Parc éolien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc éolien de Neuenkirchen (Allemagne).
Parc éolien de Tauern (Autriche).

Une centrale éolienne, parc éolien, ou ferme éolienne, est un site regroupant plusieurs éoliennes produisant de l'électricité. Il se trouve dans un lieu où le vent est fort et/ou régulier.

Parcs les plus importants[modifier | modifier le code]

Parc de Guazhou (Chine).
  • La Ferme éolienne de Gansu, province du Gansu, en Chine, est le plus important parc du monde avec 5 160 MW de puissance en novembre 2010[1]. Il devrait atteindre une puissance totale de 20 GW en 2020[2] Le parc de Guazhou intégré à ce projet comporte déjà, à lui seul, plus de 400 éoliennes, produisait 200 MW en 2010 et devrait atteindre 400 MW en 2015[3].
  • La centrale éolienne terrestre la plus importante d'Europe est celle de Sintfeld en Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Allemagne), qui pourrait être supplanté par le projet luso-irlandais au Portugal qui prévoit une installation d'éoliennes près de Bragance d'une capacité de 400 à 600 MW pouvant fournir 15 à 20 villes[4].
  • Le parc éolien terrestre français est composé au 31 décembre 2015 de 1390 installations raccordées (1196 fin 2013) au réseau électrique avec une production de plus de 10000 MW[5].
  • Le parc éolien off-shore le plus important est en 2010, le parc Horns Rev 2[6] au Danemark.
  • Le premier parc éolien d'Europe est le parc de Jade en Allemagne.[réf. nécessaire]
  • Le parc éolien le plus grand d'Afrique est le parc de Tarfaya au Maroc[7].

Parc éolien terrestre[modifier | modifier le code]

En France : installation classée pour la protection de l'environnement[modifier | modifier le code]

Selon la législation française, les parcs éoliens terrestres sont des installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE). En effet, ce type d'installation est concerné par la rubrique no 2980 de la nomenclature des installations classées (« installation terrestre de production d'électricité à partir de l'énergie mécanique du vent et regroupant un ou plusieurs aérogénérateurs »), qui est divisée en deux sous-catégories[8] :

  • Rubrique no 2980-1 : installation comprenant au moins un aérogénérateur dont le mât a une hauteur supérieure ou égale à 50 mètres. Ces installations sont soumises à autorisation préfectorale.
  • Rubrique no 2980-2 : installation comprenant uniquement des aérogénérateurs dont le mât a une hauteur inférieure à 50 mètres et au moins un aérogénérateur dont le mât a une hauteur maximale supérieure ou égale à 12 mètres et pour une puissance totale installée :
    • Supérieure ou égale à 20 MW : ces installations sont soumises à autorisation préfectorale.
    • Inférieure à 20 MW : ces installations sont soumises à déclaration.

Les autorisations préfectorales sont délivrées sous la forme d'arrêtés préfectoraux afin d'imposer aux exploitants le respect d'un certain nombre de prescriptions techniques, notamment celles de l'arrêté ministériel du 26 août 2011 relatif aux installations de production d’électricité utilisant l’énergie mécanique du vent au sein d’une installation soumise à autorisation au titre de la rubrique no 2980[9].

Les exploitants des installations soumises à déclaration doivent quant à eux respecter les prescriptions techniques de l'arrêté ministériel du 26 août 2011 relatif aux installations de production d’électricité utilisant l’énergie mécanique du vent au sein d’une installation soumise à déclaration au titre de la rubrique no 2980[10].

L'instruction des demandes d'autorisation d'exploiter ainsi que le contrôle du respect des prescriptions techniques par les exploitants sont réalisés par l'inspection des installations classées[11].

Aux États-Unis, anciens parcs abandonnés puis renouvelés[modifier | modifier le code]

Parmi les premier parcs éoliens aux États-Unis, lancées suite à la crise du pétrole des années 1970, plus de 14 000 turbines étaient abandonnées à la fin 2011 en raison du coup élevé de leur maintenance et de leur faible rentabilité, notamment en raison du choix de leur emplacement. C'est le cas par exemple, en Californie, de parc installé au début des années 1980, comme le Parc éolien d'Altamont Pass, de Tehachapi et de San Gorgonio[12].

Ces parcs commencent leur rénovations à la fin des années 2000. Dans le parc d'Altamont Pass, en 2016, les anciennes éoliennes ont été démantelées et remplacées par des nouvelles, permettant au parc de fournir 576 MW[13].

Parc éolien en mer[modifier | modifier le code]

Parc éolien extraterritorial au Danemark.

Les plus grands parcs éoliens extraterritoriaux se trouvent au Danemark (parc éolien de Horns Rev construits en 2002 et 2009 et totalisant 369 MW de puissance), aux Pays-Bas et au Royaume-Uni (Race Bank, 620 MW).

En Allemagne, après les deux éoliennes Enercon E-112 de 4,5 MW chacune, érigées à quelques mètres de la côte de la mer du Nord, on trouve en mer Baltique une autre machine de 2,5 MW située en mer à 500 mètres du port de Warnemünde) et le premier parc extraterritorial commercial allemand EnBW Baltic 1 situé au large de la presqu'île de Darss (2010) ainsi que le parc éolien offshore Alpha Ventus (démonstrateur extraterritorial) terminé en 2009.

La construction de parcs éoliens extraterritoriaux est étudiée en France et dans tous les pays ayant une façade maritime.

Biodiversité[modifier | modifier le code]

Des études menées par l'Institut Alfred Wegener sur le parc éolien de l'île de Borkum, construit de 2011 à 2013, indiquent que les fermes éoliennes seraient un environnement favorable pour les homards et permettrait l'installation d'une riche biodiversité qui s'installerait au pied des turbines marines[14],[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Xinhua: Jiuquan wind power base completes first stage »,‎
  2. (en) « China starts building first 10-GW mega wind farm », sur Reuters,‎ 8 aoput 2009
  3. (zh) 金亚玲, « 瓜州风电 »,‎
  4. Le plus grand parc éolien du monde
  5. « Tableau de bord éolien-photovoltaïque, quatrième trimestre 2015 », sur statistiques.developpement-durable.gouv.fr
  6. DONG Energy Horns Rev 2
  7. « Maroc : le parc éolien de Tarfaya entre en service », sur Jeune Afrique,‎ (consulté le 18 avril 2014)
  8. « 2980. Installation terrestre de production d'électricité à partir de l'énergie mécanique du vent et regroupant un ou plusieurs aérogénérateurs », sur www.ineris.fr (consulté le 29 mai 2016)
  9. « Arrêté du 26/08/11 relatif aux installations de production d’électricité utilisant l’énergie mécanique du vent au sein d’une installation soumise à autorisation au titre de la rubrique no 2980 de la législation des installations classées pour la protection de l’environnement », sur www.ineris.fr (consulté le 29 mai 2016)
  10. « Arrêté du 26/08/11 relatif aux installations de production d’électricité utilisant l’énergie mécanique du vent au sein d’une installation soumise à déclaration au titre de la rubrique no 2980 de la législation des installations classées pour la protection de l’environnement », sur www.ineris.fr (consulté le 29 mai 2016)
  11. « Missions », sur installationsclassees.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 29 mai 2016)
  12. (en) Jonathan Benson, « 'Green' debacle: Tens of thousands of abandoned wind turbines now litter American landscape », sur naturalnews.com,‎
  13. (en) « Dismantling under way at Altamont Pass », sur Windpower Monthly, Windpower Monthly (consulté le 16 mars 2016)
  14. Les éoliennes marines sont-elles des oasis pour homards ? sur batiactu.com
  15. Les parcs éoliens offshore propices à l'élevage de homards sur energiesdelamer

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]