m et de la même largeur que le sanctuaire[16].
Faute de moyens, l'édifice a échappé aux remaniements en dépit de l'accroissement démographique.
L'une des dalles funéraires en granit de la nef représente Philippe Deshée (1579-1649), qui fut « monnayer » ou batteur à l'hôtel des monnaies de Saint-Lô. Son statut lui donnait le droit de porter l'épée. Le défunt la porte au côté et tient un marteau, insigne de sa fonction, dans la main droite.
  • Poribé (XVIIe).
  • Le Petit-Aubigny.
  • La Gonnivière.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

  • Vélorail de la Vallée de la Vire[17].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2013.
  2. La sergenterie de Saint-Gilles, qui relevait initialement de l'élection de Coutances, fut en grande partie rattachée à l'élection de Saint-Lô à la fin du XVIIe ou au début du XVIIIe siècle.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. La Mancellière-sur-Vire sur Géoportail.
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  4. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 3 : Formations dialectales (suite) et françaises, Genève, (lire en ligne), p. 1693
  5. Carte de Cassini sur Géoportail.
  6. a et b René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, (ISBN 2-86253-247-9), p. 61
  7. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 1 : Formations préceltique, celtiques, romanes, Genève,
  10. Voir Histoire de la Normandie
  11. « Ambiance tendue pour l'élection du maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 17 avril 2014)
  12. « La Mancellière-sur-Vire (50750) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 17 août 2014)
  13. Date du prochain recensement à La Mancellière-sur-Vire, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  15. « Église Saint-Jean-Baptiste », notice no PA50000033, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. Source Archives départementales de la Manche, 300J101
  17. « Site du Vélorail de la Vallée de la Vire - Le circuit » (consulté le 15 février 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :